Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

237 articles avec politique

Communiqué de presse rassemblement contre la loi travail 09 mars

Publié le par Patrick Kaczmarek

Communiqué de presse rassemblement contre la loi travail 09 mars

Publié dans POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0

Communiqué de presse démission de CH. Taubira

Publié le par Patrick Kaczmarek

Fédération de la Somme du PCF

18 rue du faubourg de Hem 80 000 Amiens

03.22.69.24.40

Communiqué de presse

Démission de Christiane Taubira

«Lorsque la gauche refuse de trahir la République...»

Bertolt Brecht écrivait «Le fascisme n'est pas le contraire de la démocratie mais son évolution par temps de crise ...».

Aussi, les communistes de la Somme, ses militant-e-s et élu-e-s saluent l'acte responsable de Mme Taubira qui en démissionnant, nous alerte sur les graves dérives autoritaires et sécuritaires du gouvernement.

En projetant le durcissement de l’état d'urgence et en invoquant l’imminence de la déchéance de la nationalité, le Président de la République, son gouvernement et sa majorité ont tourné le dos aux valeurs de la gauche.

Aujourd'hui, un seul et même courant libéral reste au pouvoir, courtisan les droites et les extrêmes.

Les communistes de la Somme n'oublient pas les valeurs Républicaines qui ont animé la Ministre pour porter avec force et conviction le débat pour l'adoption du mariage pour tous.

Nous relevons son courage pour avoir apporté réparation auprès des mineurs réprimés en 1948 par le Ministre socialiste Jules Moch qui envoya l'armée et les chars d'assauts occuper les corons et tirer sur les « Rouges » qui furent en masse révoqués, réprimés, portés sur « listes noires », licenciés…

Nous la remercions pour la mise en place de la mission Norbert Gilmez portant la mémoire de cette période et pour réhabiliter tous ces hommes et ces femmes injustement punis, humiliés, détruits et oubliés.

Nous n'oublions pas non plus qu'en 1981, François Mitterrand, un autre socialiste, oublia de les rétablir dans

leurs droits alors que dans le même temps il n'oublia pas de rétablir dans leur grade, avec rattrapage de

promotions, les généraux factieux de l'OAS qui avaient tenté de renverser la République à la fin de la guerre

d'Algérie.

A croire que l'histoire balbutie et se répète tristement … au point de donner raison au propos de Bertolt Brecht.

Comme le dit Mme Taubira « Parfois résister c'est rester, parfois résister c'est parti... »

Au nom de l'éthique, des valeurs de la République, les communistes appellent toutes et tous à mettre en échec

les sinistres projets gouvernementaux sécuritaires.

Et comme le disait Lucie Aubrac « le verbe résister doit toujours se conjuguer au présent »

Rassemblement pour refuser la déchéance de la nationalité et la constitutionnalisation de

l'état d'urgence samedi 30 janvier à 14h30 place Gambetta à Amiens

Publié dans POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0

La gauche non PS face au FN

Publié le par Patrick Kaczmarek

Lettre aux composantes samariennes du « Rassemblement » de Madame Rousseau

Nouvelle Donne, Nouvelle Gauche Socialiste et Parti de Gauche

 

France Culture tendait son micro à Madame Rousseau ce vendredi à 12 :50. Elle a fortement desservi la gauche non socialiste.

Vous chercherez en vain dans ses propos une expression argumentée sur les enjeux essentiels autour desquels se structure la campagne régionale : l’indignité de la situation faite par le gouvernement Valls aux migrants à Calais et dans toute la région, derrière laquelle s’engouffrent Bertrand et Le Pen pour une surenchère toujours plus folle ; le devenir agricole, contre les autorisations préfectorales délivrées aux fermes usines de Loueuse et d’Abbeville ; le laisser faire des fermetures de sites, symbolisé par la vente des machines de Sambre et Meuse et la dénonciation par le Préfet de la SCOP du pneu agraire des Goodyear ; la fermeture de Pole Emploi l’après-midi dans toute la Picardie…

Vous trouverez en revanche confirmation d’une position que je crois éminemment dangereuse : selon Madame Rousseau s’exprimant le 12 septembre, le FN serait « un problème de deuxième tour ». Invitée aujourd’hui à exprimer son meilleur argument face à Le Pen, Rousseau a confirmé en répliquant par une tirade sur la Picardie NPdC dans vingt ans ! Fallait-il ne pas argumenter contre les quatre volets immigration/impôts/préférence nationale/insécurité ? Quand Lecerf au CD du Nord argumente contre les allocataires du RSA au nom de la maîtrise des charges dans son bras de fer avec Matignon ? Quand Emmaüs sort de la table de négociation à Calais, où vient de décéder un dix-septième réfugié ? Quand les medias nationaux et régionaux enferment le scrutin de la quatrième région dans le choix entre voter blanc ou voter LR-CPNT-UDI contre Le Pen ? Aux yeux des journalistes et de nombreux auditeurs, Madame Rousseau s’est montré incapable de participer au nécessaire cordon sanitaire à établir pour faire refluer le FN. Mais c’est bien dès à présent qu’il faut s’attaquer au virus inégalitaire et liberticide, sans attendre le 6 décembre au soir.

Vous avez une responsabilité : votre engagement aux côtés de Madame Rousseau fait exister dans l’espace politique picard et nordiste une parole manifestement dangereuse dans le moment politique dans lequel nous fait entrer ce scrutin régional. Vous pouvez infirmer votre engagement au vu de cette entrée en campagne absolument calamiteuse. Ne pas vous poser la question serait dommageable, au-delà des sensibilités politiques que vous voulez faire vivre.

Eugène Bégoc

Militant du Front de gauche - Amiens

Publié dans POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0

Devant l'Assemblée Générale des Nations Unies: La Palestine annonce son désengagement des Accords d'Oslo signés avec Israel

Publié le par Patrick Kaczmarek

30 septembre 2015 – Le Président de la Palestine, Mahmoud Abbas, a annoncé mercredi que son pays ne se considérait désormais plus lié par les Accords d'Oslo de 1993, ainsi que par les autres accords de paix signés ultérieurement avec Israël.

« Je me tiens devant vous aujourd'hui, en provenance de Palestine, pour tirer la sonnette d'alarme sur les graves dangers qui pèsent actuellement sur Jérusalem », a déclaré M. Abbas dans son discours à l'Assemblée générale de l'ONU, dénonçant les incursions récentes, « répétées et systématiques » de la part de « groupes extrémistes israéliens » dans la mosquée al-Aqsa.

En autorisant ces extrémistes à pénétrer dans la mosquée à certains moments de la journée, tout en empêchant parallèlement les fidèles musulmans d'y accéder, les dirigeants israéliens entendent remettre en cause le statu quo historique sur les lieux saints au Haram Al-Sharif (l'esplanade des Mosquées), a dénoncé le Président palestinien.

La veille du discours de M. Abbas, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) s'était dit préoccupé par la montée des tensions à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, en raison de manifestations contre les restrictions d'accès qu'imposeraient les autorités israéliennes aux fidèles palestiniens souhaitant entrer dans l'enceinte de la mosquée al-Aqsa, sur l'esplanade des Mosquées.

« Ce faisant, la puissance occupante commet une grave erreur, car nous ne pouvons pas accepter cela ; et le peuple palestinien ne permettra pas la mise en œuvre de ce nouveau régime illégal, qui blesse la sensibilité des Palestiniens et des Musulmans du monde entier », a poursuivi le Président palestinien.

M. Abbas a par conséquent demandé au gouvernement israélien de mettre un terme avant qu'il ne soit trop tard à l'utilisation de la force brute pour imposer « son plan de désacralisation des lieux saints islamiques et chrétiens à Jérusalem ». Ce plan, a mis en garde le leader palestinien, menace de transformer un conflit politique en conflit religieux et de créer une situation explosive à Jérusalem et dans le reste du territoire palestinien occupé.

Se plaçant dans la perspective plus large du conflit israélo-palestinien, M. Abbas a regretté l'injustice historique faite à son pays et à son peuple depuis la partition de la Palestine en 1948.

« La Palestine, qui bénéficie du statut d'Etat observateur aux Nations Unies, mérite d'être pleinement reconnue en tant qu'Etat membre à part entière », a ainsi déclaré le Président palestinien.

Sur ce point, il a exprimé sa plus profonde gratitude envers les pays qui ont voté en faveur de la résolution permettant à l'Etat de Palestine de hisser son drapeau aux Nations Unies à l'ONU.

Le 11 septembre, l'Assemblée générale a en effet adopté une résolution autorisant les Etats non membres observateurs, y compris l'État de Palestine et le Saint-Siège, à hisser leurs drapeaux dans l'enceinte de l'Organisation.

Une cérémonie de levée du drapeau palestinien a eu lieu mercredi au siège de l'Organisation, à New York, en présence de son Secrétaire général, Ban Ki-moon, et de M. Abbas.

« Il est déraisonnable et douloureux – à la lumière des énormes sacrifices auxquels nous avons consentis, de notre patience au cours de toutes ces années d'exil et de souffrance et de notre acceptation de faire la paix d'après le principe de la solution à deux États sur la base du droit international, des résolutions pertinentes des Nations Unies, de l'Initiative de paix arabe et du Quatuor pour le Moyen-Orient – que la question de la Palestine reste injustement en suspens », a toutefois déploré le Président palestinien.

M. Abbas a jugé le maintien du statu quo actuel totalement inacceptable, car il signifierait la soumission à la logique de la force brutale du gouvernement israélien, qui poursuit sa politique d'expansion des colonies illégales en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, ainsi que son blocus à l'encontre de Gaza.

M. Abbas a ainsi dénoncé la volonté affichée par le gouvernement israélien de détruire la solution à deux États, au profit d'un double régime de fait sur le terrain : « un régime d'apartheid imposé sur le territoire de l'Etat de Palestine et contre le peuple palestinien, d'une part, et un régime des privilèges et de la protection des colons israéliens, d'autre part ».

Tant qu'Israël refusera de respecter les accords de paix signés avec la Palestine sur la mise en œuvre d'une solution à deux Etats, y compris les Accords d'Oslo de 1993 et les accords ultérieurs, en mettant notamment fin à sa politique de colonisation, le Président palestinien a déclaré que son pays refusera également de s'y conformer.

« Nous déclarons donc que nous ne pouvons pas continuer à être liés par ces accords, et qu'Israël doit assumer toutes ses responsabilités en tant que puissance occupante », a déclaré M. Abbas.

Dans le même temps, l'Etat de Palestine continuera ses efforts d'adhésion aux différentes conventions et organisations internationales, a-t-il déclaré, ajoutant que son pays utilisera tous les moyens pacifiques et légaux à sa disposition pour protéger son peuple, y compris en tant qu'Etat partie au Statut de Rome de la Cour pénale internationale.

« Ceux qui craignent le droit international et les juridictions internationales doivent cesser de commettre tous leurs crimes », a déclaré M. Abbas

Publié dans POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0

700 attaques israéliennes sur Gaza depuis le « cessez le feu » de 2014

Publié le par Patrick Kaczmarek

Publié dans POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0

LE FN N EST PAS EN PAYS CONQUIS

Publié le par Patrick Kaczmarek

.... LA PREUVE

LE FN N EST PAS EN PAYS CONQUIS
LE FN N EST PAS EN PAYS CONQUIS
LE FN N EST PAS EN PAYS CONQUIS
LE FN N EST PAS EN PAYS CONQUIS
LE FN N EST PAS EN PAYS CONQUIS
LE FN N EST PAS EN PAYS CONQUIS
LE FN N EST PAS EN PAYS CONQUIS
LE FN N EST PAS EN PAYS CONQUIS
LE FN N EST PAS EN PAYS CONQUIS

.... ET QU EN EST-IL DE LA RESPONSABILITE DU PS

Publié dans POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0

Déclaration de Pierre Laurent Secrétaire national du PCF, président du Parti de la Gauche Européenne

Publié le par Patrick Kaczmarek

lors de la 31ème édition de la fête des communistes de Béziers-

en résistance à la haine du FN-  samedi 5 septembre 2015

 

Face à ce que l'on appelle le drame des migrants, en réalité le drame de centaines de milliers de réfugié-e-s qui fuient la guerre, le chaos, et la misère, notre colère et notre émotion sont immenses. Pour les communistes, la première des urgences est sans tergiverser la solidarité et le devoir d'accueil.

 

Tous ces derniers mois, souvent bien seuls parmi les formations politiques, nous avons combattu des discours pleins d’égoïsmes et de haine, en exigeant le changement de politique de la France et de l'Europe. J'avais alerté, après la visite des camps de réfugiés près de Kobané, à l'automne 2014, sur la détresse de ces milliers de réfugiés alors entassés dans ces camps sans aucune aide internationale. Nos appels sont restés lettre morte. Nous dénonçons depuis des mois la construction de murs tout autour de l'Europe forteresse, des murs en durs, et des murs dans les têtes, un dangereux cocktail de haine et de fils barbelés. Et nous avons sans cesse questionné : quel monde inhumain sommes -nous en train de construire ?

 

Aujourd'hui, enfin, grâce à l'engagement citoyen devant l'insoutenable, grâce aux initiatives de nombreuses forces démocratiques en Europe, grâce à l'engagement du Pape et au changement de posture de certains États Européens, les verrous de l'égoïsme sont en train de sauter. Nous saluons le réveil des consciences, et toutes celles et tous ceux qui en sont les artisans. Le temps a été trop long, il a coûté trop cher en vies humaines : 29000 morts en Méditerranée et aux portes de l'Europe.

 

Aujourd'hui la France doit s'engager en actes et pas seulement en mots. Nous demandons que notre pays :

- respecte la convention de Genève sur les réfugiés et mette aux normes du Haut Commissariat aux Réfugiés de l'ONU des centres d'accueil en  doublant leurs capacités.

- mette en place des dispositifs de soutien médico-social, des parcours d'insertion professionnelle et de scolarisation des enfants dans le respect des droits des enfants tel qu'il est défini par la convention de l'ONU

- soutienne la mise en place du réseau des villes solidaires lancé par la mairie de Barcelone et les villes françaises qui s'y engagent

-remette à plat les politiques de visas de l' UE et demande l'abrogation de la directive de Dublin

- dote  de nouveaux moyens Frontex pour assurer un accueil digne des migrants avec la mise en place de parcours plus sûrs.

 

Les élus communistes, les villes à direction communiste, qui ont une grande tradition d’accueil  des réfugiés et migrants et ont déjà pris de nombreuses initiatives ces derniers mois, vont s'engager avec plus de force encore dans ce devoir de solidarité, en faisant partager leurs expériences.

J'appelle tous les communistes français à s'inscrire dans  toutes les initiatives citoyennes, locales, départementales, régionales, nationales et internationales de solidarités concrètes. La fête de l'Humanité s'annonce comme un grand moment de mobilisation.

 

Nous exigeons également de la France qu'elle cesse d'alimenter les logiques de guerre qui sont à l'origine des terribles drames et du chaos que fuient ces réfugiés. La France semble s'engager dans une nouvelle escalade sans aucun mandat de l'ONU, tandis qu'elle reste silencieuse face à la répression du gouvernement Erdogan contre les kurdes. La France doit d'urgence prendre de nouvelles initiatives pour des solutions de paix dans toute la région. La France, dont la responsabilité est engagée dans la déstabilisation de la Libye et les engrenages guerriers de la région, doit changer la nature et les objectifs de son engagement.

 

Le 21 septembre est la journée mondiale pour la Paix. Cette année, nous appelons à en faire une grande journée d'actions et de mobilisations, pour la Paix, la solidarité avec tous les migrants, dans tout le pays.

 

Face à la tragédie inhumaine que nous vivons, les communistes se sentent pleinement engagés pour la paix, contre la guerre et la barbarie, pour la solidarité et l'accueil des réfugiés dans notre pays, la France.  

Publié dans POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0

Et si le Front de gauche adoptait une stratégie gagnante ?

Publié le par Patrick Kaczmarek

04 septembre 2015 | Par Philippe Marlière - Mediapart.fr

Après les revers électoraux, les querelles d’égos de candidats dans la course à l’échalote de 2017 ou encore une opposition de choc au Parti socialiste aussi populaire que… le PS lui-même, pourquoi le Front de gauche n’adopterait-il pas une stratégie gagnante ? Pour cela, il peut compter sur le discrédit et le rejet croissant de la social-démocratie. Cette social-démocratie, incarnée en France par François Hollande ou Manuel Valls, n’est en réalité ni sociale, ni démocratique. Le gouvernement socialiste ne mène pas une politique sociale-démocrate, mais il est néolibéral sur le plan économique, et conservateur-autoritaire sur les questions sociales et culturelles (mis à part le Mariage pour tous). En mettant en œuvre des politiques austéritaires, le PS a déserté son flanc gauche et désespéré un électorat qui, lorsqu’il vote en faveur des socialistes, entend exprimer un vote de gauche.

Ce ne sont pas les ralliements au compte-gouttes d’élus ou de militants socialistes qui feront pencher la balance en faveur du Front de gauche. Les rappels à l’ordre idéologiques ou les moqueries répétées à l’encontre des chefs sociaux-démocrates finissent par lasser le public qui se méfie des politiciens professionnels, fussent-ils de la gauche radicale. La gauche de transformation sociale doit donc imaginer une stratégie qui permette de rassembler et de fidéliser un bloc majoritaire de la population. Elle ne peut réussir ce pari que si elle se donne pour objectif de prendre la place de la social-démocratie frelatée qui se distingue de moins en moins de la droite.

Comment y parvenir sans renier ses valeurs et son programme ? C’est envisageable si le Front de gauche (dans sa conception citoyenne/partisane élargie) parvient à occuper une position centrale dans le champ de la gauche. La centralité n’est ici nullement synonyme de centrisme ou de modération politique. La gauche radicale doit chercher à se substituer à la social-démocratie comme principal mouvement de gauche. En Europe, trois forces politiques ont récemment poursuivi avec succès une telle stratégie.

Entre 2009 et janvier 2015, le total des voix de Syriza est passé de 4,6% à 36,3%. Cet essor exceptionnel s’explique, non à partir de considérations idéologiques ou personnelles, mais de propositions politiques concrètes. Alexis Tsipras a pris un engagement de rupture radicale, jugé réaliste et nécessaire y compris par les électeurs grecs modérés : dénonciation du memorandum et renégociation de la dette. On peut évidemment observer qu’une fois au pouvoir, Syriza a totalement échoué à remplir cet engagement. La marche vers le pouvoir, radicalement réformiste, a cependant été couronnée de succès.

En Espagne, Podemos, dans un registre différent, est également parvenu à réunir un électorat interclassiste et intergénérationnel, autour de propositions simples et concrètes pour mettre fin à l’austérité et à la corruption. C’est sur cette base, et non sur celle d’un discours marxiste et anticapitaliste, que Pablo Iglesias s’est imposé comme le leader d’un large front anti-austéritaire.

En Grande-Bretagne, Jeremy Corbyn est contre toute attente en passe d’être élu à la tête du Parti travailliste. Corbyn est un pur produit de la social-démocratie britannique, mais ses idées et son parcours de militant le placeraient dans l’aile gauche du Front de gauche. C’est encore à partir de propositions anti-austéritaires et de défense des services publics menacés qu’il a convaincu les militants travaillistes.

Ces trois exemples montrent qu’il n’est pas nécessaire de “cliver” par principe, d’insulter ses adversaires ou de recycler le dernier concept politique à la mode pour être entendu. Tsipras, Iglesias et Corbyn, dans des styles et selon des modalités différents, parlent une langue compréhensible de tous. Davantage, ils s’expriment avec bonhomie et sans agressivité, condition sine qua non pour être écouté des électeurs.

En occupant la centralité de l’espace de gauche désertée par la social-démocratie, la gauche radicale se donnerait les moyens de promouvoir des réformes radicales qui répondent aux attentes du public. Cette stratégie constitue le modus operandi qui permettrait au Front de gauche de prendre le pouvoir ou de s’en approcher. Cette méthode a fonctionné dans plusieurs pays européens, pourquoi ne fonctionnerait-elle pas en France ? C’est en menant des réformes sociales pour le peuple que le Front de gauche restera fidèle à ses objectifs révolutionnaires, non dans une posture qui combine surenchère verbale contre le gouvernement socialiste et impuissance politique, comme c’est le cas depuis  2012.

Article remanié et publié dans L'Humanité le 2 septembre 2015.

Twitter : @PhMarliere

https://www.facebook.com/philippe.marliere.50

URL source: http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-marliere/040915/et-si-le-front-de-gauche-adoptait-une-strategie-gagnante

Publié dans POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0

Palestine il y a urgence ! L'impunité d’Israël doit cesser, la France doit reconnaître l’État de Palestine

Publié le par Patrick Kaczmarek

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 

 

Palestine: Il y a urgence!

L'impunité d’Israël doit cesser, la France doit reconnaître l’État de Palestine

Saint Ouen, le 05 août 2015

 

Le Mouvement de la Paix tient à exprimer toute son horreur concernant l'ignoble attentat perpétré en Cisjordanie par une bande de colons fanatiques qui a incendié une maison palestinienne et qui a eu pour conséquence la mort brûlé vif, d'un enfant palestinien de 18 mois. Ses parents sont entre la vie et la mort.

Face à ce nouveau drame, comment croire aux déclarations du premier ministre israélien Benjamin  Netanyahou qui se dit «choqué» par un acte qu’il qualifie de «terroriste» mais qui, dans le même temps, annonce la construction immédiate de 300 logements dans la colonie de Beit El, la même où la Cour suprême israélienne avait décidé la destruction de deux immeubles illégaux, ce qui avait suscité la colère des colons.

Face à l'indignation internationale, le gouvernement Netanyahou a autorisé l'application de la détention administrative aux extrémistes juifs qui seraient arrêtés. Cette mesure, d’habitude appliquée aux Palestiniens, permet d’emprisonner des suspects sans inculpation ni jugement pendant six mois renouvelables. Restons vigilants.

Le même jour les forces de l’occupation israélienne ont tué un jeune palestinien âgé de 17 ans, au nord de la bande de Gaza, alors qu’il se trouvait devant la zone tampon dans cette région à la frontière. Cela risque de relancer la violence sur fond de désespoir des palestiniens alors que Daesh se trouve aux portes de Gaza.

Depuis des années, des militants d’extrême droite et des colons israéliens se livrent à des agressions et à des actes de vandalisme contre des Palestiniens et des Arabes israéliens en toute impunité. L'extrême droite Israélienne, représentée dans le Gouvernement de Netanyahou, impose non seulement des violences à l'encontre du peuple Palestinien, mais à présent contre les homosexuels. En effet, lors de la Gay Pride à Jérusalem, un groupe de Juifs Ultra-orthodoxes avait sauvagement agressé au couteau, un groupe jeunes participant et tuant une jeune fille de 16 ans. Nous condamnons la complaisance du Gouvernement Israélien devant les actes violents, racistes, et criminels.

Dans le même temps, l'Europe, via les fonds européens de recherche, finance Elbit Systems, entreprise Israélienne, engagée dans la dernière guerre de Gaza. Elbit Systems viole sciemment les lois internationales et les droits de l’homme. L’entreprise tire ses profits des crimes de guerre israéliens. Des organisations palestiniennes ont mis en lumière ces faits et une importante documentation des Nations unies en atteste également.

L'action citoyenne, la pression des syndicats et des associations, en France  notamment , ont  obtenu la fin du contrat entre  l'entreprise Orange et Partner d'ici 2017. Cette victoire doit nous inciter à poursuivre la mobilisation afin d'exiger le respect des règles du droit international et de toutes les résolutions de l'ONU de la part de l’État d’Israël. Malgré les déclarations d'indignation de par le monde et la condamnation « de cet acte ignoble » par le ministre des affaires étrangères français, l’État d’Israël bénéficie toujours d'une impunité criminelle.

Le Mouvement de la Paix s'engage à poursuivre  la mobilisation afin que le  gouvernement français ainsi que les gouvernements Européens mettent fin à toutes les relations militaires avec Israël et cessent  d’utiliser l’argent des contribuables européens pour financer ces entreprises. Cela passe par la suspension de l'accord d'association avec l'Union Européenne.

Nous nous engageons également à poursuivre la mobilisation pour obtenir la fin de l'occupation, et l'application des résolutions des Nations Unies.

Nous demandons, sans attendre la reconnaissance de l’État de Palestine par la France.

Pétition à signer : http://www.mvtpaix.org/wordpress/pour-une-reconnaissance-immediate-de-letat-de-palestine-par-la-france/

Contact

Christine Rosemberg : rosembergchristine@yahoo.fr

Publié dans POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0

Déclaration du CAP sur le choix de Lille comme capitale de la future grande région

Publié le par Patrick Kaczmarek

Club action Picardie

 

Amiens, le 5 août 2015

 

 

 

Déclaration à propos du choix de Lille

comme future capitale régionale

 

Nous y voilà donc, les mauvais coups arrivent comme prévu. Violemment antidémocratiques, ils se parent de toutes les hypocrisies annoncées. Bref, la suprématie lilloise est en route, quel courage politique de choisir la plus grosse ville contre les plus petites !

Nos spécialistes ont-ils choisi, après mûres réflexions, l'égalité, la solidarité, le bon sens historique pour la nouvelle région ?

Eh bien non ! Cette application bête de la loi du plus fort devrait faire arracher aux membres du PS leur carte d'adhésion ainsi qu'aux militants de droite picards puisque cette idée de chambouler la France et son organisation démocratique vient de leurs maîtres Baladur, Raffarin, reprise par Sarkozy.

Comme souvent : la droite l’a rêvé, la gauche l'a fait, et l'extrême droite va en profiter.

C'est donc Lille, comme toutes les nouvelles grandes métropoles, qui emporte le gâteau et devient comme prévu capitale d'une région qui historiquement ne peut s'appeler que "Picardie" ou "Flandre Artois Picardie".

Alors au boulot messieurs les as de la géographie politique, messieurs les spécialistes des économies budgétaires !

Commencez donc à plancher sur des projets urgents, si vous ne voulez pas régner sur un désert, entre Paris et le Nord.

Commencez par exemple, parmi d'autres évidences à venir pour aménager le nouveau territoire, par de grands travaux comme la création d'une ligne de train Beauvais — Lille par Amiens !

Aux truelles les politiciens pour bâtir une grande région au service de l'humain ! Que partout dans nos campagnes délaissées fleurissent des centres de services publics !

Le CAP (Club Action Picardie) vous a à l'oeil, dans le viseur même, car la bataille est déclarée contre un nouveau centralisme qui s'annonce dévastateur pour la Picardie !

 

Notre-picardie.com

facebook.com/clubactionpicardie

Contact : Philippe Leleux, tél. 06 21 15 05 25

 

Publié dans POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>