Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

FRONT DE GAUCHE 2EME CIRCONSCRIPTION 10 ET 17 JUIN 2012: MARIANNE MUGNIER ET ERIC LECOSSOIS

Publié le par Patrick Kaczmarek

 
 
       

Publié dans POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0

3 nouvelles toiles de votre artiste préférée !

Publié le par Patrick Kaczmarek

En ces jours de fêtes Pascal, je vous propose de découvrir mes dernières créations : installez-vous bien au chaud à l'abri des intempéries

et offrez-vous une jolie balade en Baie de Somme !

 

Un marin en Baie :

prenez un bon bol d'air en accompagnant Jean-Baptiste sur les flots de la Baie de Somme

en cliquant sur ce lien:1212 Un Flobart en Baie de Somme

 

Redécouvrez le côté sud de la Baie de Somme

en pointant votre souris là :1213 Baie de Somme Sud

 

Profitez d'un doux moment pour vous balader sur les quais de Saint-Val.

Découvrez les derniers changements architecturaux

en cliquant sur 1214 Promenade sur les quais

 

 

Mille mercis pour votre soutien attentionné !

Pensez aussi à venir à l'exposition le 19 avril prochain à Abbeville !...

A tout bientôt mes amis
Kassape

 

   

Kassape Sanson, peintre de la Baie de Somme

www.kassape-sanson.com

Découvrez aussi d'autres artistes du Nord de la France sur ART-EN-NORD

    http://www.art-en-nord.fr/peintres/Sanson-Kassape/ 

Pour les sauveteurs en mer : Je soutiens la station SNSM de Cayeux !

Suivez les "aventures" de Zabeth et de ses amies artistes sur :

www.artaufeminin.canalblog.com

Publié dans CULTURE

Partager cet article

Repost 0

1 Euro pour la Paix

Publié le par Patrick Kaczmarek

 


L'association Le Mouvement de la Paix lance la campagne 1 €uro pour la paix.

Nous sommes des millions qui aspirons à la coopération internationale sur la base des engagements de la Culture de Paix définie par l'U.N.E.S.C.O. et adoptée par l'ONU. Des engagements concrétisés par les Objectifs du Millénaire, qui résolvent la crise et qui ont plus que jamais besoin du soutien de l'opinion.

Donnons-nous les moyens de l'imposer dans le débat et l'action publics ; grâce au réseau de paix dont l'association, créée en 1948, est le creuset légitime et indépendant.
Ensemble nous créons les conditions de réalisation des ambitions contenues dans la déclaration du millénaire.

C'est une nécessité urgente, entre dans le réseau et transmets l'information !

 


Pierre Villard, président


Nouss, coordinateur de la campagne

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0

labo d'anayse : TRES IMPORTANT

Publié le par Patrick Kaczmarek

  La dernière de Roselyne... Bachelot, (Faire suivre sans modération)...

  I l faut que je vous raconte la dernière de Roselyne, et je compte sur vous pour faire passer !

Aujourd'hui, j'avais formation obligatoire sur les prélèvements (sanguins et autres). Le directeur du principal labo avec lequel notre hôpital travaille nous apprend (tenez-vous bien !) que nous, les infirmières, n'avons plus le droit de faire les prises de sang.

D'après la dernière ordonnance de notre chère ministre de la santé (donc, pas de passage devant députés et sénateurs !), les laboratoires, pour subsister, devront passer une certification assez contraignante et compliquée, et pour ce faire, doivent, entre-autres, se porter garants du préleveur (c'est à dire, nous, en l'occurrence !).

Conséquence immédiate : les infirmières ne seront autorisées à prélever que si elles ont été formées et agréées par le labo dans lequel le prélèvement est analysé ! Exit, donc, les infirmières intérimaires ou remplaçantes...

   

Seconde conséquence, et non des moindres : les prélèvements à domicile seront désormais interdits ! Les patients devront donc se rendre au laboratoire par leurs propres moyens, quel que soit leur état ou bien se faire hospitaliser !

Troisième conséquence : les laboratoires étant tenus de s'équiper de machines hyper-performantes, avec le moins de personnel possible, (ah oui, parce que j'ai oublié de vous préciser que l'État a décidé de diminuer fortement le remboursement des examens sanguins aux laboratoires !) pour pouvoir continuer à fonctionner, ils vont devoir se regrouper (but final avoué : 1 à 2 labos seulement par département !!!).

Bref, les hôpitaux de taille moyenne qui possèdent leur propre labo vont le fermer (c'est déjà fait à Paoli-Calmette, par exemple, Cavaillon et Orange vont suivre) et il faudra donc se déplacer vers un grand plateau technique pour faire les examens qui ne sont pas hyper-courants

     

Comme ces grands plateaux techniques seront les seuls à accueillir une grande partie des examens à réaliser, nous n'aurons les résultats qu'au bout de plusieurs jours (et mieux vaut ne pas en avoir besoin un vendredi après-midi !)

Enfin, cerise sur le gâteau : en toute discrétion, il a été décidé que désormais le directeur d'un labo n'a plus besoin d'être biologiste !  La Générale de Santé, ainsi que d'autres grands groupes financiers sont donc en train de racheter tous les labos de France et de Navarre et il devient donc impossible à un médecin biologiste de posséder son propre labo...

Voilà, je ne peux vous conseiller qu'une seule chose : surtout, ne tombez pas malade ! Et si toutefois cela vous arrivait malgré tout, déménagez aussitôt vers une grande ville, seul moyen d'ici très peu de temps de pouvoir être soigné dans des conditions acceptables !

P.S. : Je viens d'entendre aux infos que le gouvernement envisage sérieusement de réduire les cotations des examens radiologiques :

ça ne vous rappelle pas quelque chose ???

Emma a fait suivre l'info à une copine biologiste, voici sa réponse :

Étant biologiste directrice d'un petit labo (3 personnes) de proximité, je confirme cette info. L'ordonnance est passée en janvier 2010 et nous avons jusqu'en 2013 pour nous mettre aux nouvelles normes. Ce qui est totalement impossible pour les petits et moyens labos vu le coût car bien évidemment tout cela n'est pas gratuit.

Donc pour ma part, étant trop petite, je suis condamnée à disparaitre !!!

A 54 ans c'est un peu dur à avaler!!!

Quant aux regroupements de labos c'est un pis aller, pour faire face aux structures financières qui attendent ( comme pour les cliniques) de racheter et rentabiliser au maximum aux dépens de la relation avec les patients. Des labos traitant plus de 1000 dossiers jours ne peuvent être à l'écoute de la personne. Et effectivement à terme il n'y aura plus que 1 ou 2 labos par département y compris pour les labos des petits hôpitaux.

Ceci est le système américain, allemand et autres pays européens.

Voilà donc l'avenir de la santé vendue aux grands groupes financiers.

La ministre Mme Bachelot a validé l'ordonnance Ballereau du 15.01.2010.

Les conséquences sont catastrophiques ...

Au plus tôt en 2013 et au plus tard en 2016, les laboratoires d'analyses médicales de proximité, VOTRE laboratoire et tous les autres auront probablement DISPARU au profit "d'usines à analyses" (une par département pour les départements qui le "méritent" ; pour les départements les plus ruraux il faudra faire un peu plus de route...).

Pourquoi ? Et bien en vertu d'une ordonnance parue en 2010 (Voir JO du 15.01.2010, page 819) qui livre le "marché" de l'analyse médicale aux FINANCIERS du CAC 40...

Parmi ces groupes financiers qui ont déjà largement entamé les rachats massifs de labo, figurent des assurances de santé privées, peut-être la votre, qui auront ainsi accès à vos données médicales et pourront "personnaliser" vos factures...

Il y a une solution pour s'opposer à ce scandale : FAIRE CIRCULER massivement. C'est parce que très peu de gens sont au courant que cette réforme peut passer.

Il faut donc la RÉVÉLER au grand jour : Tu fais suivre  !!!

Publié dans SANTE

Partager cet article

Repost 0

ALERTE OTAN N° 45 - janvier à mars 2012

Publié le par Patrick Kaczmarek

Alerte Otan !

Bulletin trimestriel du Comité de surveillance Otan,
Numéro 45, janvier à mars 2012

Secrétariat : rue des Cultivateurs, 62 ; 1040 Bruxelles
Adresse électronique : info@csotan.org

tél & fax : 02 511 63 10
compte :
068-2447491-14 au nom de CSOTAN

Site internet : www.csotan.org/


Sommaire

Edito

Dossier Syrie :

Conférence du CSO

Ne faites pas de la Syrie un 2ème Irak

Grand Moyen-Orient, OTAN, menaces américaines et pressions turques

Russie-Syrie, les enjeux

Protection sociale de la population syrienne

Le débat politique intérieur en Syrie,

un point de vue ignoré par nos médias

L’art de la guerre :

Iran, la bataille des gazoducs

Libye, un an après : mémoire courte

Sardaigne, poubelle de l’Otan : les langues commencent à se délier

Remodeler l’armée belge au service des guerres de l’Otan

800 activistes ferment l’Otan

Appel à l’action contre le prochain sommet de l’Otan à Chicago

 


 

Le CSO anime également une mailing list par laquelle vous pouvez notamment recevoir régulièrement des infos centrées sur l'Otan, et où vous pouvez aussi diffuser vos avis et réflexions. Pour vous inscrire à cette liste, il suffit d'envoyer un e-mail vide à l'adresse alerte_otan-subscribe@yahoogroupes.fr

 


EDITORIAL

 

Syrie, étincelle d’un conflit mondial ?

 

Cette édition d’Alerte OTAN ! est largement consacrée aux événements en cours en Syrie. Non seulement parce que ce pays fait la une des médias depuis plusieurs mois, mais surtout parce que plusieurs pays occidentaux et arabes y commettent de graves ingérences. Selon les grands médias, le régime de Bachar El Assad massacre sauvagement sa population en réprimant des manifestations pacifiques, en organisant des attentats terroristes, en pilonnant des villes entières. En se basant sur les informations diffusées par radios et télévisions, la totalité des quelque 8.000 morts déjà comptabilisés auraient toutes été occasionnées par l’armée, les services secrets, la police et les milices du régime en place. Pourtant, nos médias admettent maintenant l’existence d’au moins un groupe armé, composé notamment de déserteurs de l’armée officielle. Mais, curieusement, celui-ci ne porterait la responsabilité d’aucune des victimes du conflit. En grattant un peu, on se rend compte que les bilans quotidiens de morts n’ont pratiquement qu’une source, une organisation basée à Londres, disant agir au nom des droits de l’homme et soutenant ouvertement l’opposition. Bien que cette organisation se soit récemment scindée en deux factions rivales s’accusant mutuellement d’être au service de Bachar al Assad, nul ne s’interroge sur la véracité et le sérieux de leurs informations, reprises même par l’ONU et la Ligue Arabe.

D’autre part, aurait-on déjà oublié la guerre sanglante menée contre un autre pays arabe, la Libye, par l’OTAN pendant 7 mois en 2011 ? Cette guerre a fait au moins 50.000 morts, en majorité des « kadhafistes » de l’aveu des anciens rebelles, et n’est pas tout à fait terminée, puisque presque tous les jours des groupes armés s’affrontent. La Libye, il y a encore un an le pays, de très loin, le plus développé d’Afrique, est devenu une sorte d’enfer sur terre. Une des principales villes du pays, Syrte, a connu un niveau de destruction bien plus élevé que ce que vient de subir Homs, du moins à en juger sur base des images disponibles. Encore aujourd’hui, cinq mois après l’assassinat de Kadhafi, les ministres et chefs d’Etat des pays qui ont installé un semblant de nouveau régime à Tripoli ,n’osent pas y passer une seule nuit.

Avec le recul, en nous rappelant les réactions « à chaud » de larges portions de la gauche belge et européenne lorsque les bombardements occidentaux « pour protéger les civils » ont commencé, nous nous rendons compte combien les pouvoirs politiques et les médias ont trompé l’opinion publique. Les libérateurs démocrates chantés par Bernard Henri Lévy et Sarkozy se sont avérés être des fanatiques, seulement d’accord entre eux pour torturer les fidèles de l’ancien régime et prêts à s’entretuer pour le contrôle d’un checkpoint, d’un quartier, d’une ville, d’une province ou de quelque avantage en nature.

Cette fois-ci, dans le cas syrien, l’OTAN ne semble pas préparer une intervention militaire directe. Le veto de la Russie et de la Chine à l’ONU est pour beaucoup dans les changements de la donne. Mais nous nous souvenons que l’Alliance Atlantique avait au départ présenté en public la même position avec la Libye. Cela n’empêche nullement le déploiement sur le sol syrien d’une panoplie d’instructeurs, de mercenaires, de djihadistes, d’agents secrets par des pays comme la France, les Etats-Unis, la Turquie, la Libye et le Qatar – liste probablement loin d’être exhaustive. Tout cela nous rappelle les préparatifs de « la contra » au Nicaragua dans les années 80. Les conséquences internationales des événements de Syrie risquent d’être beaucoup plus explosives que le renversement du régime libyen.

Nous ne doutons pas que l’immense majorité de la population de Syrie, veut une solution pacifique du conflit en cours. Le CSO prône le retrait inconditionnel des groupes armés soutenus par plusieurs puissances de l’OTAN et du monde arabe. Il n’est pas acceptable de laisser s’établir un double pouvoir en Syrie, qui aurait comme conséquence la reconnaissance officielle de cette opposition comparable à la « contra », par la « communauté internationale ».

Pour le moment, le gouvernement belge se montre plus circonspect qu’au moment des préparatifs de guerre contre la Libye. Mais le double jeu continue, aussi bien en Belgique qu’à l’Otan. Les ministres Reynders et De Crem , tout comme Rasmussen secrétaire général de l’Otan, disent en public qu’il est « prématuré » de parler d’une intervention militaire contre le gouvernement de Assad, mais ils considèrent aussi, avec Verhofstadt, qu’il faut apporter un soutien matériel et technique aux organisations en Syrie qui luttent contre le régime, en ce, inclus des moyens de communication satellitaires et des armes.

Nous nous opposons à toute forme d’ingérence étrangère, même et surtout « humanitaire » qui est inexorablement suivie par des bombardements, par une intervention militaire, Nous nous opposons à tout déploiement de troupes ou de personnel militaire, à toute livraisons d’armes ou de matériel militaire. Enfin, le CSO dénonce les sanctions de l’Union européenne, affectant la population syrienne.

Le CSO vient d’organiser, le 9 mars, une conférence à Bruxelles. Vous pouvez lire dans les pages suivantes les éclairages sur les « dessous » de la crise syrienne que les intervenants ont bien voulu nous transmettre.


Dossier Syrie

 

Le 9 mars, le CSO a organisé à la salle Amazone (Saint-Josse, Bruxelles) la

Conférence – débat : La Syrie, étincelle d’un conflit mondial ?

Autour des thèmes de discussion : La guerre en Syrie se résume-t-elle à un conflit entre un « gouvernement répressif » et une « opposition désarmée » ? Quelle est la nature de cette opposition ? Quelle est la qualité de notre information ? Les voisins de la Syrie, en particulier la Turquie, se comportent-ils en simples spectateurs de cette tragédie ? Comment interpréter le soutien affiché de la Russie au gouvernement syrien ? En s’opposant à l’internationalisation du conflit, la Russie protège-t-elle un allié ou songe-t-elle à sa propre survie ?

Avec :

Bahar Kimyongür, écrivain, dernier ouvrage : « Syriana , La conquête continue »

Ludo De Brabander : écrivain, dernier ouvrage, avec Georges Spriet : « Als de NAVO de passie preekt »

Jean-Marie Chauvier, journaliste, spécialiste des pays de l’Est de l’Europe

Georges Berghezan, CSO, en tant que modérateur

Les textes qui suivent développent les idées exposées durant la conférence par les intervenants.

 

NE FAITES PAS DE LA SYRIE UN DEUXIEME IRAK

 

A la mi-février, Guy Verhofstadt a fait un plaidoyer pour « une intervention humanitaire » en Syrie. Il y soutenait la nécessité d’un soutien financier et matériel à l’opposition, y inclus éventuellement des armes. Le chef du groupe libéral au Parlement Européen, a parlé, sur un ton dramatique, du « moment –Benghazi de la Syrie ».

Pour rappel : Verhofstadt était un des plus fervents défenseurs d’une intervention militaire en Libye, pour « sauver la révolution démocratique ». Au bout d’un an, on ne peut pas dire que cela va mieux dans ce pays, mais nous n’entendons plus rien sur ce sujet de la part de notre ex-Premier ministre. La Libye a disparu des actualités. L’opération de l’OTAN « pour protéger les populations » s’est pourtant soldée par la mort de 50.000 personnes et des destructions énormes dans plusieurs villes. Si nous en croyons les organisations humanitaires, le bilan pour la Libye est comparable à un scénario irakien. Des milices armées incontrôlables font la loi. Les tortures et les meurtres sont monnaie courante. Des conflits ethniques et religieux éclatent et menacent de s’étendre. Les politiciens comme Verhofstadt qui avaient un irrésistible besoin d’agir, n’entendent même plus les avertissements des experts. Ils risquent de créer exactement ce qu’ils prétendaient vouloir éviter : une catastrophe humanitaire.

La plupart des gens ne doutent pas que le régime syrien ne respecte pas les droits humains, et riposte brutalement aux manifestations et aux mouvements armés. Mais la proposition de Verhofstadt d’armer l’opposition, revient à mettre de l’huile sur le feu. En fait, le conflit à Homs, la ville où se joue actuellement un drame humanitaire, est le résultat d’un combat entre l’armée (gouvernementale) et l’opposition armée. Si, comme en Libye, on arme cette opposition et on lui offre un soutien aérien, on crée une lourde hypothèque sur l’avenir du pays. Intervenir militairement dans le paysage politique et ethnico-religieux complexe de la Syrie, revient à entretenir un conflit sans fin entre des armées irrégulières. Les organisations pacifiques démocratiques, qui existent bel et bien au sein de l’opposition syrienne , sont complètement mises hors-jeu et ignorées par les medias occidentaux. C’est un scenario dans lequel, les forces politiques qui exigent des réformes démocratiques, seront prises en otage et méprisées.

Beaucoup de personnes disent ne pas pouvoir rester sans rien faire quand des méfaits flagrants ont lieu contre les droits de l’homme. On les comprend. Mais le problème est qu’une intervention devient immédiatement une intervention militaire. L’arsenal diplomatiques de la communauté internationale se réduit donc, soit à ne rien faire, soit à bombarder à outrance. Les politiciens sont prompts à verser des larmes de crocodile.

Mais la cynique réalité géostratégique est également suspendue au-dessus de la tête de la population syrienne. Le Qatar et l’Arabie Saoudite jouent à nouveau le même sale rôle qu’en Libye. Leur but est le renversement du régime syrien. Tout comme la Turquie, ils veulent que le pouvoir tombe entre les mains de leurs alliés, les Frères Musulmans, sunnites dits « modérés ». Ce n’est un secret pour personne que le Qatar, et sans doute également la Turquie, livrent des armes à cette opposition. Nous savons aussi que les monarchies conservatrices des Etats du Golfe, qui répriment violemment toute tentative démocratique dans leur pays, essaient de contenir l’influence des Chiites d’Iran dans la région. Il faut aussi prendre en compte la recherche d’un parcours alternatif pour les pipelines. Actuellement, 40% du pétrole des Etats arabes passe par le Détroit d’Ormuz où des tensions sont fortes avec l’Iran. L’idée circule de construire un méga-pipeline pour transporter le pétrole par la terre. Le trajet le plus simple serait de passer par la côte syrienne et par.. la ville de Homs, qui deviendrait un point central. Sur la côte syrienne, à Tartous, les Russes ont une base militaire navale depuis des années. Sans tous ces éléments, le conflit en Syrie serait certainement passé inaperçu aux yeux occidentaux.

 

Ludo De Brabander

Extrait du Bulletin d’Information de VREDE, mars 2012

 

GRAND MOYEN-ORIENT, OTAN, MENACES AMERICAINES ET PRESSIONS TURQUES

 

Malgré les troubles et les difficultés économiques quotidiennes, le peuple syrien, dans sa majorité, semble toujours aussi décidé à ne pas céder aux chants des sirènes outre-Atlantique. Le 12 octobre 2011, soit plus de 7 mois après le début des pre-miers rassemblements contre le régime, près d’un million de personnes ont encore manifesté à Damas en soutien à Bachar Al Assad. « La mobilisation de mercredi a dépassé de loin celle de l’opposition qui manifeste presque chaque jour » reconnaît, contrarié, un correspondant de l’Associated Press. Ce pied de nez fondamental n’est pas sans agacer Paris, Londres, Tel-Aviv et Washington. Désormais, bien que l’appui de l’OTAN à la rébellion anti-kadhafiste ait coûté la vie à plus de 50.000 per-sonnes, et provoqué l’exode de milliers de Libyens et d’émigrés africains, une intervention militaire étrangère sous-traitée à des indigènes comme les collabos du CNT semble définitivement gagner les faveurs des stratèges américains pour la Syrie. En effet, Jeffrey Feltman, secrétaire d’Etat adjoint chargé du Proche-Orient a appelé l’opposition syrienne à se réunir à Istan-bul pour discuter les modalités de création d’un Conseil National de Transition syrien. Cette réunion a eu lieu le 15 septembre à l’endroit prévu mais la presse occidentale s’est bien gardée d’afficher le parrainage américain de la réunion d’Istanbul, fai-sant des Etats-Unis un lointain observateur qui salue l’initiative a posteriori.

Même s’il ne s’agit pour l’instant que de causeries on connaît suffisamment la manière à laquelle procèdent les Etats-Unis et leurs alliés européens pour liquider leurs ennemis : résolutions de l’ONU taillées sur mesure, sanctions économiques, reconnaissance d’une opposition politique aux ordres, armement de son bras militaire etc . Kadhafi renversé, le tour est venu à Bachar de quitter la chasse gardée de l’Oncle Sam. Et qui est donc le garde-chasse de sa chasse gardée ? C’est le premier ministre turc et grand parrain des réunions d’opposants syriens Recep Erdogan en personne. (..)

Le journaliste turc Mehmet Ali Güler a relevé de février 2004 au mois d’août 2010 pas moins de 32 aveux du premier ministre à propos de la mission assumée par la Turquie dans le nouveau projet américain de domination des pays arabo-musulmans. Basé sur le principe de la création d’un arc sunnite chapeauté par la Turquie, cette stratégie vise à neutraliser les turbulences chiites d’Iran, d’Irak, du Liban et de leur allié syrien. Justement, d’après une source diplomatique européenne qui a requis l’anonymat, durant l’été 2011, le Premier ministre Erdogan aurait proposé que Bachar El Assad offrît quatre grands ministères aux Frères Musulmans en échange d’un engagement turc à mettre un terme aux troubles qui secouent la Syrie. C’est le rejet de cette proposition par Damas qui aurait précipité la rupture entre les deux pays. Bachar El Assad n’a donc pas tort de se méfier du rôle, d’abord ambigu et aujourd’hui clairement hostile joué par la Turquie à son égard.

Plus proche de nous, la déclaration du patron de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, n’est pas des plus rassurantes : « en Syrie, comme en Libye et partout en Afrique du Nord et au Moyen Orient, il faut développer la liberté et la démocratie ». Là encore, curieusement, l’Afrique du Nord et le Moyen Orient sont cités conjointement comme si le manque de liberté et de démocratie n’existait que dans ces deux régions. Comme si finalement, ces deux subcontinents ne faisaient qu’un. Comme si, dans leurs QG, Rasmussen et les néoconservateurs américains consultaient la même carte d’état-major. Comme s’ils voyaient le monde de la même fenêtre. Le rêve de « Syriana » bientôt à portée de main ? On n’en est plus à une guerre près avec l’OTAN. Rien d’étonnant après tout, puisque c’est sa seule raison d’être.

 

Bahar Kymiongür

Extrait du livre « Syriana, la conquête continue », Ed. Investig’Action. Couleur livres

 

RUSSIE-SYRIE : LES ENJEUX

 

Quelques remarques préalables. Je ne suis pas ici pour défendre la politique du régime syrien ni le soutien russe à ce régime dictatorial, pas plus que pour apprécier les régimes rétrogrades et répressifs que soutient le « camp occidental ». Dans tous ces pays, les aspirations à la justice sociale et à la démocratie réelle animent de vastes soulèvements populaires, auxquels s’agrègent des intervenants extérieurs aux mobiles différents. Nous savons que ce qui se joue en Syrie n’est pas la lutte « entre démocratie et dictature » mais une guerre mondiale, remodelant les rapports de force dans tout un « arc de crise », qui va de l’Afrique du Nord à la Chine, en passant par l’Asie centrale et la Russie. Mon propos est d’éclairer la politique du Kremlin dans cette crise très complexe. D’emblée, je remarque l’abîme entre les informations disponibles et le discours convenu, répétitif et quasi-officiel des médias occidentaux. La presse russe tant décriée pour son inféodation au Kremlin – ce qui est exact pour les grands médias audiovisuels– est au moins plus variée. Nous sommes réduits ici à une vision binaire selon laquelle le régime syrien réprime atrocement un soulèvement populaire, ce qui est une part de la réalité. Les médias russes reprennent parfois cette version des faits mais en exposent d’autres, faisant état d’actions menées par des groupes armés qu’encadreraient des militaires français (dont certains seraient déguisés en journalistes) turcs, qataris, saoudiens et autres. Mais comment vérifier ? Les recoupements sont difficiles, et les sources internet infestées par les virus de la guerre psychologique menée par les divers acteurs. Mais que fait la Russie dans cette galère ? (..)

Syrie : « les six raisons du Kremlin »

Le grand commentateur Maxime Ioussine, dans le quotidien libéral des milieux d’affaires « Kommersant » explicitait en février les principales raisons du soutien russe à la Syrie : l’alliance, le commerce, la base navale de Tartus, la crainte des islamistes, le précédent libyen, les propres soucis intérieurs de Vladimir Poutine. « Les experts que nous avons interrogés, explique Ioussine, énumèrent les six principales raisons pour lesquelles le Kremlin, qui avait accepté de ne pas s’opposer à la résolution de l’ONU sur la Libye, se montre cette fois aussi obstiné, et semble prêt à faire du maintien de Bachar El-Assad un casus belli avec l’Occident. 1. La Syrie est l’un des alliés essentiels de la Russie dans le monde arabe. Si, à un moment critique, Moscou se détournait de Damas, ses autres partenaires auraient le sentiment que le Kremlin n’est pas fiable. 2. Damas est important pour Moscou sur le plan commercial. Le montant des contrats d’armement passés entre eux ces dernières années est évalué à 4 milliards de dollars. Durant la seule année 2010, la Syrie a acquis pour 700 millions de dollars d’armes russes. Récemment, Moscou a donné son accord à la vente de 36 Yak-130, appareils militaires d’entraînement, pour un total de 550 millions de dollars. Le volume global des investissements russes dans l’économie syrienne avoisine les 20 milliards : actuellement, la construction d’une raffinerie de gaz, réalisée par la compagnie Stroïtransgaz, est notamment en cours. Si les adversaires de Bachar El-Assad arrivaient au pouvoir, rien ne les empêcherait de mettre fin à la coopération avec Moscou. 3. La Russie s’inquiète du devenir de la base de ravitaillement et de maintenance de sa marine dans le port de Tartous [au nord de la Syrie]. A ce jour, ce site militaire est le seul dont la Russie dispose hors de l’ex-URSS. 4. La Russie redoute l’actuelle intransigeance de l’opposition syrienne, dont les chefs lorgnent du côté des monarchies du Golfe, de la Turquie, de l’Occident, mais aucunement vers Moscou. En outre, les islamistes, en premier lieu les Frères musulmans, ont une forte influence parmi les opposants, et leur arrivée au pouvoir dans une Syrie où vivent de nombreux chrétiens et chiites constituerait une division du pays suivant des lignes de faille religieuses et une menace d’éclatement. 5. Les responsables russes n’ont aucune confiance dans les promesses des Occidentaux lorsque ceux-ci certifient qu’une résolution de l’ONU ne doit pas être considérée comme une étape sur la voie d’une intervention militaire en Syrie. Moscou considère que les Etats-Unis et l’UE jouent sur les mots et rappelle le précédent libyen : l’Otan a commencé à bombarder les troupes de Kadhafi quelques jours seulement après l’adoption de la résolution 1973 par le Conseil de sécurité de l’ONU, en mars 2011. 6. Les spécialistes soulignent enfin le rôle que joue le calendrier politique intérieur russe. A un mois de l’élection présidentielle, on voit mal Vladimir Poutine choisissant de passer aux yeux de ses électeurs et de ses opposants pour un faible qui cède aux pressions de l’Occident et abandonne un allié de longue date. En Russie, on n’a toujours pas digéré la décision de s’abstenir lors du vote de la résolution 1973, et de faciliter ainsi le renversement de Kadhafi. Le Kremlin se refuse à voir Bachar El-Assad partager le sort du dictateur libyen, du moins jusqu’à l’élection du 4 mars. ».

L’article était publié avant les élections qui ont porté Poutine à la présidence, et en plein mouvement de contestation des fraudes aux législatives du 4 décembre 2011 et, en général, du régime poutinien que la dite « révolution blanche » (ou « orange ») espère faire tomber. « La Russie sans Poutine », tel est le cri de ralliement d’oppositions disparates, allant des libéraux aux communistes et à la gauche radicale, en passant par les néofascistes et les nationaux-bolcheviks. Or, cette contestation citoyenne, qui se réclame parfois de l’exemple arabe, est également « aidée » par les Etats-Unis, qui entretiennent sur tout le territoire de l’ex-URSS un réseau tentaculaire d’ONG financées par une kyrielle de « fondations ». (..)

Léonid Kalachnikov, premier vice-président du Comité des Affaires Extérieures de la Douma, estime que lors de la discussion au Conseil de sécurité (où la Chine et la Russie opposèrent leur veto à la résolution du 4 février 2012), il ne s’agissait pas de « soutenir le régime syrien » mais d’exiger que soient désengagés des combats en Syrie non seulement l’armée syrienne mais tous les groupes qui y guerroient avec des soutiens extérieurs. C’est le refus occidental d’accepter ce « désarmement général » qui aurait entraîné le veto russe sur la Syrie. Le refus, et l’évidence aux yeux de Moscou qu’une intervention militaire se prépare sous couvert de « couloirs humanitaires ».

Le tournant du 21 mars à l’ONU et la position du BRICS

La diplomatie (notamment russe) a marqué à la mi-mars quelques points par rapport au scénario interventionniste, qui s’avère risqué et difficilement praticable.

Le 21 mars, le Conseil de sécurité de l'Onu a adopté une déclaration "soutenant pleinement" les propositions de solution négociée par Kofi Annan. Sa mission a été soutenue par les membres du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud).

Leur déclaration adoptée à Delhi le 28 mars dit notamment : "Nous sommes profondément inquiets par la situation actuelle en Syrie et appelons à mettre d'urgence fin à toute violence ainsi qu'aux violations des droits de l'homme dans ce pays (…). "Notre objectif consiste à favoriser le processus politique intérieur mené par les Syriens et nous saluons les efforts conjoints effectués en ce sens par les Nations unies et la Ligue arabe" Et d’en appeler "le gouvernement syrien et toutes les strates de la société à faire preuve de volonté politique afin d'entamer un processus indispensable pour l'instauration de la paix". (..)

Ce fragile recul des positions bellicistes semble conforter les choix obstinés du Kremlin, sans que l’on puisse préjuger de ce qui se passera sur le terrain. (..)

L’entrée en scène du BRICS trace cependant la perspective de ce monde « multipolaire » dont se réclame la diplomatie russe.

 

Jean-Marie Chauvier

texte clôturé le 30 mars 2012

La version intégrale de ce texte se trouve sur www.csotan.org. Il est également diffusé sur la mailing list animée par le CSO.


L’art de la guerre

 

Iran, la bataille des gazoducs

 

Sur la scène de Washington, sous les projecteurs des media mondiaux, Barack Obama a déclamé : « En tant que président et commandant en chef, je préfère la paix à la guerre ». Mais, a-t-il ajouté, « la sécurité d’Israël est sacro-sainte » et, pour empêcher que l’Iran ne se dote d’une arme nucléaire, « je n’hésiterai pas à employer la force, y compris tous les éléments de la puissance américaine » (étasunienne, NdT). Armes nucléaires comprises donc. Paroles dignes d’un Prix Nobel de la paix. Ça, c’est le scénario. Pour savoir ce qu’il en est vraiment, il convient d’aller dans les coulisses. A la tête de la croisade anti-iranienne on trouve Israël, l’unique pays de la région qui possède des armes nucléaires et, à la différence de l’Iran, refuse le Traité de non-prolifération. Et on trouve les Etats-Unis, la plus grande puissance militaire, dont les intérêts politiques, économiques et stratégiques ne permettent pas que puisse s’affirmer au Moyen-Orient un Etat qui échappe à son influence. Ce n’est pas un hasard si les sanctions promulguées par le président Obama en novembre dernier interdisent la fourniture de produits et de technologies qui « accroissent la capacité de l’Iran à développer ses propres ressources pétrolifères ». A l’embargo ont adhéré l’Union européenne, acquéreur de 20% du pétrole iranien (dont 10% environ importé par l’Italie), et le Japon, acquéreur d’un pourcentage analogue, qui a encore plus besoin de pétrole après le désastre nucléaire de Fukushima. Un succès pour la secrétaire d’état Hillary Clinton, qui a convaincu les alliés de bloquer les importations énergétiques venant d’Iran contre leurs propres intérêts mêmes.  L’embargo cependant ne fonctionne pas. Défiant l’interdiction de Washington,  Islamabad a confirmé le 1er mars qu’il terminera la construction du gazoduc Iran-Pakistan. Long de plus de 2mille Kms, il a déjà été réalisé presque entièrement dans son tronçon iranien et sera terminé dans celui pakistanais d’ici 2014. Il pourrait ensuite être étendu de 600 Kms jusqu’en Inde. La Russie a exprimé son intérêt à participer au projet, dont le coût est de 1,2 milliards de dollars. Parallèlement, la Chine, qui importe 20% du pétrole iranien, a signé en février un accord avec Téhéran, qui prévoit d’augmenter ses fournitures à un demi-million de barils par jour en 2012. Et le Pakistan aussi accroîtra ses importations de pétrole iranien. Furieuse, Hillary Clinton a intensifié la pression sur Islamabad, utilisant la carotte et le bâton : d’un côté menace de sanctions, de l’autre offre d’un milliard de dollars pour les exigences énergétiques du Pakistan. En échange, celui-ci devrait renoncer au gazoduc avec l’Iran et miser uniquement sur le gazoduc Turkmenistan-Afghanistan-Pakistan-Inde, soutenu par Washington. Son coût est estimé à 8 milliards de dollars, plus du double que prévu initialement. A Washington, c’est cependant la motivation stratégique qui prévaut. Les gisements turkmènes de gaz naturel sont en grande partie contrôlés par le groupe israélien Merhav, dirigé par Yosef Maiman, agent du Mossad, un des hommes les plus influents d’Israël. Mais la réalisation du gazoduc, qui en Afghanistan passera par les provinces de Herat (où sont les troupes italiennes) et de Kandahar, est en retard. En l’état actuel, c’est celui Iran-Pakistan qui a l’avantage. A moins que les cartes ne soient redistribuées par une guerre contre l’Iran. Même si le président Obama « préfère la paix ».  (6 mars 2012)

 

Libye un an après : mémoire courte

 

Un des effets des armes de distraction de masse est d’effacer la mémoire de faits même récents, en en faisant perdre la trace. Ainsi est passé sous silence le fait qu’il y a un an, le 19 mars, commençait le bombardement aéronaval de la Libye, formellement « pour protéger les civils ». En sept mois l’aviation Usa/OTAN effectuait 30mille missions dont 10mille d’attaque, en utilisant plus de 40mille bombes et missiles. En outre étaient infiltrées en Libye des forces spéciales, dont des milliers de commandos qataris facilement camouflables. Et on finançait et armait les secteurs tribaux hostiles au gouvernement de Tripoli ainsi que des groupes islamistes, qualifiés de terroristes quelques mois auparavant seulement. L’opération dans sa totalité, a précisé l’ambassadeur étasunien auprès de l’OTAN, a été dirigée par les Etats-Unis : par l’intermédiaire d’abord du Commandement Africa, puis par l’intermédiaire de l’OTAN sous commandement Usa. On a ainsi démoli l’état libyen et assassiné Kadhafi lui-même, en attribuant l’entreprise à une « révolution inspiratrice » - comme l’a définie le secrétaire à la défense Panetta- que les Usa sont fiers d’avoir soutenue, en créant « une alliance sans égale contre la tyrannie et pour la liberté ». On en voit maintenant les résultats. L’état unitaire se désagrège. La Cyrénaïque -où se trouvent les deux tiers du pétrole libyen- s’est autoproclamée de fait indépendante et, à sa tête, a été mis Ahmed al-Zubair al Senoussi. Choix emblématique : c’est l’arrière-petit-fils du roi Idris qui, mis sur le trône par la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, leur concéda dans les années ’50 et ’60, bases militaires et gisements pétrolifères. Privilèges effacés quand le roi Idris fût déposé en 1969. L’arrière-petit-fils ne manquera pas de les leur rendre. Le Fezzan aussi, où se trouvent d’autres importants gisements, veut être indépendant. Il ne resterait à la Tripolitaine que les gisements qui sont devant les côtes de la capitale. C’est ainsi que les grandes compagnies pétrolières, à qui la Libye de Kadhafi ne concédait que d’étroites marges de gain, pourront obtenir des conditions optimales de la part des chefs locaux, en faisant jouer l’opposition de l’un contre l’autre. Le leader du CNT Abdel Jalil parle de « conspiration » et menace de faire « usage de la force », mais ce n’est pas un champion de l’indépendance libyenne : il est convaincu que la période du colonialisme italien fût pour la Libye « une ère de développement ». En attendant le Conseil de sécurité de l’ONU prolonge d’une autre année sa « mission d’appui en Libye », en se félicitant des « développements positifs » qui « améliorent les perspectives d’un avenir démocratique, pacifique et prospère ». Il ne peut toutefois pas éviter d’exprimer sa  « préoccupation» pour « les continuelles détentions illégales, tortures et exécutions extrajudiciaires ». Œuvre des milices armées, alimentées par la politique du « diviser pour régner » du nouvel empire. Milices armées utilisées pour allumer d’autres foyers de guerre dans d’autres pays, comme le montre le fait qu’à Tripoli se trouve un camp d’entraînement des « rebelles syriens ».

En Libye les premières victimes sont les immigrés de l’Afrique subsaharienne qui, persécutés, sont obligés de s’enfuir. Rien qu’au Niger, 200-250mille sont rentrés, en perdant ainsi la source de revenus qui entretenait des millions de personnes. Nombre d’entre eux, poussés par le désespoir, tentent la traversée de la Méditerranée vers l’Europe. Ceux qui y perdent la vie, comme les cinq derniers naufragés ensevelis à Lampedusa, sont eux aussi des victimes de la guerre qui a commencé il y a un an. Dont, désormais, on a perdu la mémoire.  (20 mars 2012)

 

Manlio Dinucci

 

Ces 2 articles de Manlio Dinucci ont été traduits par Maria-Ange Patrizio et sont publiés avec l’autorisation de l’auteur.


Sardaigne, poubelle de l’OTAN : les langues commencent à se délier

 

A la suite de la mobilisation persistante de nombreux mouvements associatifs italiens et d’autres pays d’Europe, et grâce à l’intervention courageuse de magistrats italiens, le « Cas de la Sardaigne, Poubelle de l’Otan et du complexe militaro-industriel »  commence à être connu d’un plus grand public. Récemment, une audition s’est tenue au Parlerment européen, dont on peut lire le compte-rendu sur notre site www.csotan.org. Cette lutte doit se généraliser à tous les sites utilisés par l’OTAN pour ses préparatifs de guerre et faire partie intégrante des revendications des mouvements de la paix en Belgique .

 

Nous publions ci-après le communiqué du MCP à ce sujet.

 

OTAN hors de Sardaigne !

 

Plus de 35 000 hectares de terres sont soumises à servitude militaire. La mer est interdite à la navigation, à la pêche et aux activités de plaisance…. une étendue maritime de plus de 20 mille kilomètres carrés, une zone a peu près égale à l’ensemble du territoire sarde. Sur l'île on a entreposé des missiles dans les polygones pour les exercices (Perdasdefogu- Capo Teulada et Capo Frasca). Des terrains d'aviation militaires (le plus vaste est celui de Decimomannu) servent essentiellement à des exercices d’entraînement de pilotes en vue de nouvelles guerres. C’est de la Sardaigne que sont partis les avions pour aller bombarder l’Irak et la Lybie. C’est à Decimommno que s’entraînent les pilotes israéliens. Des dépôts de carburant sont installés dans le cœur de Cagliari et sont alimentés par un pipeline qui traverse la ville. Partout se trouvent de nombreuses casernes militaires (Armée de terre, Force aérienne et Marine). Ces équipements et infrastructures sont mis à disposition des forces armées italiennes de l'OTAN, et de certaines autres armées étrangères
Quelques chiffres: le polygone de salto di -Quirra Perdasdefogu (dans l'Est de la Sardaigne) comporte 12.700 hectares. Avec celui de Teulada (7.200 hectares) il s’agit des s deux premiers polygones italiens, par extension et fréquence des tests. Le polygone de Capo Frasca, côte ouest en compte plus de 1.400. Il faut ajouter à ces nuisances, les nombreux radars militaires (environ 15). Le site de La Maddalena, abandonné par l’OTAN après des nombreuses années d’activité (sous-marins et bateaux nucléaires,) se trouve dans des conditions environnementales irrécupérables, certaines zones aquatiques sont radioactives et les fonds marins jonchés des débris d’origine militaire. La récupération écologique de la zone semble irréalisable.

·         Nous demandons :

·         la fermeture immédiate de ces terrains militaires

·         le dédommagement des victimes,

·         la remise en état de l'environnement,

·         l'inculpation des firmes d'armement, étrangères et italiennes, qui ont procédé à ces essais meurtriers,

·         le départ immédiat de Sardaigne des troupes étrangères dont l'OTAN.

 

Mouvement Chrétien Pour la Paix, mcp.belgium@skynet.be


Remodeler l’armée belge au service des guerres de l’OTAN

 

Les remous actuels au sein de l’armée belge, qui ont abouti à la démission du général en chef M. Delcour, ne sont pas simplement dus à des questions de nominations ou à des disputes communautaires. C’est toute la fonction des militaires dans le cadre de la structure de l’OTAN qui est en cause. Le Nouveau Concept Stratégique adopté à Lisbonne en 2008 préconise une transformation profonde des armées de tous les pays de l’Otan. Le but étant de construire une force de frappe sophistiquée et centralisée sous le commandement Otan, capable de porter la guerre dans tous les coins du monde. Comme le déclarait le ministre de la Défense De Crem, dans une interview au Soir :  « déployer sur le terrain environ un millier d’hommes en permanence… c’est cela qui est important…Par ailleurs, il n’est pas exclu qu’on fasse appel à la Belgique pour une autre opération optionnelle genre Libye… ». Le reste des forces terrestres (dont le général Delcour était le chef) peut être dégraissé d’un grand nombre de militaires pour faire des économies et concentrer le budget de la Défense sur le développement des « poches d’excellence » .

Il faut aussi, pour répondre aux exigences de l’OTAN, rendre plus efficaces les forces aériennes et navales et supprimer les doubles emplois : de là, la quasi fusion de la marine belge et des forces navales néerlandaises, la coopération renforcée de l’aviation belge et allemande, les « achats groupés » des avions qui devront remplacer les F-16 avec le Danemark et les Pays-Bas. Etc..

Tout cela signifie l’abandon de la souveraineté de la Belgique sur sa politique de défense. Et cet abandon ne se fait pas au bénéfice d’une mythique Union Européenne indépendante, mais bien de l’OTAN. On se rappelle que, dans le cadre d’une opération de surveillance Otan, les navires belges se sont retrouvés au large du Vénézuéla, en soutien à la marine hollandaise qui s’estimait « agressée » par des propos revendicatifs du président Hugo Chavez sur des îles « appartenant à la Hollande» ! Les F-16 de l’armée belge ont participé à des opérations de combat en Afghanistan aux côtés des pilotes allemands, en dépit des fameuses « règles d’engagement » de nos ministres de la Défense censées interdire ce genre d’activité. Sans parler de tout ce que nous ignorons encore, à cause du « Secret Défense » imposé aux parlementaires trop curieux.

Le prochain Sommet de l’Otan qui se tiendra à Chicago le 20 mai, sera certainement consacré en grande partie à cette « harmonisation » des armées des pays de l’Otan, ainsi qu’aux moyens à mettre à œuvre en Afghanistan pour que le retrait annoncé de certaines troupes soit compensé par une renforcement du « partenariat » de l’Otan avec l’Afghanistan. Il s’occupera également du déploiement du bouclier anti-missiles, (pour lequel la Belgique avait déjà payé un tribut à Lisbonne), et de sa stratégie nucléaire, et de pointer ce que l’Otan appelle « les nouvelles menaces » et que De Crem appelle « une autre opération optionnelle, genre Libye ». Le débat parlementaire, annoncé pour le 9 mai prochain, soit quelques jours à peine avant ce sommet, devrait porter sur toutes ces questions et s’élargir à un débat public avec tout le mouvement de la paix.

 

Claudine Pôlet


Communiqué de presse de Vredesactie - Action pour la Paix, 1er avril 2012

 

800 activistes de toute l'Europe ferment le Quartier général de l'Otan à Evere

 

Aux environs de 14 heures cet après-midi, 800 activistes pacifistes, venus de plus de 10 pays d'Europe, se sont rassemblés autour du Quartier général de l'Otan à Evere. 500 d'entre eux ont tenté de façon non violente de pénétrer sur les terrains de l'Otan. Une vingtaine sont entrés dans le domaine militaire. La zone de l'Otan a été fermée par des rubans rouges et blancs. 483 personnes ont été arrêtées administrativement. 300 supporters des équipes d'intervention manifestaient à l'entrée principale. Quand la paix est en jeu, une intervention non-violente est toujours nécessaire. Une alliance militaire telle que l'Otan - un petit club de pays qui mène la guerre dans le monde entier, possède des armes atomiques et se dit prêt à les utiliser en première frappe-, est un danger pour la paix mondiale!


No to NATO

 

APPEL A DES JOURNEES INTERNATIONALES D’ACTION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN A CHICAGO !

 

Du 19 au 21 mai 2012, le G8 et l’OTAN tiendront des réunions au sommet à Chicago, USA.

L’OTAN va y renforcer sa nouvelle doctrine nucléaire, confirmer sa stratégie future dans la guerre en Afghanistan, planifier de nouvelles guerres, comme une intervention possible en Syrie et/ou en Iran, renforcer son pouvoir militaire global pour le 21e siècle. Le sommet de l’OTAN va mettre en danger la sécurité réelle des populations dans le monde entier.

Un très grand nombre d’organisations états-uniennes et internationales ont lancé des appels à participer à des événements éducatifs, des conférences, des actions de désobéissance civile et de protestation publique à Chicago en Mai. Le point culminant en sera le Contre-Sommet international de l’OTAN les 18 et 19 mai et une manifestation pacifique le 19 mai.

Nous appelons à mener des actions de solidarité dans le monde entier, contre le système de guerre de l’OTAN entre le 14 et le 20 mai prochain

Alors que l’humanité doit faire face aux grands défis du 21e siècle, tels que les inégalités croissantes et les menaces à l’environnement, l’OTAN accroît les inégalités d’accès aux ressources et aux richesses de la planète et détruit l’environnement. Avec ses opérations militaires dans des régions très éloignées des frontières de ses pays membres, l’OTAN  sape les Nations Unies. « Si tu veux la paix, prépare la guerre » : telle est la recette otanienne pour mener des guerres sans fin, et non pour apporter la sécurité humaine.

Le Nouveau Concept Stratégique, adopté à Lisbonne en 2010, constitue l’arrière-plan des actions militaires mondiales de l’OTAN, au profit du « premier monde ». La guerre en Libye fut la première application de cette stratégie. Elle a coûté la vie de 50.000 Libyens. La guerre que mène l’OTAN en Afghanistan depuis dix ans, y compris l’instauration du gouvernement corrompu de Karzai et les arrangements avec les seigneurs de guerre fondamentalistes, ont ruiné ce pays , afin d’assurer des avantages économiques et stratégiques aux Etats-Unis et autres nations de l’OTAN.

Maintenant, l’OTAN préconise « l’afghanisation » de la guerre, et entraîne le pays toujours plus profondément vers la guerre civile.  L’OTAN prétend qu’elle défend les droits humains et protège la société civile. Tout cela sonne faux quand on voit la profonde corruption du gouvernement de Karzai, les exactions permanentes des soldats contre la population afghane. L’OTAN suit la voie néocoloniale très fréquentée qui mine la réelle sécurité des Européens et des Nord-Américains, aussi bien que celle des Afghans et des autres nations d’Asie Centrale.

L’OTAN persiste à s’arroger le droit de commencer unilatéralement un conflit nucléaire, contre tout ce que l’Alliance considère comme « une menace ». Les plans nucléaires de l’OTAN, en ce inclus la modernisations des armes nucléaires états-uniennes et des infrastructures nucléaires des autres Etats membres, mine le TNP (Traité de Non-Prolifération Nucléaire) et son Article VI consacré au désarmement nucléaire. Le « partage du nucléaire » (Nato’s Nuclear Sharing) qui transforme des pays comme l’Allemagne  les Pays-Bas ou la Belgique en puissances nucléaires de fait, est aussi une violation du TNP et donc du droit international.

En établissant des partenariats dans le monde entier avec des pays non-membres , au travers du « programme de partenariat pour la paix », ainsi qu’avec des institutions gouvernementales (comme l’Union Européenne), l’OTAN provoque une militarisation croissante de la culture politique. Au moyen de son programme de bouclier anti-missiles, de ses nombreuses bases militaires étrangères et de ses interventions agressives, l’OTAN produit des dépenses militaires massives, s’élevant à 75% des dépenses militaires mondiales. Cet argent fait désespérément défaut pour des programmes sociaux, économiques et écologiques dans tous les pays.

Nous appelons à des journées internationales d’action contre le système de guerre de l’OTAN !

Nous appelons à des actions dans le monde entier pour la solidarité, la démilitarisation, l’abolition des armes nucléaires, la résolution non violente des conflits, pour placer les besoins des populations au-dessus de la course au profit, pour la justice, et pour relever équitablement les défis environnementaux. Nous invitons les groupes et les militants politiques à mener des actions contre la guerre. Employez les réseaux sociaux pour informer vos amis et vos collègues sur le véritable agenda de l’OTAN et sur les alternatives possibles. Envoyez des lettres à vos représentants politiques et vos gouvernements et aux responsables de vos journaux. Organisez et participez à des conférences, des séminaires, des événements publics, des actions directes non-violentes, telles que le « NATO GAME OVER » le 1er avril à Bruxelles, des actions de désobéissance civile et des manifestations non violentes. 22 février 2012.                 

Le  Comité International de Coordination NO TO WAR – NO TO NATO*

* Le Réseau No To War – No To Nato comprend plus de 300 organisations et groupes d’horizons politiques très divers. Voir le site : www.no-to-nato.org

 

 

 

 

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0

MALI

Publié le par Patrick Kaczmarek

Face au drame que subit actuellement,le Mali,je pense à mes amis de la région de Tombouctou,du cercle de Niafunké et plus généralement à mes frères maliens qui souffrent. Je suis en colère,très en colère. Voici trois ans que le Nord Mali est au prise avec les bandes armées d' AQMI et les trafiquants en tout genre. Qu'a fait la communauté internationale et plus spécifiquement le gouvernement français pour venir en aide aux autorités et aux populations démunies de ces territoires? Rien ou si peu. Les efforts faits depuis de très nombreuses années par les coopérations des collectivités françaises et les associations de solidarité dans le Nord du Mali sont réduites à néant. Sans compter le prétexte pris par certaines collectivités françaises, devant l'instabilité,pour arrêter leur coopération. Et aujourd'hui,alors que la guerre est là, le gouvernement français et l'union européenne suspendent toute aide au Mali,pour cause de coup d'Etat. C'est intolérable. Certes il n'est pas question d'accepter celui ci,mais il faut comprendre que ce coup d'Etat est l'expression du ras le bol des simples soldats et des officiers subalternes devant l'incapacité du Président ATT et du gouvernement malien de faire face à la déstabilisation du Nord, mais aussi à une situation économique et sociale dramatique pour la majeure partie du peuple malien. C'est à ce cri du désespoir qu'il faut répondre.Et ce d'autant plus que le gouvernement français,Nicolas Sarkozy en tête,l'Europe et l'OTAN,avec leur "aventure" libyenne ont permis la déstabilisation complète de cette zone du Sahel.Les troupes touaregs de Kadhafi,fortement armés,chassés de Libye se sont réfugiés au Mali lançant l'offensive rebelle contre les autorités de Bamako.L'urgence est là.Les échos qui nous parviennent indiquent une situation dramatique pour les populations du Nord soumises aux exactions (exécutions,viols,pillages), à l'instauration de la charia dans certains lieux, à l'impossibilité d'irriguer les cultures qui seront ainsi perdues, à l'impossibilité de se nourrir,etc
La France et son président sont face à leurs responsabilités.Tout doit être fait pour maintenir l'intégrité du Mali, tout en réglant,enfin, la question des droits des populations touaregs,permettre l'émergence d'un gouvernement et d'autorités non corrompus,au service du peuple malien ,apporter une aide rapide aux populations victimes de la sécheresse,favoriser le développement de coopérations efficaces au service des populations et des collectivités maliennes avec les moyens nécessaires,etc.Si rien n'est fait au Mali et si ce pays est complétement déstabilisé, c'est tout le Sahel,du Soudan à la Mauritanie qui le sera également.
Répondons a l'appel de nos frères maliens.Intervenons auprès des autorités françaises et européennes.Sollicitons l'intervention des parlementaires européens,députés,sénateurs, conseiller régionaux,généraux,présidents des interco et maires.Ne restons pas inactifs

Jean Claude Mairal
Ancien président du Conseil général de l'Allier,ayant une coopération avec le cercle de Niafunké.

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0

COUP DE COEUR DU BLOG

Publié le par Patrick Kaczmarek

gilles-servat-001.jpg

Publié dans CULTURE

Partager cet article

Repost 0

bulletin DS

Publié le par Patrick Kaczmarek

LA LETTRE de 

                                                  DROIT-SOLIDARITE

                     (Association adhérente à l’Association Internationale des Juristes Démocrates)

                                   _________________________________________________________

                      c/o weyl-porcheron, 160 rue du Temple 75003 PARIS - neuvième année. Avril 2012 n° 97

___________________________________________________________________________________________  _                                             

 

DE L'EGALITE DANS LA CAMPAGNE Oui, certes : la CSA est là pour veiller à l'égalité des temps de parole. Mais comptera-t-elle dans les temps de parole les larges reprises, au journal matinal de France Inter, sous couleur d'information, d'enregistrements de passages de discours prononcés la veille dans les meetings du Président-candidat ?  Oui, certes : on doit inclure dans les comptes de campagne tout ce qui contribue à la campagne du candidat, quelles qu'en soient la forme, l'origine et l'auteur. Quand on prend le train ces jours-ci  et qu'on s'aventure à flâner dans la boutique de presse  Rally, on y trouve en bonne place un livre vantant les mérites du Président-candidat. Cela sera-t-il dans les comptes de campagne ?

VIVEMENT  LA  SIXIEME, MAIS  UNE  VRAIE !  L'idée commence à faire son chemin  on ne peut plus continuer avec cette monarchie. Mais alors, gare aux récupérations et aux recettes savamment technicisées de doctes Diafoirus constitutionnalistes, selon lesquels tout tiendrait à l'ingéniosité des mécanismes du pouvoir d'en haut. L'une des originalités de l'Histoire de France est d'avoir été depuis plus de deux siècles jalonnée d'une alternance entre le pouvoir césariste d'en hait et un pouvoir d'en bas à dose de souveraineté populaire, chacun étant une réplique au précédent, mais chaque expérience de césarisme enseignant une dose plus forte de souveraineté populaire. Ls dernière a été la 4è République,qui a été assassinée parce qu'elle était trop démocratique, et a pu être assassinée parce qu'elle n'était pas encore assez démocratique.. On a toujours mis à son passif l'instabilité ministérielle mais pour cela on se réfère a sa crise finale, quand l'Assemblée Nationale à majorité de gauche, a refusé les uns après les autres les Présidents du Conseil que désignait le Président de droite.  La crise ne tenait donc pas à un excès de démocratie, mais au fait que cette démocratie était encore obérée d'un pouvoir même limité du Président Et n'oublions surtout pas, pour en tirer les leçons, que déjà le contenu de souveraineté populaire de la Constitution de 1946 était en recul sur un projet initial de 1945, inspiré du programme du CNR, de l'expérience de la résistance, et des comités de libération, mais rejeté par référendum sous l'influence d'un discours de De Gaulle, et que même cette constitution avait encore été altérée par une réforme imposée en 1951 par une coalition anticommuniste qui avait abâtardi la proportionnelle en y introduisant les subtilités politiciennes des « apparentements » et des « panachages de listes. Une 6è République n'a de sens que si enfin elle donne aux citoyens les structures institutionnelles qui leur permettent, par leurs élus et par eux seuls, d'exercer leur pouvoir ensemble et de façon permanente.

DEFENSE DE DIVAGUER  Quand en pleine campagne électorale un individu connu comme potentiellement capable de dérives mystiques possiblement terroristes, et surveillé comme tel, peut néanmoins commettre successivement à 3 jours de distance, trois crimes relançant au profit des courants qui l'utilisent de façon récurrente l'argument sécuritaire pour faire oublier l'emploi, les salaires, la santé, est-il interdit de se rappeler qu'au début des années 1900, quand une bombe a explosé à la Chambre des Députés, il a été établi que le coupable, nommé Vaillant, avait été manipulé par des services de police ? Et qu'il a été établi que l'incendie du Reichstag en 1934 avait été commis par le faible d'esprit Van den Lubbe, manipulé par les services de Goering ? Le bénéfice électoral des crimes de Montauban et Toulouse ne valait-il pas une distraction des services de surveillance ?

LES POMPIERS INCENDIAIRES  Quand, faisant ce bulletin billet après billet au fil des jours nous avons évoqué pour le cauchemar de Montauban-Toulouse les précédents Vaillant et Van den Lubbe, nous nous sommes un instant de déraison demandé si nous ne nous égarions pas dans du mauvais roman policier. Nous avons été rassurés quand nous avons constaté que nous n'étions pas les seuls à nous interroger sur les défaillances d'une prétendue surveillance ciblée. Le sécuritaire est un tel produit électoraliste que cela vaut bien d'en fabriquer quand on est en rupture de stock; Et de renouveler le stock tant qu'on en a besoin; Comment peut-on comprendre autrement que s'inscrivant dans les provocations d hoc le tapage fait autour des « coups de filet», perquisitions, et autres harcèlements publiquement ciblés sans autres explications que la suspicion d'étiquetage islamiste ? 

 

LA SECURITE D'ABORD ? CHICHE ! . N'oublions pas que la 5è esr nee déjà sous l'épouvantail « Ca ou le chaos ». Et une sécurité cache (chasse) toutes les autres : la sécurité de l'emploi la sécurité au travail, la sécurité du logement, la sécurité du pouvoir d'achat, la sécurité des vieux jours, la sécurité alimentaire, la sécurité médicamenteuse, la sécurité environnementale, Mais c'est ça, ou alors, que devient la sécurité du profit, la sécurité du CAC 40, la sécurité des marchés ?

DALO, DODO, BOBO  La loi « DALO » a cinq ans. Une trouvaille de notre génial candidat repentant, cette idée d'opposabilité. Pourtant, c'est la totalité du droit au logement qui est opposable aux dépositaires du pouvoir d'Etat, depuis que la France a signé le Pacte des Nations Unies de 1966 dont l'article 11 le proclame. Or la loi DALO le cantonne dans ses limites. Et le bilan est qu'elle n'est même pas pleinement appliquée ! Bel anniversaire !

LE LOGEMENT EST UN DROIT FONDAMENTAL Le fatidique 15 mars arrivé, la trêve hivernale est terminée; Le marché locatif peut reprendre retrouver sa protection judiciaire. Peuvent refleurir les expulsions de familles pour raison d'indigence Des maires reprennent des arrêtés pour qu'aucune n'ait lieu sans relogement, mais vont reprendre les déférés préfectoraux et les annulations. Le Conseil d'Etat vient de faire un pas en disant que l'hébergement d'urgence est une exigence humanitaire impérative. Les Préfets ne pourront plus dire, comme l'un d'eux récemment, que le fait de laisser des familles à la rue n'est pas un trouble à,l'ordre public. Mais il reste encore à faire admettre que le trouble à l'ordre public est de ne pas avoir de logement (et pas seulement un hébergement), que le logement est une composante nécessaire de l'adresse domiciliaire, fait partie de l'identité et de la personnalité, la condition nécessaire du droit à l'intimité, qui est une composante substantielle de la dignité humaine. Mais est-ce vraiment encore à faire admettre ou s'agit-il de faire respecter et appliquer ce qui est d'ores et déjà officiellement admis mais honteusement et délibérément dénié ? L'affirmation constitutionnelle du droit au logement n'est-il qu'une incantation ? Sans doute le parc des logements sociaux demeure insuffisant notamment par la mansuétude à l'égard des villes qui n'en appliquent pas les quotas, sans doute ne peut-on exiger de tous les bailleurs qui ne sont pas nécessairement des marchands de sommeil, qu'ils logent des locataires gratuitement. Mais dès lors que la France a signé le pacte des Nations Unies de 1966 dont l'article 11 reconnaît le droit de toute famille à un niveau de vie suffisant comportant nourriture vêtement et logement; et s'est, par l'article 2 du même Pacte engagé à en appliqué les droits, cela n'implique-t-il pas que quand l'Etat mène une politique qui plonge des familles dans la misère il doive payer leur loyer à leur place ?

QUAND LES FLAGRANTS DELIRENT (eut dit Desproges)  Des policiers donnent la chasse à un quidam qui leur échappe; Des lazzis fusent, on ne sait venus d'où, mais cela va leur permettre de ne pas revenir bredouilles. Il y a là deux étudiants qui ont assisté à la scène. On les embarque, et tout droit l'audience correctionnelle de flagrants délits. Prise d'otages hélas relativement courante et banale. Le grave est que, sans autre preuve que la sainte parole des plaignants verbalisateurs, le Tribunal ait entériné. Braves gens, quand vous voyez la police, planquez-vous !

LES SBIRES SARKOZIENS POURVOYEURS DES PRISONS MAROCAINES C'est un combat récurrent pour obtenir la reconnaissance du droit d'asile en France pour les Sahraouis pourchassés sur leur propre sol par les occupants marocains. Et voilà que les collabos de leur ami le Roi viennent de franchir un pas de plus. Non seulement ils leur refusent le droit d'asile, non seulement ils les reconduisent à la frontière, mais ils les reconduisent au Maroc et organisent avec les autorités marocaines leur accueil à l'arrivée ! A la chasse, cela s'appelle les rabatteurs du gibier. On n'arrêtera pas le progrès; Il ne faut surtout pas qu'avec les élections cela risque changer.

PRISONNIER LIBERE SANS LIBERTE Sarkozy n'avait pas fait pour lui, franco- .palestinien, ce qu'il a fait pour le franco-israélien; Mais l'action de l'opinion solidaire a obtenu la libération de Salah Hammouri. Et s'est organisé tout un programme d'accueil pour fêter cette libération. Il était attendu à Stains, à Valenton, et bien ailleurs. Mais on le fêtera sans lui, car Israël lui refuse de sortir de cette autre prison que sont ses frontières dans lesquelles il continue à enfermer le peuple palestinien. Le combat continue !..

 OH LA BELLE COHERENCE SARKOZIENNE QUE VOILA!  Etre à la fois supra-européen et avoir pour modèle culturel les Etats-Unis ? Il suffisait d'y penser. Certes les Etats Européens ont chacun son histoire et ne sont pas comme les Etats Unis d'Amérique de simples circonscriptions administratives. Mais l'essentiel est de faire ce supra-etat européen dont les « marchés » financiers ont besoin pour exercer leur autorité sur les peuples. Par contre, pour la circulation des vulgaires quidams, plus de Shengen. Pas de problème dès lors que l'unité financiéro-étatiqie est garantie. Un gage aux européanistes, un autre au FN, Que ne faut-il pas faire comme acrobaties en période électorale !

LES EMIGRES DE COBLENZ SE MOBILISENT Le sortant à ne pas faire rentrer va-t-il devenir  (ou s'avérer) le candidat de l'étranger ? Faut-il avoir peur que les Français n'en veuillent plus, pour appeler au secours les gendarmes de l'Europe ? Est-il si stupide alors de se demander si un jour, si le peuple français, dans l'exercice de son droit fondamental à sa libre détermination, décide de mettre un terme à la domination des intérêts que ceux-là défendent, ils ne nous enverront pas les forces de l'OTAN pour rétablir l'ordre ? Finalement, la coalition des nouveaux chevaliers du Saint Empire Romain-Germanique aura peut-être rendu un mauvais service à son candidat pour la France, en le dénonçant comme leur homme de confiance.

FAITES CE QUE JE DIS, NE FAITES PAS CE QUE JE FAIS La Cour Européenne des Droits de l'Homme ne vient-elle pas de se tirer une balle dans le pied ? Nous avons dit précédemment combien nous étions choqués du refus de révision opposé à Dany Leprince, alors que l'examen préalable sur la recevabilité de sa requête avait acté de telles suspicions sur la qualité de l'instruction qu'elle concluait à la révision. Qu'ensuite, alors qu'avait ainsi été officialisée la matière d'un doute, cette révision ait été refusée procédait d'une évidente atteinte au principe de présomption d'innocence qui commande au moins le bénéfice de ce doute. Cela permettait de penser que la censure de la Cour Européenne était certaine. Or non seulement elle y manque en rejetant la requête dont elle était saisie, mais elle le fait sans motivation, et sans avoir pris le soin d'entendre les avocats. Ainsi la Cour est-elle gardienne des principes et notamment des droits de la défense, sauf devant elle.

HISTOIRE D'EAU En cette mi-mars s'est tenu à Marseille un sommet mondial des exploiteurs de l'eau, tous Veolia rassemblés. Il n'était évidemment pas possible de les laisser pérorer sans contradiction, ce à quoi a pourvu un bienvenu Forum Alternatif Mondial de l'Eau (FAME). L'eau est un produit de première nécessité, dont il n'est pas tolérable qu'il soit marchandisé, et distribué seulement en fonction du profit qu'il rapporte. Il n'est pas tolérable qu'elle soit couramment altérée par des pollutions industrielles,. DS soutient l'exigence que sa gestion soit au niveau national traitée en service public et au niveau international en bien commun de l'Humanité participant de l'exigence d'un Nouvel Ordre Economique International Démocratique 

ENFIN LE BON CHEMIN DE DAMAS  Non sans avoir au passage grincé des dents quand certains médias gratifient Ban Ky Moon d'être le « patron » de Kofy Annan, alors que Kofy Annan n'est plus l'employé de personne et que Ban KY Moon lui-même, aux termes de la Charte n'est pas un patron mais un employé, comme étant seulement le principal fonctionnaire de l'Organisation (en quelque sorte son Directeur Général des Services), on est heureux de pouvoir saluer à la fois l'initiative de Kofy Annan, et son efficacité, quand elle recueille l'accord convergent des pays arabes et du pouvoir syrien. Sans vendre la peau de l'ours, on est en droit de se dire qu'on est peut-être devant un exemple, pouvant avoir valeur de précédent, de ce que dicte la Charte, condamnant de plus fort rétrospectivement toutes les interventions qui n'en ont été qu'autant de violations. .

MAUDIT KREMLIN ! On peut n'avoir aucune sympathie pour Poutine, et cependant garder la tête froide. La campagne actuelle est à la mesure de l'accueil chaleureux dont bénéficia jadis l'avènement du système de corruption marchande au temps d'Eltsine. Le véritable climat de guerre froide que cela sous-tend nous ramène au temps des blocs,avec sans doute les mêmes adossements financiers. Alors qu'il existe une opposition d'un parti communiste ré-ascendant, celui que l'on présente comme le symbole et le héros de l'opposition martyre n'est-il pas un opulent homme d'affaires ? Qu'il est difficile en ces temps de conditionnement médiatisé de pouvoir raison garder !

TOUT EST DANS LA MANIERE Obama a reçu Nethanyaou à propos de l'Iran, non pas pour qu'il renonce à ses menaces guerrières, mais pour qu'il attende. D'ailleurs, les Etats-Unis n'excluent pas d'y recourir eux-mêmes, et de toutes manières, il a assuré l'Israélien de son soutien. On ne peut évidemment pas accepter que l'Iran soit éventuellement un jour susceptible d'avoir la bombe. Israël l'a déjà, mais ce n'est pas la même chose. Il y a une résolution 587 qui avait posé l'exigence de faire de toute la région une zone sans armes de destruction massive  La bombe israélienne devrait en faire partie. Mais Israël , ec n'est pas la même chose. On ne désarme pas son gendarme !.Et, encouragé, à peine rentré de Washington, Nethanyaou lance ses drones sur Gaza, et, sciemment, de façon manifestement calculée, prend la responsabilité de provoquer l'escalade. Il est vrai qu'Obama l'ayant assuré de son soutien, comment ne se penserait-il pas tout permis ?

ET TOUT CA POUR CA  Plusieurs dizaines de soldats français « tombés au chanp d'honneur », combien d'autres revenus délabrés, et quelle part de la « dette  obligeant à la rigueur » ? Pour permettre aux G.I. un jour de faire un autodafé de corans, un autre jour de nettoyer des maisons des civils qui les polluent. Quelle belle démonstration qu'il peut y avoir des guerres justes, pour motif humanitaire !

 

De l'AIJD et d'ailleurs

On rend compte

Le 3 mars :  DS a tenu la rencontre prévue sur le thème « La dette? La rigueur? De quel Droit ? » Il a été décidé 1) de constituer un collectif de suivi entre les présents et ceux qui s'y joindraient 2) de proposer un appel inter-associations contre le désengagement social de l'Etat, sur la base de l'article 11 du Pacte des Nations Unies sur les Droits Economiques et sociaux.3) d'offrir à une campagne de signatures un appel aux organes du pouvoir exécutif et aux parlementaires pour avoir des précisions sur les dates et motifs de ce qui constituerait « la dette ».

Les 15 et 17 mars :  Le bureau de l'AIJD s'est réuni à Bruxelles. Alors qu'il se réunit deux fois par an, nous n'avons pas l'habitude d'en rendre un compte détaillé, Celui-ci mérite une exception.  Rassemblant ses membres d'Angleterre, d'Allemagne, d'Autriche, de Belgique, de Bulgarie, du Costa Rica, des Etats-Unis, de France, ,de Haiti, d'Inde, d'Italie, du Japon, des Philippines, de l'Union des Avocats Arabes,  et du Vietnam,il n'y a pas eu trop de deux jours pour un riche bilan :adoption d'une résolution substantiellement motivée condamnant l'usage de la force en Libye et sa menace en Syroe et contre l'Iran, envoi d'un message de solidarité motivée au Forum International Alternatif de l'Eau qui se tenait simultanément à Marseille; bilan de la contribution au travail du Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU sur le Droit à la Paix, décision de principe d'une initiative pour étendre à l'utilisation de l'uranium appauvri en Irak les conclusions du Tribunal d'opinion sur l'utilisation de l'agent orange au Vietnam, Adoption de textes de solidarité avec les juristes Philippins agissant pour la libération des prisonniers politiques, contre l'impunité des responsables de la dictature déchue, la suppression et l'interdiction des bases militaires et du stationnement de troupes US, le soutien à Haiti dans son combat pour la responsabilité des Nations Unies dans l'épidémie de choléra, Solidarité avec les avocats utrcsz objet d'une inacceptable répression notamment pour leur action contre la répression qui frappe les kurdes, Etude de l'envoi d'une délégation d'enquête en Afghanistan, bilan sur le développement des relations de l'association avec les juristes de l'Afrique Subsaharienne, et concernant plus particulièrement encore Droit Solidarité, dispositions pour la mise en place d'un prix annuel « Monique Picard-Weyl », et décisions prises : de la tenue à Paris  au premier semestre 2013, d'une conférence internationale pour un Nouvel Ordre Economique International démocratique, et, au deuxième trimestre, la tenue à Bruxelles du 18è congrès de l'AIJD; Sur tout cela nous aurons évidemment à revenir..

 On annonce

Dans les cartons pour la rentrée d'automne : DS envisage d'organiser une rencontre sur le Droit à l'information comme composante indispensable de l'exercice de la souveraineté citoyenne.

Pas de quoi rire

Sus à la viande impure !  Guéant va interdire les chasses à courre. Elles se terminent par un hallali !   Des usagers qui ne savent pas ce qu'ils veulent Quand la SNCF joue avec les tarifs ils crient qu'ils sont roulés; Et quand la neige bloque les trains, ils crient parce qu'ils ne sont pas roulés:                         Encore un problème scolaire ! Les Français sont quand même capables de faire leur entrée en 6è !     Bain de (re)foule Les géographes en perdent le Nord : Sarkozy était à Bayonne, et c'est là qu'il a eu une conduite de Grenoble ! Le pauvre était allé chercher un bain de foule, et il l'a eu, mais pour être refoulé. Il a dû aller se réfugier dans un café, et, comble de mauvaise organisation de l'UMP, ce n'était même pas une succursale du Fouquet's.

Et comme ce bulletin sort le 1er avril, nous voulons quand même vous donner la primeur de quelques  nouvelles ultra confidentielles :

On murmure dans les couloirs de l'Elysée que le Président-candidat songerait à retirer sa candidature pour être à la disposition de la justice dans l'affaire de Karachi; Et on murmure dans les couloirs de la Maison Blanche qu'Obama aurait envoyé u message ultra confidentiel à Nethanyaou le mettant en demeure de détruire son armement nucléaire

____________________________________________________________________________________

CE QUE NOUS FAISONS VOUS PLAIT ? VENEZ LE FAIRE AVEC NOUS !

Droit Solidarité n'est pas une association de juristes mais de citoyens voulant agir dans le domaine du Droit, dont des juristes. C'est le moment d'adhérer, notamment pour mener avec nous la campagne « le droit est un combat citoyen »!

 

                DROIT-SOLIDARITE

Association adhérente à l’Association Internationale des Juristes Démocrates (AIJD)

c/o cabinet Weyl-Porcheron, 160 rue du Temple 75003 PARIS - fax 01 42780357

 

BULLETIN D’ADHESION

 

                       -------------------------

LE DROIT EST UN COMBAT CITOYEN

Le Droit a un rôle de référence dans les rapports sociaux, différent selon la place que l'on a dans la société: Il y a le « bon droit » de ceux qui traitent les êtres humains en objets de pouvoir, C'est un droit compliqué, réservé  à des spécialistes. Et il y a le bon droit qui légitime l'action des êtres humains pour leur maîtrise de leurs conditions de vie et leur développement. Ce sont les droits fondamentaux proclamés par des textes internationaux clairs, simples, et que les citoyens doivent s'approprier pour en imposer le respect.

C'est un combat citoyen de tous les jours dans tous les domaines, celui que DS offre à tous de mener ensemble et de contribuer ensemble à promouvoir.

Affiliée à l'Association Internationale des Juristes Démocrates, fondée en 1946 avec le même objectif, l'association s'assigne non seulement d'assumer ce rôle dans notre hexagone et pour ce qui concerne les responsabilités internationales de la France, mais pour participer à toutes les actions de solidarité internationale et d'action commune dans tous ces domaines. Dans cet esprit, DS est à la fois une association de juristes et de citoyens voulant agir dans le domaine du Droit.

 

   Parce que le Droit est un combat citoyen, j'adhère à Droit -Solidarité

                   ------------------------------

Nom :                                                                                 Prénom :

 

Profession :

 

Rue :

Ville :

Code Postal :

 

Téléphone Fixe :                                                      Portable :

 

Télécopie :

 

Courriel :

 

Je verse :                (minimum 5 €, plus selon possibilités)

Publié dans FAITS DE SOCIETE

Partager cet article

Repost 0

Conférence européenne "Santé" les 12-13 mai 2012

Publié le par Patrick Kaczmarek

Partout dans le monde, et notamment en Europe, des mobilisations citoyennes se dressent pour une santé démocratique, égalitaire et solidaire, hors du diktat du marché

Les 12 et 13 mai 2012 à Paris se tient une
Conférence européenne en défense de la santé
et de la protection sociale publique et universelle
Cf. invitation-inscription jointe

Pour plus d'info et pour les invitations en diverses langues

Cf.http://groupe-sante-forum-social.blogspot.fr/2012/03/paris-2012-conference-europeenne-en.html

Vous êtes toutes et tous les bienvenu(e)s
Merci de diffuser largement

Pour la Coordination nationale, Françoise et Michel

 

Publié dans SANTE

Partager cet article

Repost 0

INFOS PAIX MARS 2012

Publié le par Patrick Kaczmarek

Votre logiciel de mail a bloqué l'affichage des images. Pour visualiser ce message correctement, il vous faut autoriser l'affichage des images.

INFOS-PAIX Spécial Sondage exclusif - n°348 – 23 mars 2012.
Cette lettre est diffusée aux abonnés de la liste "Infos-Paix".
Si elle ne s'affiche pas correctement, cliquez ici

SONDAGE EXCLUSIF

«Elections présidentielles: les Français et les dépenses militaires»


Merci à ceux qui ont répondu à notre appel à dons pour financer ce sondage exclusif. Vous pouvez encore nous aider à rendre visibles les exigences pacifistes dans la campagne présidentielle.

Les français veulent un débat public sur les dépenses militaires, selon l'IFOP

A un mois jour pour jour du premier tour de l’élection présidentielle, le Mouvement de la Paix publie une étude d’opinion réalisée par l’institut de sondage IFOP, en partenariat avec l’Humanité, Témoignage Chrétien et Planète Paix.
« Ces résultats très encourageants révèlent l’intérêt de la population pour des sujets trop souvent occultés des débats publics »
commente Pierre Villard, président de l’organisation pacifiste.

81% des Français réclament l’engagement de la France dans un processus de Convention internationale d’élimination totale et contrôlée des armes atomiques.

78% des Français
souhaitent que le sujet des dépenses militaires soit davantage présent dans le débat public et notamment abordé par les candidats à l’élection présidentielle.

Lire le communiqué du 22 mars


Le secteur devant faire l’objet de restrictions budgétaires en cas de réduction des dépenses

La question : Dans le contexte actuel, si l’on devait réduire les dépenses publiques, dans quel secteur devrait-on d’abord les baisser ?


Ensemble Mars 2012
(%)

La défense, l’armée...............................

37

Les aides versées aux chômeurs............

21

La culture...................

18

La prime pour l’emploi..........................

14

L’environnement, l’écologie....................

9

La justice, les prisons..............................

5

La sécurité, la police.............................

4

Les universités..............................

2

Les retraites.................................

2

La santé, les hôpitaux...........................

2

Les écoles, les collèges et les lycées...

1

Rien de cela............................

25

TOTAL..................................................

(*)

(*) Total supérieur à 100, les interviewés ayant pu donner deux réponses


L’adhésion à différentes propositions sur la stratégie de Défense de la France

La question : Vous personnellement, êtes-vous favorable ou pas favorable à ce que la France… ?

Favorable
(%)

Pas favorable
(%)

S’engage dans un processus de convention internationale d’élimination totale et contrôlée des armes atomiques, déposée auprès des Nations-Unies....................

81

19

Réduise ses dépenses militaires..............

73

27

Participe avec les Nations-Unies à des opérations de maintien de la paix à l’étranger...

66

34

Exporte des armements et sa technologie militaire........

44

56

Renouvelle et modernise ses armes atomiques (sous-marins, missiles, etc).....................

36

64


Le souhait de voir le sujet des dépenses militaires davantage abordé dans le débat public

La question : Souhaiteriez-vous que le sujet des dépenses militaires et du budget à attribuer à la Défense nationale dans les prochaines années soit davantage présent dans le débat public et notamment abordé par les candidats à l’élection présidentielle ?

 

Ensemble des Français (%)

TOTAL Oui

78

  • Oui, tout à fait

24

  • Oui, plutôt

54

TOTAL Non

22

  • Non, plutôt pas

19

  • Non, pas du tout

3

TOTAL.............................

100


Sondage réalisé du 12 au 15 mars 2012 sur un échantillon de 984 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, par la méthode des quotas après stratification par région et catégorie d’agglomération.

Télécharger les Résultats complets en pdf

A LA UNE


Toulouse - Montauban : Crimes odieux, odieux fruits d’une culture de guerre

Le Mouvement de la Paix condamne avec la plus grande force les actes barbares commis à Toulouse et Montauban. Il tient à témoigner tout son soutien aux familles des victimes. Ces crimes odieux, dont le meurtre d’enfants innocents, nous révulsent le cœur et l’esprit. Aucune cause ne peut justifier une telle horreur. Le racisme, l’antisémitisme, la xénophobie sont intolérables ; ils gangrènent les esprits et engendrent la haine et la violence.

Au-delà de l’émotion suscitée par de tels actes, la société doit savoir faire face à leurs causes profondes. Ces crimes ont comme origines la haine entre les peuples, le rejet de l’autre et l’indifférence face à la souffrance humaine. Ils s’enracinent dans ce que nous dénonçons comme étant une culture de guerre.

Lire le communiqué du 22 mars

 

MATERIEL DE CAMPAGNE

Nouveau : les dépliants, les affiches, les autocollants...


Abolition des Armes Atomiques : enfin un AAA qui résout la crise

Pour soutenir les actions du Mouvement de la Paix, du matériel militant, des affiches et des articles en promo, à ne pas manquer !

La boutique de la Paix


A ECOUTER
RECEVOIR INFOS-PAIX

Pierre Villard sur RCF le 14 mars

A écouter sur mvtpaix.org

On vous a fait suivre notre lettre d'info mais vous n'êtes pas encore abonné-e?
>>
S'abonner à Infos-Paix
>> Consulter les archives

JOURNEES D'ACTION
24-25 Mars : "Otons-leur la bombe du crâne"

Télécharger les affichettes des 10 candidats, à imprimer (13 Mo)

ou commander les autocollants Otez-vous la bombe du crâne !

Journées d'action à Serres, Gap, Laragne (05), Tournon (07), Carcassonne (11), Istres (13), Cher (18), Dijon (21), Besançon (25), Morlaix, Concarneau, Brest (29), Bruz, Rennes (35), Isère (38), Landes (40), Angers (49), Nevers (58), Pyrénées Orientales (66), Lyon, Givors, Vénissieux, Vaulx en Velin (69), Albertville-Ugine (73), Annecy (74), Paris (75), Achères, Poissy (78), Albi (81), Nanterre (92), Seine Saint Denis (93), Boissy St Léger (94)...
Voir toutes les initiatives sur : www.icanfrance.org

Elections présidentielles : les pacifistes interpellent les candidats et demandent la réduction des dépenses militaires et l'abolition des armes atomiques

Télécharger le tract à imprimer

De nombreux projets, des affiches, un sondage, un dépliant... Aidez-nous à rendre visible les exigences pacifistes

EVENEMENTS

Caen (14) : Table Ronde lundi 2 avril à 20h: Politique de la France pour la paix et la sécurité. Les candidats aux élections ont été invités. Maison de Quartier du calvaire St Pierre, 14 rue Professeur Horatio Smith


Saint Martin d'Hères (38): Soirée-débat Quelle politique de paix et de sécurité internationale pour la France d'après les élections?

avec la participation annoncée de Pierre Villard, Président du Mouvement de la Paix le lundi 26 mars 2012 à 20h, salle Fernand Texier - 163 rue Ambroise Croizat


Paris : Colloque Des médias pour la paix, pratiques médiatiques et engagements pacifistes dans la France du XXe siècle
Vendredi 23 mars 2012 – INHA – salle Vasari 9h-18h. Info ici. 2 rue Vivienne ou 6 rue des Petits-Champs


Paris, 6-9 août 2012: Jeûne international en face de la Tour Eiffel
Pour l'abolition des armes nucléaires et le souvenir des victimes des bombardements nucléaires de Hiroshima et Nagasaki
Toutes les infos


Paris et Saint Amand : Cinquantenaire de l'Union Pacifiste UPF-IRG

Evénements jusqu'au 24 mars 2012 - infos dans l'agenda


Bruxelles : Journée d'Action Directe Internationale au siège de l'OTAN
, 30 mars - 2 avril 2012
http://warstartshere.eu/fr

Voir la video Nato Game Over


Autriche : Délégation de Jeunes Européens pour un Monde sans Armes Nucléaires
27 avril – 6 mai 2012 NPT PrepCom aux Nations Unies à Vienne.
http://www.nptyouth.org


Rallye Stuttgart- Bruxelles à vélo pour libérer l'Europe des armes nucléaires, du 16 mai au 4 juin
Du poste de commandement atomique en Allemagne (Eucom) au PC atomique de l'OTAN à Bruxelles.
Infos en français (en pdf)

 
 
SUR INTERNET




 

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>