Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Lettre au Ministre du travail

Publié le par Patrick Kaczmarek

Groupement national « Sauvons la Médecine du Travail » (SLMT)
contact@slmt.fr <mailto:contact@slmt.fr>
http://www.slmt.fr
<http://www.slmt.fr/>
 
Monsieur Michel Sapin,
Ministre du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue Social.
Hôtel du Châtelet - 127, rue de Grenelle - 75007 Paris
 

Le 16 juin 2012
 
 
Monsieur le Ministre,
Si personne ne s’y oppose, dans moins d’un mois, au 1er juillet prochain, s’appliqueront les dispositions légales et réglementaires, relatives à la médecine du travail et plus largement à la prévention médicale des risques professionnels, préparées par et pour le Medef.
L’ancien gouvernement et les organisations patronales n’ont pas ménagé leur peine pour que soit votée cette loi dans les différentes Assemblées, pour que les décrets d’application soient promulgués à la hâte et que leurs dispositions soient mises en oeuvre avant même la date d’application des textes concernés.
Cette impatience est compréhensible de leur part. Ces textes organisent la mainmise des employeurs sur la santé au travail et mettent en cause la médecine du travail en tant que spécialité préventive des interactions du travail et de la santé, et dont l’objet exclusif est de prévenir les altérations de la santé du fait du travail.
Les modifications introduites par ces textes entérinent la disparition de la médecine du travail. Elles bouleversent ses fondements techniques, éthiques et déontologiques. Elles confient aux employeurs la surveillance et la prévention des risques professionnels qu’ils génèrent. Elles leur livrent une main-d’œuvre technique ne disposant d’aucun moyen de s’opposer à leurs pressions. Elles élargissent le pouvoir des employeurs en matière de contrôle des conditions de travail et de leur acceptabilité physique et psychologique.
Les professionnels concernés, dans leur grande majorité, y sont hostiles. C’est le cas également des syndicats CFE-CGC, FO, CFTC, CGT et SNPST des médecins du travail et des personnels des SIST, du syndicat CGT des inspecteurs du travail ou de la fédération CGT du labeur. Les élus de gauche, notamment socialistes, radicaux, citoyens et divers gauche, de la gauche démocrate et républicaine ont combattu les dispositions de la loi du 20 juillet 2011, finalement imposée d’autorité par le gouvernement aux deux Assemblées. A l’époque les responsables socialistes interrogés s’étaient prononcés, en cas d’alternance, pour une révision de ces textes, notamment Alain Vidalies, lequel considérait que les missions de prévention devaient être confiées, par la Loi, aux professionnels et non aux employeurs.
Les employeurs et les représentants de l’ex-majorité présidentielle espèrent que tout se passe comme si le vote du 6 mai 2012 n’allait rien changer. Ils attendent, par exemple, l’application de l’arrêté du 2 mai 2012 (J.O. du 8 mai 2012) qui abroge, à compter du 1er juillet 2012, les arrêtés concernant les surveillances médicales renforcées. Cette abrogation exonère les employeurs de l’obligation de financer les examens complémentaires dont doivent bénéficier actuellement les salariés exposés à l’arsenic, la silice cristalline, les cancérogènes vésicaux, le benzène, le plomb, les bruits toxiques, les rayonnements ionisants, les risques liés à la  manutention de charges lourdes, au travail en milieu hyperbare ou l’exposition à l’amiante.
L’absence de réaction d’un gouvernement qui laisserait s’appliquer la loi du 20 juillet 2011, les décrets du 30 janvier 2012 ou l’arrêté du 2 mai 2012, ne serait en aucun cas une bonne illustration du "changement maintenant" qui prévaut aujourd’hui.
C’est pourquoi le groupement national « SAUVONS LA MEDECINE DU TRAVAIL » vous demande de bloquer l’application de ces textes, selon un moratoire de 12 mois, pour permettre l’adoption d’une véritable réforme de la santé au travail au service de la préservation de la santé des salarié, principale richesse des entreprises et atout national.
 
Copies à :
Madame Marisol Touraine, Ministre des Affaires Sociales et de la Santé, 8, Avenue de Ségur, 75007 Paris
Monsieur Alain Vidalies, Ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé des relations avec le Parlement. Hôtel de Clermont, 69, rue de Varenne, 75007 Paris
 
Courrier (avec adresse de correspondance) signé par 6 médecins du travail, membres du groupement.

Publié dans POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0

Non Monsieur le Président, la « dissuasion » nucléaire ne contribue pas à la Paix

Publié le par Patrick Kaczmarek

Non Monsieur le Président, la « dissuasion » nucléaire ne contribue pas à la Paix,
ni à la sécurité de la France, ni à celle de la Planète

"Je me suis engagé devant les Français pour préserver la dissuasion nucléaire parce que c'est un élément qui contribue à la paix" affirme François Hollande lors d'une conférence de Presse en marge du sommet de Rio, en réponse à la proposition de l'ancien Premier Ministre Michel Rocard  sur BFM TV de supprimer l'inutile budget de la dissuasion française.

C’est pourtant la théorie erronée de la dissuasion qui demeure le principal argument de la prolifération nucléaire. Car si les armes atomiques sont si bénéfiques que cela, pourquoi dès lors ne pas permettre leur acquisition par tous ?

A contrario, dans le cadre du sommet de l'ONU sur la Terre, le président de la République aurait pu élargir le propos en invitant les puissances nucléaires à s’engager dans un processus d'élimination de l'arme nucléaire pour consacrer les budgets ainsi dégagés aux financements des grands enjeux de la planète : environnement, climat, agriculture, énergie, objectifs du millénaire pour le développement...
Il n’est plus tolérable de continuer, d'un côté, à produire les outils de l'apocalypse, et de l'autre, de ne pas donner les moyens à la sauvegarde de la Planète et à la satisfaction des besoins humains élémentaires (faim, santé, éducation, habitat, culture). Pour le Mouvement de la Paix, la vraie dissuasion, c’est la construction d’un monde plus juste, plus solidaire, plus démocratique. C’est le sens du programme « Culture de la Paix » de l’ONU.

Certes, le président de la République confirme que la France prendra toute sa place dans les négociations et discussions sur le désarmement nucléaire. Le Mouvement de la Paix demande au président de la République de ne pas en rester au verbe et d’engager la France dans le soutien à la Convention d’élimination des armes nucléaires, actuellement soutenue par 146 États. La France se grandirait de jouer un rôle moteur dans ce processus, en respectant les engagements du Traité de non-prolifération bafoués depuis 20 ans1 en gelant le programme de nouveaux missiles à tête nucléaire M51 et en s'opposant au projet de défense anti-missile des USA en Europe qui relance déjà la course aux armements nucléaires.

 

Selon  le sondage IFOP/Mouvement de la paix, publié en mars 2012 : "81% des français sont favorables à l'engagement de la France dans un processus de Convention internationale d'élimination totale et contrôlée des armes atomiques".
Au moment où on nous annonce qu’il faut d’urgence trouver 10 milliards pour le budget 2013, il y a là près de 4 milliards disponibles en renonçant à la modernisation illégale des armes atomiques françaises.

 

Le Mouvement de la Paix invite les citoyennes et citoyens à amplifier leur engagement pour sauver la planète de la destruction atomique, et à soutenir la Lettre-pétition au président de la République du Collectif français de la Campagne internationale pour abolir l’arme nucléaire (ICAN – France).

http://www.icanfrance.org et http://www.mvtpaix.org

 

 

Le Mouvement de la Paix

Saint-Ouen, le 22 juin 2012

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0

Sauvez Rio, Sauvez la planète

Publié le par Patrick Kaczmarek

 



Plus d'un million de personnes ont appelé les dirigeants mondiaux à stopper les subventions aux énergies polluantes au Sommet de la Terre de Rio, or nos chefs d'Etat n'ont rien fait. Désormais, la dernière chance de sauver les pourparlers se trouve entre les mains de la présidente brésilienne Dilma Rousseff -- signez la pétition urgente l'appelant à devenir l'héroïne mondiale du climat en mettant un terme aux cadeaux aux pollueurs!


Plus d'un million de personnes ont appelé les chefs d’Etat du monde entier à mettre fin aux subventions aux énergies polluantes lors du Sommet de la Terre de Rio -- une mesure logique qui permettrait d’utiliser les 1000 milliards de dollars offerts aux sociétés pétrolières pour les réinvestir dans les énergies renouvelables. Mais le sommet est un fiasco - malgré le soutien de l'Union européenne, des États-Unis et de la plupart des pays du G20! Les discussions prendront fin dans 48 heures. C'est maintenant qu’il faut agir pour sauver l’avenir de la planète.

La présidente du Brésil Dilma Rousseff accueille ce sommet, elle a le pouvoir de rouvrir les discussions et d’exiger un calendrier pour la baisse des subventions aux sociétés pollueuses. Mais pour l’heure, elle envisage de laisser les négociations se conclure sur un texte creux. Nous pouvons la faire changer d’avis.

Il reste 2 jours à Dilma Rousseff pour émerger comme héroïne du climat mondial. Signez cette pétition urgente dès maintenant et faites-la suivre à tout le monde – une fois qu’elle aura atteint à 500 000 signatures, Avaaz la remettra directement à Dilma Rousseff et publiera une annonce percutante dans le Financial Times:

http://www.avaaz.org/fr/sauvez_rio_sauvez_la_planate/?bKqGWbb&v=15388

Nous avons déjà fait d'énormes progrès vers la fin des subventions aux énergies fossiles au cours des quinze derniers jours. Ensemble, nous avons:

  • Déployé un billet géant de 1000 milliards de dollars sur les plages de Rio et de Los Cabos avec nos amis de 350.org. Cette action a attiré l'attention de médias clés à travers le monde et permis de faire entendre l’appel de plus d’un million de personnes en faveur de la fin des subventions aux pollueurs.
  • Remis une pétition de plus de 750 000 signataires directement au Premier ministre du Royaume-Uni David Cameron ainsi qu’au président mexicain du sommet du G20.
  • Pesé massivement dans la consultation organisée par l’ONU – qui a fait de la fin des subventions aux énergies fossiles la priorité absolue pour le Sommet de la Terre. Nous avons gagné avec plus de 66% des voix!
  • Inondé les ministres de l’Environnement du Mexique et de Nouvelle-Zélande de messages leur demandant de faire pression pour la fin des subventions aux pollueurs.
  • Et notre équipe sur le terrain à Rio et à Los Cabos a conduit un plaidoyer incessant pour convaincre hommes politiques et diplomates – participant ainsi à des dizaines de réunions avec des officiels de haut niveau représentant des pays clés.

Le décor est planté et Dilma Rousseff dispose de la solution idéale pour transformer de vains pourparlers en un résultat tangible: mettre fin aux subventions aux énergies fossiles. Nous avons seulement 48 heures pour la pousser à l'action --- cliquez ci-dessous pour signer:

http://www.avaaz.org/fr/sauvez_rio_sauvez_la_planate/?bKqGWbb&v=15388

Le mouvement visant à mettre fin aux subventions aux énergies fossiles est à un moment charnière. Plus d’un million d'entre nous ont signé des pétitions appelant à l’action, de Rio à Delhi, Londres ou Sydney. Nous entrons dans les dernières heures du Sommet de la Terre à Rio, continuons la pression/mobilisation jusqu'à la victoire!

Avec espoir,

Iain, Antonia, Jamie, Emma, Ricken, Diego, Pedro et le reste de l'équipe d'Avaaz

PLUS d'INFOS:

Rio + 20 - Un accord a minima attend les chefs d'État (Le Point):
http://www.lepoint.fr/monde/rio-20-un-accord-a-minima-attend-les-chefs-d-etat-21-06-2012-1475940_24.php

Greenpeace: "Rio+20 est devenu un échec épique" (RTL.be)
http://www.rtl.be/info/magazine/sciencesenvironnement/886827/greenpeace-rio-20-est-devenu-un-echec-epique-

Récit en images, tweets et vidéos de la campagne #EndingFossilFuelSubsidies (Huffington Post, en anglais)
http://www.huffingtonpost.com/jake-schmidt/endingfossilfuelsubsidies_b_1607288.html

Vidéo de l'action médiatique contre les énergies polluantes (Reuters):
http://in.reuters.com/video/2012/06/19/g20-fossil-fuel-protest?videoId=236062951&videoChannel=117460

Le dernier texte de discussion du Sommet de Rio+20 (en anglais)
http://avaazpress.s3.amazonaws.com/295The%20Future%20We%20Want%2019%20June%202.45am.doc

Partager cet article

Repost 0

LES INDIGNES A AMIENS LE 16 JUIN 2012

Publié le par Patrick Kaczmarek

Publié dans POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0

les news de Femmes solidaires

Publié le par Patrick Kaczmarek

Projet de loi gouvernemental sur le harcelement sexuel…

13 juin 2012

Les associations féministes mobilisées pour une loi juste et efficace sur le harcèlement sexuel saluent l'adoption ce matin par le Conseil des ministres du projet de loi relatif au harcèlement sexuel. Elles saluent également la remarquable volonté du gouvernement de les consulter et de requérir leur expertise… Lire la suite

Lire l'article entier

Publié dans POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0

Pour la défense des libertés en Tunisie - RASSEMBLEMENT Vendredi 15 juin à Paris

Publié le par Patrick Kaczmarek

APPEL DES ASSOCIATIONS DÉMOCRATIQUES ET ORGANISATIONS POLITIQUES TUNISIENNES

 

A UN RASSEMBLEMENT LE VENDREDI 15 JUIN A 19 H

POUR L’ARRÊT DES EXACTIONS DES SALAFISTES ET DES NERVIS ET CONTRE LES MENACES EXERCÉES SUR LES LIBERTÉS EN TUNISIE

POUR LA DÉFENSE DES LIBERTÉS INDIVIDUELLES

CONTRE LA GUERRE DE RELIGION IMPOSÉE PAR LES SALAFISTES

Paris le 13 juin 2012,

Les associations et organisations politiques démocratiques tunisiennes en France, appellent à un rassemblement, prés de l’Ambassade de Tunisie pour condamner les violences perpétrées simultanément, ces deux derniers jours, par des nervis et des groupes extrémistes religieux.

Après avoir sévi ces derniers temps, entre autres, contre les journalistes, les intellectuels, syndicalistes, les enseignants, les militants démocrates et les artistes, les salafistes et les nervis ont détruit et lacéré des œuvres d’art, jugées blasphématoires, lors d’une exposition intitulée « le Printemps des Arts » au palais d’Abdellia, à la Marsa. 

Les violences se sont ensuite propagées, dans les quartiers populaires de la ville de Tunis : Intilaka, Ettadhamen et Essijoumi, ainsi que dans les villes de la banlieue nord : La Marsa, Carthage et le Kram, semant la panique et le désarroi durant la nuit. Elles ont également atteint les gouvernorats de Jendouba, Sousse, Monastir et Tatouine. Suite à quoi, un couvre-feu nocturne a été institué à Tunis et dans quatre régions.

Ces groupes se sont aussi attaqués au Tribunal de Tunis à Essejoumi, où ils ont incendié le bureau du procureur. A Jendouba, ville du nord-ouest tunisien, des groupes salafistes ont incendié le siège régional du syndicat U.G.T.T. (Union Générale Tunisienne du Travail) et les sièges de trois partis politiques : le parti communiste des ouvriers de Tunisie, le mouvement des patriotes démocrates et le parti républicain. Il faut rappeler que les groupes salafistes accompagnés de casseurs, ont déjà attaqué à Jendouba plusieurs locaux de la police et des débits de boissons alcoolisées. Ces groupes bénéficient depuis plusieurs mois, d’une réelle impunité, et ce malgré la gravité de leurs actes. 

Les signataires de cet appel dénoncent ces actes graves, attentatoires aux libertés et à la démocratie qui surviennent après l'appel, relayé par des chefs salafistes tunisiens, du chef d'al-Qaïda, Aymen Adhawahiri, au soulèvement des Tunisiens pour l’instauration de la Charia en Tunisie.

Ils condamnent ceux qui appellent à l’affrontement religieux et qui utilisent illégalement les mosquées comme bases arrière, pour propager leurs discours haineux.

Les signataires exigent du gouvernement, la prise de mesures urgentes, pour neutraliser ces semeurs de troubles, violents et intolérants, qu'ils soient d’ailleurs, salafistes ou casseurs au service des contre-révolutionnaires, et qui s’attaquent à tous ce qui ne partagent pas leurs convictions fascistes.

Nous mettons en garde le gouvernement contre la poursuite de ces violences organisées par des salafistes et des nervis, et lui rappelons qu’il est le garant de la sécurité de toutes les personnes et les biens. 

Les signataires refusent que la Tunisie devienne un champ de bataille, ce qui aurait des conséquences désastreuses pour le développement économique et réaffirment la nécessaire ouverture de notre pays, au reste du monde.

Les signataires appellent les démocrates et les défenseurs des droits de l’homme tunisiens de Tunisie ou à l'Étranger, ainsi que nos amis Maghrébins et Machrequins, Français et Européens qui se sont mobilisés avec nous pour chasser le dictateur Ben Ali, à se mobiliser encore une fois, pour la défense de la tolérance, des libertés et de la démocratie en Tunisie. 

Cette mobilisation est urgente, pour contrecarrer les violences des salafistes, des casseurs et de leurs commanditaires et pour défendre les libertés ; de création, de croyance et d’expression, de presse, syndicale et associative.

POUR L’ARRET DE LA VIOLENCE DES SALAFISTES ET DES NERVIS EN TUNISIE

POUR LE RESPECT DES LIBERTÉS ET DES DROITS DE L’HOMME EN TUNISIE

POUR LES OBJECTIFS DE LA RÉVOLUTION : DIGNITÉ, TRAVAIL ET LIBERTÉ

VENDREDI 15 JUIN 2012 A PARTIR DE 18H30

Prés de L'AMBASSADE DE TUNISIE

PLACE ANDRE TARDIEU SORTIE DU METRO ST. FRANCOIS XAVIER (ligne 13) 

Premiers signataires: A.D.T.F. – A.I.D.D.A. – A.T.N.F. – Collectif 3C – C.R.L.D.H.T. – Ettakatol / France – F.T.C.R. – Filigrane – M.C.T.F. – M.O.P.A.D. (Watad) / France – P.C.O.T. – Parti Républicain – R.E.M.C.C. – U.T.A.C. – U.T.I.T. – Vérité pour Farhat Hached

Et le soutien

Associations : A.C.O.R.T. – A.M.F. – A.S.D.H.O.M. – A.T.M.F. – C.E.D.E.T.I.M. – E.M.C.E.M.O. / pays bas – F.C.M.A. – Le Manifeste des Libertés – Le Mouvement de la Paix - Na'oura / Bruxelles – R.E.M.D.H. – SOS Migrants / Bruxelles

Syndicats : C.F.D.T. – Force Ouvrière – Union syndicale Solidaires.

Partis : Les Alternatifs – E.E.L.V. – F.A.S.E. – N.P.A. – P.C.F. – P.G.

Publié dans POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0

Pour éviter l'expulsion de Mohamed KABA, jeune majeur scolarisé au LP d'Abbeville (Somme)

Publié le par Patrick Kaczmarek

Mohamed KABA, ayant fui la GUINEE, doit pouvoir poursuivre sa formation professionnelle au L.P d’Abbeville et vivre en FRANCE,

 

Monsieur le Préfet de la Somme et de la Picardie, Monsieur le Préfet de l’Oise,

 

Je, soussigné(e), sollicite de votre bienveillance pour que ne soit pas expulsé Mohamed KABA, jeune scolaire, ayant fui la GUINEE en 2009. Pour mémoire, Mohamed KABA, né le 5 avril 1994, a fui la Guinée, en passant par l’Espagne pour arriver en France en novembre 2011, après avoir assisté au massacre des opposants au régime en place en septembre 2009, au stade de Conakry, durant lequel son père est abattu, et sa sœur violée sous ses yeux. Encore mineur lors de son arrivée en France, Mohamed KABA a été pris en charge par l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance) du Conseil Général de la Somme qui le scolarise au Lycée professionnel d’Abbeville, en section plomberie. Apprécié de ses professeurs et des ses responsables de stage professionnel, Mohamed KABA vient de bénéficier d’un contrat jeune majeur du Conseil Général de la Somme, depuis le 5 avril 2012.

Ainsi, tout juste majeur, il dépose une demande d’asile en France à la Préfecture de Beauvais, préfecture de la Picardie habilitée à recevoir les demandes. Le 12 juin 2012, lors d’une seconde démarche préfectorale avec son éducatrice, il est arrêté dans l’enceinte même de la préfecture de Beauvais et envoyé au CRA (Centre de rétention Administratif) de Oissel les Rouen pour être expulsé par avion de l’aéroport de Roissy, avion qu’il vient de refuser de monter le 13 juin 2012. Réincarcéré au CRA de Oissel les Rouen, il sera traduit au Tribunal Administratif de Rouen le 14 juin puis devant le Juge des Libertés et de la Détention, avec la menace d’être mis une seconde fois, dans un avion…

 

C’est pourquoi, je vous serais reconnaissant(e) de bien vouloir tout mettre en œuvre pour ne pas expulser Mohamed KABA, de faire preuve d’humanité en lui laissant terminer ses études professionnelles en plomberie et lui laisser la possibilité de finaliser sa demande d’asile en France…

 

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet de la Somme et de la Picardie, l’expression de mon attachement au respect des Droits de l’Homme et l’expression respectueuse de mes salutations républicaines.

 

NOM

Prénom

Profession et Ville

Signature

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ou bien vous pouvez signer en ligne : http://resf.info/P2315

Pétition à renvoyer, avant le 30 juin 2012  à: RESF c/o Ligue des Droits de l’Homme, 6 rue Chevalier de la Barre, 80100 ABBEVILLE

 

Réseau Education Sans Frontières de la Somme

 

Avec le soutien de: Ligue des Droits de l’Homme, SUD-Education, FCPE, Léo-Lagrange, Entraide Protestante, FSU, CGT-Education, SGEN-CFDT, UNSA-Education, Union  CGT80, Union syndicale "Solidaires", UNEF, l'ASMA, l’Union pour la Dignité des Chômeurs, ATTAC, Confédération Paysanne, Ligue de l'Enseignement, Mouvement de la Paix, Compagnie de théâtre «Charnière», Femmes Solidaires, Association «Vie Brisée», Association de lutte contre l’illettrisme«CARDAN», Espéranto 80, Femmes en Mouvement, Compagnie de théâtre «Les BEN’ARTS», Coordination des Artistes et Intermittents du Spectacle en Lutte en Picardie, les CEMEA de Picardie, Etudiants Musulmans de France, Fédération Syndicale Etudiante, Journal «ch’Fakir», la CIMADE, SUD-Santé Sociaux, Association d’Ethno-Psychanalyse, Asso «Faites de la résistance», Nouvelle Afrique, Asso Générale des Etudiants de Picardie, Théâtre «La Roue Libre», Asso «Culture, Animation, Prévention, Sports», Asso «Défense-Enfants-International», Asso CAP-VERT d’Amiens…

 

Contacts : tel 06 83 24 20 59, E-mail : resfabbeville@gmail.com, Site: www.educationsansfrontieres.org

Publié dans FAITS DE SOCIETE

Partager cet article

Repost 0

Grèce - Solidarité internationale

Publié le par Patrick Kaczmarek

STOP A LA MISE AU PILORI DE FEMMES SÉROPOSITIVES EN GRÈCE.

 NOUS DEMANDONS LEUR LIBÉRATION IMMÉDIATE

 ET LEUR ACCÈS AU TRAITEMENT MÉDICAL.  

 

 Le gouvernement grec procède en ce moment a une action barbare qui n'a pas de précédent.

 Le gouvernement grec,  en invoquant le danger pour les clients de la prostitution  d'être contaminés par le HIV par des femmes  séropositives parce que toxicomanes  , (dont certaines sont prostituées  de façon occasionnelle ou régulière) , a officiellement permis au procureur de la république  d'autoriser  la publication de leurs photos,de  leur nom,et de l'adresse de leur domicile. Le gouvernement a ainsi violé tous les droits de protection des informations privées ,le secret médical n'a pas été respecté . Les traités  internationaux et européens que l'Etat grec a signé concernant la protection des personnes séropositives  ont été et bafoués. 
 Plus concrètement, le 29Avril, la police a publié sur ordre du procureur de la République ,la photographie et le nom d'une jeune russe de 22 ans.Tout ceci a été retransmis sur toutes les chaines de TV.Dans les jours qui ont suivi d'autres noms et d'autres photos ont été publiés Ceci continue encore aujourd'hui et elles sont au nombre de 29.

 La plupart des femmes sont grecques et beaucoup d'entre elles sont toxicomanes.Ces femmes ont été arrêté et sont en prison.La charge retenue contre elles et de faire courir un "lourd risque corporel"à leurs clients .

 Cette décision gouvernementale a été prise , en avril,  dans le cadre de la croisade générale raciste et  anti-immigrés qui s'est ouverte avec la campagne électorale . Elle avait pour but de regrouper les sans-papiers, de les parquer dans plusieurs lieux avant de les expulser. La stigmatisation des  "femmes  prostituées"  est arrivé ensuite pour compléter cet objectif, en  ciblant, comme cela a été écrit officiellement," les femmes migrantes prostituées comme des bombes contre la santé et la vie de famille des hommes grecs". 

 Il s'est avéré très vite que les opérations de police aboutissaient à l'arrestation de femmes qui étaient grecques , dans la majorité des cas.Ceci a donc abouti , dans les faits ,  à l'annulation de l'effet lutte contre les immigrés. Toute l'affaire s'est transformée en une  forme moderne de chasse  aux sorcières , contre les femmes. 

 

 Les organisations féministes ont dénoncé depuis longtemps  le fait que, surtout dans la traite, les proxénètes et  les clients forcent les les femmes en situation de prostitution  à accepter des rapports sans préservatifs .En effet,  ces rapports sans préservatif sont  encore mieux tarifés .  Ceci, à la grande satisfaction des proxénètes dont les  profits et des ceints sont les demandes insensées et dangereuses sont ainsi satisfaites. 

 Elles ont aussi dénoncées le fait que pour les clients qui sont des jeunes  hommes mineurs, l'école ne leur a  rien  appris sur le mode de contamination par le VIH. Et alors que ce sont les hommes mineurs ou majeurs qui demandent le rapport sans preservatif, ce sont les femmes qui sont en prison!!! 

 

Les politiques décrites ci-dessus, qui sont celles des autorités officielles  du pays, piétine les droits humains sont une offense à la dignité humaine  et alimentent une culture de la discrimination.Elles sont aussi une destruction de la santé publique. En effet, d'une part , elles envoient un message faux à la société car la précaution est de la responsabilité de chacun. D'autre part, cette politique décourage les membres de ces communautés "à risque"à aller se faire dépister  par les services de santé et soigner , ce qui  finalement accroit l'épidémie.

 En Grèce, nous avons aussi dénoncé le fait que les programmes pour la prévention du HIV   ont été diminué de 50% depuis 2009, les fonds alloués au traitement des toxicomanies de 30%. Au total,avec les plans d'austérité barbares imposés depuis 2009,c'est 50% des fonds alloués à la santé qui ont été coupés.

 

 Nous demandons une augmentation des fonds alloués à l'information et à l'éducation, la prévention et le traitement , en grece , pour les grecs et les immigrants  de cette maladie comme de toutes les autres. 

 Nous demandons des réponses sur les questions que nous avons posées concernant las procédés qui ont conduit au non-respect du secret médical et à la divulgation de faits concernant la vie personnelle car ceci est une violation de la législation  grecque et européenne  concernant les personnes séropositives.  Ce qui est arrivé est le fait du seul procureur de la république et n'a pas eu le consentement de l'autorité qui protège les données de la vie privée.
Nous demandons que le Centre grec de suivi et  de prévention (KEELPNO), le principal organisme officiel dans ce domaine, suspende son non-respect des lois et sa collaboration dans la stigmatisation publique  et concrète de ces  femmes  et de celles qui pourraient l'être , en ciblant par exemple  d'autres  groupes sociaux comme les transsexuelles en situation de prostitution. 

 

 Nous demandons la libération immédiate   des femmes arrêtées, leur accès au programme de soins, et un dédommagement  pour le dommage moral qui leur a été imposé. 

 Nous demandons l'intervention des organisations internationales  auprès du gouvernement grec pour que cesse immédiatement cette mise au pilori  de femmes 

et que soit condamné  ce comportement contraire a tous les traités européens et internartionaux que la Grèce a signé .

 

 Signatures to be sent to Email: againstviolencewomen@gmail.com

 

 Quelques articles et commentaires trouvés sur le web.

http://www.romandie.com/news/n/_Grece_Amnesty_proteste_contre_l_incrimination_des_prostituees_seropositives32170520121712.asp

http://www.romandie.com/news/n/_Amnesty_presse_la_Grece_de_renoncer_a_enfermer_des_migrants_presumes_malades78030420121447.asp

http://blog.ehesp.fr/mediasantepublique/2012/05/06/vih-on-enferme-les-prostituees-seropositives-a-athenes/

http://sandrine70.wordpress.com/2012/05/06/soutien-aux-personnes-prostituees-en-grece-ou-les-derives-du-reglementarisme/

http://munichandco.blogspot.fr/2012/05/derive-fasciste-en-grece-les-autorites.html

Publié dans SANTE

Partager cet article

Repost 0

Silence radio sur l'Islande ?

Publié le par Patrick Kaczmarek

 

Bien sur , il y a une censure en France !!!!
>

Sans nouvelles d’Islande : Pourquoi ?

 

Si quelqu’un croit qu’il n’y a pas de censure actuellement,
> qu’il nous dise pourquoi on a tout su au sujet de ce qui se passe en Egypte, en Syrie ou en Libye et pourquoi les journaux n’ont absolument rien dit sur ce qui se passe en Islande :

En Islande,

-    le peuple a fait démissionner un gouvernement au complet,

-    les principales banques ont été nationalisées et il a été décidé de ne pas payer la dette qu’elles avaient contractée auprès de banques de Grande Bretagne et de Hollande, dette générée par leur mauvaise politique financière

-    une assemblée populaire vient d’être créée pour réécrire la Constitution.

Et tout cela, pacifiquement.

Toute une révolution contre le pouvoir qui a conduit à cette crise.

Voilà pourquoi rien n’a été publié pendant deux ans

 

Que se passerait-il si les citoyens européens en prenaient exemple ?

  

Brièvement, voici l’histoire des faits :

-    2008 : La principale banque du pays est nationalisée. La monnaie s’effondre, la bourse suspend son activité. Le pays est en banqueroute.

-    2009 : Les protestations citoyennes contre le Parlement font que des élections anticipées sont convoquées et qu’elles provoquent la démission du Premier Ministre et, en bloc, de tout le gouvernement.

La situation économique désastreuse du pays persiste. Par le biais d’une loi, il est proposé à la Grande Bretagne et à la Hollande le remboursement de la dette par le paiement de 3.500 millions d’euros, montant que paieront mensuellement toutes les familles islandaises pendant les 15 prochaines années à un taux d’intérêt de 5%.

-    2010 : le peuple descend à nouveau dans la rue et demande que la loi soit soumise à référendum.

En janvier 2010, le Président refuse de ratifier cette loi et annonce qu’il y aura une consultation populaire.

En mars, le référendum a lieu et le NON au paiement de la dette remporte 93% des voix.

Pendant ce temps, le gouvernement a entamé une investigation pour régler juridiquement les responsabilités de la crise.

Les détentions de plusieurs banquiers et cadres supérieurs commencent.

Interpol lance une enquête et tous les banquiers impliqués quittent le pays.

Dans ce contexte de crise, une assemblée est élue pour rédiger une nouvelle Constitution qui reprend les leçons apprises de la crise et qui se substitue à l’actuelle qui est une copie de la constitution danoise.

Pour ce faire, on a recours directement au peuple souverain.

On élit 25 citoyens sans filiation politique parmi les 522 qui se sont présentés aux candidatures. Pour cela, il faut être majeur et recueillir le soutien de 30 personnes.

-    L’assemblée constituante commence ses travaux en février 2011 afin de présenter, en partant des avis collectés dans les diverses assemblées qui ont eu lieu dans tout le pays, un projet de Grande Charte.

Elle doit être approuvée par l’actuel parlement ainsi que par celui qui sera constitué après les prochaines élections législatives.  

Voici, en bref, l’histoire de la Révolution Islandaise :

-    Démission en bloc de tout un gouvernement

-    Nationalisation de la banque

-    Référendum pour que le peuple puisse se prononcer sur les décisions économiques fondamentales

-    emprisonnement des responsables de la crise et

-    réécriture de la constitution par les citoyens

  

Nous a-t-on parlé de cela dans les médias européens ?

En a-t-on parlé dans les débats politiques radiophoniques ?

 

A-t-on vu des images de ces faits à la TV ?

Bien sûr que non !

Le peuple islandais a su donner une leçon à toute l’Europe en affrontant le système et en donnant une leçon de démocratie au reste du monde.

  

Publié dans POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0

DEFENSE DROIT IVG EN TURQUIE (PETITION)

Publié le par Patrick Kaczmarek

       Femmes solidaires  

Maison des Ensembles               

3-5 rue d’Aligre                                              

           75012 PARIS                                         

                      Tél : 01 40 01 90 90                  

          Fax : 01 40 01 90 81                             

femmes.solidaires@wanadoo.fr     

 

 

 

 

Paris, le 8 juin 2012

 

 

Turquie : Appel à la solidarité nationale et internationale

 

Femmes solidaires a été alertée par des féministes turques de la remise en cause du droit à disposer de son corps.

Comparant l’avortement à un crime, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan compte restreindre les conditions d’interruption volontaire de grossesse. Avec la collaboration du ministre de la santé, il cherche à réduire le délai de l’Ivg à quatre semaine, au lieu de dix, ce qui rend sa pratique quasiment impossible. Il met aussi en cause la césarienne qui diminuerait la fertilité et fait pression pour que chaque femme ait au moins trois enfants.

A la suite de ces évènements, nous souhaitons manifester notre très grande inquiétude. Sans cesse remis en cause et menacé à travers le monde, le droit à disposer de son corps est un droit fondamental. Il faut dépasser le stade de la vigilance pour agir. Si la Turquie régresse sur ce droit là, ce sont toutes les femmes de la région qui seront touchées et les idées conservatrices s’en trouveront renforcées. Notre solidarité avec les féministes turques est donc profonde.

Nous souhaitons interpeller le gouvernement français sur cette situation inacceptable. Il faut agir sur la scène européenne et internationale pour préserver les droits des femmes turques et de toutes les femmes.

Le journal indépendant Bianet a lancé une campagne intitulée "mon corps, ma décision". Des photos de femmes et d'hommes posant avec différents slogans sont recueillies sur le site  http://benimkararim.org/  (signifiant « ma décision »). Femmes solidaires appelle vivement toutes celles et tous ceux qui le peuvent à participer à cette campagne. Une pétition est aussi en ligne : http://saynoabortionban.com/

 

Contact : Virginie 01 40 01 90 90

 

 

 

 

L’association Femmes Solidaires est reconnue mouvement d’éducation populaire,

bénéficie d’un statut consultatif spécial auprès du Conseil Économique et Social des Nations Unies

et est membre du Comité Inter-Africain sur les pratiques traditionnelles ayant effet sur la sante des femmes et des enfants.

Publié dans SANTE

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>