Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Palestine: la prochaine nation du monde

Publié le par Patrick Kaczmarek

Dans quatre jours, le Conseil de Sécurité de l'ONU se réunira, offrant au monde une chance de soutenir une nouvelle proposition qui pourrait mettre fin à des décennies d'échec des pourparlers de paix israélo-palestiniens: la reconnaissance de l'Etat palestinien par l'ONU.

Plus de 120 nations du Moyen-Orient, d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine ont déjà approuvé cette initiative, mais le gouvernement de droite d'Israël et les Etats-Unis y sont férocement opposés. La France et d'autres pays clés de l'UE sont encore indécis, mais une pression publique massive pourrait les pousser à saisir cette occasion unique de mettre fin à 40 ans d'occupation militaire.

Cela fait des décennies que les initiatives de paix menées par les Etats-Unis échouent, tandis qu'Israël a confiné la population palestinienne dans des enclaves, confisqué ses terres et empêché la Palestine de devenir une entité politique souveraine. Cette initiative audacieuse pourrait donner un nouveau point de départ pour résoudre le conflit, mais l'Europe doit prendre les devants. Lançons un immense appel mondial pour que la France et les principaux pays européens approuvent dès maintenant cette demande de reconnaissance de l'Etat palestinien, et pour montrer clairement que les citoyens du monde entier soutiennent cette proposition diplomatique légitime et non-violente. Signez la pétition et envoyez ce message à tous vos amis:

http://www.avaaz.org/fr/independence_for_palestine_fr/?vl

Si les racines du conflit israélo-palestinien sont complexes, la plupart des gens de tout bord s'accordent à dire que la meilleure voie vers la paix est la création de deux Etats. Mais les nombreux processus de paix ont tous été mis en échec par la violence des deux côtés, par la construction de vastes colonies en Cisjordanie et par le blocus humanitaire de Gaza. L'occupation israélienne a réduit et fragmenté le territoire sur lequel un Etat palestinien pourrait se fonder et a fait de la vie quotidienne des Palestinien une épreuve écrasante. L'ONU, la Banque Mondiale et le FMI ont tous trois récemment déclaré que les Palestiniens sont prêts à diriger un Etat indépendant, mais le plus grand frein à cette réussite est l'occupation israélienne. Même le Président des Etats-Unis a appelé à mettre fin à l'expansion des colonies et à un retour aux frontières de 1967 avec des échanges de territoires négociés, mais le Premier ministre israélien Netanyahu a réagi avec fureur: le refus de coopérer ne pouvait s'exprimer plus clairement.

Il est temps de changer radicalement d'approche, en passant d'un processus de paix inefficace à une voie nouvelle vers le succès. Alors que les gouvernements israélien et américain qualifient l'initiative palestinienne d' "unilatérale" et de dangereuse, les nations du monde entier soutiennent massivement cette démarche diplomatique éloignée de toute violence. La reconnaissance mondiale de la Palestine pourrait étouffer l'extrémisme et encourager l'expansion d'un mouvement non-violent israélo-palestinien en phase avec l'élan démocratique dans la région. Plus important encore, elle relancera la possibilité d'une résolution négociée du conflit, permettra aux Palestiniens d'accéder à de nombreuses institutions internationales pouvant promouvoir la liberté des Palestiniens. Cela enverra un signal fort au gouvernement israélien pro-colons indiquant que le monde ne tolèrera plus leur impunité et leur intransigeance.

Depuis trop longtemps, Israël sape les espoirs d'un Etat palestinien. Depuis trop longtemps, les Etats-Unis ménagent Israël, et depuis trop longtemps l'Europe se cache derrière les Etats-Unis. En ce moment, la France, l'Espagne, l'Allemagne, le Royaume-Uni et la Haute Représentante de l'UE hésitent sur la question d'un Etat palestinien. Appelons-les à être du bon côté de l'histoire et à soutenir la déclaration palestinienne de liberté et d'indépendance, par un soutien franc et massif et une aide financière. Signez maintenant la pétition urgente appelant l'Europe à appuyer cette requête et à soutenir cette initiative pour une paix à long terme en Israël et en Palestine:

http://www.avaaz.org/fr/independence_for_palestine_fr/?vl

La création d'un Etat palestinien n'apportera pas de solution à ce conflit inextricable du jour au lendemain, mais sa reconnaissance par l'ONU va changer la dynamique et ouvrira la voie vers la liberté et à la paix. A travers la Palestine, la population se prépare avec espoir à réclamer la liberté que sa génération n'a jamais connue. Soutenons-les et poussons les pays européens à soutenir l'autodétermination des Palestiniens, de la même manière qu'ils ont été aux côtés des peuples égyptien, syrien et libyen.

Avec espoir et détermination,

Alice, Ricken, Stéphanie, Morgan, Pascal, Rewan et toute l'équipe d'Avaaz

PLUS D'INFORMATIONS

Adhésion d'un État palestinien à l'ONU : Abbas ira de l'avant
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/07/12/008-onu-etat-palestinien-mahmoud-abbas.shtml

La Ligue arabe veut faire reconnaître la Palestine à l'ONU:
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/07/14/la-ligue-arabe-veut-faire-reconnaitre-la-palestine-a-l-onu_1548904_3218.html

Jérusalem : manifestation pour "l'indépendance de la Palestine"
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5ijm5RN5Aia-75UZutsC2ByvGzFug?docId=CNG.9a8a090cd201c7390e3065bd4e64724f.571

Des câbles secrets montrent le plan de bataille d'Israël contre la déclaration palestinienne à l'ONU
http://www.france-palestine.org/article17615.html

Reconnaissance de la Palestine: l'UE préférerait ne pas décider
http://www.liberation.fr/monde/01012349630-reconnaissance-de-la-palestine-l-ue-prefererait-ne-pas-decider

Pour la reconnaissance de l'Etat palestinien
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20110719.OBS7272/appel-pour-la-reconnaissance-de-l-etat-palestinien.html

L'ONU déclare les Palestiniens capables de gouverner leur propre Etat (rapport en anglais):
http://unispal.un.org/pdfs/AHLC-Apr2011_UNSCOrpt.pdf

Liste des pays reconnaissant l'Etat palestinien (en anglais):
http://www.avaaz.org/en/countries_recognizing_palestine/?info

Soutenez le mouvement Avaaz!

Nous sommes entièrement financés par les dons et nous ne recevons aucune subvention de la part de gouvernements ou d'entreprises. Notre équipe fait en sorte que le plus petit don soit le plus efficace possible.

 

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0

Intolérable discrimination envers les femmes médecins, de la fac jusqu’à la retraite… !

Publié le par Patrick Kaczmarek

Le 15 Juillet 2011,

 

Les Femmes, Médecin Libéral du SML ont été interpellées par les étudiantes en médecine au sujet de la discrimination que subissent au cours de leur internat les femmes enceintes.

 

L’internat s’effectue en 6 semestres. L’affectation dans les différents stages est définie par le classement obtenu à l’internat à la fin de la 6ème année de médecine.

Pour valider un semestre, il faut faire au minimum 4 mois sur 6, conformément à l'article R 6152-20 qui dit : « tout interne qui effectue moins de 4 mois de stage sur 6 est invalidé quelle que soit la raison (y compris maternité et maladie). »

Etant donné que les choix se font par ordre de semestre validé et de classement à l'internat, tout le bénéfice du classement initial est donc perdu si un semestre n’est pas validé.

 

Certaines facultés ont un accord tacite, mais illégal avec les ARS pour éviter cette injustice.

 

A l’évidence, l’article R 6152-20 doit être impérativement et rapidement modifié : le rang de classement en cas de maladie ou de congé maternité doit pouvoir être conservé, ce qui ne perturberait en aucun cas l'attribution des postes ni l'organisation des hôpitaux. Cette mesure permettrait d'accéder aux mêmes postes d'internes que s’il  n’avait pas été absent en cas de maternité ou maladie. 

 

Le SML soutiendra sans limite la position d'une jeune interne qui a saisi la Halde pour avoir subi cette discrimination après son retour de congé maternité. Sa demande est également soutenue par l’Observatoire de la parité au service du Premier Ministre.

Le SML et son Pôle Femmes, médecin libéral demandent à nos élus une révision rapide de cet article de loi, au bénéfice de l'ensemble des internes en cas d'arrêt pour maternité ou maladie.

Publié dans FAITS DE SOCIETE

Partager cet article

Repost 0

Maternités, Centres d’IVG en danger !

Publié le par Patrick Kaczmarek

Virginie Gossez, Françoise Nay, Michel Antony,
Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité


La loi Hôpital Patients Santé Territoire et les politiques menées mettent aujourd’hui notre santé en danger. Le 2 avril dernier, des milliers de personnes ont dénoncé cette situation. Parmi elles, de nombreuses femmes confrontées à des difficultés de plus en plus prégnantes pour trouver une maternité ou un centre d’IVG de proximité.
Car la liste des maternités fermées ne cesse de s'allonger. Le bilan est lourd : la France comptait 1379 maternités en 1975, 584 début 2008 et moins de 540 aujourd’hui. Ces suppressions s’accompagnent presque toujours de la disparition des centres d’IVG, limitant de fait le droit à l’avortement !
Des résistances s’organisent. Des batailles juridiques sont remportées comme à Lannemezan, Valréas et des succès obtenus comme pour les maternités de Carhaix, Decazeville, Saint-Affrique, le centre d’IVG de Tenon à Paris.
Pour autant, cela ne suffit pas à endiguer la déferlante des restructurations-concentrations.
L’asphyxie des structures s'organise comme aux Lilas, où l’Agence Régionale de Santé bloque le projet de reconstruction, condamnant ainsi à terme maternité et centre d’IVG.
La tarification à l’activité contraint les établissements à une course sans fin à la rentabilité. Payés au nombre de naissances réalisés, le tarif diminuant régulièrement, déjà saturés, ils augmentent encore le nombre de naissances accueillies. Les moyens en locaux, en personnels ne suivent pas. Les conditions d’accueil se dégradent.
Les regroupements sont favorisés, allant jusqu’à la création de maternités-usines, réalisant jusqu’à 3 à 4500 naissances par an comme à Corbeil-Evry.
Les partenariats publics-privés se développent comme à Brive, Corbeil-Evry, rançonnant l’hôpital public.
Des maternités isolées, dans des régions accidentées, comme à Saint-Girons, sont menacées. Le maintien de ces sites assure pourtant l’accès des femmes à une maternité en moins de 45 mn, temps retenu par les professionnels, comme étant celui au-dessus duquel la sécurité de la mère et de l'enfant n'est plus assurée.
La pénurie de professionnels, organisée depuis la fin des années 70, pèse sur les fonctionnements et sert de prétexte aux fermetures. Rien n’est fait pour assurer la répartition des médecins et professionnels sur tout le territoire. Au contraire, des recrutements ont parfois été délibérément bloqués.
L'accompagnement de la naissance en France s'en trouve radicalement modifié. La naissance, moment de vie, devient un acte technique surmédicalisé qui laisse de moins en moins de place aux parents et à l'enfant, et qui se fait de plus en plus éloigné des proches, dans ce qui apparaît désormais comme de « vraies usines à bébés ».
L'absence de réponse de proximité contraint les femmes à des déplacements importants pour leur suivi de grossesses, pouvant conduire certaines, parmi les plus en difficultés, à y renoncer. Or ce suivi est essentiel pour la sécurité de la mère et de l'enfant en permettant de dépister les situations à risque et d'orienter vers la structure la plus adaptée.
L'éloignement de la maternité du lieu de vie des couples, les difficultés d'accès liées au manque de places, sont sources d'insécurité le jour de l'accouchement et d'inquiétude tout au long de la grossesse. Il n’est plus exceptionnel d’accoucher dans les véhicules de secours ou sur le trajet. La seule réponse apportée par les professionnels est l'engagement d'assurer la naissance un jour annoncé en « déclenchant l'accouchement ». Celui-ci devient alors un acte médical pouvant en lui-même entraîner des complications.
Les maternités restantes sont contraintes d’accueillir un plus grand nombre de naissances, au-delà de leurs capacités. Par manque de place, des femmes sont transférées vers un autre hôpital, au dernier moment, restent plus d’une heure dans la salle d'attente, des accouchements dans le couloir ou sur un brancard deviennent possibles. L’accès à la péridurale est limité, l’accompagnement soignant restreint… Cette activité à flux tendu est source de dysfonctionnements et de possibles accidents ; il est délétère sur le plan humain et du prendre soins.
Parallèlement au nombre de maternités fermées, le taux de césariennes est en constante augmentation et concerne aujourd'hui près d'une naissance sur cinq.
Pour augmenter l’activité, il faut diminuer la durée de séjour : les sorties au 2° ou 3° jour sont en augmentation, les passages aux urgences et les ré-hospitalisations de l’enfant ou de la mère dans la semaine suivant la naissance aussi… Des jaunisses graves du nourrisson sont réapparues, conduisant l’Académie de médecine à alerter de nouveau sur les risques encourus lors des sorties précoces.
La sécurité de la naissance ne se limite pas à la pratique d'un acte technique au sein de l'hôpital. Elle nécessite suivi et accompagnement avant, pendant, et après l'accouchement. Elle ne se conçoit pas sans associer étroitement la femme, les parents, à tout moment, aux décisions qui les concernent.
Or, aujourd’hui, seul l’acte technique et sa rentabilité compte !
La Coordination dénonce cette logique. Elle alerte sur la gravité de la situation.
Elle demande
- l’arrêt des fermetures, la réouverture des maternités et centres d’IVG nécessaires à un maillage territorial permettant à toutes les femmes d’y accéder dans des conditions satisfaisantes,
- la réalisation d’études sur les conséquences des fermetures des maternités et centres d’IVG sur des critères définis par les professionnels et les usagers,
- des mesures urgentes pour augmenter le nombre de professionnels de santé
- que l’État prenne enfin ses responsabilités pour assurer leur répartition, en particulier celle des médecins, sur l’ensemble du territoire.
Elle appelle à une intervention citoyenne pour s’opposer au démantèlement de notre système public de santé.

Publié dans SANTE

Partager cet article

Repost 0

QUE FAIT L' A.R.S. DE PICARDIE ?

Publié le par Patrick Kaczmarek

Que fait le Directeur général de l'Agence Régionale ( A.R.S.)de Picardie?

 

A n'en pas douter, il médite sur la démocratie dans l'organisation des soins et de la Prévention.

 

Il n'est en effet pas facile d'imposer la fusion de deux hôpitaux Publics à des soignants et à la population de deux agglomération dont les représentants élus s'y opposent pour de bonnes raisons.

                                                               

                                                     QUEL PROJET MEDICAL D'ETABLISSEMENT?

 

Monsieur Jacquinet a donc pressé ses services de mettre au point, durant l'été, un Projet Médical d'Etablissement qui apparaisse aux soignants et aux élus, avantageux, raisonnable et "au plus près des besoins de la population", malgré la situation "désastreuse", si l'on s'en tient à ses déclarations, de nos établissements. Ce ne sera bien sûr, pas facile, mais les talents politiques et communicatifs de Monsieur Jacquinet sont admirables et bien connus de tous..

Ils sont indispensables.
                                                    
Des soignants, des élus, bien décidés à ne pas avaler des couleuvres.

 

Il est en effet très clair que personne ne va accepter un plan de réduction de l'offre de soins, quelles que soient les raisons invoquées.

L'exigence de deux hôpitaux Publics de qualité n'est pas excessive. C'est très simplement une nécessité. S'il existe bien de vraies difficultés, rappelons qu'elles sont , pour l'essentiel, les conséquences de choix qui ont été imposés et non choisis par la population.

                                                      

                                                                              Des voleurs qui crient aux voleurs

 

Ceux qui sont aujourd'hui aux affaires, ont de lourdes responsabilités dans ce "désastre". Ils ne pourront pas s'en tirer par de nouveaux sacrifices imposés aux malades et à leur famille, ainsi qu'aux soignants . Les discours alarmistes sur les déficits des hôpitaux, leur mauvaise gestion, l'irresponsabilité des soignants, et pour faire taire les mécontents, le manque de médecins, ne sont pas le fait de ceux qui luttent pour la promotion de la Santé, mais bien de ceux qui mettent à mal nos hôpitaux en les soumettant à des critères de rentabilité incompatibles avec le devoir d'une société d'assurer à tous prévention et soins.

Creil et Senlis ont de réelles capacités de répondre à cette exigence. La fragilisation financière de nos hôpitaux fait reculer ou fuir de nombreux médecins qui trouvent dans le secteur privé des conditions professionnelles moins inquiétantes. Et pas seulement liées à leurs revenus. Les arguments financiers répétés à tout propos, n'empêchent pas le ministère de suspendre des travaux en cours, quoi qu'il en coûte.

 

                                              Un Comité de Défense et de promotion de notre Hôpital bien décidé à lutter .

 

Aussi, nous ne lâcherons pas l'Agence régionale de santé et continuerons à nous battre pour des objectifs clairs, justes et connus de tous.
Dans l'immédiat, le Comité va discuter avec les organisations syndicales, politiques et associatives afin, de poursuivre notre Défense et notre lutte pour la Promotion des Hôpitaux Publics de Creil et de Senlis,dans les meilleures conditions d'unité, et d'assurer en Septembre une belle et combative Rentrée.

 

pour le Comité:

Paul Cesbron

                                                       xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Mobilisation et pétitions...
Nous essayons de mettre pratiquement toutes les informations sur le site et dans la partie des comités-localités concernées
http://www.coordination-nationale.org/index.htm
Faites remonter vos informations pour que nous soyons plus complets, svp merci

1- défense de l'hôpital Antoine Béclère de Clamart
http://nhd.mesopinions.com/?uocnAfzz3tiqHRQ2HbTS/sBLyTZncvO3YN2kEl76rc9vS9A4e9jnSX/+hKW9+87z4QEFHNnehiv/OSUFhzlfmjLYncH0GwgbH/c8k8p0jGNehL4Qq0RiwudUxuLLWBA1s3d2ZYO/dI/fx3N9xh0fvR7o1ipaTWaDmHx+sDT/wKl0QNnPF1ihdnjRFCZHJzgugYmeIligkB6v7w5iMY0/1wJOwGyGDYdhOBFBf1u5bgZ1Pzu8uTxKPpQtmAk0a+Gje1sPnuPJ4pU=

2- Défense de l'hôpital de Vernoux en Vivarais
http://nhd.mesopinions.com/?uocnAfzz3tiqHRQ2HbTS/sBLyTZncvO3YN2kEl76rc9vS9A4e9jnSYiaAxjeu1swSGa8qd7EZXQJGOyI41LefKG2srmHgID1EVSMVMhEXasalnrIaf8xGHK+Y5e1u3Illy+cQo8lyrsbP4FC7mUP66QY4VmmCxZqYuEiPL+az+xM2K6oqVOi4/WdWJVJZYnFF1JSgqptP8rIJic+Zn1IjjioStHyWFk7j4S81TYB4UE=

3-Saint Gaudens manifeste au moment du tour de France
http://www.ladepeche.fr/article/2011/07/15/1128597-au-depart-du-tour-l-hopital-manifeste.html

4-Aubagne prépare la fête des Associations le 10 septembre et le Forum social d'octobre du 8 au 15 octobre

5- le 20 juillet, Lannemezan, le Collectif 65 et Tarbes manifestent à 18h devant la préfecture

et Manosque, Champcueil, Die, Lisieux, La Seyne sur Mer, Niort, Mantes, Lure-Luxeuil, Ivry, Concarneau, Creil & Senlis, Douarnenez, Pont l'Abbé, Les Lilas, Toulouse, Créteil, Foix... et tant d'autres restent mobilisés et actifs
Courage à toutes et à tous. Amicale solidarité Michel

Publié dans SANTE

Partager cet article

Repost 0

Rencontre internationale de jeunes pour la culture de paix

Publié le par Patrick Kaczmarek

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0

L HOPITAL DE CREIL NE FAIT PAS LA MANCHE

Publié le par Patrick Kaczmarek

COMMUNIQUE du Comité de défense et de Développement de l'Hôpital de Creil

 

Monsieur Jacquinet offre 200 Euros pour transformer les "Urgences" Creil.

On savait l'Agence Régionale de Santé (A.R.S.)de Picardie prête à tout pour sauver les Hôpitaux Publics du marasme dans lequel les avait plongé... l' Agence Régionale d'Hospitalisation (A.R.H.), mais on ne s'attendait pas à une telle générosité!

 

Et puis ce n'est sans doute pas tout, Monsieur le Directeur Général nous réserve d'autres surprises. Bonnes? c'est autre chose. Comme à Clermont par exemple en annonçant la fermeture d'au moins 350 lits à l'Hôpital Psychiatrique et la disparition probable de la Chirurgie et de la Maternité à l'Hôpital Général.

 

En attendant les inquiétantes annonces, il fallait voter, c'est à dire s'exprimer sur les propositions de notre tutelle administrative. Les élus des villes de Creil et de Senlis, les représentants du personnel de ces deux villes et quelques rares associations de malades devaient faire connaître à Monsieur Jacquinet ce qu'ils pensaient de la fusion de leurs Hôpitaux.

Et bien c'est fait, après avoir imposé au Conseil de Surveillance de Senlis de revoir sa copie, la Direction de l'ARS, s'est vue cette fois opposer un cinglant refus à son funeste plan. Les deux Comités Techniques d'Etablissement  (C.T.E.) le rejetaient à l'unanimité. Puis le Conseil de Surveillance de Creil, en présence de membres du Comité de Défense et de Développement et de syndicalistes des deux Hôpitaux. Monsieur Jacquinet dut quitter les lieux, estimant "illégal" cette écoute, somme toute fort démocratique, alors qu'il avait reçu durant une heure une délégation de ceux-ci. C'est d'ailleurs au cours de cet "échange" d'analyses que fut faite cette spectaculaire suggestion de repeindre les locaux de la Salle d'attente des Urgences pour la somme d'"environ deux cents euros". Rassurés, nous ne le fûmes guère, malgré les propos "autorisés" du représentant du gouvernement, sur l'avenir du Pôle Mère-Enfant, de la Chirurgie viscérale et gynécologique... et de nos pauvres Urgences.

Les malheurs de l'ARS n'étaient cependant pas terminés. Les deux Conseils Municipaux de Creil et de Senlis repoussaient également à de fortes majorités sa potion magique. Pourtant, l'administration de cette thérapeutique de choc avait été sérieusement préparée.

Les arguments financiers ont été suffisamment repris pour ne pas y revenir. Les conclusions de la Chambre Régionale des Comptes à ce sujet étant clairement démonstratives. Ajoutons, s'il en est besoin, que ni l'Hôpital de Creil, ni celui de Senlis ne s'en sortiront sans de fortes modifications du financement de nos Hôpitaux Publics. L'heure n'est malheureusement pas à ces nécessaires transformations. Il nous revient donc de résister à ces mesures de démantèlement. D'autant, comme l'ont signalé les Maires de Creil et de Senlis, qu'une étude des Services du Premier Ministre a mis en évidence la fort mauvaise efficacité financière de telles fusions.

 

Deux arguments de l'ARS tentent par ailleurs d'étayer le bien fondé des orientations de son Directeur.

Le premier a malheureusement quelques réalités: la diminution du nombre des médecins. Très réelle pour la Picardie, qui parmi les records de défaillances sanitaires, détient celui de la plus faible densité médicale. Pourtant, cette perte de moyens humains délibérément organisée depuis plus de vingt ans pour réduire l'offre de soins (on a été jusqu'à offrir à plusieurs milliers de médecins des retraites anticipées, à un coût exorbitant) touche principalement les médecins généralistes. La désertification médicale affecte les zones rurales et urbaines, en Picardie comme ailleurs. Par contre les spécialités sont à peu près préservées. Le drame est que leur raréfaction relative bénéficie au secteur marchand qui peut "acheter" à bon prix ces médecins. D'autant que la situation de délabrement des Hôpitaux publics ne les incitent guère à y faire carrière. Creil et Senlis, souffrent de cette désaffection principalement en chirurgie viscérale et anesthésie-réanimation. Mais à l'opposé, les équipes de Pédiatrie, Gynéco-Obstétrique, Cardiologie, Néphrologie, Neurologie, Pneumologie, Ophtalmologie...c'est à dire la majorité des Services ont des effectifs satisfaisants, excessifs même pour les Urgences (!) si l'on écoute Monsieur Jacquinet.
La situation de Senlis est peut-être plus préoccupante et doit bénéficier d'un réel soutien en Pédiatrie, en Chirurgie et Anesthésie-Réanimation, comme Creil pour les deux dernières spécialités.

Le second vaut le détour: pour les besoins de sa cause, l'ARS s'est offert un scénario courtelinesque qu'elle tente présenter sur tous les plateaux. L'esprit de clocher, de boutique, les jalousies professionnelles, les rivalités politiques...auraient fait obstacle à toute coopération et pire, serait la cause des malheurs que connaitraient nos hôpitaux. La ficelle est un peu grosse et le metteur en scène passe aux aveux lorsqu'il nous livre la clef de l'intrigue: les médecins, à ses yeux largement responsables du drame, seraient, sans doute conscients de leur culpabilité, désormais prêts à fraterniser, réconciliés pour l'avenir dans un  objectif commun et surtout radieux(Monsieur Jacquinet doit être un ardent lecteur de Antoine de Saint Exupéry).

Tout cela est un assez mauvais potage. L'Agence Régionale de Santé est bien décidée à imposer ses solutions. L'avis de quelques médecins et pharmaciens qu'elle utilise sans vergogne, l'autoriserait à faire fi des représentants des soignants des deux établissements et des élus des deux villes. Son Directeur le proclame dans la Presse. C'est pourtant avec eux que le Comité de Défense et de Développement de l'Hôpital de Creil poursuivra sans relâche son objectif d'information et de mobilisation des habitants du Sud-Ouest de la Picardie autour d'un projet de Santé de qualité accessible à tous.

 

Le C.A. du Comité se réunira le 7 Juillet à 19h. au siège du Comité.

Le Comité se réunira le 13 Juillet à 19h.Le lieu sera ultérieurement précisé
.

 

Pour le Comité.
Paul Cesbron

Publié dans SANTE

Partager cet article

Repost 0

UNE FLOTTILLE POUR GAZA

Publié le par Patrick Kaczmarek

Communiqué de presse – 11 juillet 2011

 

Non la Flottille n’est pas un échec !

Halte à la complicité de des gouvernements occidentaux  avec l’état d’Israël !

 

« Le Dignité – El Karama » est prêt à repartir. Ce bateau français est maintenant la voix obstinée et résolue de la Flottille de la Liberté.

 

En interdisant à la Flottille de la paix de prendre la mer pour Gaza depuis Athènes, les autorités de Grèce ont pris une lourde responsabilité. Cette décision suscite une grande indignation et est totalement injustifiable !
Le gouvernement grec, en agissant ainsi, applique lui-même le blocus illégal de Gaza, maintenu par la force, depuis 4 ans, par Israël.

Nous pouvons ainsi constater que le long bras de l’armée israélienne s’étend jusqu’aux eaux européennes, particulièrement à Athènes, comme Netanyahou a osé s’en vanter. Il a remercié le gouvernement grec et les gouvernements occidentaux d’avoir empêché le départ de la flottille.

 

Non la Flottille n’est pas un échec !

 

Elle a mis en évidence que le blocus de Gaza est non seulement le fait du gouvernement israélien mais aussi des gouvernements des pays de l’Union Européenne qui en sont  les complices. Cette action pacifique de la société civile a réussi à briser le mur du silence sur la situation des Palestiniens de Gaza.

 

Ce que nous demandons aujourd’hui c’est la libération de tous les bateaux de la flottille et notamment du second bateau français le « Louise Michel » qui sont arrêtés à Athènes et dans les ports environnants. Nous demandons à notre gouvernement de veiller à la sécurité de tous les passagers du Dignité et à la protection de ce bateau.

 

Le blocus de Gaza est illégal nous le savons tous, ce blocus ne peut plus durer et nous en exigeons la fin immédiate. 

 

Dans le même temps, la Cisjordanie subit aussi un blocus comme vient de le montrer les autorités de différents Etats membres de l’Union Européennes, dont la France, ainsi que des compagnies aériennes européennes, qui ont répondu aux injonctions du gouvernement israélien en interdisant à des centaines de militants pacifistes d’embarquer à destination de Tel’Aviv. Leur crime ? Venir exprimer leur solidarité avec les Palestiniens soutenus par des Israéliens pacifistes qui manifestaient contre le mur de séparation dont la Cour Internationale de Justice (CIJ) a déclaré l’illégalité le 9 juillet 2004. Certains d’entre eux sont toujours détenus dans les prisons israéliennes, nous exigeons leur libération.

 

Israël viole impunément les lois internationales avec la complicité des gouvernements occidentaux.

Mais nous ne les laisserons pas faire et nous resterons mobilisés jusqu’à ce que les droits légitimes du peuple palestinien soient enfin respectés.

 

Collectif 31 « Un bateau français pour Gaza 

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0

SUR LA LYBIE DEPUTES DECONNECTES

Publié le par Patrick Kaczmarek

Communiqué de presse :

Vote du prolongement de l'engagement de la France en Libye,

Les députés majoritairement déconnectés de la société civile,
"Combien de morts sont acceptables"
interroge Pierre Villard co-président du Mouvement de la Paix
Happening à la base militaire d'Avord (18)

 
Par 482 votes contre 27 les députés français ont très majoritairement voté le prolongement de l'intervention militaire.
Alors que l'opinion est aujourd'hui majoritairement en faveur de l'arrêt de cette présence militaire en Libye, ce vote de l'Assemblée après 4 quatre mois de guerre montre le décalage existant entre l'opinion publique et la représentation nationale.
Si la décision du 19 mars était du seul fait du Président de la République, la responsabilité est aujourd'hui partagée par tous les parlementaires qui ont voté en faveur du prolongement de cette guerre. Ils devront en rendre compte auprès de leurs électeurs.
Le Mouvement de la Paix réitère son exigence d'une solution politique s'appuyant sur le volet non-militaire de la résolution 1973.
L'argument d'une guerre éclair de quelques semaines vole en éclat. L'objectif affiché par Nicolas Sarkozy de se débarrasser du Colonel Khadafi avant le 14 juillet est un échec. "Combien de morts sont acceptables ?" interroge Pierre Villard "Combien de Libyens devront mourir avant que s'arrêtent les bombardements ?".
Si l'objectif de sauver les Libyens est toujours visé "pourquoi est-on capable de larguer des armes par avions alors que nous ne sommes pas capables de sauver la vie des milliers de Libyens morts noyés en Méditerranée ?" poursuit le responsable pacifiste.
Le doute atteint aujourd'hui les rang de l'armée française dont les capacités maximales d'intervention ont été atteinte. "Qui va payer le dépassement annoncé des sommes considérables engagées dans les opérations extérieures ? Combien d'écoles et d'hôpitaux feront-ils les frais de la "solidarité nationale" au profit d'une intervention militaire" dénonce le co-président du Mouvement de la Paix.
Mercredi 13 juillet, veille de Fête nationale, le Mouvement de la Paix dénoncera l'intervention militaire de l'Otan devant la base de Avord, d'où partent les avions radars Awacs qui patrouillent dans le ciel Libyen.
Une centaine de jeunes du monde entier, présent à la Rencontre internationale des jeunes pour la Culture de Paix, participeront à un Happening près de la base militaire d'Avord à 10h30.

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0