Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A lire sur Femmes solidaires

Publié le par Patrick Kaczmarek

A lire sur femmes solidaires

Cet email ne s'affiche pas correctement ?
Voir cette Infolettre dans votre navigateur.


Nous demandons un tribunal pénal international pour le Congo!

Publié le : 22 décembre 2014

Femmes Solidaires relaie la campagne des 52 marraines contre le viol comme arme de guerre et pour la mise en place d’un Tribunal Pénal International pour la RDC.
48 femmes y sont violées chaque heure. Le viol est utilisé en RDC de manière systématique et pour détruire durablement la population.
C’est intolérable et nous soutenons le besoin de justice de toutes les victimes.
Prenez-vous en photo avec une affiche pour demander un tribunal pénal international pour la RDC et envoyez-la nous à (...)

 

Partager cet article

Repost 0

Déclaration du bureau national de l'AAFC

Publié le par Patrick Kaczmarek

La défense des droits de l'homme ne doit pas servir de prétexte à une guerre destructrice en Asie

À l'heure où le monde applaudit à la normalisation des relations entre les États-Unis et Cuba, la guerre froide se poursuit en Corée. Washington et ses alliés resserrent même chaque jour davantage l'étau sur la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), suivant une politique aussi contradictoire que dangereuse dans une des régions les plus militarisées du monde.

Le 18 décembre 2014, l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations Unies a adopté une résolution appelant le Conseil de sécurité à saisir la Cour pénale internationale de crimes contre l'humanité qui seraient commis par la Corée du Nord. Le vote de cette résolution coparrainée par 62 pays, dont la France, se fonde sur le rapport d'une commission d'enquête, rendu public en février, accusant la Corée du Nord de commettre des atrocités « sans égal dans le monde contemporain ».

Il est établi que ce rapport - sans réelle valeur scientifique d'après plusieurs spécialistes - est d'abord le fruit du travail des milieux néo-conservateurs les plus hostiles à la RPDC aux États-Unis, notamment un certain « Comité pour les droits de l'homme en Corée du Nord » (Committee for Human Rights in North Korea, HRNK).

Ce n'est pas la défense des droits de l'homme en Corée du Nord qui motive les promoteurs du rapport sur lequel s'appuie la résolution adoptée le 18 décembre. En ravivant ainsi les tensions en Asie du Nord-Est, il s'agit surtout d'y justifier une présence militaire massive, conformément à la stratégie du « pivot asiatique » de l'administration américaine.

La défense des droits de l'homme mérite mieux que l'instrumentalisation de cette question et une Corée transformée en champ de bataille entre grandes puissances.

L'Association d'amitié franco-coréenne regrette que la France, obéissant ainsi à des intérêts qui ne sont pas les siens, ait été en pointe pour faire adopter la résolution contre-productive du 18 décembre. C'est la paix, le dialogue et l'abandon de la politique des sanctions qui offrent les meilleures garanties de progrès pour les droits de l'homme. L'administration Obama semble l'avoir compris pour ce qui concerne Cuba. Elle doit agir de la même façon, et la France avec elle, en Asie, et singulièrement en Corée.

 

Partager cet article

Repost 0

L'Elysée donne son feu vert à un droit d'association professionnelle des militaires

Publié le par Patrick Kaczmarek

Voici venu le temps de "associations professionnelles nationales de militaires".

François Hollande a chargé les ministres de la Défense et de l'Intérieur de proposer un projet de loi relatif au droit d'association professionnelle des militaires.

Cette décision a été prise sur la base du rapport Pêcheur (à lire ici) remis au président après deux décisions de la Cour européenne des droits de l'Homme début octobre. La CEDH a jugé que si la liberté des militaires peut faire l'objet de restrictions légitimes, ceux-ci ne peuvent se voir refuser de manière générale un droit d'association pour la défense de leurs intérêts matériels et moraux.

Le rapport Pêcheur (qui comprend un avant-projet de loi) a été remis au président le 18 décembre. Ce texte de 111 pages "propose d'instituer un droit d'association professionnelle adapté à l'état militaire, à l'exclusion de tout droit syndical". Selon un communiqué de l'Elysée, le président a donc "chargé le ministre de la Défense (Jean-Yves Le Drian) et le ministre de l'Intérieur (Bernard Cazeneuve) de mettre en oeuvre toutes les conclusions du rapport et de proposer en conséquence un projet de loi relatif au droit d'association professionnelle des militaires".

Les deux premières recommandations sont les suivantes:
- Maintenir l’interdiction du droit syndical des militaires, sauf lorsqu’ils sont détachés dans la fonction publique civile.
- Autoriser la création par et l’adhésion des militaires, quelle que soit leur force armée, leur grade ou leur sexe, à des associations professionnelles nationales de militaires (APNM) régies par le code de la défense et, en tant qu’elles n’y sont pas contraires, par les dispositions de la loi du 1er juillet 1901.

En outre, François Hollande "a décidé, conformément aux préconisations du rapport, de ne pas demander le renvoi des décisions de la CEDH en Grande Chambre", l'instance suprême de cette juridiction dont les décisions sont définitives et s'imposent aux Etats.

Réaction à l'UMP. Philippe Meunier, Secrétaire National de l'UMP en charge de la Défense et député du Rhône, dénonce l'introduction de "comités de soldats au sein de nos armées". Il poursuit: "Ce droit d'association accordé aux militaires annonce la syndicalisation future de nos armées avec, pour conséquence, une remise en cause de la hiérarchie de l'autorité militaire et des missions demandées par le pouvoir politique, émanation du suffrage universel".

Partager cet article

Repost 0

France: Nous ne refusons la haine dans les médias

Publié le par Patrick Kaczmarek

France: Employeurs d'Eric Zemmour : prenez vos responsabilités !

A l'instar des journalistes de RTL qui se sont désolidarisés des propos d'Eric Zemmour, vous dirigeants et investisseurs de  RTL, ITélé, Paris Première et Le Figaro, vous êtes les employeurs d'Eric Zemmour et, de ce fait, lui offrez la légitimité de chacun de vos médias, sans que cela ne puisse être justifié par aucune déontologie. Vous avez d'ailleurs, malgré une condamnation pour incitation à la discrimination raciale prononcée en 2011 et des dérapages de plus en plus prononcés de ce personnage, constamment décidé de poursuivre votre collaboration avec lui.

En tenant des propos violemment antimusulmans le 29 octobre dernier dans le quotidien italien le Corriere della Serra, Eric Zemmour a franchi une nouvelle étape……….....  Lire la suite 

 Signons, diffusons  sur FacebookTwitter et google+ .

 


Tunisie: Nous Jeunesse Tunisienne ne voterons que si..

Nous, jeunesse tunisienne, nous nous engageons solennellement à voter pour le candidat qui s'engage à son tour, dans le cadre de ses prérogatives, à :

- Proposer un projet de loi pour la formation d'un conseil supérieur de la jeunesse représentatif de tous les jeunes tunisiens, de toutes catégories et de toutes les régions pour institutionnaliser le dialogue entre l'état et les jeunes........ Lire la suite 

 Signons, diffusons  sur FacebookTwitter et google+ .

Baki Youssoufou, CEO  We Sign It
blog.wesign.it

Partager cet article

Repost 0

Démenti du Mouvement de la Paix - Livraisons des armes à Kobané

Publié le par Patrick Kaczmarek

Saint-Ouen, le 17 décembre 2014

 

Le Mouvement de la paix, solidaire des pacifistes et de la population martyrisée au Moyen Orient, rappelle que l'envoi d'armes supplémentaires dans cette région déjà surarmée, détruite par une violence extrême depuis plusieurs décennies, ne peut être la solution pour protéger les populations.

 

La signature du Mouvement de la Paix apparait malencontreusement au bas d'un appel qui propose notamment la livraison d'armes à Kobané. Le Mouvement de la Paix vérifie comment sa signature a pu être engagée sur un texte en partie contraire à ses orientations pacifistes.

 

Oui la vie et la paix dans cette région du monde sont possibles, elles nécessitent que la population française manifeste sa solidarité en demandant :

 

  • des mesures urgentes pour la protection des populations sous l’égide de forces onusiennes ;
  • un embargo sur toutes les armes dans la région, et un dispositif de sanctions envers les États qui soutiendraient les forces djihadistes ;
  • la traduction devant un Tribunal international de tous les auteurs de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité ;
  • l’investissement des sommes dédiées à l’intervention en Irak (4 400 milliards entre 2001 et 2014) dans les programmes des institutions nationales pour la sécurité globale et l’éducation ;
  • la mise en place sous l’égide de l’ONU d’une conférence internationale pour la paix au Moyen Orient.

La coordination exécutive

 

Contact :

Michel Dolot : michel.dolot@mvtpaix.org

Guillaume du Souich : nouss@mvtpaix.org

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0

La reconnaissance de l’état de Palestine : pour le respect de la justice et des droits de l'homme

Publié le par Patrick Kaczmarek

COMMUNIQUÉ DE PRESSE


 

La reconnaissance de l’état de Palestine : pour le respect de la justice et des droits de l'homme

 

Le Mouvement de la paix se félicite des votes le 3 décembre à l'Assemblée nationale et le 11 décembre au Sénat en faveur de résolutions invitant le gou­ver­nement à recon­naître l’État de Palestine. Les deux résolutions votées par des élus de toutes tendances politiques marquent une évolution de l'opinion publique française qui, selon un sondage IFOP, y serait favorable à plus de 70%. Les élus de la République ont affirmé par là que le respect du droit international est le seul moyen d’avancer vers une paix juste et durable. On est à la veille d'une reconnaissance officielle de l’état Palestinien par l’Union européenne. Une résolution est proposée à la discussion du Parlement.

 

Il n'est que temps !

 

Ces votes interviennent 66 ans après la résolution 181 de l'ONU instaurant un plan de partage de la Palestine. 66 ans d'une histoire tragique à l'issue de laquelle la Palestine n'est toujours pas reconnue officiellement alors que plusieurs résolutions de l'ONU ont tracé les bases de la solution avec deux états existant côte à côte sur les frontières de 1967, avec Jérusalem comme capitale des deux états. Il appartient maintenant à François Hollande de prendre la décision finale dans ce sens. L'engagement de la France aurait une portée considérable et contribuerait à confirmer les droits des palestiniens et l'illégalité de la politique d'occupation du territoire du gouvernement d'Israël. Ce sera un pas en faveur de la justice et la paix.

 

Mais dans le même temps, Ziad Abou Ein, Ministre de l'Autorité palestinienne est mort suite à des brutalités de l'armée israélienne le 10 décembre lors d'une manifestation non violente contre la colonisation en Cisjordanie. Une délégation de notre Mouvement avait rencontré cet acteur de paix. Ses dernières paroles dénonçaient « une armée d'occupation qui pratique la terreur et l'oppression ». Les manifestants étaient venus planter des oliviers et non agresser quiconque. Une répression plus violente que jamais s'abat sur la résistance non violente en Cisjordanie et à Jérusalem. Des responsables des comités populaires sont menacés de lourdes peines de prison. Cette violence pratiquée en plein territoire palestinien, en toute impunité, est une atteinte intolérable à toute légalité.

 

Le Mouvement de la paix exprime ses condoléances et l’expression de sa solidarité à la famille de Ziad Abou Ein, à tous les comités populaires de résistance, à tous les palestiniens. Il proteste contre ces provocations du gouvernement israélien. C'est cette politique coloniale qui bloque tout processus de paix. En fait, les dirigeants actuels d'Israël n'acceptent pas la création de l’État de Palestine et sont très en colère du désaveu cinglant qui leur est apporté par les votes pour la reconnaissance officielle de la Palestine qui viennent d'intervenir en France et qui seront suivis par d'autres dans l’Union européenne.

 

La France, l'Union européenne doivent reconnaître l'état de Palestine et faire pression sur le gouvernement  d'Israël pour que cette politique cesse. Elles doivent agir pour la levée du blocus de Gaza, pour établir un calendrier de démantèlement des colonies, de retrait des forces armées israéliennes du territoire palestinien. Comme le prévoit le droit international, des sanctions doivent être appliquées pour faire enfin respecter la justice et les droits de l'homme en Palestine.

 

La reconnaissance de l’état de Palestine par le Président de la République et les instances européennes constituera une réponse éclatante à cette arrogance. Ce sera un premier pas vers la justice, vers une paix juste et durable au Poche Orient qui garantisse la sécurité de toutes les populations.  

 

Contact :

Nicole Bouexel : nicolebouexel@wanadoo.fr

Sehade Mahammedi : sehade.mahammedi@mvtpaix.org

Publié dans POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0

Reconnaissance de l'Etat palestinien : " François Hollande d'agir" (PCF)

Publié le par Patrick Kaczmarek

Reconnaissance de l’État palestinien : "À François Hollande d'agir" (PCF)

Aujourd'hui 11 décembre, les sénateurs français viennent à leur tour d'adopter une résolution invitant le gouvernement français à reconnaître l'État de Palestine. Ce vote historique positif est une victoire de tous les partisans d'une paix juste et durable en Palestine, en Israël, en France et dans le monde. Il est conforme à la responsabilité de la France, membre du Conseil de sécurité de l'ONU, d'agir pour le respect du droit international et la dignité des peuples.

Au lendemain de l'assassinat du ministre palestinien Abou Ziad tué lors d'une manifestation pacifiste contre la colonisation, ce scrutin envoie le signal d'espoir attendu de la France : un avenir de paix et de développement au Proche-Orient ne pourra s'écrire que par la reconnaissance, aux côtés d'Israël, d'un État palestinien dans les frontières de 1967, avec Jérusalem-Est pour capitale.
Nous voulons saluer les sénateurs qui n'ont pas failli à leur mandat, en particulier les sénateurs du groupe CRC pour leur action déterminée et leur esprit de rassemblement.

La mobilisation doit s'amplifier et s'élargir. Elle pourra continuer de compter sur l'engagement du Parti communiste et de tous ses élus porteurs du respect des résolutions de l'ONU et du droit international, de la solution à deux États, de l'exigence de libération des prisonniers politiques et de la levée du blocus de Gaza.


La reconnaissance de l’État palestinien n'attend plus. À François Hollande d'agir. Et le président et l'exécutif français ne peuvent plus se dérober : ils doivent incarner la voix du peuple français qui est favorable à la reconnaissance immédiate – en première instance et sans condition – de l’État palestinien et à la fin de la colonisation israélienne.


Notre mobilisation générale et la solidarité internationale peuvent obliger les dirigeants, en particulier de la France, à appuyer à l'ONU l'initiative du président de l'Autorité palestinienne pour obtenir la fin de l'occupation et de la colonisation au plus tard dans un délai de deux ans. Les parlementaires européens auront à se prononcer en décembre, à l'initiative notamment de la Gauche unitaire européenne (GUE-NGL).


Le Parti communiste français appelle à ce que « l'Europe » manifeste par ce vote sa détermination à agir pour la paix et le droit international, la fin de la colonisation et l'avènement d'une nouvelle ère de démocratie, de paix et de développement au Proche-Orient.

Signez la pétition pour que le gouvernement acte la reconnaissance de l'État Palestinien en cliquant sur le lien ci dessous :

https://www.change.org/p/pcf-la-france-doit-reconna%C3%AEtre-l-%C3%A9tat-palestinien?utm_source=liste+recuperee&utm_campaign=6672c5cb86-newsletter_palestinevote&utm_medium=email&utm_term=0_deb8bab217-6672c5cb86-126330309

Partager cet article

Repost 0

Silence, on tue les non violents en Palestine !

Publié le par Patrick Kaczmarek

L’armée de l’occupation israélienne a tué ce mercredi 10 décembre 2014, le ministre palestinien en charge du dossier des colonies et du mur d’annexion,  ancien ministre des prisonniers Ziad Abou Ein lors d’une manifestation populaire non-violente contre la Colonisation près de Ramallah en Cisjordanie occupée.

Il manifestait pacifiquement contre la confiscation des terres palestiniennes au profit d’une colonie israélienne illégale, et devait planter un olivier de paix sur cette terre.

Connu par sa participation quotidienne aux manifestations populaires en Cisjordanie contre le mur et contre la colonisation, Ziad Abou Ein, 55 ans et père de 4 enfants, avait passé plus de 13 ans dans les prisons israéliennes.

Paix à son âme et aux âmes de tous les martyrs palestiniens !

Cet assassinat est un acte barbare non isolé de la part de l’armée israélienne

Quelle honte de tuer des non violents palestiniens par cette armée d’occupation ?

Les agressions israéliennes contre les palestiniens se poursuivent

Le gouvernement israélien d’extrême droite poursuit sa politique criminelle contre les Palestiniens

Devant le silence complice de cette communauté internationale officielle

Et devant l’hypocrisie de quelques dirigeants étrangers qui condamnent la mort de colons israéliens et ne bougent pas devant la mort de dizaines de Palestiniens.

Et devant l’absence des médias étrangers qui occultent cette réalité.

Jusqu’à quand  l’impunité de cet état d’apartheid ?

Combien de martyrs palestiniens faudra-t-il pour que bouge ce monde dit libre ?

La situation est de plus en plus difficile pour notre population civile en Cisjordanie, une région encerclée et qui subit des attaques permanentes de l’armée de l’occupation israélienne.

Malgré ce nouvel assassinat, les Palestiniens poursuivront leur résistance populaire contre les mesures de l’occupation  

La Cisjordanie défie l’occupation !

La Cisjordanie libre persiste !

La Cisjordanie encerclée espère !

La Palestine occupée existe !

La Palestine la dignité est plus que jamais déterminée !

Et la Palestine vaincra, la Palestine vivra !

Partager cet article

Repost 0

Le Sénat rejette le budget de la Défense

Publié le par Patrick Kaczmarek

Le Sénat, qui a basculé à droite en septembre, a rejeté dans la nuit de mercredi à jeudi le budget du ministère de la Défense pour 2015, nombre d'orateurs de droite ayant jugé les crédits insuffisants au regard des missions de l'armée. Au total, 195 sénateurs ont voté contre les crédits de la mission Défense - soit 29,1 milliards d'euros pour 2015 - et 125 pour. Les crédits du compte spécial ont en revanche été adoptés. Le budget doit maintenant retourner à l'Assemblée nationale, qui aura le dernier mot et devrait confirmer les crédits alloués pour un total de dépenses de 31,4 milliards d'euros.

 

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, s'est attaché à défendre son budget qui prévoit, outre les crédits inscrits, des recettes exceptionnelles de 2,3 milliards d'euros jugées irréalistes par une partie des sénateurs. "Le projet de loi de finances 2015 permettra l'application intégrale de la loi de programmation militaire. (...) Je suis déterminé à faire en sorte que la sanctuarisation des 31,4 milliards de crédits de paiement pour 2015 soit totalement respectée conformément aux voeux du président de la République", a-t-il assuré.

"Nous ne pouvons croire à l'équation budgétaire"

 

Les recettes exceptionnelles doivent être tirées pour l'essentiel de la vente de fréquences hertziennes de l'armée qui paraissent très improbables en 2015, de l'aveu même du ministre. "Des versements dès

2015 me paraissent aléatoires", a-t-il dit. "Nous sommes très inquiets.

Nous ne pouvons croire à l'équation budgétaire qui nous est présentée", a déclaré le président de la commission des Affaires étrangères et de la Défense, Jean-Pierre Raffarin.

 

Le sénateur UMP Dominique de Legge a dénoncé une "non-sincérité" du budget concernant les opérations extérieures de l'armée (Opex), fixé une nouvelle fois à 450 millions d'euros pour 2015, comme en 2014, alors qu'il a explosé à 1,05 milliard d'euros cette année.

Partager cet article

Repost 0

L'Assemblée vote, sans changement, le budget 2015 de la Défense DEPECHE AFP 29.10.2014 à 20:20

Publié le par Patrick Kaczmarek

L'Assemblée nationale a adopté mercredi, sans modification malgré une tentative des écologistes visant la dissuasion nucléaire, les crédits alloués à la Défense dans le projet de budget 2015, synonymes de «cure d'austérité» aux yeux de la droite.

 

Socialistes et radicaux de gauche ont voté pour, les écologistes et le Front de Gauche contre, ainsi que l'UMP et l'UDI, pour des raisons différentes.

 

Avec 31,4 milliards d'euros de dépenses, comme les trois années précédentes, le projet de budget de la Défense pour 2015 présenté mercredi par le gouvernement s'inscrit dans la trajectoire de la Loi de programmation militaire (LPM, 2014-2019) adoptée fin décembre par le Parlement.

 

Les crédits budgétaires inscrits dans le projet de budget s'élèvent à

29,1 milliards d'euros (hors pensions), auxquels doivent s'ajouter 2,3 milliards de recettes exceptionnelles (REX) pour atteindre le seuil le

31,4 milliards d'euros fixé par la LPM jusqu'en 2016.

 

Ces REX sont censées venir principalement de la vente de fréquences hertziennes et de biens immobiliers de la Défense.

 

Sont prévus 7.500 postes en moins l'année prochaine, pour atteindre un «plafond d'emplois» de 265.846 fin 2015 à la Défense.

 

«Solide», ce budget «entend respecter parfaitement l'équilibre tendu de la loi de programmation militaire, la modernisation de nos moyens et la réalisation des efforts demandés par la situation de nos dépenses publiques», a déclaré le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

 

Ce budget intervient dans «un contexte très particulier» avec la présence de «nos armées sur plusieurs théâtres difficiles pour des missions essentielles pour notre sécurité», a-t-il souligné.

 

Le ministre a d'ailleurs annoncé aux députés qu'un «violent accrochage» avait opposé dans la nuit la force française Barkhane à un «important groupe armé terroriste de type Aqmi» dans le nord du Mali.

 

Malgré «quelques bonnes nouvelles», les écologistes ont réaffirmé leurs «divergences profondes sur les orientations», notamment sur le nucléaire, et jugé que la réorganisation des armées devrait «cibler davantage les catégories de personnels dans la hiérachie».

 

Pour le Front de Gauche, Jean-Jacques Candelier a dénoncé les «conséquences néfastes» sur le territoire du «plus gros plan social jamais connu» dans la Défense.

 

Plusieurs députés UMP sont intervenus pour critiquer, tel Philippe Meunier, une «cure d'austérité» aux dépens des armées, et un budget «fragile» avec un «côté virtuel des recettes exceptionnelles».

 

L'UDI Philippe Folliot a évoqué des «angoisses fortes tant dans les armées que dans les industries de la défense» et regretté encore l'absence de «choix réel sur des sujets clefs comme la dissuasion nucléaire».

 

Face aux inquiétudes, M. Le Drian a martelé qu'il était «d'une très grande vigilance et ténacité» pour s'assurer que «toute la loi de programmation» serait effective.

 

«Le président de la République a décidé de sanctuariser les crédits de la LPM. J'ai eu, en 2014 comme en 2013, les crédits inscrits et je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas le cas en 2015», a-t-il lancé.

 

Ce proche du chef de l'Etat a aussi insisté sur «les marchés signés» récemment pour les MRTT et les Scorpion. A la députée FN Marion Maréchal-Le Pen, qui s'est alarmée que le projet de fusion «contre-nature» entre Nexter et l'Allemand KMW «au détriment de notre souveraineté militaire et notre industrie», M. Le Drian a assuré que «Scorpion serait effectué par Nexter» et que «chacun des deux partenaires préserverait sa singularité».

 

Porteur des deux seuls amendements en débat, le coprésident des députés écologistes François de Rugy a échoué à réduire les dotations affectées à la composante aéroportée de la dissuasion nucléaire pour les redéployer ailleurs.

 

«La sécurité de la France mérite les deux composantes» (aéroportée et

sous-marine) de la dissuasion nucléaire, a notamment objecté le ministre, invoquant plusieurs arguments de fond autant que de coût.

 

L'UMP s'est indignée de l'initiative écologiste, Jacques Myard parlant d'«amendements dangereux, naïfs et même criminels»

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>