Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La flottille de la liberté attaquée par l’armée israélienne en eaux internationales

Publié le par Patrick Kaczmarek

Communiqué de la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine

 

http://www.france-palestine.org/La-flottille-de-la-liberte-attaquee-par-l-armee-israelienne-en-eaux



La Flottille de la Liberté qui se dirigeait vers les côtes palestiniennes de Gaza a été interceptée en eaux internationales par l’armée israélienne la nuit dernière. Elle tentait de forcer par la mer le blocus qu’impose illégalement Israël à la population de la bande de Gaza.

A 2h du matin la « Marianne » a été encerclée par trois bateaux de la marine israélienne alors qu’elle naviguait à environ 100 milles nautiques en direction de la bande de Gaza. Les passagers et l’équipage ont été kidnappés, le bateau détourné, amenés de force en Israël. Les trois autres bateaux qui composaient la flottille ont, comme prévu par les organisateurs en cas d’intervention de l’armée israélienne, pris le chemin de la Grèce.

C’est un nouvel acte de piraterie de la part l’armée israélienne, Israël n’ayant pas de souveraineté sur les eaux internationales au large de Gaza. En 2012, l’équipage de l’Estelle avait été brutalement intercepté. En 2010, dix passagers du Navi Marmara furent tués par l’armée israélienne en eaux internationales. La multiplication des actes de pirateries de la part d’Israël en eaux internationales sont des signes inquiétant de l’expansion de la politique d’occupation et de blocus sur l’ensemble de la Méditerranée orientale. Nous demandons la libération immédiate des passagers de la Marianne et la levée du blocus.

La bande de Gaza est un territoire de 41 km de long et de 7 km de large. 1,86 million de Palestiniens y vivent, ou survivent. Depuis 2006, Israël y impose un blocus illégal au regard du droit international, auquel s’ajoutent des offensives militaires répétées, dont la dernière, en été 2014, a fait plus de 2 200 morts et 11 000 blessés palestiniens.

Communiqué de presse de la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine

Contact en France : Claude Léostic 06 72 51 64 90
 

Billet d'humeur

https://www.facebook.com/pages/AFPS-Association-France-Palestine-Solidarit%C3%A9/124250694261509?fref=nf


La Marianne a été arraisonnée "sans incident", nous répètent les media français...

Parce que ce n'est pas un incident, de voir un bateau ouvertement pacifique, venant apporter son soutien à une population assiégée, se faire enlever dans les eaux internationales (à 100 milles environ des côtes de Gaza) par la puissance qui étrangle cette population ?

Au nom de quoi devrait-on trouver normale cette piraterie en haute mer ?

Amis journalistes, arrêtez, arrêtons, de reproduire les communiqués de la puissance occupante, dont le principal objectif est précisément de banaliser son occupation. Est-il normal d'étrangler ainsi tout un peuple ?

Le blocus de Gaza n'est pas acceptable, c'est même le ministre allemand des affaires étrangères qui l'a affirmé le mois dernier.
Et, comme l'a rappelé opportunément le militant israélien Uri Avnery, les flottilles de la liberté pouvaient encore atteindre Gaza en 2008, alors que Gaza était déjà sous blocus.

Un an après le déclenchement de la dernière agression israélienne contre Gaza, n'est-il pas temps de bouger... de changer nos regards et nos discours sur Gaza... et de mettre les communiqués de l'armée israélienne, et les dépêches qui les reprennent, à leur vraie place, la poubelle de votre bureau ?

 

N'hésitez pas à likez ("aimer") notre page Facebook et à la partager autour de vous !


--

Association France Palestine Solidarité (AFPS)
21 ter Rue Voltaire 75011 Paris
Tél. : 01 43 72 15 79
Fax. : 09 56 03 15 79
Suivez l'AFPS sur www.france-palestine.org, Facebook et Twitter

Publié dans POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0

RASSEMBLEMENTS PLACE DE LA CONCORDE À PARIS

Publié le par Patrick Kaczmarek

POUR LA LIBERATION DE MUMIA ET DES SOINS MÉDICAUX IMMÉDIATS !

Comme chaque premier mercredi du mois, nous donnons rendez-vous aux franciliens pour exiger la libération de Mumia Abu-Jamal. Rappelons que le journaliste noir américain a déjà passé plus de 33 ans en prison dont 30 dans l’enfer du couloir de la mort. Il a toujours clamé son innocence sans jamais pouvoir la défendre face à un système judiciaire raciste et inéquitable qui refuse obstinément la révision de son procès. Agé de 61 ans, son état santé est toujours préoccupant. La mobilisation internationale est indispensable pour qu’il puisse obtenir des soins médicaux appropriés aux maladies dont il souffre (diabète et eczéma), ce que lui refusent les autorités pénitentiaires et la justice de Pennsylvanie. Ce comportement cruel et inhumain est dénoncé dans le monde entier.

Continuez à vous mobiliser en signant la carte-pétition. Pour ce faire :

  • Vous pouvez imprimer cette carte en cliquant sur ce lien : la carte-pétition
  • Vous pouvez la commander (gratuitement) en nombre à direction@mrap.fr en précisant l’adresse à laquelle vous souhaiter la recevoir ou, pour les franciliens, venir la retirer au siège du MRAP 43 boulevard de Magenta 75010 Paris (métro République)
  • Vous l’envoyer directement au Gouverneur de Pennsylvanie par courrier postal … sous enveloppe de préférence pour contraindre son administration à l’ouvrir et à en prendre connaissance. Sous enveloppe ou pas, le tarif postal est de 1,20 € pour un envoi jusqu’à 20 grammes. Si vous faites des envois en nombre, il vous faudra l’affranchir en conséquence.

 

RASSEMBLEMENT ‎« DIE-IN » POUR L’ABOLITION DE LA PEINE DE MORT AUX USA

Et si la peine de mort (rétablie le 02 juillet 1976) aux Etats-Unis était enfin en voie d’extinction ? 

L’hebdomadaire Time Magazine vient de titrer en couverture : «La dernière exécution». En effet, depuis quelques années, on observe un net recul du recours à la peine de mort :

  • moins de condamnations à mort ;
  • moins d’exécutions dans un nombre restreint d’Etats ;
  • davantage d’innocents sortis des couloirs de la mort.

Nous pouvons ainsi comptabiliser :

  • 46 exécutions dans 8 Etats du 20 juin 2013 au 20 juin 2014 ;
  • 29 exécutions dans 6 Etats du 20 juin 2014 au 20 juin 2015 ;
  • 9 condamnés innocentés sur les 12 derniers mois.

Les raisons avancées par le journaliste David von Drehle, auteur de l’article, sont au nombre de 5 !

  • 1/ Malgré tous les efforts fournis depuis des décennies, aucune méthode d’exécution n’a vraiment fait ses preuves, en particulier l’injection létale qui a débouché sur des ratés retentissants ces derniers temps.
  • 2/ On constate une baisse générale de la criminalité sans aucun lien avec le statut des états, recourant ou non à la peine de mort.
  • 3/ Les justifications de la peine de mort sont de moins en moins convaincantes d’autant que les disparités géographiques sont flagrantes.
  • 4/ Il s’agit d’un gaspillage avéré des fonds publics dans un contexte où les Etats manquent de moyens.
  • 5/ Enfin, David von Drehle estime que la Cour Suprême des Etats-Unis, à force de devoir se prononcer sur de plus en plus de cas de condamnés à mort, va finir par décréter la peine de mort anticonstitutionnelle…

A l’heure où le Nebraska devient abolitionniste et la Pennsylvanie en moratoire, nous avons juste envie de demander aux différents politiques : « Allez, encore un petit effort ! ».

DIE-IN parisien organise par Acat-France (www.acatfrance.fr) avec le soutien de :

Télécharger le flyer du rassemblement

 

DERNIERES MINUTES…

Dans une déclaration rendue public (Genève 26 juin 2015), les rapporteurs spéciaux des Nations Unis sur les exécutions sommaires et sur la torture (Christof Heyns et Juan E. Mendez) appelle le gouvernement des Etats-Unis à établir un moratoire fédéral sur la peine de mort en vue de son abolition. Nous reviendrons sur cette information très importante dans une prochaine actualité.

 

----------------------------------------



LE COLLECTIF FRANCAIS "LIBERONS MUMIA !"

mail : contact@mumiabujamal.com
web : www.mumiabujamal.com
tél : 01 53 38 99 99

Partager cet article

Repost 0

Droit du travail ou travail sans droit

Publié le par Patrick Kaczmarek

Droit du travail ou travail sans droit ? Uberisation et macronisation !

Entre les taxis et Uber c’est une bataille de civilisation. D’un côté un métier réglementé (plus ou moins bien), de l’autre un métier sans règle.

La pieuvre US multimilliardaire UBER, avec 50 milliards, est partie à la conquête du contrôle de tous les transports individuels des capitales du monde. Pour cela son système est simple : pas de salariés, pas de chauffeurs professionnels, simplement des « sujets » qu’on siffle et qui roulent au forfait, sans droit, sans salaire, sans horaires, sans dignité et sans liberté.

Des volontaires d'autant plus facilement trouvés que les salaires stagnent et que la vie est difficile.
Les VTC « co-voiturants » (pour faire « cool ») ou les VTC auto entrepreneurs (pour faire faussement juridique) ont ce point commun d’être attachés, non par des chaînes, mais par des appels téléphoniques et, au sifflet, ils font la course commandée, au prix payé calculé d’en haut dont ils gardent un pourcentage pour survivre. À eux de payer cotisations sociales, voiture, assurances, accidents à tout moment, de rouler 70 h.
Uber n’a aucune obligation vis à vis de ses serviteurs : pas de « crainte » du licenciement puisque pas de contrat.

Comme dit Attali, « C’est l’avenir, tous les travailleurs vont devenir intermittents, c’est l’ubérisation de la société, c’est la fin du salariat ». « Sauf pour exception talentueuse » prend-il soin de préciser. Plus de code du travail, plus de convention collective, plus rien. Soumission librement consentie, sans contrepartie…

Pour l’heure, c’est « l’illégalité absolue » répond Bernard Cazeneuve et l’interdiction d’ UBER est même réclamée par les autorités. Il faut dire que les taxis, malgré tous leurs défauts, sont mobilisés et en colère et ça fait peur, car en dépit de leur individualisme, de leur discutable réputation, de leur faible taux de syndicalisation, les taxis sont du bon coté de la barricade juridique ; ils défendent le droit du travail contre le travail sans droit ubérisé.
Le gouvernement semble donc « lâcher » Attali et son « ubérisation ».

Mais la partie n’est pas jouée : car la macronisation, si sa loi passe en 3e lecture, va prendre le relai de l’ubérisation ! En effet, en modifiant l’article 2064 du Code civil et la loi du 8 février 1995, (article 83) qui renvoie toute relation de travail au code du travail, la loi Macron ouvre la possibilité de contrats civils, commerciaux, de gré à gré qui pourront échapper aux conventions, aux inspections, aux contrôles et aux prud’hommes.

Lisez « L'expert » qui, comme Attali, prône la fin du salariat. Écoutez tous ceux qui disent que le Code du travail est obèse : l’offensive générale réactionnaire est lancée, l’épisode TAXIS contre VTC, c’est cent ans d’histoire et de construction du droit des salariés qui sont en jeu.
 
Être contre UBER lucidement c’est être contre Macron-Medef. C’est défendre le salariat et ses droits contre le néo-esclavagisme.

Partager cet article

Repost 0

COMMUNIQUE : Accueillir les migrants ET éradiquer toute la misère dans le monde

Publié le par Patrick Kaczmarek

22 000 morts en vingt ans en méditerranée, 1200 morts en une semaine, 1 noyé toutes les 2 heures depuis le 1ier janvier… Stop ou encore ?

Quand la Libye, la Syrie, l’Irak, l’Afghanistan sont devenus des enfers (et que « l’Occident » y est pour beaucoup), quand de nombreux pays subsahariens n’en finissent pas d’être confrontés aux effets de 500 ans d’exploitation (commerce triangulaire et esclavage, colonisation et néocolonialisme), quand les 28 Etats de l’UE n’acceptent que 186 000 réfugiés de Syrie alors que les petits Etats voisins en accueillent 4 millions (dont le Liban où le quart de la population est constitué de réfugiés), quand on en arrive à des « villes » de 350 000 déracinés dans des camps provisoires qui s’éternisent et où beaucoup ne réussissent pas à survivre (Somaliens au Kénya depuis 20 ans à Dadaab qui sera fermé dans 3 mois : où iront-ils ?) … comment voulons-nous que ces gens là cessent d’aller voir ailleurs ? Ils savent, ils espèrent qu’il peut y avoir de la vraie vie là-bas devant, alors ils avancent (les humains ont toujours peuplé la terre de cette façon) et ils arrivent aux portes… fermées de l’Europe.

Depuis 1952, le droit d’asile est un droit universel reconnu dans une Convention signée par tous les pays de l’UE. Sans état d’âme ni aucune réflexion sur la poursuite de l’aventure humaine forcément commune (ou vouée à ne pas être), les 28, dont la France, violent ce droit en mettant en œuvre « Frontex » qui constitue avant tout un système de contraintes empêchant d’arriver sur le sol européen.

Quand, en amont et mondialement, les départs clandestins et leurs cortèges de drames sont générés par les guerres, les persécutions, la surexploitation… et que là-dessus se greffe la rapacité de mafieux prospérant sur la misère (en Méditerranée, au Mexique, en Australie ou ailleurs), le problème et ses solutions sont à considérer à l’échelle de la planète.

Les pays occidentaux sont devant leurs responsabilités : leurs dirigeants auront-ils encore le front de les fuir ou feront-ils enfin face ?

Pour l’UE et la France, tout de suite, nous exigeons : de sécuriser les parcours, mettre en place un dispositif d’intervention maritime pour que plus aucune vie ne soit perdue, d’établir des voies légales d’immigration pour ceux qui fuient la mort, d’utiliser la possibilité du « visa-asile », d’accueillir les migrants sur l’ensemble de ses territoires hors de toute concentration en Italie, en Grèce ou en Espagne. Il s’agit ensuite de cesser de faire passer les intérêts géostratégiques des puissants avant la sécurité des gens, de respecter le droit des peuples à disposer des richesses de leur pays (même si pour cela on doit contrarier Areva et d’autres), de réorienter l’Aide Publique au développement en n’« oubliant » pas les régions les plus pauvres, de proposer des plans de co/développement Euro-Méditerranée et Euro-Afrique.

Les solidarités doivent se renforcer entre les peuples du « Nord » et ceux du « Sud ». Si « la liberté dans un monde plus juste » devient pour tous beaucoup plus qu’un slogan, si les conditions de vie s’améliorent, personne ne prendra plus le risque de traversées meurtrières.

Le Mouvement de la Paix

Contact :

Roland Nivet : roland.nivet@mvtpaix.org

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0

Comment la France risque de livrer des armes nucléaires aux terroristes?

Publié le par Patrick Kaczmarek

la France continue de soutenir le Terrorisme; La France construira 2 centrales nucléaires en Arabie Saoudite

La France a confirmé qu’elle a pour intention de construire deux réacteurs nucléaires en Arabie Saoudite, dans le cadre d’un contrat de 12 milliards d’euros entre les deux nations.

Selon l’un des accords, Airbus vendra 23 hélicoptères multifonctions H-145 à l’Arabie Saoudite d’une valeur de 500 millions d’euros ainsi que le lancement d’une étude de faisabilité sur la construction des réacteurs, a déclaré le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, mercredi.

Une série d’offres de plusieurs milliards d’euros a été annoncée après la première réunion de la« commission mixte franco-saoudienne » à Paris, présidée par Fabius et le ministre saoudien de la Défense, le prince Mohamed bin Salman.

mais qui est Mohamed bin Salman en effet? Ce prince est derrière le projet califat:les combattants de l’État islamique ainsi que le Front Al-Nosra, des forces djihadistes affiliées à d’Al-Qaïda, sont secrètement l'Arabie Saoudite. Leur mandat consiste à mener une insurrection terroriste contre le gouvernement de Bachar al-Assad.

Les médias occidentaux ont reconnu que Riyad,a joué (et joue toujours) un rôle central dans le financement de l’État islamique, ainsi que dans le recrutement, la formation et l’endoctrinement religieux des forces mercenaires terroristes déployées en Syrie.

Selon le Daily Express de Londres : « Ils [les terroristes de l'EI] avaient de l’argent et des armes fournies par le Qatar et l’Arabie saoudite. »

« La plus importante source de financement de l’EI à ce jour provient des pays du Golfe, principalement de l’Arabie saoudite mais aussi du Qatar, du Koweït et des Émirats arabes unis », (Selon le Dr Günter Meyer, directeur du Centre de recherche sur le Monde arabe à l’Université de Mayence, en Allemagne, Deutsche Welle )

Grâce à des alliés comme l’Arabie saoudite et le Qatar, l’Occident [a] soutenu des groupes rebelles militants qui ont depuis mutés en EI et autres milices liées à al-Qaïda. (Daily Telegraph, 12 juin 2014)

[V]oici la plus récente contribution monstrueuse de l’Arabie saoudite à l’histoire mondiale : le Califat islamiste sunnite en Irak et au Levant, conquérant de Mossoul et Tikrit – et de Racca en Syrie – et peut-être de Bagdad, « humiliateurs » ultimes de Bush et d’Obama.

D’Alep, dans le nord de la Syrie, jusqu’aux environs la frontière irako-iranienne, les djihadistes de l’EIIL et autres groupuscules divers payés par les wahhabites saoudiens, et des oligarques koweïtiens, règnent maintenant sur des milliers de miles carrés. (Robert Fisk, The Independent, 12 juin 2014)

En 2013, dans le cadre de son recrutement de terroristes, l’Arabie saoudite a pris l’initiative de libérer des condamnés à mort incarcérés dans les prisons saoudiennes.

Une note confidentielle a révélé que les prisonniers étaient « recrutés” » pour rejoindre les milices djihadistes (y compris Al-Nosra et l’EIIL) afin de lutter contre les forces gouvernementales en Syrie.

à vrai dire,la France tout en ignorant l'effet boomrang de ce projet, vise à augmenter le risque du terrorisme contre lui-même.

Publié dans POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0

Révélations de Snowden : comment les USA aident Israël et recrutent les djihadistes de l’EIIL

Publié le par Patrick Kaczmarek

Glenn Greenwald l’avait dit : « Snowden fera d’autres révélations importantes à propos d’Israël. » Et c’est ce qui s’est passé. Le journaliste britannique qui a déclenché le scandale des écoutes illégales mises en place par la National Security Agency (l’affaire dénommée le ‘Datagate’) revient à la chargesur son site The Intercept. Les tout derniers documents top-secret examinés par Greenwald parmi les quelque 1,7 million de fichiers fournis par l’ex-agent de la CIA [et fondateur du site Wikileaks] Edward Snowden, éclairent d’un jour nouveau l’agression israélienne contre les Palestiniens de Gaza, une nouvelle fois d’actualité. Ils mettent notamment en évidence l’implication directe des USA et de leurs principaux alliés. Au cours des dix dernières années – selon ces documents – la NSA a fortement augmenté son soutien, financier, en armes et en informations, à son homologue israélienne, l’unité 8.200 (aussi appelée ‘ISNU Sigint’).
La coopération entre les deux agences a débuté en 1968 et a formé la base des relations étroites qui existent actuellement entre les autres agences de renseignement israéliennes et celles américaines, comme la CIA, le Mossad et la division des opérations spéciales.
Des services secrets alliés dans le but de tenir sous contrôle plusieurs objectifs et aussi « les pays d’Afrique du Nord, du Moyen-Orient, du golfe Persique, du Sud-Est asiatique et les Républiques islamiques de l’ex-Union soviétique. » Dans de nombreux cas, la NSA et l’ISNU ont collaboré avec les agences de renseignement britanniques et canadiennes, le GCHQ et le CSEC. On découvre aussi l’aide de certains pays arabes comme la monarchie jordanienne, et le rôle des forces de sécurité de l’ANP dans la fourniture de services d’espionnage essentiels pour identifier et frapper des « objectifs palestiniens. » The Intercept montre également un reçu de paiement daté du 15 avril 2004.
Les agressions répétées contre la population de Gaza – explique Greenwald – ne seraient pas possibles sans le soutien des USA, toujours prompts à satisfaire les requêtes belliqueuses d’Israël, comme cela s’est produit avec les 225 millions de dollars additionnels approuvés pour financer le système de missiles israélien. Une attitude qui tranche avec le présumé rôle de médiateur affiché ostensiblement par les États-Unis dans le conflit israélo-palestinien. Des faits qui affaiblissent d’autant les paroles prononcées par Barack Obama, comme si le président US n’était qu’un simple spectateur face au massacre des enfants de Gaza (« C’est effrayant de voir ce qui se passe là-bas. »)
The Intercept fait observer qu’Obama parle de [la tragédie de] Gaza comme s’il s’agissait d’une calamité naturelle, d’un événement incontrôlable auquel le gouvernement des USA assiste impuissant. D’après les documents diffusés par Snowden, actuellement réfugié en Russie, la CIA et le Mossad ont entrainé Abu Bakr Al-Baghdadi, l’actuel leader de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL). L’EIIL, qui prône le retour au « Califat » a initialement été constitué en Égypte pour combattre le gouvernement de Bashar al-Assad. Il a reçu des armes de la part du renseignement US et de celui du Royaume-Uni, et des financements de l’Arabie Saoudite et de la monarchie du Qatar.
Abu Bakr Al-Baghdadi a été prisonnier à Guantanamo de 2004 à 2009. Au cours de cette période, la CIA et le Mossad l’auraient recruté pour fonder un groupe en mesure d’attirer des djihadistes de différents pays vers un endroit précis, et ainsi les tenir loin d’Israël. Pour Snowden, « la seule solution pour protéger l’État juif est de lui créer un ennemi à ses frontières, mais en le dirigeant contre les états islamiques qui s’opposent à sa présence. » Une opération secrète dénommée « Nid de frelons ».
L’étroite collaboration entre les services de renseignement de Washington et ceux de Tel-Aviv n’a pourtant pas empêché l’espionnage réciproque entre les deux grands alliés. C’est ainsi – comme le révèle le journal allemand Der Spiegel – que les services secrets israéliens ont intercepté les conversations du secrétaire d’État américain John Kerry avec les médiateurs arabes et l’Autorité palestinienne, pour avoir les réponses toutes prêtes lors de l’ultime tentative de négociations avec les Palestiniens.

 

Publié dans POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0

La France en commun, un projet urgent

Publié le par Patrick Kaczmarek

Publié dans POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0

Face à l’arrogance israélienne, sortir de la diplomatie de l’impuissance

Publié le par Patrick Kaczmarek

 

http://www.france-palestine.org/Face-a-l-arrogance-israelienne-sortir-de-la-diplomatie-de-l-impuissance

Communiqué de l’AFPS,  mardi 23 juin 2015

Laurent Fabius vient de faire une « visite d’exploration » les 20 et 21 juin au Proche-Orient pour présenter un projet d’initiative française au Conseil de sécurité. La réponse israélienne est tombée avant même qu’il ait rencontré Benjamin Netanyahou : pas question pour Israël de se plier à un quelconque « diktat international ». Et pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté, Netanyahou a précisé lors de son entretien avec Fabius que la solution « ne viendra pas de résolutions de l’ONU qu’on tente d’imposer de l’extérieur ».

Comment la France peut-elle dans ces conditions faire mine d’accorder le moindre crédit au Premier ministre israélien lorsqu’il se dit prêt à « reprendre les négociations à tout moment » lui qui a été élu en proclamant « avec moi, vous n’aurez pas d’Etat palestinien » ?

Il est temps pour la diplomatie française de passer aux choses sérieuses. Vouloir amadouer l’équipe en place à Tel-Aviv ne mène à rien. Il faut sans plus attendre reconnaître l’Etat de Palestine. Laurent Fabius le disait en décembre 2014, « ce n’est pas une faveur, pas un passe-droit, c’est un droit ». Il faut aussi, pour s’en tenir au droit, interdire l’entrée des produits des colonies sur le marché français et dissuader toute relation d’affaire en rapport direct ou indirect avec la colonisation.

La France peut et doit sans délai mettre fin à toute coopération militaro-policière. Elle doit en même temps s’engager pour la suspension de l’accord d’association UE-Israël.

Elle doit agir avec force pour mettre fin au blocus de Gaza et, alors qu’une flottille internationale fait route pour y porter un témoignage de solidarité, intervenir pour que cette flottille arrive à bon port librement.

Le 29 juin prochain, le vote du Conseil des Droits de l’homme de l’ONU sur le rapport de la commission d’enquête concernant les violations du droit international et des droits de l’homme commises depuis le 13 juin 2014 dans l’ensemble du territoire palestinien occupé (y compris Jérusalem Est) en particulier dans la bande de Gaza, lui donnera l’occasion de rattraper son incompréhensible abstention lors de la création de cette commission d’enquête indépendante sur les crimes commis dans ce contexte.

Ne pas agir maintenant et avec force reviendrait à renoncer à la paix et à accepter que s’installe un chaos qui ne se confinera pas à la région.

Le Bureau national

--

Association France Palestine Solidarité (AFPS)
21 ter Rue Voltaire 75011 Paris
Tél. : 01 43 72 15 79
Fax. : 09 56 03 15 79

Suivez l'AFPS sur www.france-palestine.org, Facebook et Twitter

 

Publié dans POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0

ntervention d’Eric Toussaint à Athènes le 17 juin 2015 : Dette grecque, les mémorandums ont été conclus dans l'illégalité

Publié le par Patrick Kaczmarek

Publié dans POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0

Penser l'après...En librairie depuis le 11 juin

Publié le par Patrick Kaczmarek

Jacques Fath

Les enjeux de la sécurité internationale et la guerre elle-même n’ont plus grand-chose à voir avec ce qui caractérisa le XXe siècle et ses deux grands conflits mondiaux. La violence et la conflictualité sont maintenant d’abord le fruit des crises issues d’un type de développement et des dominations dont on mesure quotidiennement la brutalité pour les êtres humains et pour les sociétés. Les réponses sécuritaires et militaires, les logiques de force et les stratégies de puissance conduisent à des impasses politiques majeures, à des situations de chaos.
Ce livre est une invitation à réfléchir sur le monde, sur la guerre, les conflits, les résistances sociales et politiques, sur les stratégies à l’œuvre et leurs impasses. Un autre ordre international est à construire dans l’exigence de la responsabilité collective, du multilatéralisme, du désarmement et de la sécurité humaine.

Pour penser l’après...

 

Disponible en librairie ou en commande sur le site  :   www.editions-arcane17.net

Sortie officielle jeudi 11 juin 2015.

236 pages  -  20.00€

Publié dans CULTURE

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 > >>