Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

l'OTAN demande aux pays membres d'augmenter leurs dépenses militaires.

Publié le par Patrick Kaczmarek

Partager cet article

Repost 0

Initiative "STOP AU RACKET DES AUTOROUTES"

Publié le par Patrick Kaczmarek

VENDREDI 28 NOVEMBRE

"STOP AU RACKET DES AUTOROUTES"

 

Camarade,

 

tu as été destinataire le 20 novembre dernier d'une proposition d'initiative militante de notre Parti "Stop au racket des autoroutes" que tu retrouveras ci-dessous en rappel.

 

Il a été décidé que nous mènerions cette action vendredi 28 novembre prochain.

 

Nous te proposons de nous retrouver à 6h45 à la gare de péage de Dury (Autoroute A16 sortie d'Amiens, direction Beauvais-Paris).

 

Nous pourrions aussi acter la mise en place d'initiatives similaires à Abbeville (A16), Longueau (A29 St Quentin) , Ham-Péronne et Amiens à l'entrée Amiens Nord en venant de Flixecourt en fonction des disponibilités de chacun-e-s et des déplacements.

 

Le nombre de participant-e-s permettra (ou pas d'ouvrir les barrières du péage pour un accès libre et d'en prévenir occasionnellement les autorités…).

 

Pour les Camarades d'Abbeville,  d'Ham - Péronne- Roye, il semble logique qu'ils mènent leur initiative localement pour ne pas avoir à se déplacer sur Amiens.

 

S'il ne sont pas en capacité de tenir cette initiative ils peuvent venir renforcer le point initiative Amiénois.

 

Il est demandé que les élu-e-s communistes et apparenté-e-s disponibles apparaissent avec leur écharpe tricolore.

 

Les tracts seront disponibles dès le mercredi après-midi à la fédération pour les initiatives hors Amiens avec la possibilité qu'ils soient livrés dans ta section si une initiative se construit.

 

Je t' invite à me retourner ton avis, présence,  participation, disponibilité pour que soit organisé précisément la journée du vendredi 28 novembre à 6h45 et 17h00 avant mercredi 13 heures ! (envoi du communiqué de presse)

 

Tu recevras mercredi après-midi les initiatives retenues en fonction de la mobilisation recensée.

 

Un communiqué de presse sera envoyé aux médias départementaux, régionaux et nationaux pour valoriser notre initiative et en assurer le succès et une médiatisation.

 

Comptant sur ta participation et ton esprit de mobilisation militant,

 

Partager cet article

Repost 0

Cyber-Action pour la reconnaissance d'un Etat de Palestine

Publié le par Patrick Kaczmarek

 

Urgent : Cyberaction envers les parlementaires.
Pour un vote en faveur de la reconnaissance
d'un Etat de Palestine


Votre logiciel de mail a bloqué l'affichage des images. Pour visualiser
ce message correctement, il vous faut autoriser l'affichage des images.


Madame, Monsieur,

La Palestine est déjà reconnue par 135 pays. Plusieurs parlements ont récemment voté pour cette reconnaissance, dont le parlement britannique et le parlement espagnol, marquant à leur manière l'année 2014 consacrée par les Nations Unies comme année internationale de solidarité avec le peuple palestinien.

C'est au tour du parlement français de se prononcer le 2 décembre prochain.

Le massacre perpétré le mardi 18 novembre dans une synagogue de Jérusalem, qui a fait l'objet d'une condamnation unanime, ne doit pas retarder un vote favorable, bien au contraire.
Nous devons aussi entendre la voix de plus de 600 personnalités israéliennes, dont l’ancien ambassadeur d’Israël en France Élie Barnavi, qui ont choisi de s’adresser aux parlementaires de différents pays européens pour leur dire de reconnaître l’État palestinien.

La France doit reconnaître d’urgence l’Etat de Palestine dans le prolongement de son vote favorable pour l'admission de la Palestine à l'Unesco.
C'est une étape nécessaire et urgente sur le chemin de la paix à travers le respect du droit international.

C'est pourquoi nous vous demandons d'intervenir auprès des parlementaires de votre département à travers la cyberaction lancée par le Mouvement de la paix, en signant la cyber-lettre en ligne (adressée aux parlementaires de notre pays avant le débat qui doit commencer le 28 Novembre 2014 à l'Assemblée Nationale)

Cordialement,
Le Bureau national du Mouvement de la Paix

Pour cela :

  • Signez la cyber-lettre en ligne qui sera envoyée en votre nom aux parlementaires de votre département - cela ne prend que quelques instants;
  • Demandez un rendez-vous aux parlementaires de votre département pour les mettre devant leurs responsabilités;
  • Faites suivre ce message à vos connaissances et parlez-en autour de vous.

Nous comptons sur vous.

Le Mouvement de la Paix
Contact : roland.nivet@mvtpaix.org

www.mvtpaix.org

 

Partager cet article

Repost 0

LISTE des 110 parlementaire français opposés à la reconnaissance d’un Etat Palestinien !

Publié le par Patrick Kaczmarek

LISTE des 110 parlementaire français opposés à la reconnaissance d’un Etat Palestinien !

Partager cet article

Repost 0

Communiqué : L’AFPS condamne l’attentat de Jéru­salem et les agres­sions répétées de Netanyahou

Publié le par Patrick Kaczmarek

 

L’AFPS condamne l’attentat de Jéru­salem et les agres­sions répétées de Netanyahou

http://www.france-palestine.org/L-AFPS-condamne-l-attentat-de

mardi 18 novembre 2014

L’attaque meur­trière contre les fidèles d’une syna­gogue de Jéru­salem appelle de notre part une ferme condam­nation. Condam­nation de principe, comme pour toutes les attaques contre les civils, et condam­nation poli­tique contre un acte qui fait clai­rement le jeu du gou­ver­nement israélien qui de son côté ne cesse d’encourager les exac­tions et la vio­lence per­ma­nente des colons.

Il s’inscrit mal­heu­reu­sement en effet dans la logique mor­tifère choisie par Neta­nyahou : tenter de quitter le terrain poli­tique pour amener le conflit sur celui de l’affrontement reli­gieux, par défi­nition sans issue.

Sur le terrain poli­tique, la position israé­lienne qui a conjugué le sabotage des négo­cia­tions avec le déve­lop­pement accéléré de la colo­ni­sation et l’étranglement de Gaza n’est plus tenable et l’amène à un iso­lement croissant. Neta­nyahou va abon­damment uti­liser l’attentat de Jéru­salem pour tenter de réduire cet iso­lement ce qui faci­litera la tâche de ceux qui traînent les pieds pour prendre des mesures contre la poli­tique israélienne.

Que Neta­nyahou choi­sisse ou non comme cet été une nou­velle escalade cri­mi­nelle, c’est le peuple pales­tinien qui d’une manière ou d’une autre en paiera le prix. Voilà le résultat, tris­tement pré­vi­sible, de la pas­sivité de la com­mu­nauté inter­na­tionale devant les pro­vo­ca­tions israé­liennes : pas­sivité et démission ne peuvent conduire qu’à tou­jours plus de désespérance.

La France ne doit pas inverser les causes et les effets, mais recon­naître sans délai l’Etat de Palestine et prendre les sanc­tions néces­saires pour pré­server les chances de la seule paix pos­sible : celle qui se fonde sur le droit.

Le Bureau national

 

--

Association France Palestine Solidarité (AFPS)
21 ter Rue Voltaire 75011 Paris
Tél. : 01 43 72 15 79
Fax. : 09 56 03 15 79

Suivez l'AFPS sur www.france-palestine.org, Facebook et Twitter

Plus que jamais la Palestine a besoin de votre soutien. SOS PALESTINE GAZA !

Faites un don : http://www.france-palestine.org/Plus-que-jamais-la-Palestine-a

Partager cet article

Repost 0

Palestine : stop à l'engrenage de la violence ; Un Etat de Palestine et le respect du droit international

Publié le par Patrick Kaczmarek

Stop à l’engrenage de la violence, stop à la loi du talion !

La France doit reconnaître l’Etat de Palestine

 

La situation ne cesse de se dégrader en Cisjordanie et principalement à Jérusalem où la violence s’accroit de jours en jours.

Nous condamnons le massacre perpétré mardi 18 novembre dans une synagogue d’un quartier ultra-orthodoxe de Jérusalem. Cette escalade supplémentaire dans les violences, intervient deux jours après qu’un chauffeur de bus palestinien a été retrouvé pendu dans son dépôt de Jérusalem-Ouest.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a prévenu qu'Israël allait réagir "avec une poigne de fer à ce meurtre de juifs". Va-t-on assister à une nouvelle punition collective des Palestiniens comme ce fut le cas cet été à Gaza ?

 

Tout est à craindre si la communauté internationale ne prend pas ses responsabilités en reconnaissant l’Etat de Palestine et en exigeant l’impérieuse nécessité du respect du droit international.

Depuis plusieurs mois, Israël intensifie sa politique de colonisation à Jérusalem-Est passant outre la réprobation internationale tandis que les extrémistes juifs intensifient leur campagne de provocations contre l'esplanade des Mosquées et que certains ministres israéliens tiennent des propos d’incitation à la violence.

Le gouvernement israélien se trouve de plus en plus isolé sur la scène internationale : la Suède a reconnu récemment l’Etat de Palestine, plusieurs parlements ont voté pour cette reconnaissance. Le parlement espagnol doit se prononcer dans les jours qui viennent et ce sera au tour du parlement de la France de se prononcer en ce sens le 28 novembre prochain.

Plus de 600 personnalités israéliennes, dont l’ancien ambassadeur d’Israël en France, Élie Barnavi, ont choisi de s’adresser aux parlementaires de différents pays européens pour leur dire: reconnaissez l’État palestinien. « Sans une pression politique extérieure très forte (...), il n’y aura pas de paix dans cette région du monde ».

La France doit reconnaître d’urgence l’Etat de Palestine : c’est une étape nécessaire sur le chemin de la paix.

 

Le Mouvement de la Paix

Saint-Ouen, le 19 novembre 2014

 

Partager cet article

Repost 0

Palestine : stop à l'engrenage de la violence ; Un Etat de Palestine et le respect du droit international

Publié le par Patrick Kaczmarek

Stop à l’engrenage de la violence, stop à la loi du talion !

La France doit reconnaître l’Etat de Palestine

 

La situation ne cesse de se dégrader en Cisjordanie et principalement à Jérusalem où la violence s’accroit de jours en jours.

Nous condamnons le massacre perpétré mardi 18 novembre dans une synagogue d’un quartier ultra-orthodoxe de Jérusalem. Cette escalade supplémentaire dans les violences, intervient deux jours après qu’un chauffeur de bus palestinien a été retrouvé pendu dans son dépôt de Jérusalem-Ouest.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a prévenu qu'Israël allait réagir "avec une poigne de fer à ce meurtre de juifs". Va-t-on assister à une nouvelle punition collective des Palestiniens comme ce fut le cas cet été à Gaza ?

 

Tout est à craindre si la communauté internationale ne prend pas ses responsabilités en reconnaissant l’Etat de Palestine et en exigeant l’impérieuse nécessité du respect du droit international.

Depuis plusieurs mois, Israël intensifie sa politique de colonisation à Jérusalem-Est passant outre la réprobation internationale tandis que les extrémistes juifs intensifient leur campagne de provocations contre l'esplanade des Mosquées et que certains ministres israéliens tiennent des propos d’incitation à la violence.

Le gouvernement israélien se trouve de plus en plus isolé sur la scène internationale : la Suède a reconnu récemment l’Etat de Palestine, plusieurs parlements ont voté pour cette reconnaissance. Le parlement espagnol doit se prononcer dans les jours qui viennent et ce sera au tour du parlement de la France de se prononcer en ce sens le 28 novembre prochain.

Plus de 600 personnalités israéliennes, dont l’ancien ambassadeur d’Israël en France, Élie Barnavi, ont choisi de s’adresser aux parlementaires de différents pays européens pour leur dire: reconnaissez l’État palestinien. « Sans une pression politique extérieure très forte (...), il n’y aura pas de paix dans cette région du monde ».

La France doit reconnaître d’urgence l’Etat de Palestine : c’est une étape nécessaire sur le chemin de la paix.

 

Le Mouvement de la Paix

Saint-Ouen, le 19 novembre 2014

 

Partager cet article

Repost 0

Visite d'une délégation du Conseil coréen pour les femmes requises pour l'esclavage sexuel militaire japonais

Publié le par Patrick Kaczmarek

La Justice n'a pas été rendue pour un grand nombre de femmes qui ont été victimes de l'esclavage sexuel systématique des militaires japonais avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. Depuis le premier témoignage public où une victime coréenne a rendu compte de ses souffrances passées, en 1991, d'autres victimes auparavant silencieuses se sont courageusement manifestées pour révéler la vérité et la société civile coréenne a activement pris en charge leur histoire pour la résolution de la question, en déployant de remarquables efforts. Le gouvernement japonais, cependant, n'a jamais reconnu ses responsabilités juridiques en tant qu’Etat.

Même si cet esclavage sexuel a été organisé dès le début par l'armée japonaise qui en assurait l'administration et le contrôle, le gouvernement japonais refuse toujours d'enquêter sur la vérité et de reconnaître ses responsabilités. Il nie même son projet de coercition et de réquisition des "femmes de réconfort". Des personnalités publiques japonaises et la presse soutiennent que ces femmes ne sont pas des victimes de l'esclavage sexuel, mais des prostituées volontaires, et cela conduit à l'annulation de tous les efforts, bien que mineurs, des administrations passées. Dans la situation actuelle  où la violence sexuelle contre les femmes dans les conflits armés se développe dans toutes les zones de conflits dans le monde, la résolution de la question militaire japonaise concernant les "femmes de réconfort" devient plus significative que jamais.

 

Programme de la délégation du Conseil coréen pour les femmes requises pour l'esclavage sexuel militaire japonais

  • Manifestation aux chandelles pour la résolution de l'esclavage sexuel militaire japonais

Mercredi 26 novembre 2014 à 19h00 à la place du Trocadéro

Parvis des Droits de l'Homme 75016 Paris (Métro : Trocadéro)

  • Projection du film "Murmures" suivie d’une rencontre avec la délégation internationale des anciennes « femmes de réconfort »

Jeudi 27 novembre 2014 de 15h00 à 18h00

Forum des images / Salle 50

2, rue du Cinéma, 75001 Paris (Métro : Les Halles)

  • Conférence de presse

Vendredi 28 novembre 2014 à 14h00

lieu à confirmer

  • Conférence internationale : Justice pour les victimes de l’esclavage sexuel militaire japonais et Non à la violence contre les femmes dans les conflits armés (voir détail ci-dessous)

Samedi 29 novembre 2014 de 10h00 à 16h30

Université Paris Diderot-Paris 7, Halle aux farines, Amphi 10E, 2, rue Marguerite Duras, 75013 Paris

(RER/Métro : Bibliothèque François-Mitterrand, Bus : 89, 62, 64, 325)

  • Conférence et témoignage sur l’esclavage sexuel militaire japonais

Lundi 1er décembre 2014 de 20h00 à 22h00

Université Paris Sorbonne, Amphithéâtre Bachelard (Galerie Gerson), 17, rue de la Sorbonne, 75005 - Paris

(Métro : Cluny-Sorbonne / RER : Luxembourg)

 

Samedi 29 novembre 2014 de 10h00 à 16h30

Conférence internationale

"Justice pour les survivantes de l’esclavage militaire japonaise

 et arrêt de la violence faite aux femmes dans les conflits armés"

organisée par

le Conseil coréen pour les femmes requises pour l’esclavage sexuel militaire japonais 

et "Papillon-Paris" Action Groupe pour la résolution de l’esclavage sexuel militaire japonais

à l'Université Paris Diderot, Halle aux farines, Amphi 10E, 2 rue Marguerite Duras 75013 Paris 

(RER/Métro : Bibliothèque François-Mitterrand / Bus : 89, 62, 64)

Plan : www.univ-paris-diderot.fr/DocumentsFCK/implantations/File/Plan_A3_GE_2012-2013.pdf 

Cette conférence a pour but de :

  • poser la question de la responsabilité de l'Etat dans le système militaire japonais concernant l’esclavage sexuel, un exemple évident de la violence systématisée contre les femmes dans les conflits armés, dans la perspective du droit international et à l'aide de données historiques,
  • examiner les efforts déployés par les victimes et la société civile pour résoudre ce problème, la perception du gouvernement japonais et les réponses à ce jour,
  • chercher des solutions et mener des actions spécifiques en faveur des victimes,
  • présenter les efforts fournis par les femmes et les parlements nationaux pour mettre fin à la violence faite aux femmes partout dans le monde et restaurer la justice pour les victimes de l’esclavage sexuel militaire japonais, partager des perspectives et projets pour le règlement de cette question.

Une exposition sur les femmes et la guerre, y compris la question des "femmes de réconfort", sera montrée sur le lieu de la manifestation.

Programme (sous réserve de modifications)

10h00 - 10h20

"Quelle signification donner à la question de l’esclavage sexuel militaire japonais?", par Jean Salem (philosophe, professeur à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne)

10h20 - 10h30

court-métrage d'animation "Son Histoire"

10h30 - 11h00

témoignages de survivantes coréennes et philippines de l’esclavage sexuel militaire japonais

11h00 - 12h00

présentations

  • "Vérité sur la question de l’esclavage sexuel militaire japonais et responsabilité de l'État japonais à travers des documents historiques", par Hirofumi Hayashi (professeur à l'Université de Kanto Gakuin, Japon)

  • "Progrès dans les actions de la société civile pour résoudre la question de l’esclavage sexuel militaire japonais", par Mee-hyang Yoon (représentante du Conseil coréen pour les femmes requises pour l’esclavage sexuel militaire japonais)

  • "Les réponses du gouvernement japonais concernant l’esclavage sexuel militaire", par Jing-ja Yang (Japan Action for the Resolution of the “Comfort Women” Issue)

12h00 - 13h30

déjeuner

13h30 - 14h30

présentations

  • "Les crimes de guerre du Japon et les actions menées pour leur résolution - Le cas des Pays-Bas", par Brigitte van Halder (membre du Comité des affaires internationales,  Fondation des anciennes dettes japonaises)

  • "Illégalité de l’esclavage sexuel militaire japonais fondée sur le droit et les tâches pour leur résolution", par Patricia Sellers (conseiller spécial du procureur de la Cour pénale internationale pour les stratégies de poursuites / professeur, Kellogg College of Oxford University)

  • "Statu quo des crimes de violence sexuelle en temps de guerre et solidarité des femmes", Geneviève Garrigos (présidente d’Amnesty International France)

    14h30 - 15h15

    "Les efforts et les mesures du Parlement européen pour résoudre la violence sexuelle en temps de guerre", par des membres des parlements français et européen

     

    15h15 - 15h30

    pause

     

    15h30 - 15h50

    "Proposition pour la réalisation de la vérité, de la justice, et des réparations pour les victimes de l'esclavage sexuel militaire japonais", par Pablo de Greiff (rapporteur spécial des Nations Unies sur la promotion de la vérité, de la justice, de la réparation et des garanties de non-répétition)

     

    15h50 - 16h30

    discussion

     

     

    Participation ouverte à tous et gratuite

     

    Interprétation simultanée en anglais et en coréen

     

    Pour plus d'informations, merci de contacter

     

    war_women@naver.com (en coréen et en anglais)

     

    j.nouveaujour@gmail.com (en français)

Partager cet article

Repost 0

25ème anniversaire de l’adoption de la Convention internationale des droits de l’enfant

Publié le par Patrick Kaczmarek

Une information pour les comités qui organiseraient une initiative pour la Journée des droits de l'enfant.

 

 

Madame, Monsieur,

Il y a 25 ans, 140 Etats membres de l’ONU approuvaient à l’unanimité la Convention des droits de l’enfant. Ce traité international a une double vocation : protéger les enfants et leur permettre, à leur mesure, de prendre part à la marche du monde. Ces deux dimensions sont au cœur de la compétence dévolue au Défenseur des droits en matière de défense et de promotion de l’intérêt supérieur et des droits de l’enfant par la loi organique du 29 mars 2011.

Comme vous le savez, notre institution se mobilise dans la perspective du 20 novembre qui marque le 25ème anniversaire de l’adoption de la Convention internationale des droits de l’enfant.

Pour célébrer cet anniversaire, le Défenseur des droits convie l’ensemble des acteurs agissant dans le domaine des droits de l’enfant, enfants et jeunes compris, à lui soumettre leurs projets de manifestations, colloques, rencontres, concours, projets divers pour célébrer cet anniversaire.

Examinées par un comité ad hoc, présidée par la Défenseure des Enfants, Geneviève Avenard, ces initiatives pourront recevoir le label de soutien du Défenseur des droits jusqu’au mois de novembre 2015. A ce jour, de nombreux projets ont été labellisés et ont reçu le logo, spécialement créé pour cette occasion pour illustrer leurs supports de communication. Tous les renseignements ainsi qu’un formulaire de candidature à l’obtention de ce label sont disponibles sur le site du Défenseur des droits.

Cette labellisation est un formidable moyen pour le Défenseur des droits de se mobiliser davantage dans la promotion des droits de l’enfant en France comme la loi organique lui en a conféré la mission.

Outre cette labellisation, le Défenseur des droits va mettre à la disposition de tous plusieurs outils pédagogiques visant à sensibiliser les enfants sur les droits définis par cette Convention.

Par ailleurs, il existe, pour les collégiens et lycéens ; les acteurs de l'éducation, un module de formation en ligne, « Promotion de l'égalité dans l'éducation sur la promotion des droits et de l'égalité, et la prévention des discriminations dans le cadre de l'École », que vous pouvez également diffuser.

Vous pouvez également télécharger les outils pédagogiques réalisés par l’AOMF (Association des Ombudsmans et Médiateurs de la Francophonie – dont le Défenseur des droits est Secrétaire général) ainsi que la lettre d’information spéciale publiée à l’occasion du 20 novembre qui présente les activités réalisées en 2014 par le Comité AOMF sur les droits de l’enfant (déclaration sur le droit à l’éducation, fiches techniques…)

Enfin, vous pourrez également transmettre la note de service du ministère de l’Education nationale détaillant entre autres ces diverses activités éducatives.

Très cordialement à toutes et à tous,
Jacques Toubon

 

Pour ne plus recevoir de courriels de notre part, il vous suffit de vous rendre sur cette page.




--

Mlle Sehade Mahammedi
sehade.m@gmail.com

(+33) 07.62.60.20.17

skype/ sehade.mahammedi

Partager cet article

Repost 0

Pétition pour la libération de Marwan Barghouthi et de tous les prisonniers palestiniens

Publié le par Patrick Kaczmarek

Voici le lien d'une pétition importante pour la libération de Marwan Barghouthi et de tous les prisonniers palestiniens, lancée par la campagne française pour la libération des prisonniers palestiniens dans le cadre d'une campagne internationale.

Nous vous invitons à la signer et à la relayer le plus largement possible.

Pour signer, cliquez sur le lien suivanthttps://www.change.org/p/campagne-pour-lib%C3%A9rer-marwan-barghouthi-et-tous-les-prisonniers-palestiniens-petition-pour-la-liberation-de-marwan-barghouthi-et-tous-les-prisonniers-palestiniens

Vous pouvez également lire un article sur notre site à ce sujet : http://www.france-palestine.org/Petition-pour-la-liberation-de,25193

Amitiés,

Le bureau national

--

Association France Palestine Solidarité (AFPS)
21 ter Rue Voltaire 75011 Paris
Tél. : 01 43 72 15 79
Fax. : 09 56 03 15 79
Suivez l'AFPS sur www.france-palestine.org, Facebook et Twitter

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>