Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

les news de Femmes solidaires

Publié le par Patrick Kaczmarek

Articles

PRESENTATION DE LA 1ère CONFERENCE DU RESEAU INTERNATIONAL FEMINISTE ET LAïQUE

23 octobre 2014

Le Réseau International Féministe et Laïque – RIFL est un réseau d'informations, d'échanges autour des droits des femmes et d'actions. Il a été cofondé, fin janvier 2013, par 10 associations provenant de 10 pays différents : l'Algérie, le Maroc, la Mauritanie, le Pérou, l'Inde, la Suède, le Somaliland, l'Ethiopie, le Kurdistan et la France. Lors de leurs deux premières réunions, elles ont écrit, ensemble, la charte des valeurs qui les unissent. La première conférence du Réseau International Féministe (…)

Lire l'article entier

Partager cet article

Repost 0

LE FRANC PICARD

Publié le par Patrick Kaczmarek

Partager cet article

Repost 0

Mumia Bâillonné par la loi !

Publié le par Patrick Kaczmarek

LA PENNSYLVANIE INTERDIT PAR LA LOI LE DROIT D'EXPRESSION AUX PRISONNIERS

 

La projet de Loi "Relief Act Revictimisation" privant les prisonniers de Pennsylvanie de leur droit d'expression (notamment à propos de leur condamnation) a été adopté, en procédure d'urgence, par les deux chambres de l'Etat :

- la Chambre des Représentants a validé le projet par un vote unanime (!) des députés Républicains et Démocrates (197 pour et aucun contre) ;

- le Sénat a approuvé majoritairement le projet par 37 voix pour et 11 contre.

Le Gouverneur, Tom Corbett, devrait promulguer cette Loi dans les prochains jours.

 

De nombreux commentateurs de la presse américaine - qui considèrent Mumia comme un criminel - soulignent que cette Loi liberticide, outre son inconstitutionnalité vraisemblable, est un acte législatif contestable car son seul objectif est de bâillonner Mumia Abu-Jamal au détriment des droits de tous les autres prisonniers. Pour les défenseurs des droits et des libertés, c'est d'autant plus inacceptable, comme le déclare l'ACLU (The American Civil Liberties Union), que "le législateur dispose déjà des moyens légaux pour restreindre leur liberté d'expression" à l'exemple d'un détenu qui harcèle une victime ou qui tient des propos désobligeants à son encontre ou de sa famille". Dans le cas de Mumia, toujours selon l'ACLU, son discours au Goddard College "ne pouvait tomber sous le coup d'un telle restriction dans la mesure où il n'a pas évoqué le crime pour lequel il a été condamné". Et l'ACTU d'en conclure que "le législateur veut en fait disposer de tous les pouvoirs pour interdire la parole qu'il n'aime pas".

 

Du côté des soutiens américains à Mumia et des organisations de défense des droits humains et civiques, c'est la mobilisation pour l'abrogation de cette Loi qui s'organise. Outre la solidarité qu'il a manifestée à cette occasion, le Collectif français de soutien à Mumia s'inscrira dans cette campagne sur laquelle nous reviendrons plus en détail très prochainement.

 

LE COLLECTIF FRANÇAIS "LIBÉRONS MUMIA"

rassemblant une centaine d'organisations et de collectivités publiques

www.mumiabujamal.com

Partager cet article

Repost 0

quand la France donnait la légion à Franco notre allié dans la guerre du RIF

Publié le par Patrick Kaczmarek

je pense que la commémoration du massacre du 17 octobre 1961 peut aussi être un moment de réflexion sur le passé colonial  de la France.

Cette réflexion sur l'histoire ne peut que nous aider à mieux comprendre le présent au moment ou  les USA , l'OTAN et la France font oeuvre civilisationnelle à coups de canons et de drones.

 

 

j'espére que vous aurez un peu de temps pour visionner ces deux vidéos

.

https://www.youtube.com/watch?v=3JwLv0zUX3g

 

https://www.youtube.com/watch?v=JjwEXHJTmyM

 

Roland

Partager cet article

Repost 0

communiqué pour la journée du 26 octobre de défense de la sécu

Publié le par Patrick Kaczmarek

COMMUNIQUÉ AUX COMITÉS ET ORGANISATIONS

 

 

Le  Mouvement de la paix solidaire de la journée d’action pour la défense de la sécurité sociale

 

 

Même si on essaie de nous faire croire le contraire, jamais l’humanité n’a autant qu’aujourd’hui disposé de moyens pour faire que le droit de chaque être humain à vivre en état de sécurité physique,  sociale, médicale nutritive  devienne une réalité tangible et universelle.

 

Le droit à une protection sociale solidaire est un droit fondamental qu’il faut défendre chez nous et universaliser dans le monde. Il constitue un des droits économiques et sociaux affirmés par les Nations Unis et par la constitution française.

Son développement et son universalisation sont constitutifs de la construction d’une civilisation de justice de solidarité et de paix.

La diminution des dépenses d'armement serait un moyen pour avancer dans cet objectif.

 

C'est pourquoi nous ne pouvons accepter la fragilisation de ces droits, portés par le conseil national de la résistance  et dont le renforcement est aujourd'hui urgent et  crucial.

 

C’est dans cette logique que le Mouvement de la paix appelle toutes les personnes qui se reconnaissent dans ces valeurs  à participer à la journée d’action du 16 octobre pour la défense de la sécurité sociale

 

 

Le Mouvement de la Paix

Saint-Ouen, le 15 octobre 2014

Partager cet article

Repost 0

Prix nobel

Publié le par Patrick Kaczmarek

Le Mouvement de la paix se félicite du prix Nobel de la paix 2014 attribué le vendredi 10 octobre à la Pakistanaise Malala Yousafzai  âgée de 17 ans seulement pour « son action en faveur de l'éducation des jeunes filles indiennes »  et à l’Indien Kailash Satyarthi âgé de 60 ans, défenseur des droits des enfants au Pakistan qui  « doivent aller à l’école et ne pas être financièrement exploités».

 L'Académie souligne également qu'«à travers son combat héroïque, Malala Yousafzai est devenue une porte-parole de premier plan en faveur de l'éducation des jeunes filles». Depuis des années, l'adolescente, de loin la lauréate la plus jeune en 114 ans d'histoire du Nobel, milite pour le droit des filles à l’éducation, ce qui lui a valu d’être la cible d’une tentative d’assassinat qui a failli lui coûter la vie il y a deux ans presque jour pour jour, le 9 octobre 2012.

Tous deux méritaient bien d’être récompensés de la plus haute distinction «pour leur engagement contre l’oppression des enfants et des jeunes, et pour le droit de tous les enfants à l’éducation» a  lancé le président du comité Nobel norvégien, Thorbjoern Jagland.

Ce prix Nobel de la Paix est aussi un fort  encouragement  à   la mise en œuvre concrète par les individus et les États, du programme de l’UNESCO  pour « une culture de paix et de non-violence ». Pour le Mouvement de la Paix l’éducation à la paix et l’égalité des droits entre les hommes et les  femmes sont les clés de voute de la construction de la paix.

Par ailleurs, ce double Nobel décerné à deux personnalités  de  deux pays voisins en conflit est un bel encouragement envers les pacifistes de ces deux états et du monde.

 Ce prix Nobel donne espoir aux peuples qui se mettent en marche pour la conquête du « Droit humain à la paix » décrété par les Nations Unies,  qui couronnerait ainsi l’ensemble des droits humains reléguant de fait les violences de toutes sortes.

 

Déclaration du Bureau National du Mouvement de la Paix

 Saint-Ouen le 11 octobre 2014

Partager cet article

Repost 0

Journée Mondiale contre la peine de mort

Publié le par Patrick Kaczmarek

AUJOURD'HUI 10 OCTOBRE 2014 : journée mondiale contre la peine de mort

 

Quelques informations complémentaires sur cette journée de lutte pour l'abolition universelle :

 

> Ecoutez l'interview de Jacky Hortaut sur la situation de Mumia Abu-Jamal et la peine de mort aux Etats-Unis diffusée sur Radio Bayène et plusieurs radios associatives du nord de la France : http://bayene.fr/archives/actualite/138-replay-du-3

> Prenez connaissance des initiatives très nombreuses qui marqueront cette journée http://www.worldcoalition.org/fr/worldday.html et des enjeux de la thématique (santé mentale) choisie cette année par la Coalition Mondiale contre la peine de mort : http://www.worldcoalition.org/fr/world-day-mental-health-intellectual-disability-capital-punishment-death-penalty.html

 

Parmi les initiatives françaises, celles organisées par nos amis de l'association ECPM "Ensemble contre la peine de mort" et l'ACAT :

 

> Séminaire " jeunes et peine de mort" à Paris le 10 octobre en partenariat avec le ministère des Affaires étrangères, le Conseil national des Barreaux et l'Organisation internationale de la Francophonie.

> Pièce de théâtre « Une heure avant la mort de mon frère » de Daniel Keene. Dans le parloir d'une prison, après des années de séparation, Sally rend une ultime visite à son frère condamné à être pendu. Au Théo Théâtre le 11 octobre (20 rue Théodore-Deck à Paris) : http://www.theotheatre.com/spectacle.php?idx=494#page

> Signez la pétition de l'ACAT contre la peine de mort au Japon, l'un des pays où les handicapés mentaux peuvent être exécutés: https://webmail22.orange.fr/webmail/fr_FR/read.html?FOLDER=SF_INBOX&IDMSG=70415&check=&SORTBY=1

 

LE COLLECTIF FRANÇAIS "LIBÉRONS MUMIA"

rassemblant une centaine d'organisations et de collectivités publiques

www.mumiabujamal.com

 

Pour accéder aux sites internet référencés dans ce message : si un clic gauche ne vous permet pas d'accéder directement au site, mettez le lien en surbrillance, clic droit puis clic gauche sur la rubrique accéder au site référencé http ...

Partager cet article

Repost 0

Tribunal Russel pour la Palestine

Publié le par Patrick Kaczmarek

Retour sur la cinquième session du Tribunal Russell sur la Palestine

(Bruxelles, les 24 et 25 septembre 2014)

1. De nombreux compte-rendus déjà diffusés

Les 24 et 25 septembre dernier, le Tribunal Russell sur la Palestine (RTOP) a tenu une session extraordinaire

faisant suite à celles qui s'étaient tenues à Barcelone, à Londres, en Afrique du Sud et à New York. Lors de

cette dernière, le RTOP avait estimé avoir pratiquement terminé sa tâche mais, durant l'opération Protective

Edge (désignée en français comme "Bordure protectrice", ce qui représente un étrange euphémisme), menée

en juillet et en août par l'armée israélienne", les attaques contre les civils et les infrastructures civiles ont été

d'une telle ampleur que le Comité de parrainage a décidé d'une nouvelle session à laquelle j'ai pu assister au

titre du CICUP.

Dès le soir du 25 septembre, date de la conférence de presse organisée au Parlement européen, plusieurs

collègues qui ont participé ont rendu compte de ces deux journées. Vous avez pu lire, retransmis par Rolande,

le témoignage de Gian Franco Fattorini (fgf.mrap@yahoo.fr) qui représentait le MRAP de Grenoble.

L'agence Média Palestine (site de l'Agence Média Palestine) a diffusé un article de Frank Barat,

coordinateur des précédents RTOP, qui situe opportunément l'agression de cet été dans le contexte politique

et historique de la Palestine (Médiapart). Son texte rappelle les réalités du blocus auxquelles Gaza est

soumise depuis 2005 et, singulièrement, depuis que le Hamas est boycotté et ostracisé, considéré comme

"organisation terroriste" par les Etats-Unis, les principaux pays européens sous la pression du gouvernement

israélien. Depuis 7 ans maintenant, Gaza survit comme une immense prison. F. Barat a souligné que les

Israéliens ont déclenché leur offensive le 8 juillet, soit un mois après le meurtre de 3 jeunes colons à Hébron,

assassinat dans lequel la direction du Hamas n'était pas impliquée : l'agression de cet été constitue un

ensemble de représailles, un châtiment collectif. Média Palestine a diffusé également un texte dans lequel

Michèle Sibony, vice-présidente de l'UJFP, rapporte les principaux témoignages entendus le 24 septembre à

l'Albert Hall et exprime toute l'horreur qu'elle en a ressentie. On a pu lire le communiqué de l'UJFP du 3

octobre, "Après la session extraordinaire du Tribunal Russell sur la Palestine, des conclusions qui nous

concernent" (www.ujfp.org).

Ces textes sont disponibles sur internet ainsi que les conclusions du RTOP mais les médias n'ont

pratiquement rien dit ni écrit sur ces deux journées

1

. Déjà s'effacent les images des spectaculaires

bombardements de l'été dernier et, dans les opinions publiques, s'impose subrepticement l'idée qu'Israël y va

peut-être un peu fort mais que son gouvernement était en droit de riposter aux roquettes des terroristes du

Hamas. Israël étant décidé à ne pas desserrer l'étau autour de Gaza, tout laisse prévoir une autre offensive qui

sera pire que celle de cet été. Il est d'autant plus important de ne rien oublier de ce qui s'est dit à Bruxelles et

des conclusions auxquelles a abouti le RTOP.

2. Gaza, territoire militairement assiégé

Ouvrant la séance du mercredi 24, Pierre Galand

2

a rappelé les règles de son déroulement : 17 intervenants

allaient se succéder, seuls les 12 membres du jury pourraient leur poser des questions, l'assemblée étant

invitée à ne manifester aucune réaction. PG a également précisé que le chef du gouvernement israélien avait

été invité, comme partie à ce nouveau procès, mais que le Tribunal n'avait reçu aucune réponse.

Dans son intervention introductive, John Dugard

3

a redéfini précisément le statut de Gaza au regard du droit

international. Israël, qui a évacué ses colonies, contrôle les frontières de la Bande, tous ses

approvisionnements, ses espaces maritimes et aériens. Ce qu'il désigne comme une "entité hostile" -concept

sans signification pour le droit international- demeure une portion de la Palestine mandataire. Soumise à un

siège inhumain, la population a le droit de tenter de briser le siège par les moyens dont elle dispose et il est

illégitime d'imputer au Hamas la responsabilité des actions de résistance. Tout ce que pratique Israël doit être

1 Dans la grande presse, seule L'Humanité a jugé que l'événement méritait un article. Cf. Aubouard, Stéphane, "Guerre

à Gaza. Des témoins accablent Israël. Crimes de guerre, crimes contre l'humanité. Le tableau dressé par le Tribunal

Russell montre qu'Israël n'a pas respecté le droit international", L'Humanité, 26 septembre 2014.

2 Pierre Galand, un des initiateurs du Tribunal Russell, joue toujours un rôle majeur dans la coordination des ONG

européennes pour la Palestine.

3 Professeur de droit sud-africain, John Dugard fut membre de la Commission Vérité et Réconciliation à la fin du

régime d’apartheid en Afrique du Sud, situation qu'il compara à celle des Palestiniens des Territoires occupés. Nommé

ensuite Rapporteur Spécial pour les Droits de l'Homme en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza. Il dirige une

Commission indépendante d’établissement des faits. Il est membre du Comité de parrainage du Tribunal Russell sur la

Palestine.

jugé par rapport aux règles définies par la 4ème Convention de Genève

4

. Celle-ci interdit tout homicide

intentionnel, les tortures et déportations illégales, comme toute action contre les services de santé. Elle

prescrit d'opérer en tous temps une distinction entre les combattants et la population civile qui doit être

respectée et protégée. Les représailles et châtiments collectifs doivent être proscrits.

3. Des témoignages hallucinants

Les chiffres figurant dans le rapport final attestent de l'ampleur de l'agression : 700 t de bombes larguées,

(soit 2 t/km2), contre 50 t en 2112, et 43.000 obus ; carpet bombing (tapis de bombes), sous-munitions à

fléchettes, bombes au phosphore blanc et de type thermo-barique... armes pour la plupart non

conventionnelles, fabriquées aux Etats-Unis ou Israël, destinées à tuer le plus grand nombre possible de

personnes et à causer aux survivants le maximum de souffrances. Le dénombrement des victimes prouve que

les civils ont été visés plus encore que les combattants : pour 66 soldats israéliens tués, 499 combattants

palestiniens ; pour 7 civils israéliens, 837 Palestiniens (soit 119 Palestiniens pour 1 Israélien). Il y a eu

11.231 blessés graves dont 3312 enfants et 2120 femmes

5

, des immeubles entiers ayant été détruits pour, en

principe, atteindre un responsable du Hamas. Des mosquées et des écoles, dans lesquelles la population avait

espéré trouver refuge, ont été bombardées, les Israéliens affirmant que des dépôts de roquettes ou des

combattants y étaient dissimulés mais aucun des témoins interrogés n'a pu confirmer cette assertion.

Au contraire, des séquences projetées ont montré comment les militaires israéliens ont pris en otage des

familles et se sont installés dans leurs maisons, arrêtant et torturant des hommes supposés connaître l'entrée

des tunnels, exécutant sommairement des hommes du seul fait qu'ils connaissaient l'hébreu et donc qu'ils

pouvaient avoir des relations avec des personnes installées en Israël, en utilisant d'autres comme boucliers

humains pour progresser dans les tunnels, etc.

Des bombardements se sont abattus aussi sur des établissements de santé qui auraient dû rester hors

d'atteinte : 17 hôpitaux sur 32 ont été endommagés et 58 cliniques. Comme on demandait au Dr Mads

Gilbert, chirurgien norvégien, s'il était exact que certains hôpitaux avaient servi de refuge à des combattants,

il a répondu négativement ajoutant : "Si j'avais vu un homme armé dans l'hôpital où j'opérais, je lui aurais

demandé immédiatement de quitter les lieux". Au total, 144 médecins, infirmiers ou ambulanciers, ont péri

lors de Protective Edge...

A ces atteintes aux personnes, il faut ajouter l'envoi de missiles à l'intérieur d'un grand nombre

d'établissements industriels (au moins 128 sur 300) dont une savonnerie, une menuiserie, une fabrique de

charpentes métalliques, la plus importante confiserie, désormais hors d'usage, et la destruction d'au moins

18.000 unités d'habitations. Israël ayant élargi de 600 à 1500 mètres le terrain vague situé à la limite de son

territoire (du côté palestinien bien sûr), 68% des terres arables ont été rendues improductives.

Ces faits ont été attestés par des Israéliens, journalistes ou anciens militaires et il a été question, par ailleurs,

du déferlement de haine à l'endroit des "Arabes", présentés par certains rabbins ou hommes politiques

comme des ennemis à anéantir ou des animaux nuisibles. Il n'est pas étonnant que, finalement, que 95% des

Israéliens auraient approuvé Protective Edge, que 3% seulement en auraient déploré les excès.

4. Conclusions et appels à l'action

Ayant entendu ces témoignages, le jury a consacré une grande partie de la nuit suivante à débattre et à rédiger

ses conclusions qui ont été présentées le 25 après-midi dans une salle du Parlement européen. Il a estimé que

la quasi totalité des faits rapportés sont de crimes de guerre caractérisés, que des crimes contre l'humanité ont

été commis (meurtres, exterminations, persécutions) et qu'il y avait, de la part de nombreux responsables, des

"incitations à génocide".

Ces conclusions (12 pages) ne sont disponibles, à ma connaissance, que dans leur version d'origine, en

langue anglaise (http://www.russelltribunalonpalestine.com/en/). Ceci est d'autant plus regrettable qu'elles se

terminent par une page et demie d'appels pressants et détaillés, adressés à diverses instances, à mettre en

Tmuvre immédiatement. J'extrais de ces appels ce qui me semble le plus important :

à l'Etat d'Israël, il est demandé de mettre fin à l'occupation et d'honorer le droit des Palestiniens à

4 Rappelons ici qu'une Conférence des Hautes Parties Contractantes (HPC) de la 4ème Convention de Genève a été

réunie, à l'initiative de la Suisse, sur recommandation de l'AG des Nations Unies, le 5 décembre 2001. Les représentants

de 102 Etats ont affirmé que ladite Convention était "applicable aux Territoires Palestiniens Occupés, y compris

Jérusalem-Est" et rappelé les obligations respectives "de toutes les HPC, des parties au conflit et de l'Etat d'Israël en tant

que puissance occupante". Il est pour le moins surprenant qu'aucune suite n'ait été donnée à cette très claire prise de

position.

5 A la vue de certaines images ou séquences vidéo montrant ces horreurs les membres du jury se sont indignés. Nous

avons entendu : "j'en tremble de désespoir", "cela me rend malade"...

l'autodétermination,

à Israël et à l'Egypte, de lever le siège et le blocus de Gaza,

à l'Union Européenne d'interrompre toute livraison de matériel militaire et de suspendre les accords

d'association,

à tous les Etats membres de l'ONU, d'agir par tous les moyens pour que la Palestine siège comme

Etat membre à part entière de l'Organisation,

aux Autorités palestiniennes (au pluriel) d'accéder sans délai supplémentaire aux traités de Rome sur

la Cour Internationale de Justice,

à la société civile mondiale, de soutenir, développer et étendre le mouvement Boycott,

Désinvestissement, Sanctions et d'agir auprès des gouvernements pour qu'ils ne collaborent d'aucune

façon avec Israël Etat responsable de tous ses crimes.

Gérard FAŸ

Partager cet article

Repost 0

200 000 pour l'égalité avant dimanche

Publié le par Patrick Kaczmarek

Bonjour,

Ce dimanche la Manif pour tous revient avec une manifestation monstre contre l'égalité à Paris et Bordeaux. Elle redouble ses attaques contre les gays et lesbiennes, pour qui les enfants seraient des "objets" et qui veulent "fabriquer des orphelins". Vous ne rêvez pas, ces mots viennent de leur appel à manifester.

La dernière fois ils étaient 100 000. Ils sont en train d'affréter des bus et des trains entiers pour cette nouvelle mobilisation. Déjà plusieurs responsables politiques ont pris position comme eux pour abroger le mariage pour tous. Même l'ancien Président Sarkozy leur fait des appels du pied.

Il nous reste plus que quelques jours. Voici le plan : si nous rassemblons 200 000 Français pour l'égalité avec une pétition géante, l'équipe d'All Out en France ira la remettre aux politiques, sur les plateaux télé et même pendant la manifestation. Ensemble nous pouvons les contrer en montrant que des milliers de Français se mobilisent pour l'égalité.

Signez la pétition maintenant et faites signer DEUX proches : nous pourrions atteindre 200 000 signatures avant dimanche.


www.allout.org/fr/egalite-simplement

Partager cet article

Repost 0

Journée Mondiale contre la peine de mort

Publié le par Patrick Kaczmarek

10 OCTOBRE 2014 :

Journée Mondiale 

CONTRE LA PEINE DE MORT

 

 

Chaque année, le 10 octobre, la Coalition Mondiale contre la peine de mort - rassemblant 160 organisations de défense des droits humains parmi lesquelles le Collectif français Libérons Mumia, des syndicats, des Barreaux d'avocats - organise une journée mondiale pour s'opposer publiquement à l'utilisation de cette peine inhumaine, cruelle et dégradante et soutenir ceux qui qui luttent pour son abolition universelle.

Cette 12ème édition sera l'occasion d'attirer l'attention de l'opinion et des pays rétentionnistes sur la situation des détenus ayant des problèmes de santé mentale et risquant une condamnation à mort ou une exécution. Tout en s'opposant fondamentalement à la peine de mort, les abolitionnistes considèrent que les personnes atteintes d'une maladie mentale ou d'une déficience intellectuelle ne devraient pas être confrontées à la peine de mort. 

Pour en savoir plus sur cette thématique et les évènements qui marqueront la journée mondiale cliquez sur ces liens : 

http://www.worldcoalition.org/fr/worldday.html

http://www.worldcoalition.org/media/resourcecenter/FR%208%20pages%20WEB%202.pdf

Prenez également connaissance de l'état des lieux de la peine de mort dans le monde en cliquant sur lien :

http://www.worldcoalition.org/media/resourcecenter/Faits_et_Chiffres_2014.pdf

 

LE COLLECTIF FRANÇAIS "LIBÉRONS MUMIA"

rassemblant une centaine d'organisations et de collectivités publiques

www.mumiabujamal.com

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>