Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

HOMMAGE A JEAN CATELAS DISCOURS DE CATHERINE VIEU CHARRIER

Publié le par Patrick Kaczmarek

Chers camarades de la fédération de la Somme,

Mesdames, messieurs,

Chers amis, chers camarades,

 

Lorsqu’en 1941, Jean Catelas, député communiste fut guillotiné par le gouvernement de Pétain, je n’étais pas née.

 

Ma génération et celles qui suivent, n’en finissent pas de prendre conscience de qui ont été ces femmes et ces hommes, leur courage, leur intelligence politique, la manière dont ils ont servi leur idéal et leur pays.

 

En préparant ce discours, j’ai beaucoup lu sur Jean Catelas, j’ai regardé le film réalisé par Jean-Pierre Denne, Daniel Arrachart et Pascal crépin, que vous connaissez sans doute, pour la plupart d’entre vous.

J’ai essayé de m’imprégner de cette histoire, et je dois dire, que quand je fais cela, que je rentre dans la vie de ses camarades, que ce soit pour Catelas ou pour d’autres, puisque je suis responsable à la mémoire à la direction du Parti et à la Mairie de paris, je suis encore plus fière d’être communiste.

 

Au nom du Parti Communiste français et de sa secrétaire nationale, Marie-Georges Buffet, je veux donc rendre hommage à cette haute personnalité qu’était Jean Catelas.

 

68 ans après son exécution, vous êtes toujours fidèles, et vous revenez chaque année redire qui était Jean Catelas, son œuvre, son courage. Et c’est très important.

 

Jean Catelas fut un héros de la classe ouvrière. Tout son itinéraire le prouve.

C’était un militant communiste engagé, plein du courage politique nécessaire pour changer un monde injuste et dur au monde ouvrier.

Il naît le 6 mai 1894 dans une famille d’ouvriers agricoles.

 

Il commence donc sa vie dans un siècle immense, qui va voir des progrès fulgurants se réaliser et des tragédies mondiales.

Les ténèbres et la lumière.

La guerre de 1914 d’abord, qui va plonger le début du siècle dans une boucherie épouvantable, guerre au service de la grande bourgeoisie française et allemande, qui fera des millions de victimes.

 

Puis en 1917, la Révolution Russe vient bousculer l’Europe  et suscite un espoir immense pour les peuples : l’idéal du communisme, d’un autre monde, d’une société où la classe ouvrière relève la tête et mène son propre destin.

 

Jean Catelas a alors 23 ans, il est soldat dans les tranchées. Courageux il se verra décerner la croix de guerre et la médaille militaire.

Il a déjà derrière lui, une expérience d’ouvrier spécialisé bonnetier dans une usine où il est entré à 12 ans, après le certificat d’études.

 

Dans la boue des tranchées il va rencontrer parmi ses compagnons, des militants syndicalistes et politiques.

 

C’est l’occasion  d’une prise de conscience qui va façonner son engagement et sa détermination à changer le monde.

Il s’y emploiera  infatigablement tout au long de sa vie. 

 

De retour à la vie civile, il entre dans la grande famille des cheminots  et décide de se syndiquer à la CGT.

En 1920, il participe à la grande grève  des cheminots, devient le secrétaire du syndicat des cheminots, crée un journal communiste local, « le travailleur », et devient l’ardent défenseur de l’unité syndicale. J’y reviendrai.

 

Son charisme, sa droiture, son militantisme sont reconnus immédiatement par ses camarades et au-delà.

Jean Catelas va prendre toute son envergure dans ces années 20 et il entre au Parti Communiste à l’issue du Congrès de Tours.

 

Les années 30 sont décisives. Elles sont à la fois les années de la montée du fascisme intérieur, et celles qui voient la classe ouvrière arriver au premier rang de l’Histoire, et réaliser sa convergence avec tout le peuple travailleur et les intellectuels.

 

En 1933 Catelas participe à la grande marche contre la faim en créant des comités unissant les chômeurs et les ouvriers.

1934 et le combat contre les ligues fascistes, complices de la grande bourgeoisie.

1936 et le Front Populaire, avec les ouvriers en casquettes qui relèvent la tête.

 

Ces ouvriers qui  luttent, et exigent du gouvernement de Léon Blum, qu’ils viennent d’élire, et des patrons, des augmentations de salaire, le droit incroyable de partir en vacances avec les congés payés, des délégués dans les entreprises pour les représenter.

Et plus que tout cela encore, la dignité et le respect.

 

Jean Catelas joue un rôle immense au moment du front populaire, puisqu’il se présente  aux élections et qu’il est élu député communiste en 1936 dans une circonscription difficile. Son camarade Louis Prod est élu lui aussi dans une circonscription voisine.

Cette double élection va entraîner des scènes de liesse populaire mémorables dans Amiens.

 

C’est la fierté d’un peuple qui voit les siens entrer à l’Assemblée nationale avec leur idéal communiste.

Dans la foulée, Jean Catelas entre au comité central du parti Communiste.

 

Mais les heures sombrent reviennent, plus fort encore.

La république espagnole est à l’agonie, l’Italie est fasciste, l’Allemagne est devenue nazie.

Jean Catelas joue dans cette période un rôle de premier plan.

Il s’engage dans Brigades Internationales, il accueillera en France Dolorès Ibarruri, il est présent sur le front de l’Ebre et surtout, il  va jouer un rôle de premier plan dans l’exfiltration de la Pasionaria, de l’Espagne vers l’Algérie, avant que celle-ci ne prenne la route d’un long exil vers Moscou.

 

En 1939, le Parti communiste est interdit au nom du soutien du pacte germano-soviétique, par ceux la même, qui rejoindront en grande partie, Pétain, Laval et la collaboration. Beaucoup de militants communistes sont arrêtes ainsi que 43 de leurs députés.

Jean Catelas entre dans la clandestinité.

 

Puis viennent la guerre  et la défaite de 1940.  C’est  la France des  années noires, celle de la capitulation, du régime de Vichy, de la collaboration et de la déportation.

 

Après l'entrée des Allemands dans Paris le 14 juin 1940, Jean Catelas participe aux négociations visant à faire reparaître l'Humanité, bien qu'étant à titre personnel en désaccord avec cette initiative.

 

Je veux dire un mot sur cet épisode.

 

Je voudrais souligner pour les jeunes générations, que ce fut une grave erreur.

Jean Catelas en était lui-même conscient.

Car, franchement, avait il la moindre illusion sur ses interlocuteurs allemands ? Tout son passé prouve le contraire. L’application de ce choix n’a duré que quelques semaines, du 16 juillet au 5 août 1940.

Cette faute, dont on nous rebat les oreilles depuis des décennies a été  effacée par des années de combats, et je pense ici aux dizaines de milliers de nos camarades fusillés, morts au combat ou en déportation.

Jean Catelas est resté meurtri par cette affaire jusqu’à son exécution en 1941.

 

Cela m’amène à parler des choix.

Quand on y pense, il y a toujours ce choix des révolutionnaires, de ceux qui veulent changer la société, que Jean Jaurès a magnifiquement citée : 

 

« Chercher la vérité et avoir le courage de combattre pour elle. »

Ce n’est pas toujours facile.

C’est un chemin escarpé, pas toujours compris.

 

Aujourd’hui, on pourrait penser que les choses, à l’époque étaient plus claires dans la brutalité de l’affrontement avec le capitalisme, la guerre, le fascisme.

 

Mais, le Front Populaire était il acquis par exemple. Pas si sûr que ça.

 

Et la Résistance ? On sait bien que là non plus ce ne fut pas simple.

 

Le Parti Communiste comme organisation politique a pris une place toute particulière dès 1940, comme on le voit par exemple avec l’Affiche Rouge.

 

Avant la grande convergence de 1943, avec les autres organisations et réseaux de tous courants de pensée politique, notamment les forces rassemblées derrière le Général de Gaulle.

Convergence qui débouchera sur la libération de la France et le programme du Conseil National de la Résistance.

 

Aujourd’hui, dans la crise profonde que nous vivons, où tant de repères sont brouillés, (crise du capitalisme, de la politique, de la société) il y a un énorme effort à faire, pour rendre clairs les causes de cette crise, rendre clairs les intérêts de classe, du monde du travail, de l’ouvrier, à la majorité des salariés et des chômeurs.

On se suicide à France Télécom, mais aussi chez les ingénieurs du centre d’essai de Renault.

Je voudrais citer aussi, parmi les attaques qui nous demanderont de nouveaux combats, la réforme des collectivités territoriales, qui entre autre, supprimera 500 000 élus locaux, au nom de la modernisation de la vie administrative de notre pays.

C’est une agression directe contre les acquis de plusieurs siècles de construction de la vie démocratique dans les communes, les cantons, les conseils généraux, et les circonscriptions.

Bref, de tout ce qui a fait jaillir de la France populaire, des hommes et des femmes engagés, des Jean Catelas, des Louis Prod.

De quelque façon, c’est le même combat, et l’honneur des héritiers de Jean Catelas et du Parti Communiste, c’est de tenir leur place, toute leur place, dans ce courage dont parlait Jaurès, la recherche de la vérité et le combat pour elle.

 

Jean Catelas fait partie de ces gens qui ont contribué à construire ces grandes réformes comme la création de la sécurité sociale, les droits à la retraite, les nationalisations, les libertés syndicales, qui 70 ans après, sont encore au cœur de l’affrontement de classe.

 

Cet aspect de son engagement est particulièrement d’actualité à un moment où le MEDEF en appelle à la liquidation des acquis de la Libération, et où le gouvernement conduit une offensive d’ampleur contre les salariés et leurs droits.

 

Jean Catelas était aussi l’homme du rassemblement. Que ce soit dans le monde syndical, ou en politique, il a toujours oeuvré à réaliser l’unité des travailleurs.

C’était un homme convaincu que le rassemblement est un élément déterminant du succès.

Là encore, l’actualité sociale fourmille d’exemples de la pertinence de cette idée du rassemblement.

 

Enfin, il était un pragmatique et un visionnaire.

Pragmatique, car il partait du réel, de la misère qu’il voyait autour de lui, et cette pensée de l’unité étaient marquée du sceau de l’intérêt général pour la classe ouvrière et pour le peuple.

L’Unité : Je veux en dire un mot.

Ce mot, Catelas l’a chéri, il en a fait son étendard.

 

Là encore, au-delà des différences d’époques, ce sont bien les mêmes problèmes qui nous sont posés.

L’Unité, c’est obligatoirement, la confrontation certes amicale, mais ferme, dans la gauche.

Ces forces de gauche, le NPA, le PS, le PCF, le PG, ne font pas au départ, les mêmes analyses sur la société, sur les solutions, sur les objectifs immédiats ou d’avenir.

C’était vrai avec d’autres, en 1930, en 1940, dans la Résistance, dans les guerres coloniales ou dans la guerre froide.

 

Il a bien fallu pourtant que se dégage un chemin. Et là, c’est l’intelligence des peuples et de leurs luttes qui dégagent ce chemin.

Cela, Jean Catelas l’avait compris.

 

Nous, qui sommes les héritiers de Catelas, nous sommes porteurs, au Parti Communiste d’idées, de solutions, et nous en débattons avec ceux avec qui veulent avec nous l’entente, devant le Peuple.

Nous avons une confiance illimitée, malgré toutes les difficultés, dans les travailleurs de ce pays, dans les progressistes, dans le monde de gauche, en restant nous même.

Et ça n’est pas si facile.

 

Ni la droite, ni l’extrême droite n’auront le dernier mot  dans les affrontements actuels, entre les forces du capitalisme, et les idées de transformation sociale dont nous sommes porteurs, nous, les communistes.

Jean Catelas, et ses camarades ont rêvé de changer le monde, ils y ont contribué.

Jean Catelas est mort en criant Vive la France et en chantant la Marseillaise.

Avant de mourir, il avait écrit ceci à sa femme :

« A toi, ma chère femme, mes baisers les plus tendres,

A mes enfants ma tendresse, celle d’un père,

A ma famille, mon nom, celui d’un martyr assassiné,

A mon Parti, ma vie. »

Pour moi militante communiste, pour nous tous ici, le respect,  la fidélité à ces géants comme Jean Catelas, à ceux qui disparaissent, derniers témoins d’une époque, tout cela nous aide à être plus forts dans les combats d’aujourd’hui.

Nous ne laisserons pas disparaître ce à quoi ils ont cru, ce pourquoi Jean Catelas est mort.

Publié dans CULTURE

Partager cet article

Repost 0

GRIPPE: UN VACCIN CONTRE LA DESINFORMATION

Publié le par Patrick Kaczmarek

 

 Une pandémie de désinformation

 

Un communiqué - d'infirmières - qui fait du bien car il remet un certain nombre de pendules à l'heure. 

Vaccination H1N1 : méfiance des infirmières – Communiqué. 1er septembre 2009

Source : syndicat des infirmières SNPI CFE-CGC 

 

Notre devoir d’infirmières est d’informer correctement la population, pour que chacun prenne sa décision en toute connaissance de cause, par un consentement libre et éclairé, et non par une campagne de publicité et des discours alarmistes

Le syndicat des infirmières SNPI CFE-CGC estime qu’une vaccination massive contre un virus grippal relativement bénin, présente des risques, du fait d’un vaccin développé trop rapidement, et d’un adjuvant susceptible de déclencher des maladies auto-immunes.

Nous invitons la population à se vacciner contre la grippe saisonnière : ce vaccin (réalisé dans des conditions normales) sera disponible dès la quatrième semaine de septembre. Cela permettra de réaliser rapidement un diagnostic différentiel en cas de syndrome grippal. Par contre, chacun doit bien mesurer le rapport bénéfice/risques du vaccin H1N1 : d’un côté une semaine de grippe, de l’autre une probabilité, faible mais définitive, d’avoir une maladie neurologique (Syndrome Guillain-Barré) ou auto-immune.

Comme nos collègues infirmières de Grande Bretagne et de Hong Kong, nous craignons que le remède risque d’être pire que le mal, et nous pensons qu’il faut savoir "raison garder". La pandémie peut causer une crise économique, et l’Etat s’est très bien organisé pour y faire face (conseils d’hygiène, masques, Tamiflu). "Mais injecter 94 millions de doses d’un produit sur lequel nous n’avons aucun recul peut poser un problème de santé publique, et il est de notre devoir d’infirmières d’informer correctement la population, pour que chacun prenne sa décision en toute connaissance de cause, par un consentement libre et éclairé, et non par une campagne de publicité et des discours alarmistes" souligne Thierry Amouroux, le Secrétaire Général du SNPI, le Syndicat National des Professionnels Infirmiers.

Pour plus de détails sur les problèmes liés aux vaccins ; Source et suite : http://www.comite-valmy.org/spip.php?breve130



I) Grippe

    1-a) Une pandémie de désinformation

    1-b) Une pandémie d'escroqueries

    1-c) UNE PANDEMIE DE PROFIT (Info Laurent F.)

            Quels sont les intérêts économiques derrière cette grippe porcine dont on nous rabat les oreilles ?

    1-d) Vilain virus. Un billet d’humeur d’Auguste D.

    1-e) Tocsin autour des vaccins

    1-f) Grippe A. Pas de Tamiflu pour les enfants.

    1-g 1976, quand la grippe porcine terrorisait les États-Unis

    1-h) Suite des infos sur la grippe, de très intéressants articles sur la « Desmocratie » (infos Pascal B. datant de Juillet mais plus que jamais d'actualité)

    1-i) GRIPPE & VACCINS …

II) Ça recommence ! (Info Miss Moon)

 

* LIBÉREZ SALAH HAMOURI ! Un innocent croupit depuis 1.649 jours en prison (plus de 4 ½ ans)


I) Grippe 1-a) Une pandémie de désinformation


 

 

Depuis le temps que ces gouvernements ultra-libéraux étaient impopulaires, ils ont trouvé un truc pour être populaire : faire croire à un virus extrêmement méchant par une propagande mensongère éhonté, et faire semblant de faire quelque-chose pour protéger le peuple.

 

Depuis des années, ils étaient devenus des ennemis publics, nos gouvernements : casse des services publics (PTT, EDF, etc..), casse de la sécu, casse du système de santé, casse de la protection sociale, casse des retraites, casse du droit du travail, Bolkestein qu'ils font rentré par la fenêtre à chaque fois qu'on le mettait à la porte, crime de forfaiture du 4/2/8 des parlementaires capitalistes libéraux contre le peuple souverain en imposant la constitution européenne dont les peuples d'Europe ne veulent pas ; mise en place de lois scélérates et liberticides grâce aux attentats sous faux-drapeaux de 2001 etc...

Ils ont enfin l'occasion de faire semblant d'être du côté des peuples, de prendre leur défense, et de les protéger.

Mais on ne se refait pas, ils ont aussitôt sauté sur l'occasion pour détourner des milliards d'euros au profit du privé, c'était peut-être même cela le 1er but de ces escrocs à la grippe

La preuve, Sarkozy ne nous a pas ressorti sont refrain "Que voulez-vous que je fasse ? Que je vide des caisses qui sont déjà vides ?" Il a sorti l'argent avant qu'on lui demande de le faire ! ! ! C'est bien la preuve qu'il ne travaille pas pour le peuple, mais contre lui ! ! !

 

* Le gouvernement mène une campagne intense alors que le corps médical explique que c’est une grippe comme les autres voir plus bénigne, qu’il ne faut pas crier « au loup » à tort et à travers car si le virus mute et devient grave, alors il ne sera plus écouté par les français ! ! !



1-b) Une pandémie d'escroqueries :

Tels des bonimenteurs de foire qui essaient de vous vendre de la poudre de perlimpinpin à des prix astronomique la bande à Sarko et leurs équivalents à l'étranger, nous vendent une grippe particulièrement bénigne et ses remèdes miracles, pour des sommes astronomiques :

* 1 milliard d'euros pour 91 millions de vaccins et cela pour 64 millions de français, ... car il faudrait se faire vacciner 2 fois.

En supposant que 45,5 millions de français se fassent caccinner, cela fait plus de 20 euros par tête d'habitant ... joli coup.

Si seulement 4,55 millions de français se font vacciner vu les risques (le labo est protégé par les Décrets) soit plus de 200 euros par tête car le contrat est passé et avec le privé c'est sacré ! ! !  

Si seulement 455.000 français se font vacciner vu les risques (le labo est protégé par les Décrets) soit plus de 2.000 euros par tête ! ! !  

 

* Pourquoi 2 fois ? ? ? ils ne savent pas puisqu'ils ne savent pas si le vaccin marche puisqu'ils en sont aux essais, mais ils ont décidé, à l'avance, pour une grippe beaucoup plus bénigne que les autres, que ce serait 2 fois, alors que pour les autres c'est une fois, plus c'est bénin, plus il en faut ? ? ? Pourquoi pas 3 vaccinations ou 6 pendant qu'ils y sont ? Sans doute la crainte que le virus ait muté d'ici là et que l'escroquerie de nos gouvernements soit trop visible ! ! !

* Il faudra payer 2 fois ! ! ! Le gouvernement à filé 10 milliards à des copains et des coquins, mais, sauf cas particuliers, il faudra payer si vous vous faites vacciner ! ! ! Payer qui et quoi puisque le vaccin est déjà payé ? ? ? L'État va-t-il monter un mécanisme comptable pour que les pharmacies, et les assurances remontent au Trésor Public l'argent perçu, il n'en est pas question ! ! ! Donc on va payer double ! ! ! Une fois en tant que contribuable, une fois en tant que patient ! ! ! C'est beau et c'est grands l'esprit de dévouement des labos qui soignent le peuple avec un gouvernement vendu aux trusts ! ! !

* Un vaccin dangereux sans garantie ! ! ! Expérimental, et dont les fabriquant obtiennent partout des DECRETS les exonérant de toute responsabilité en cas de catastrophe (France, USA, etc..) ! ! !

* Pour éviter d'avoir à produire beaucoup de produit efficace, les labos mettront dedans un tas de cochonneries appelées adjuvants supposés stimuler l'organisme comme si c'était du vaccin. Sauf que ces adjuvants ne sont pas neutres, et risquent d'être pire que le mal ! ! !

* quand on voit le nombre de personnes et d’associations de professionnels qui sont conte ou extrêmement méfiants, il y a très peu de chance d’avoir besoin de 91 millions de vaccins, mais le contrat étant signé, Sarko paiera le privé quoi qu’il en coûte aux contribuables ! ! !

* Nul doute que lors des prochaines échéances électorales, avec ses collègues capitalistes libéraux, Sarko Le Corrompu(*) saura bénéficier des largesses dont il aura fait preuve cette année ; quelques % de 10 milliards d'euros de cadeaux (sans contrôle possible avec l'étranger), cela fait des centaines de millions d'euros ... de quoi voir venir ! ! !

* Et, cerise sur le gâteau, on nous dit que ce n'est pas rentable : peu ou pas de vaccins pour l'Afrique ou les indiens d'Amérique - les plus vulnérables à la grippe ! ! ! On nous prend vraiment pour des cons ! ! !

* Sans parler des doutes sur son origine (1/3 porc, 1/3 volaille, 1/3 humain) ? ? ? d’où sort-il du même labo qui fabrique les vaccins ? ? ?

 

(*) Sarko Le Corrompu, voir - A - Bolloré, ses « Falcon », ses Yachts - B - l'attentat de Karachi 8 mai 2.002 (corruption avec Balladur) - C - Tout ce qu'il s'est mis dans la poche en 2.007 les cumuls éhontés, continuant à être payé comme ministre de l'intérieur jusqu'au 31 décembre2007  alors qu'il avait démissionné en mars et élu en mai, plu, ils démissionnait le plus tard possible des autres fonctions après avoir accédé à la présidence ; sans parler de l'histoire de son + 206% d'augmentation ! ! !



1-c) UNE PANDEMIE DE PROFIT (Info Laurent F.)

Quels sont les intérêts économiques derrière cette grippe porcine dont on nous rabat les oreilles ? 1 million de personnes par an meurent dans le monde de la MALARIA, qui pourrait être prévenue avec une simple moustiquaire. Les journaux n’en parlent pas !

 

2 millions d’enfants par an meurent dans le monde de la DIARRHÉE, alors que l’on pourrait l'éviter avec un banal sérum pour 0,25 € la dose. Les journaux n’en parlent pas !

 

10 millions de personnes par an meurent de la ROUGEOLE, PNEUMONIES et INFIRMITÉS, que l’on pourrait les guérir avec de simples vaccins. Les journaux n’en parlent pas !

 

Mais il y a de cela 10 ans, quand la fameuse grippe aviaire est apparue... Les journaux mondiaux nous ont inondé d’informations à ce sujet... :

 

Une épidémie, la plus dangereuse de toutes... Une PANDÉMIE ! On ne nous parlait que de la terrifiante maladie des volatiles. Et pourtant, la grippe aviaire a causé la mort de quelques 250 personnes en 10 ans... 25 morts par an. La grippe commune, tue un demi-million de personnes par an, dans le monde. Un demi-million contre 25 !

 

Un moment... Un moment s’il vous plaît !

Alors, pourquoi un tel remue-ménage - un scandale- autour de la grippe Aviaire ? Parce que derrière les poulets il y avait un "Coq", un coq à grande crête. L’entreprise pharmaceutique internationale ROCHE avec son fameux TAMIFLU vendu à des millions de doses aux pays asiatiques. Bien que l’efficacité du Tamiflu soit douteuse, le gouvernement britannique en a acheté pour 14 millions de doses pour protéger sa population. Grâce à la grippe aviaire, ROCHE et RELENZA, les deux des plus grosses entreprises pharmaceutiques qui vendent les antiviraux, ont obtenues des millions de dollars de bénéfices. Alors, en avant avec les oiseaux et maintenant avec les porcs. Eh oui ! Maintenant commence la psychose avec la grippe porcine. Et tous les médias du monde ne parlent que de çà. Et je me demande : Si derrière les poulets il y avait un "Coq".. N’y aurait t’il pas derrière les cochons un "Gros Porc" ?

 

L’entreprise Nord-américaine Gilead Sciences détient le brevet du Tamiflu. Le principal actionnaire de cette entreprise n’est autre que le sinistre, Donald Rumsfeld, secrétaire d’état à la défense de Georges Bush, l’artisan de la guerre contre l’Irak ... (à qui Obama avait demandé de conserver son poste

 

Les actionnaires des entreprises pharmaceutiques ROCHE et RELENZA doivent se frotter les mains, ils doivent être heureux avec les millions de nouvelles ventes du Tamiflu. La véritable pandémie est celle de l’argent, les énormes bénéfices de ces mercenaires de la santé. Je ne nie pas les précautions nécessaires qui sont en train d’être prises par tous les Pays du globe. Mais si la grippe porcine est une pandémie aussi terrible que l’annonce les médias. Si l’OMS se préoccupe tant de cette maladie, pourquoi ne la déclare-t-on pas cette pandémie comme un problème mondial de santé publique.

 

Pourquoi ne pas autoriser la fabrication de médicaments génériques pour la combattre ? Se passer momentanément des brevets des entreprises ROCHE et RELENZA et distribuer les médicaments génériques gratuitement à tout les pays, et plus particulièrement aux pays les plus pauvres. Ne serait-ce pas la meilleure solution. Ou alors c'est une farce et aucune menace réelle ne pèse sur le genre humain !

Avez-vous remarqué que malgré le très grand risque lié à la prolifération de cette maladie, aucune précaution n'est prise à l'égard des destinations à risques ?

Aucuns médias ne se fait le relais de la prévention ni ne met sérieusement les gens en garde comme le voudrait le bon sens. Demande-t-on aux gens d'éviter de se rendre aux États-Unis ? Non ! Que fait-on concrètement pour enrayer le risque de s'engager dans une pandémie ? Rien ! Pourquoi ? On est inscrits dans un contexte de crise financière ayant entraîné une crise économique. Une des plus grave que l'on ai connue. Pour détourner l'attention du peuple et sa méfiance, relancer l'économie "florissante" et ultralibérale avec les mêmes personnes qu'avant, il faut une situation de crise visant les personnes dans leur intégrité physique. On sait tous qu'en temps de crise, les gens se jettent sur les magasins pour faire des stocks de tout et de rien. La preuve, certains font déjà des listes de survie pour pandémie. On a vu ça avec les différentes guerres au 20ème siècle, les gens vont naturellement acheter plus et font des réserves. Une guerre mondiale ne pouvant être déclarée (logique) rien de tel qu'une bonne pandémie !

 

NDLR : depuis que cela a été écrit, les quantités ont explosé : Et ce vaccin génial n’est pas encore au point que la France en commande 91 millions de doses à GSK, pour 64 millions d’habitants et 10 milliards d’Euros ! ! ! l’Angleterre 60 millions (pour 58 millions d’habitants) la Belgique 12 millions (pour 10 millions d’habitants )



1-d) Vilain virus. Un billet d’humeur d’Auguste D.

Quand la Droite veut éviter de parler de ce qui est essentiel et prioritaire, elle essaie de détourner l'attention publique en répétant, 4 ou 5 fois par jour, une litanie que chacun connait rapidement par cœur et qui n'intéresse plus personne en définitif. Et c'est parce que j'ai connu ce genre de baratin juste avant la guerre de 40 quand j'étais au collège, diffusé par moins de médias sans doute, mais qui nous affirmait tous les jours ces deux slogans que je n'ai pu oublier : "Nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts", et "Avec votre ferraille nous forgerons l'acier victorieux" !!!  On était forts mais on devait porter tout ce qui ne servait plus au ferrailleur chargé de la récupération !! C'est pourquoi je ne suis pas étonné par ce martèlement quotidien du danger pandémique, il dissimule sûrement qq chose de plus grave!!!!!!



1-e) Tocsin autour des vaccins

Grippe A . Sont-ils utiles ? Ou au contraire pires que le mal ? Seront-ils prêts à temps ? À qui doivent-ils être destinés en priorité ? De nombreux doutes subsistent quant aux vaccins.

Source et suite : http://www.humanite.fr/2009-09-07_Societe_Tocsin-autour-des-vaccins



1-f) Grippe A. Pas de Tamiflu pour les enfants.

http://www.humanite.fr/2009-08-11_Societe_L-essentiel

Nausées, déshydratations, complications et cauchemars pour les enfants sous Tamiflu : ce sont les résultats d’une enquête menée par le British Medical Journal. Selon l’étude, la stratégie britannique d’une prescription systématique pour une maladie relativement bénigne est « inappropriée ». « Les effets néfastes (…) l’emportent sur les bienfaits d’une réduction d’un jour et demi de la durée des symptômes. » Parallèlement, au Japon, un laboratoire a annoncé le succès des essais cliniques d’un nouveau médicament concurrent, le CS-8958.


1-g) 1976, quand la grippe porcine terrorisait les États-Unis

http://www.humanite.fr/2009-09-07_Societe_1976-quand-la-grippe-porcine-terrorisait-les-Etats-Unis

Après plusieurs cas apparus dans un camp militaire, les autorités avaient lancé, dans la précipitation, une campagne de vaccination massive.

La dernière éclosion d’une épidémie de grippe porcine a eu lieu dans la base de Fort Dix - New Jersey (*). Le 5 février 1976, le soldat David Lewis se plaint d’une extrême fatigue, et décède le lendemain. D’autres soldats sont hospitalisés avec les mêmes symptômes. Les autorités annoncent alors qu’il s’agit bien de cas de grippe porcine.

Au mois de mars, le président de l’époque, Gerald Ford, « craignant » une pandémie, ordonne une campagne de vaccination massive : 46 millions d’Américains seront vaccinés. Très vite, des réactions au vaccin apparaissent : décès par arrêt cardiaque quelques heures après injection, et surtout de nombreux cas de complications pulmonaires liées au syndrome de Guillain-Barré. Le 16 décembre, le gouvernement décide de mettre met fin à la campagne de vaccination. Un tiers de la population aura tout de même été vaccinée.

Trois ans plus tard, c’est une bataille juridique qui débute. 4 000 Américains, victimes des effets néfastes du vaccin, demandent réparation pour 3,5 milliards de dollars. Dans les deux tiers des réclamations, les gens souffraient de dommages neurologiques, et certains en étaient morts. Voilà sans doute pourquoi, trente-trois ans plus tard, les labos chargés de produire les fameux vaccins ont obtenu, au début de l’été, par décret, de la secrétaire américaine à la Santé, Kathleen Sebelius, une totale immunité, histoire de se prémunir contre toutes nouvelles poursuites.

À l’époque, les médias locaux évoquaient le « fiasco de la grippe porcine ». La chaîne de télévision américaine CBS mettant l’accent, dans une émission diffusée le 4 novembre 1979 (et visible sur Internet), sur l’empressement du gouvernement américain à lancer cette campagne de vaccination. Le virus de la grippe porcine ne s’était pourtant pas propagé hors de l’enceinte de Fort Dix.

 

(*) En fait, il s’est avéré que l’information était fausse,  et que les militaires n’étaient pas atteints du virus ! ! ! Rassurez-vous, çà n’a pas empêché les labos d’engranger les profits, mais ils ont eu des Pb judiciaires, d’où leurs précautions cette fois-ci ! ! ! Ils sont protégés par les gouvernements



1-h) Suite des infos sur la grippe, de très intéressants articles sur la « Desmocratie » (infos Pascal B. datant de Juillet mais plus que jamais d'actualité)

http://desmotscratie.tumblr.com/post/153066926/fil-infos-message-2009-31

En particulier, alors que d’autres vagues de vaccination se sont transformées en cauchemars, …

Les fabricants de vaccins contre la grippe H1N1 viennent d’obtenir l’immunité [ juridique ! ] aux Etats-Unis

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=14585 par F. William Engdahl

La secrétaire d’Etat U.S. à la santé, Kathleen Sebelius, vient de signer un décret conférant une totale immunité aux fabricants de vaccins contre la grippe H1N1, en cas de poursuite judiciaire. De plus le programme accéléré - de 7 milliards de dollars - pour la fabrication du vaccin qui devra être mis sur le marché à l’automne ne prévoit pas de test de sécurité. Tout d’abord, ni l’OMS ni le CDC ni aucune instance scientifique n’a produit de preuve quant à l’existence de ce nouveau virus H1N1, virus qui devrait être isolé, caractérisé et photographié par un microscope électronique en vertu des procédures scientifiques habituelles lorsqu’il existe un danger de pandémie. L’actuelle panique provoquée par campagne officielle sur les dangers supposés de la grippe porcine prend des allures de roman de science-fiction Orwellien. Le décret accorde l’immunité à ceux qui fabriquent le vaccin contre la grippe porcine conformément aux dispositions de la loi 2006 sur les urgences de santé publique.

Beaucoup de bruit pour pas grand-chose ?

http://www.humanite.fr/2009-07-28_L-Evenement_Beaucoup-de-bruit-pour-pas-grand-chose

Patrick Pelloux au sujet de la gripette : "Le gouvernement joue la grande peur, et dira ensuite que le pire a été évité grâce à ces mesures inutiles"

Desmotscratie - Hypothétique pandémie de grippe : le plan com est trop parfait !!

http://desmotscratie.tumblr.com/post/151745373/hypoth-tique-pand-mie-de-grippe-le-plan-com-est-trop

Courriel adressé à France Inter qui, en l’espace de deux semaines, a reçu deux invitées pour broder au sujet d’une hypothétique épidémie de gripette qui a d’ores-et-déjà rapporté une fortune aux laboratoires pharmaceutiques !!! On croit rêver !!

Grippe Porcine : Tout Une Industrie Attend Une Pandémie - Interview De L'Epidémiologiste Tom Jefferson

Vous avez systématiquement évalué toutes les études menées sur l'immunisation contre la grippe saisonnière. Est ce que cela fonctionne bien ? Non cela ne fonctionne pas bien. Un vaccin contre la grippe ne marche pas contre la majorité des maladies de type grippal car il vise seulement à combattre les virus de la grippe. Le vaccin ne change rien en ce qui concerne l'élévation du taux de décès pendant les mois d'hiver. Et, même dans le meilleur des cas, l'efficacité du vaccin est d'une certaine manière limitée contre les virus de la grippe. Entre autres choses, il existe toujours le danger que le virus de la grippe qui circule ait changé au moment ou la production du vaccin sera achevée avec comme résultat, dans le pire des cas, que le vaccin sera totalement inefficace. Dans le meilleur des cas, les quelques études décentes qui existent montrent que le vaccin fonctionnent principalement avec des jeunes adultes sains. Avec les enfants et les personnes âgées cela aide un peu , et encore.

GRIPPE A : Le vaccin, une aubaine pour les laboratoires [ quel pataquès pour une gripette : bizzare, bizzare ce plan com hyper chiadé ... ]

Le vaccin contre la grippe A est une manne financière pour les laboratoires qui engrangent les commandes. Mais l'incertitude demeure sur leur capacité à y répondre en temps, en heure et en qualité. "Ce vaccin est éminemment stratégique pour les groupes pharmaceutiques, qui vont négocier les prix avec les gouvernements sur de très gros volumes", estime Marc Livinec, conseiller chez l'assureur-crédit Euler Hermès SFAC. Dernière commande en date, celle de la France, qui va se procurer 94 millions de doses auprès de trois laboratoires, le français Sanofi Pasteur, le britannique GlaxoSmithKline (GSK) et le suisse Novartis. Coût total : 1 milliard d'euros. Novartis, qui négocie avec plus de 35 gouvernements, a par ailleurs annoncé jeudi avoir obtenu des Etats-Unis deux contrats pour un total de 979 millions de dollars (697 millions d'euros). Communication.



1-i) GRIPPE & VACCINS... (info Miss Moon ; extraits)

Grippe A/Virus H1N1 - Une première victoire des actions pénales, engagées par Janeet et SOS JUSTICE en France !

http://infos.vaccins.over-blog.com/article-35171444.html

http://infos.vaccins.over-blog.com/article-35443603.html

Un biologiste dénonce la désinformation

http://www.dailymotion.com/related/x9zust/video/xa00xt_un-biologiste-denonce-la-desinforma_webcam    6 minutes



II) Ça recommence ! (info Miss Moon)

 

Comment simplifier les procédures d’autorisation de produits phytosanitaires naturels ? Après deux ans et demi de réflexion, le gouvernement a courageusement tranché... en les interdisant (ou presque) ! Exit les purins d’ortie de mémé, vive le Roundup !

Tout débute en décembre 2005, avec le vote de la loi d’orientation agricole (LOA) qui excluait quasiment la plupart des produits naturels de la liste des phytosanitaires (herbicides, insecticides...) autorisés en France. Exit les purins d’ortie de mémé, vive le Roundup ! L’urgence ordonnée par le gouvernement, le décret était publié à peine deux semaines après le vote du Sénat. La République était en danger, il fallait sévir. Et vite !

Quelques mois plus tard, les inspecteurs de la répression des fraudes perquisitionnaient le domicile d’Eric Petiot, un dangereux horticulteur qui avait commis des livres aux titres aussi sulfureux et subversifs que "Les soins naturels aux arbres", dans lesquels il refilait ses bons tuyaux sur la confection de décoctions naturelles pour soigner ses carrés de légumes : purin d’ortie, préparations à base de fougères, pissenlits, sureau... Des recettes ancestrales qui font leurs preuves depuis que l’homme a découvert la binette.

 

Soigner par les plantes... illégal !

Les remèdes de mémé hors-la-loi ? Scandale ! Devant l’émoi suscité dans la population, sénateurs et députés ont voté dans l’urgence un amendement à la loi sur l’eau de décembre 2006. Celui-ci proposait de corriger la LOA afin de permettre - et surtout de simplifier - l’autorisation de commercialisation et d’utilisation des remèdes naturels, dits "Préparations Naturelles Peu Préoccupantes" (PNPP). Ouf ! On a eu chaud. Sauf que le décret vient d’être publié, le 25 juin 2009, au journal officiel. Après deux ans et demi de réflexion...

Un décret qui contredit l’esprit de la loi

Et au final, il dit quoi, ce décret ? Principalement que les PNPP doivent "avoir fait l’objet d’une procédure d’inscription sur la liste communautaire des substances actives" et "ne pas avoir fait l’objet d’une décision de refus". En clair, il faut larguer entre 100 000 et 300 000 euros et attendre trois ans avant d’être (éventuellement) autorisé à broyer de l’ortie, de la prêle, de la consoude, de la fougère... Procédure renouvelable tous les dix ans. Totalement irréaliste ! D’ailleurs, l’Institut technique de l’agriculture biologique a tenté sa chance au petit jeu des "procédures d’inscription sur la liste communautaire des substances actives". Juste pour voir... Résultat : deux ans de boulot, 80 000 euros de frais... et toujours aucune nouvelle d’une éventuelle inscription ! Tout cela en pure perte puisque les recettes appartenant au domaine public, elles ne sont pas brevetables.

NDLR : Conclusion, : les français avaient réussi, à l’arraché, à obtenir une bonne Loi, ce qui est rarissime, le gouvernement est au service des multinationales est l’ennemi des français et de leur avenir !

Purin d’ortie et phytosanitaires naturels quasiment interdits ! La loi "méprisée" ... Par NapakatbraPurin d’ortie et phytosanitaires naturels quasiment interdits ! La loi "méprisée" ... Par Napakatbra

Publié dans SANTE

Partager cet article

Repost 0

HOMMAGE A GUY ROCQUES

Publié le par Patrick Kaczmarek

                                                                                                                                             Philippe Flukiger

Publié dans INFOS DIVERSES

Partager cet article

Repost 0

ATTAC contre attaque

Publié le par Patrick Kaczmarek

G20 de Pittsburgh, arrêtons la mascarade !



Le G20 regroupe les économies les plus puissantes du monde. Après Washington et Londres, il se réunira à Pittsburgh les 24 et 25 septembre pour… sortir de la crise sans rien changer au système !

Ce qu'ils veulent : rhabiller le capitalisme
Partie des États-Unis,  la « crise du siècle » s'est accélérée depuis un an, suite à la faillite de Lehman Brothers.

Enfin de l'action publique ! Oui, mais au service des banquiers...
Non seulement les banques ont été sauvées de la faillite par de l’argent public, mais elles l'ont utilisé pour reconstituer leurs profits et continuer leurs opérations spéculatives, préparant ainsi la prochaine bulle. Pire, elles prévoient de verser des bonus faramineux à leurs traders.
Des listes de paradis fiscaux ont été établies et de maigres engagements ont été demandés à ceux-ci pour en sortir. Mais, loin de supprimer les paradis fiscaux, les critères retenus par l’OCDE ne font que légitimer leur existence.
Depuis la rentrée, les gouvernements s'agitent sur la question de la rémunération des traders, après que certaines banques ont été obligées de dévoiler la part de leurs bénéfices qu'elles comptaient allouer en fin d'année à leurs traders (1 milliard pour BNP Paribas, 11,3 milliards pour Goldman Sachs). Si en effet le système de rémunération des traders est un scandale, le cœur du problème n'est pas simplement là, mais dans le fait que les banques et le secteur financier engrangent suffisamment de profits pour attribuer de telles rémunérations à leurs traders et actionnaires, profits qui se font sur le dos des usagers et des salariés.

Ce que nous voulons : dégonfler la finance pour désarmer le capitalisme
Adair Tuner, à la tête du FSA, l'autorité britannique des marchés financiers, a déclaré récemment que la plupart des transactions de la place financière de Londres sont « socialement inutiles » (AFP, 27/08/09). Qu’un ancien responsable du Medef  britannique en vienne à dénoncer « la dérégulation financière caricaturale » et à demander de « réduire la taille de ce secteur » révèle le trouble qui s’installe face au comportement des banques.
Il faut en finir avec des activités financières qui sont « socialement inutiles », parce qu’elles ont des conséquences dramatiques sur la vie des populations : c'est la leçon de la crise actuelle, que devraient retenir tous les dirigeants du monde : il est temps que ces derniers se fixent pour objectif non pas de sauver la finance, mais de la désarmer complètement.
Cela fait plus de dix ans qu'Attac démontre que la dérégulation des marchés financiers est au cœur du problème de nos société modernes.

Attac, à l'occasion du G20, propose dix mesures pour remettre la finance à sa place et nous engager réellement vers une sortie durable de la crise.

Si le G20 de Pittsburgh voulait vraiment une réponse solidaire, écologique et démocratique à la crise :
les dix mesures  à prendre d'urgence pour désarmer les marchés financiers


Instaurer des taxes globales
Ces taxes seraient appliquées aux transactions financières, aux profits des multinationales et à la consommation d'énergie. S’appuyant sur des données reconnues, Attac chiffre à 1 500 milliards de dollars par an les fonds qui pourraient être levés grâce à ces taxes. Ces fonds serviraient à financer l'aide au développement, la préservation des biens publics mondiaux, la reconversion de l'économie vers un modèle soutenable pour la planète et la création d'emplois socialement et écologiquement utiles.

S’attaquer aux paradis fiscaux
De véritables sanctions contre les banques, les entreprises et les États non coopératifs doivent être mises en œuvre, ainsi qu'une aide à la reconversion pour les territoires qui s'engageraient à mettre fin à leurs pratiques occultes. Cela passe par exemple par une harmonisation fiscale au plan européen.

Mettre à bas la folie des « innovations financières »
Les hedge funds sont des fonds spéculatifs massivement implantés dans les paradis fiscaux. Échappant à toute régulation, ils ne servent à rien, sinon à enrichir quelques grandes fortunes abritées aux îles Caïmans et à augmenter l'instabilité des marchés financiers. Ils doivent être supprimés. Quant aux produits dérivés et à la titrisation, leur utilisation doit être strictement encadrée.

Rétablir le contrôle sur les mouvements de capitaux
La mobilité des capitaux permet de spéculer librement entre les places financières, et de mettre en concurrence les pays de la planète, leurs travailleurs, leurs systèmes sociaux et fiscaux. Contrôler les capitaux par la fiscalité et par la réglementation est une œuvre de salut public. Tous les volets de libéralisation financière inclus dans les accords de libre-échange multilatéraux, régionaux et bilatéraux doivent être abrogés/révisés, en particulier ceux imposés par l'Union européenne aux pays émergents et en développement.

Sortir des marchés financiers le financement des retraites
Dans les pays qui ont choisi de financer leurs retraites par capitalisation, des millions de salariés ont vu partir en fumée leurs économies. Les fonds de pension comme les hedge funds ne servent qu'à alimenter les bulles spéculatives et doivent disparaître.

Instaurer une fourchette maximale de revenus, supprimer les stock-options et les bonus
Aujourd'hui, un dirigeant d'entreprise gagne en moyenne 400 fois le SMIC. Lier la rémunération des dirigeants et des traders aux profits, par l'intermédiaire de bonus et de stock-options, entraîne  une gestion à court terme des entreprises. Attac propose de fixer des taux d’imposition prohibitifs sur les hauts revenus pour aboutir à un écart maximum de 1 à 5 entre les plus bas et les plus hauts revenus.

Créer un pôle bancaire public
On ne peut pas demander aux citoyens de financer le sauvetage des banques sans contreparties. Le secteur privé a déjà démontré son incapacité à gérer ces biens publics que sont le crédit et la monnaie. Cela exige dans toutes les régions du monde, et notamment à l’échelle européenne, la création d’un secteur bancaire et financier public, contrôlé démocratiquement, et cela de manière permanente et non transitoire.

Interdire la spéculation sur les matières premières
À commencer par l'énergie et les denrées agricoles, en organisant une régulation publique des prix. Les matières premières sont des ressources trop rares et précieuses pour être laissées à la seule loi du marché. Nous ne pouvons tolérer que perdurent les conditions de nouvelles émeutes de la faim comme celles de 2008. Cela nécessite de pouvoir garantir des prix rémunérateurs aux paysans du monde.

Annuler la dette des pays pauvres
La charge de la dette des pays en développement est supérieure à l’aide publique au développement. Cette dette pèse lourd sur les pays pauvres. C’est une arme aux mains des pays riches qu’il faut supprimer. Cette annulation doit s'accompagner d'un nouvel accord international prévoyant des mécanismes justes de réendettement et de traitement de la dette qui écartent tout recours aux marchés financiers, notamment la titrisation des créances.

Une fois mises en œuvre les neuf mesures précédentes, le G20, satisfait du devoir accompli, prononcerait la transformation du G20 en G192
Le G192, soit l'ONU réformée et démocratisée, aurait en effet plus de chances d’apporter à la crise mondiale une réponse donnant satisfaction non pas aux gouvernements de quelques pays riches, mais à l’ensemble de ses États membres.


Attac France,
Montreuil, le 18 septembre 2009
http://www.france.attac.org/spip.php?article10308

Voir aussi le rapport d'Attac France : Les paradis fiscaux en voie de disparition ? Rien n’est moins sûr

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0

DERNIERE NOUVELLE DES PLUS INQUIETANTES

Publié le par Patrick Kaczmarek

Iran: une attaque israélienne imminente?

Selon la presse israélienne, le voyage secret de Benjamin Netanyahu à Moscou serait le prélude à une attaque des installations nucléaires iraniennes.

Slate.fr // vendredi 18 septembre 2009
 

Israël serait-il sur le point de lancer son attaque contre l'Iran dans les prochaines semaines, voire dans les prochains jours ? La fébrilité dans les milieux militaires tend à accréditer cette thèse et les références sur les guerres passées illustrent cette hypothèse dramatique. Des faits troublants viennent étayer l'hypothèse d'une attaque imminente.

 

Israël avait bombardé le réacteur syrien en septembre 2007 juste au moment où la production de matière fissile devait commencer. Les Syriens ne pouvaient pas franchir ce cap sans créer une situation irréversible car la matière produite en grande quantité pouvait être alors stockée en différents endroits protégés, repartis à travers tout le pays, rendant son élimination quasi impossible. Deux experts américains de l'Institut pour la science et la sécurité internationale à Washington, son président, David Albright et son directeur adjoint Corey Hinderstein, ont situé à 2009 la production d'uranium hautement enrichi par la méthode de l'ultracentrifugation. Par ailleurs, l'administration américaine a confirmé que l'Iran est à quelques mois de la production en masse de matière fissile.

Le voyage de Netanyahou à Moscou ne laisse pas d'étonner. Il devait être totalement secret mais la presse en a divulgué son existence. Connaissant la phobie des services israéliens de protection, il n'est pas dans les habitudes du premier ministre de voyager incognito dans un jet privé qui le rend vulnérable. L'objet de ce voyage de dix heures, si urgent, n'a pas été dévoilé alors qu'aucun contentieux n'existe avec la Russie pour le justifier. Les supputations vont donc bon train et l'hypothèse la plus probable tient dans la volonté du premier ministre israélien d'informer le président russe de ses intentions imminentes afin de ne pas subir de réaction militaire de la part de la deuxième puissance mondiale.

Quelques jours après cette visite impromptue, la campagne d'intoxication du ministre de la défense Barack semble grossière. Il a donné en première page, le 17 septembre, une interview en première page du journal israélien Yédiot Aharonoth dans laquelle il précise: «un Iran nucléaire ne serait pas une menace vitale pour Israël». Cette déclaration est contraire à la doctrine martelée par tous les officiels israéliens qui ne laissent jamais passer un jour sans évoquer le danger iranien. Cela rappelle étrangement les déclarations rassurantes de Moshé Dayan, le 3 juin 1967, niant toute attaque préventive quelques jours avant de lancer la Guerre des Six Jours le 5 juin. «Nous sommes à la fois en cet instant un peu en retard et un peu en avance. En retard pour réagir par la force et en avance pour tirer une conclusion des efforts diplomatiques en cette affaire». Il avait ainsi endormi la méfiance de ses ennemis.

Ehoud Barack est avant tout un militaire et sa tactique est toute aussi militaire. Il lance ses attaques au moment où on l'attend le moins car il veut toujours bénéficier de l'effet de surprise. L'évacuation du Beth-Hashalom à Hébron, occupée par des colons, a suivi en tout point sa technique de diversion. Tandis que les jeunes nationalistes affluaient vers le lieu de l'évacuation, il leur a promis une réunion de conciliation pour le dimanche suivant, après la réunion du Conseil des Ministres. En conséquence, les jeunes ont évacué le bâtiment croyant que rien ne se passerait d'ici la date fixée. L'évacuation fut ordonnée par surprise le jeudi, contre toute attente, et dans le calme absolu.

La configuration est identique avec l'Iran. Les Etats-Unis attendent une réponse de Téhéran sur la question nucléaire prévue pour fin septembre sachant pertinemment que la réponse sera négative. Une fenêtre de tir reste donc probable jusqu'à la fin du mois tant que les iraniens se sentent protégés par le calendrier qu'ils ont fixé.

Les vacances scolaires débutent le 18 septembre en Israël pour une durée de trois semaines en raison des fêtes juives de la nouvelle année. Les écoles sont fermées et les enfants vivent à l'abri chez eux. Le moment semble donc propice pour une action puisque la population la plus fragile pourra se protéger en cas de représailles éventuelles de l'Iran ou du Hezbollah. Par ailleurs, l'activité tourne au ralenti pendant ces fêtes et l'impact économique sera donc considérablement réduit. Il s'agirait en quelque sorte d'une guerre du Kippour inversée. Les Arabes avaient attaqué en 1973, à la même période, pour avoir les coudées franches et ce moment peut être choisi par Israël pour agir dans la surprise générale.

Enfin un accident, non commenté par l'armée, suscite quelques questions dont les réponses n'ont pas été données. Le crash de l'avion d'Assaf Ramon le 12 septembre dernier, fils du cosmonaute Ilan Ramon disparu dans l'explosion de la navette spatiale Columbia, n'est à ce jour pas expliqué. Son père avait fait partie de l'escadrille qui avait bombardé Osirak en 1981. Le capitaine Assaf, meilleur pilote de sa promotion, a étonnamment perdu le contrôle de son avion mais les observateurs se demandent quel genre d'entrainement il effectuait et s'il n'était pas tenu d'exploiter son F16 en dépassant les limites techniques acceptables. Il est fort probable qu'il avait été sélectionné pour honorer la mort de son père en rééditant son exploit. Cet accident nous rappelle celui qui est intervenu dans le Néguev en 1992 où plusieurs militaires des forces spéciales ont trouvé la mort alors qu'ils s'entrainaient à préparer l'assassinat de Saddam Hussein à l'occasion de l'enterrement de son oncle.

Néanmoins il est fort probable que si l'attaque avait lieu dans les jours ou semaines à venir, les militaires et les dirigeants israéliens observeraient, comme pour la Syrie en 2007,  une discrétion totale, sans fanfares ni déclarations tonitruantes. Israël ne tient pas à acculer l'Iran dans une action suicidaire et il n'a aucun intérêt à placer les Etats-Unis ainsi que les membres du Conseil de Sécurité dans une position embarrassante. Il ne cherche pas à faire un coup d'éclat médiatique puisque son unique objectif reste de repousser le danger qui menace sa population. Il fera donc passer l'opération comme un bombardement de routine ou une simple incursion préventive afin de préserver l'honneur de la partie adverse.

Jacques Benillouche

Image de Une: Décollage de F-16 israéliens  Gil Cohen Magen / Reuters

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0