Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

197 articles avec paix

Communiqué : Halte aux bombardements à Alep, au Yémen ou à Mossoul

Publié le par Patrick Kaczmarek

Halte aux bombardements à Alep, au Yémen ou à Mossoul

 

Une seule issue : une solution politique dans le cadre des Nations Unies

 

Depuis le début du conflit en Syrie, le Mouvement de la Paix n’a cessé de réclamer et d'affirmer qu'il n'y a de solution que politique et diplomatique négociée avec l'ensemble des parties et sous l'égide des Nations Unies en conformité avec la Charte des Nations Unies et le droit international.

C'est ce qui nous a conduits à soutenir toutes les initiatives allant dans ce sens, et en particulier les négociations de Genève.

Nous avons aussi soutenu le plan établi par le Conseil de Sécurité des Nations Unies et accepté par l'ensemble des membres du Conseil de Sécurité  pour une transition politique en Syrie contrôlée et décidée par les Syriens eux-mêmes.

Le Mouvement de la Paix a salué l’adoption de la résolution 2254 du Conseil de Sécurité en décembre 2015 qui selon le Secrétaire Général de l’ONU « met l’accent sur la voie politique à suivre pour régler la crise » et qui reprenait les termes des accords de Genève de 2012, fondement d’une transition politique conduite et prise en main par les syriens. Elle prévoit des négociations impliquant tous les acteurs concernés, y compris la Russie et des représentants du régime de Bachar Al Assad accompagnées d’un processus politique qui doit conduire à une transition démocratique pour la Syrie, et à un cessez-le-feu (qui ne s’appliquera pas aux actions contre les groupes terroristes tels que DAESH, Al Qaida et le Front El-Nosra).

Ce plan existe et peut constituer une base à partir de laquelle peut être conçue une sortie politique de cette tragédie.

Ni les intérêts géostratégiques divergents des grandes puissances qui interviennent sur le terrain ou dans cette région directement ou indirectement, ni le fait que la Syrie soit sur le lieu de passage des oléoducs vers l'Europe, ne peuvent exonérer les Nations Unies et en particulier le Conseil de Sécurité des Nations Unies de mettre en œuvre les solutions politiques y compris si nécessaire, avec des moyens militaires en application  du chapitre 7 de la Charte des Nations Unies afin de conserver l'unité de l'Etat syrien et la mise en place d'une réelle démocratie basée sur la laïcité, qui permette l'existence d'une réelle pluralité des idées et respectant les différentes composantes de la société syrienne dont le peuple Kurde.

Il appartient à la France, qui a une part de responsabilité dans le chaos dans lequel se trouve cette région, notamment par son intervention militaire en Libye, mais aussi par ses ventes d’armes d'agir en ce sens.

Dans ce contexte, la France doit aussi intervenir pour empêcher  que le gouvernement Erdogan, dont l’Etat est membre de l’OTAN, en profite pour exterminer le peuple Kurde dont le respect des droits est au cœur d’une solution pour la paix au Moyen-Orient.

ll y a urgence à ce que le gouvernement français agisse pour la reconnaissance de l’Etat de Palestine, reconnaissance souhaitée par une immense majorité au sein de l'Assemblée Nationale.

Les mêmes solutions doivent prévaloir au Yémen pour obtenir l’arrêt des bombardements par l’Arabie Saoudite à laquelle la France vend des armes.

Notre solidarité avec toutes les victimes ne nous conduira jamais à passer sous silence la responsabilité de ceux qui ont armé Daesh et ses alliés, directement ou indirectement, ni de ceux - dont la coalition dirigée par les USA et la Grande Bretagne qui a envahi l’Irak en violation du Droit international - qui ont contribué par leurs guerres à mettre le Moyen-Orient à feu et à sang et sont responsables de la situation de chaos que connaît cette région.

Notre solidarité va vers toutes les victimes de ces guerres et aux réfugiés dont nous demandons que l’Europe et la France les accueillent avec humanité, conformément aux règles de base du droit international humanitaire.

 

Le 27 octobre 2016,

Le Mouvement de la Paix

Contacts : Roland Nivet : 06 85 02 87 14
Christine Rosemberg : 06 82 43 25 81


 
Plus d’infos sur www.mvtpaix.org

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0

Ventes d’armes en Inde et ailleurs

Publié le par Patrick Kaczmarek

Ventes d’armes en Inde et ailleurs Le Mouvement de la Paix désapprouve !

 

À travers les ventes d'armes, la France sème l'insécurité mais les peuples risquent de récolter les guerres.

On croyait avoir élu un président de la République, en fait il semble s’être transformé en VRP pour le compte du lobby militaro-industriel à base française.

Chaque déplacement à l'étranger du président de la République est marqué par des ventes d'armes, hier en Arabie Saoudite, en Égypte, au Qatar… et aujourd'hui en Inde.

Dans son  livre blanc de la défense, le gouvernement actuel affirme page 19 "l'industrie de défense est aussi un facteur de compétitivité pour l'ensemble de l'économie" et page  21 : « le soutien aux exportations de défense constituera un volet majeur de la politique industrielle le gouvernement ». Ces ventes d’armes qui placent notre pays au 3ème rang des Etats vendeurs d’armes au plan mondial n'ont donc rien d'un hasard mais sont le fruit d'une politique délibérée qui a fait exploser ces dernières années les profits des  fabricants. On doit souligner que ces orientations sont en contradiction totale avec l’article 26 de la charte des Nations Unies qui appelle les Etats à «  favoriser l'établissement et le maintien de la paix et de la sécurité internationales en ne détournant vers les armements que le minimum des ressources humaines et économiques du monde ».

Cette situation est aussi l'aboutissement d'une restructuration en profondeur de l'outil de défense qui pose de graves problèmes. En effet cette restructuration ne s'est pas inscrite dans un processus de désarmement et de construction de la paix mais dans un processus de militarisation des relations internationales qui  privilégie les stratégies interventionnistes et s’appuie sur une privatisation des industries de l'armement plaçant toujours plus ces fabrications sous la loi des profits et de la rentabilité financière.

Cette orientation nuit gravement à la sécurité du monde mais en plus, elle contribue à détruire et empêcher la reconstitution de l’outil industriel français tant les taux de profits du secteur militaire sont juteux. Ainsi, pendant trois ans (2012/2014), le cours de l'action Dassault à la bourse de Paris a grimpé de 61 %, celui de Thalès de 70 %, celui de safran de 118 %.

On aurait aimé que la France puisse vendre par exemple des technologies haut de gamme en génie biologique et médical. Malheureusement, une grande partie de ce potentiel industriel résultant de dizaines d’années de recherche publiques a été cédée à des multinationales américaines comme Lucent et General Electric au détriment de l’outil industriel français.

Comme le montre une étude publiée par la Documentation française, l'évolution comparée du solde de la balance des biens manufacturés sur la période 2001 à 2012, le solde de produits  manufacturés civils est passé d'un positif de 15 milliards en 2001 à un négatif de 45 milliards en 2011 alors que dans le même temps, en revanche, le solde des biens militaires va croissant en passant de 1 à 3 milliards d'euros annuels sur la même période.

Pour la paix, la France a besoin d'une industrie en faveur de la paix fabriquant des produits utiles pour satisfaire les besoins de l'humanité, d’autant que les investissements civils produisent plus d’emplois que les investissements militaires, surtout réputés pour les taux de profits faramineux qu’ils génèrent.

D'autres choix sont possibles sans briser les hommes et casser les outils industriels mais en faisant d’eux les  fers de lance d'une politique de reconquête industrielle pour répondre aux multiples besoins humains et environnementaux qui se font jour en France et dans le monde tout en replaçant les productions d’armes  dans un pôle public contrôlé par le parlement.

 

Lutter pour la paix, la coopération et le désarmement dans le monde suppose d'affirmer dans le même temps une autre conception de la sécurité du pays, non basée sur des rapports de force militaire. La sécurité de notre pays et du monde doit être basée sur l'intervention des peuples, de leurs organisations représentatives, syndicales et associatives et ce dans le cadre de politiques économiques et sociales axées sur les besoins humains et adaptés à ces objectifs.

 Ainsi, grâce à une répartition équitable des ressources et des richesses, des coopérations économiques, sociales et culturelles peuvent être mises en œuvre. Ces coopérations favoriseraient le développement, la création d'emplois ainsi que la solidarité et la compréhension entre les peuples et donc la paix.

C’est un des volets d’une politique en faveur d’une culture de la paix.

C’est ce choix qu’affirment dans une déclaration les 33 Etats du CELAC (Coordination des Etats Latino-Américains et des Caraïbes). Pourquoi pas la France ?

Un tel choix aurait pu et dû conduire le président de la République à annoncer une initiative de la France en faveur d’une reprise du processus de désarmement nucléaire dans une région où l’Inde, le Pakistan et la Chine sont détenteurs de l’arme atomique et où l’essai coréen rend la situation encore plus grave.

 

 

Le 28.01.2016

Le Mouvement de la Paix

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0

Communiqué : Budget 2016 de la France. Où est le budget de la France pour la Paix ?

Publié le par Patrick Kaczmarek

Nous tenons à réaffirmer notre solidarité et notre compassion avec les victimes des attentats et leurs familles et partageons leur souffrance. Nous tenons à déclarer de nouveau avec la plus grande vigueur, notre condamnation des attentats qui ont frappé Paris le vendredi 13 novembre 2015 et réaffirmons notre condamnation générale de tous les actes terroristes.

 

Notre première analyse du budget 2016 tel que présenté au Parlement avant les attentats  nous conduit à formuler les premières observations ci-après.

 

Nous exprimons une condamnation sans appel des crédits consacrés aux armes nucléaires, et en particulier aux programmes de modernisation de ces armes qui visent exclusivement les populations civiles. Les massacres récents à Paris nous conduisent d’ailleurs légitimement à nous interroger sur l’utilité de telles armes pour assurer la sécurité du peuple français. Cette interrogation est d’autant plus légitime que le juge Trévidic a déploré la criante insuffisance de moyens mis au service des juges anti-terroristes.

 

Nous n'approuvons pas ce budget parce que fondamentalement, il n'est porteur d'aucune volonté de participer à la construction d'un monde de justice, de paix et de démocratie comme le nécessite la situation nationale et internationale actuelle, et comme nous y appellent les Nations Unies à travers la Charte des Nations Unies et les différentes résolutions de l'Assemblée Générale de l'ONU concernant la nécessaire promotion d'une culture de la paix et de la non-violence comme moyen d’assurer la sécurité des peuples et donc aussi, la sécurité du peuple français.

 

Nous réitérons notre désaccord avec le fait que les moyens nécessaires au développement d'une diplomatie active et efficace de la France au service de la paix soient réduits à la portion congrue. 

 

Nous relevons une fois de plus l'inexistence de structures étatiques appropriées  pour porter une politique de paix. 

 

À cet égard, nous rappelons que le Mouvement de la Paix propose la création d'une mission interministérielle pour la promotion d'une culture de la paix de la non-violence comme outil institutionnel en France pour sa promotion. Cette mission devrait être dotée de moyens conséquents.

Si nous avons été reçus en 2014 par les services du Premier Ministre pour présenter cette proposition, nous regrettons de n'avoir reçu à ce jour aucune réponse ni aucun avis de ces services.

 

Nous nous réjouissons que le débat parlementaire, grâce à la pression des citoyens et des élus locaux, ait conduit à rétablir un certain nombre de crédits en faveur des collectivités locales qui sont des acteurs majeurs pour préserver et développer le vivre ensemble et la fraternité dans nos communes, et en particulier dans les quartiers en grandes difficultés. Il faut augmenter considérablement ces crédits pour se préserver du développement de logiques mortifères et destructrices dans nos quartiers, en venant en soutien aux dynamiques extraordinaires et aux nombreux projets portés par les citoyens, les associations, les jeunes.

 

Mais le compte n'y est pas car avec seulement 0,62 milliards d’euros pour la jeunesse, le sport et la vie associative, le budget 2016 n'est vraiment pas un budget pour une culture de la paix.

 

Parce que nous pensons que l'intervention citoyenne et la démocratie participative sont nécessaires à la recherche des meilleures solutions pour assurer la sécurité de notre peuple, nous nous sommes adressés à tous les parlementaires pour leur faire connaître notre analyse du budget 2016 qui s'exprime, par exemple, à travers deux articles  que vous pouvez consulter via les liens ci-après.

 

http://www.mvtpaix.org/wordpress/wp-content/uploads/2014/06/PP-606-budget-2016.pdf

http://www.mvtpaix.org/wordpress/wp-content/uploads/2014/06/Article-budget-Roland-complement-2016.pdf

 

Le Mouvement de la Paix

Saint-Ouen, le 20.11.2015

 

Contact : 01 40 12 09 12

Le Mouvement de la Paix, 9 rue Dulcie September, 93400 Saint Ouen

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0

Tir du missile nucléaire M51 : irresponsabilité et gabegie financière

Publié le par Patrick Kaczmarek

Tir du missile nucléaire M51 : irresponsabilité et gabegie financière


Alors que se tient une assemblée générale des Nations Unies, c’est un bien mauvais message que la France adresse à la communauté internationale en procédant a un nouvel essai du missile M51. Ce missile d’une portée de 8000 kilomètres peut être porteur de 6 a 8 bombes atomiques ayant chacune sa trajectoire propre et une puissance individuelle de plus de 100 fois la puissance d’Hiroshima.

Alors que les trois-quarts des États représentés aux Nations Unies ont à plusieurs reprises exprimé leur souhait de la mise en place d’un traité d’interdiction des armes nucléaires face au danger de catastrophe humanitaire qu'elles représentent, que l’opinion publique en France est favorable à un processus de désarmement nucléaire, qu’un large front se constitue au plan mondial réunissant tant les églises, les élus, les syndicats etc. La France persiste dans sa violation du Traité de non prolifération.

Par une lettre du 9 septembre, nous demandions au Président de la République d’annoncer à la tribune de l’ONU que la France gelait la modernisation des armes atomiques françaises. En vain, le Président de la République persiste dans la voie de l’irresponsabilité que constitue cette violation du droit international et de la gabegie financière puisque ces modernisations coûtent de l’ordre de 4 milliards d’euros au budget de la France et qu’au même moment, le gouvernement demande une coupe de 3,5 milliards d’euros dans le budget de la santé. C'est pourquoi le Mouvement de la Paix condamne le tir du M 51.

 

Plus que jamais l’action de l’opinion publique est nécessaire est nécessaire pour obtenir un traité d'interdiction des armes nucléaires.

 

                                                                                                     Le Mouvement de la Paix

Saint-Ouen, le 2 octobre 2015


Contact : 01 40 12 09 12

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0

COMMUNIQUE : Accueillir les migrants ET éradiquer toute la misère dans le monde

Publié le par Patrick Kaczmarek

22 000 morts en vingt ans en méditerranée, 1200 morts en une semaine, 1 noyé toutes les 2 heures depuis le 1ier janvier… Stop ou encore ?

Quand la Libye, la Syrie, l’Irak, l’Afghanistan sont devenus des enfers (et que « l’Occident » y est pour beaucoup), quand de nombreux pays subsahariens n’en finissent pas d’être confrontés aux effets de 500 ans d’exploitation (commerce triangulaire et esclavage, colonisation et néocolonialisme), quand les 28 Etats de l’UE n’acceptent que 186 000 réfugiés de Syrie alors que les petits Etats voisins en accueillent 4 millions (dont le Liban où le quart de la population est constitué de réfugiés), quand on en arrive à des « villes » de 350 000 déracinés dans des camps provisoires qui s’éternisent et où beaucoup ne réussissent pas à survivre (Somaliens au Kénya depuis 20 ans à Dadaab qui sera fermé dans 3 mois : où iront-ils ?) … comment voulons-nous que ces gens là cessent d’aller voir ailleurs ? Ils savent, ils espèrent qu’il peut y avoir de la vraie vie là-bas devant, alors ils avancent (les humains ont toujours peuplé la terre de cette façon) et ils arrivent aux portes… fermées de l’Europe.

Depuis 1952, le droit d’asile est un droit universel reconnu dans une Convention signée par tous les pays de l’UE. Sans état d’âme ni aucune réflexion sur la poursuite de l’aventure humaine forcément commune (ou vouée à ne pas être), les 28, dont la France, violent ce droit en mettant en œuvre « Frontex » qui constitue avant tout un système de contraintes empêchant d’arriver sur le sol européen.

Quand, en amont et mondialement, les départs clandestins et leurs cortèges de drames sont générés par les guerres, les persécutions, la surexploitation… et que là-dessus se greffe la rapacité de mafieux prospérant sur la misère (en Méditerranée, au Mexique, en Australie ou ailleurs), le problème et ses solutions sont à considérer à l’échelle de la planète.

Les pays occidentaux sont devant leurs responsabilités : leurs dirigeants auront-ils encore le front de les fuir ou feront-ils enfin face ?

Pour l’UE et la France, tout de suite, nous exigeons : de sécuriser les parcours, mettre en place un dispositif d’intervention maritime pour que plus aucune vie ne soit perdue, d’établir des voies légales d’immigration pour ceux qui fuient la mort, d’utiliser la possibilité du « visa-asile », d’accueillir les migrants sur l’ensemble de ses territoires hors de toute concentration en Italie, en Grèce ou en Espagne. Il s’agit ensuite de cesser de faire passer les intérêts géostratégiques des puissants avant la sécurité des gens, de respecter le droit des peuples à disposer des richesses de leur pays (même si pour cela on doit contrarier Areva et d’autres), de réorienter l’Aide Publique au développement en n’« oubliant » pas les régions les plus pauvres, de proposer des plans de co/développement Euro-Méditerranée et Euro-Afrique.

Les solidarités doivent se renforcer entre les peuples du « Nord » et ceux du « Sud ». Si « la liberté dans un monde plus juste » devient pour tous beaucoup plus qu’un slogan, si les conditions de vie s’améliorent, personne ne prendra plus le risque de traversées meurtrières.

Le Mouvement de la Paix

Contact :

Roland Nivet : roland.nivet@mvtpaix.org

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0

Démenti du Mouvement de la Paix - Livraisons des armes à Kobané

Publié le par Patrick Kaczmarek

Saint-Ouen, le 17 décembre 2014

 

Le Mouvement de la paix, solidaire des pacifistes et de la population martyrisée au Moyen Orient, rappelle que l'envoi d'armes supplémentaires dans cette région déjà surarmée, détruite par une violence extrême depuis plusieurs décennies, ne peut être la solution pour protéger les populations.

 

La signature du Mouvement de la Paix apparait malencontreusement au bas d'un appel qui propose notamment la livraison d'armes à Kobané. Le Mouvement de la Paix vérifie comment sa signature a pu être engagée sur un texte en partie contraire à ses orientations pacifistes.

 

Oui la vie et la paix dans cette région du monde sont possibles, elles nécessitent que la population française manifeste sa solidarité en demandant :

 

  • des mesures urgentes pour la protection des populations sous l’égide de forces onusiennes ;
  • un embargo sur toutes les armes dans la région, et un dispositif de sanctions envers les États qui soutiendraient les forces djihadistes ;
  • la traduction devant un Tribunal international de tous les auteurs de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité ;
  • l’investissement des sommes dédiées à l’intervention en Irak (4 400 milliards entre 2001 et 2014) dans les programmes des institutions nationales pour la sécurité globale et l’éducation ;
  • la mise en place sous l’égide de l’ONU d’une conférence internationale pour la paix au Moyen Orient.

La coordination exécutive

 

Contact :

Michel Dolot : michel.dolot@mvtpaix.org

Guillaume du Souich : nouss@mvtpaix.org

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0

6 millions de morts au Congo depuis 1996.

Publié le par Patrick Kaczmarek

Ci-dessous le lien vers un appel et un reportage de 2011 sur la situation au Congo

https://www.youtube.com/watch?v=NMtgHzXZnIg#t=1573

Michel DOLOT

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0

COMMUNIQUE DE PRESSE

Publié le par Patrick Kaczmarek


Le projet de loi de programmation militaire 2014-2019 :
une apologie de la toute puissance militaire, mais aucune perspective vers la culture de la paix et de la non-violen
ce.

Face à un monde déstabilisé par une crise économique grave, due à la domination des logiques financières, et source d'instabilité et de violences structurelles, les réponses proposées par la loi de programmation militaire qui sera soumise aux sénateurs le lundi 21 octobre sont inadaptées. Elles relèvent de schémas et conceptions dépassés et dangereux qui accroissent la militarisation des relations internationales.

Cette loi, traduction au plan budgétaire du Livre Blanc de la Défense, ne prévoit que des réponses militaires sans aucune initiative pour la paix et sans propositions pour s'attaquer aux grands défis du XXIème siècle auxquels est confrontée l'humanité.

Les milliards d'Euros de crédits de cette loi sont programmés en particulier pour la construction de nouveaux missiles nucléaires, de nouvelles bombes atomiques, pour la poursuite des essais nucléaires en laboratoire, l'utilisation de l'uranium appauvri dans des armes conventionnelles, des études pour le renouvellement de la flotte de sous-marins nucléaires, des équipements en vue de nouvelles opérations extérieures, le développement des bases militaires françaises à l'étranger, la guerre électronique.

De plus, en positionnant l'industrie de l'armement et la vente d'armements comme base de la "compétitivité" industrielle de la France sans diversifications civiles, elle favorise les exportations et le commerce des armes.

Ce dont la France et le monde ont besoin ce sont des propositions alternatives pour la paix basée sur le développement, la démocratie, une meilleure répartition des richesses et une défense nationale n'incluant aucune volonté de projection des forces pour des opérations extérieures hors des décisions prises par les Nations Unies.

Pour toutes ces raisons le Mouvement de la Paix a transmis aux sénateurs un dossier d'analyses et de propositions argumentées pour

1. un rejet de la présente loi de programmation militaire
2. des propositions alternatives en vue d'une loi de programmation pour une sécurité humaine
3. la création d'une mission interministérielle pour la paix dotée de moyens conséquents

Le Mouvement de la Paix appelle les françaises et les français à soutenir ces propositions alternatives en interpellant leurs sénateurs et députés.


Ci-dessous le dossier transmis aux parlementaires, consultable et téléchargeable en cliquant sur les liens :




Composition du dossier adressé aux parlementaires

1. Lettre aux parlementaires
2. Partie 1: Brève analyse de la situation internationale
3. Partie 2: Les principales raisons de ne pas voter cette loi de programmation
4. Partie 3: Propositions pour une loi de programmation pour une sécurité humaine
5. Partie 4: Propositions pour la création d'une mission interministérielle pour la paix

Le Mouvement de la Paix

Saint-Ouen, le 18 octobre 2013

Contacts :

Roland Nivet : 06 85 02 87 14 – roland.nivet@mvtpaix.org
Jeannick Leprêtre : 06 64 39 43 75 – jeannick.lepretre@mvtpaix.org

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0

Un Nobel pour le désarmement

Publié le par Patrick Kaczmarek

En attribuant le prix Nobel de la paix[1] à l’Organisation pour l'interdiction des Armes Chimiques (OIAC) le comité norvégien met en résonance l’actualité de la guerre, la nature inhumaine des armes que le progrès technique a permis d’élaborer et l’âpreté de la tâche des membres de cette organisation qui a plus de 15 ans maintenant. En effet, malgré ces longues années de contrôle et d'interdiction, force est de constater qu'elle n'est pas encore arrivée à débarrasser le monde des armes chimiques.

L’OIAC a été créée dans le cadre de la Convention d’interdiction des armes chimiques que 6 pays[2] n’ont pas signée et 2 autres n’ont pas ratifiée[3]; l'actualité et l'examen des Etats concernés souligne la dangerosité de la logique de dissuasion que recouvre les armes de destruction massive.

Le Mouvement de la Paix se félicite de constater que l’aspiration à la paix partagée par tant d’hommes et de femmes passe immanquablement par la destruction des armes. Ce prix Nobel 2013 témoigne de l'importance que le désarmement concrétise la détermination de personnes et communautés pour pacifier le monde.

Le Mouvement de la Paix

Saint-Ouen, le 11 octobre 2013

[1][1] Le prix Nobel de la paix récompense « la personnalité ou la communauté ayant le plus ou le mieux contribué au rapprochement des peuples, à la suppression ou à la réduction des armées permanentes, à la réunion et à la propagation des progrès pour la paix »

[2][2] l’Angola, la Corée du Nord, l’Égypte, la Somalie, la Syrie et le Sud-Soudan.

[3][3] le Myanmar et Israël

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0

Hommage à Albert Jacquard, grand défenseur des humbles et de la paix

Publié le par Patrick Kaczmarek

Albert Jacquard était par sa formation un scientifique mais il gardait en permanence à l’esprit que « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

Le souvenir que nous garderons de lui, c’est qu’il était un être Humain au sens le plus noble du terme, que toutes les causes qui allaient au secours de l’humanité trouvaient un écho en lui. On l’a toujours vu au premier rang des luttes pour les sans-papiers, les sans-logis, le désarmement nucléaire et la paix. L’Appel des Cent pour la Paix et le Mouvement de la Paix l’ont toujours eu à leurs côtés. Il avait accepté d’être le parrain de la Journée internationale de la Paix en 2008 et nous avait adressé ces quelques mots :

 « La paix n’est pas seulement l’absence de guerre. La paix est la présence d’une dynamique de construction de l’Humanité. Telle est la spécificité de notre espèce : nous avons en charge notre devenir. Nous ne sommes qu’au début de l’aventure, il est temps de choisir : la lutte contre tous ou la coopération avec tous. »

Dans chacune de nos actions, dans chacune de nos initiatives, il nous accompagnera désormais et nous aurons à l’esprit cette pensée qui était sa manière de voir sa vie, de voir notre vie :

« Mieux vaut une réussite solidaire qu’un exploit solitaire »

 

 

Le Mouvement de la Paix

Saint-Ouen, le 13 septembre 2013 

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>