Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

SCOOP BRESILIEN

Publié le par Patrick Kaczmarek

Superbe réponse du ministre brésilien de l'Education interrogé par des étudiants aux Etats-Unis...

> la presse nord-américaine a refusé de publier ce texte.

>
Internationalisation
>
Discours du ministre brésilien de l'Éducation aux Etats-Unis.

> Pendant un débat dans une université aux États-unis, le ministre de l'Éducation Cristovao Buarque, fut interrogé sur ce qu'il pensait au sujet de l'internationalisation de l'Amazonie.
> Le jeune étudiant américain commença sa question en affirmant qu'il espérait une réponse d'un humaniste

> et non d'un Brésilien.

>  Voici la réponse de M. Cristovao Buarque.

> En effet, en tant que Brésilien, je m'élèverais tout simplement contre l'internationalisation de l'Amazonie.

> Quelle que soit l'insuffisance de l'attention de nos gouvernements pour ce patrimoine, il est nôtre.
>
> En tant qu'humaniste, conscient du risque de dégradation du milieu ambiant dont souffre l'Amazonie, je peux imaginer que l'Amazonie soit internationalisée, comme du reste tout ce qui a de l'importance pour toute l'humanité.

> Si, au nom d'une éthique humaniste, nous devions internationaliser l'Amazonie,

> alors nous devrions internationaliser les réserves de pétrole du monde entier.

> Le pétrole est aussi important pour le bien-être de l'humanité que l'Amazonie l'est pour notre avenir. Et malgré cela, les maîtres des réserves de pétrole se sentent le droit d'augmenter ou de diminuer l'extraction de pétrole, comme d'augmenter ou non son prix.

> De la même manière, on devrait internationaliser le capital financier des pays riches. Si l'Amazonie est une réserve pour tous les hommes, elle ne peut être brûlée par la volonté de son propriétaire, ou d'un pays.

> Brûler l'Amazonie, c'est aussi grave que le chômage provoqué par les décisions arbitraires des spéculateurs de l'économie globale. Nous ne pouvons pas laisser les réserves financières brûler des pays entiers pour le bon plaisir de la spéculation.

> Avant l'Amazonie, j'aimerai assister à l'internationalisation de tous les grands musées du monde. Le Louvre ne doit pas appartenir à la seule France. Chaque musée du monde est le gardien des plus belles oeuvres produites par le génie humain. On ne peut pas laisser ce patrimoine culturel, au même titre que le patrimoine naturel de l'Amazonie, être manipulé et détruit selon la fantaisie d'un seul propriétaire ou d'un seul pays.

> Il y a quelque temps, un millionnaire japonais a décidé d'enterrer avec lui le tableau d'un grand maître. Avant que cela n'arrive, il faudrait internationaliser ce tableau.

> Pendant que cette rencontre se déroule, les Nations unies organisent le Forum du Millénaire, mais certains Présidents de pays ont eu des difficultés pour y assister, à cause de difficultés aux frontières des États-unis. Je crois donc qu'il faudrait que New York, lieu du siège des Nations unies, soit internationalisé. Au moins Manhattan devrait appartenir à toute l'humanité. Comme du reste Paris, Venise, Rome, Londres, Rio de Janeiro, Brasília, Recife, chaque ville avec sa beauté particulière, et son histoire du monde devraient appartenir au monde entier.
>  
> Si les États-unis veulent internationaliser l'Amazonie, à cause du risque  que fait courir le fait de la laisser entre les mains des Brésiliens, alors internationalisons aussi tout l'arsenal nucléaire des États-unis. Ne serait-ce que par ce qu'ils sont capables d'utiliser de telles armes, ce qui provoquerait une destruction mille fois plus vaste que les déplorables incendies des forêts Brésiliennes. Au cours de leurs débats, les actuels candidats à la Présidence des États-unis ont soutenu l'idée d'une internationalisation des réserves florestales du monde en échange d'un effacement de la dette.

> Commençons donc par utiliser cette dette pour s'assurer que tous les enfants du monde aient la possibilité de manger et d'aller à l'école. Internationalisons les enfants, en les traitant, où qu'ils naissent, comme  un patrimoine qui mérite l'attention du monde entier. Davantage encore que l'Amazonie.

> Quand les dirigeants du monde traiteront les enfants pauvres du monde comme un Patrimoine de l'Humanité, ils ne les laisseront pas travailler alors qu'ils devraient aller à l'école; ils ne les laisseront pas mourir alors qu'ils devraient vivre.

> En tant qu'humaniste, j'accepte de défendre l'idée d'une internationalisation du monde. Mais tant que le monde me traitera comme un Brésilien, je lutterai pour que l'Amazonie soit à nous. Et seulement à nous!

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0

INFOS BATEAUX GAZA

Publié le par Patrick Kaczmarek

FLOTTILLE DE LA LIBERTE II

Communiqué de presse

27 juin 2011

Gaza, nous voilà

 

Malgré les pressions et menaces de recours à la violence, la flottille prend la mer

 

 

Athens

 

Samedi 25 juin, la bateau français Dignité/Karama a quitté un port corse pour rejoindre au moins neuf autres navires partis pour Gaza afin de défier le blocus illégal imposé par Israël. Tous les efforts d’Israël pour empêcher le départ des bateaux, y compris par des pressions sur les gouvernements, des menaces contre les compagnies d’assurances et de communication, des intimidations contre des militants des droits de l’homme et autres tactiques en sous-main, ont jusqu’ici échoué. La Flottille de la liberté a pris la mer.

 

Dans les jours qui viennent, les autres navires de la flottille – 2 cargos et sept autres bateaux de passagers – vont quitter plusieurs ports vers un point de rencontre dans les eaux internationales d’où ils partiront ensemble pour rejoindre Gaza. Nous affréterons près de trois mille tonnes d’aide et des centaines de citoyens d’une douzaine de pays différents, parmi lesquels des parlementaires, des responsables politiques, des écrivains, des artistes, des journalistes et des sportifs, ainsi que des représentants de peuples indigènes et de groupes de croyances diverses.

 

Malheureusement, nos bateaux ont pris un retard provoqué sciemment par diverses plaintes du Centre israélien du droit, par des tentatives de sabotage de certains bateaux ainsi que par des obstacles administratifs causés par le gouvernement grec soumis à ces pressions israéliennes. Nous appelons ce gouvernement à ne pas se rendre complice des actions illégales engagées par Israël en succombant à ces pressions.

 

Il ne fait aucun doute que le blocage quasi hermétique de la bande de Gaza par Israël est illégal ; cet état de faits n’a cessé d’être réaffirmé par de nombreux organes internationaux des droits de l’homme, y compris l’ONU et le comité international de la Croix Rouge. Il ne fait pas de doute non plus que cette politique cause des dégâts considérables sur la population occupée de Gaza. Ce point a lui aussi été bien étayé. La seule question qui se pose est pourquoi la communauté internationale des Etats laisse Israël continuer impunément de violer le droit et les droits du peuple palestinien.

 

Les mesures récentes prises par Israël pour répondre aux préoccupations soulevées publiquement par la Flottille de la Liberté II dans son « initiative Restez humains », y compris l’annonce faite la semaine dernière de l’autorisation de matériaux de construction pour 1200 maisons et 18 écoles à Gaza, montrent que ces Flottilles fonctionnent. Cela ne suffit pourtant pas et nos efforts ne portent pas uniquement sur l’augmentation de l’aide humanitaire en direction de Gaza. Ils visent aussi la liberté pour les Palestiniens et le reste des territoires occupés palestiniens. Les appels à la flottille de la part de responsables internationaux de faire passer l’aide humanitaire à Gaza  par des canaux formels montrent un mépris total des droits humains palestiniens. Le peuple palestinien ne fait pas l’aumône à la communauté internationale, mais souhaite sa libération, un appel que nous devons tous soutenir.

 

En conséquence, malgré les intimidations, les pressions, les menaces de recourir à la violence de la part du gouvernement israélien, qui n’a pas honte de se vanter de vouloir utiliser des snipers et des chiens d’attaque contre des citoyens sans armes, nous prenons la mer. Nous faisons partie d’un mouvement croissant conduit par la société civile palestinienne qui se mobilise pour sa liberté, ce que la tactique israélienne du plus fort ne peut arrêter. Nous appelons nos gouvernements à tout faire pour protéger leurs citoyens, au moment où nous prenons le large, sans violence, pour défendre la liberté, les droits de l’homme et l’état de droit. Gaza, nous voilà.

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0

UN POINT SUR LA LIBYE

Publié le par Patrick Kaczmarek

La « Grande muette » parle des opérations en Libye

« Mais, pour le moment, l'action de l'OTAN n'a pas permis aux insurgés, qu'il convient désormais d'appeler « forces de l'opposition », de prendre l'ascendant sur le colonel Kadhafi dont les troupes semblent néanmoins avoir perdu l'initiative. »

Libye : Le point sur les opérations avec l'amiral Coindreau

http://www.meretmarine.com/article.cfm?id=116478&u=2802&xtor=EPR-56-[newsletter]-20111006

10/06/2011

 

Après bientôt trois mois d'opérations au large de la Libye, le contre-amiral Philippe Coindreau, commandant du groupe aéronaval français (TF 473), fait le point sur la situation et les actions menées par la Marine nationale et l'Aviation Légère de l'Armée de Terre (ALAT) dans le cadre de l'opération Harmattan/Unified Protector. Pour mémoire, le Conseil de sécurité de l'ONU a voté le 17 mars la résolution 1973 autorisant le recours à la force contre les troupes du colonel Kadhafi pour protéger les populations civiles. Deux jours plus tard, l'armée de l'Air française lançait ses premiers raids, alors que le porte-avions Charles de Gaulle appareillait de Toulon le 20 mars pour rejoindre la zone. 48 heures après, le groupe aérien embarqué entrait en action. « Il faut noter que le porte-avions était rentré de l'opération Agapanthe (plus de quatre mois de déploiement en océan Indien avec notamment un soutien aux troupes engagées en Afghanistan, ndlr) le 20 février. « Si le groupe aéronaval a pu lancer ses premières opérations dès le 22 mars, c'est bien grâce à Agapanthe. Car le porte-avions, le groupe aérien et l'état-major embarqué étaient parfaitement entrainés », souligne l'amiral Coindreau.

1100 sorties en moins de trois mois

Le groupe aérien embarqué (GAE) du Charles de Gaulle compte toujours 10 avions de combat Rafale Marine et 6 Super Etendard Modernisés (SEM), 2 avions de guet aérien Hawkeye et des hélicoptères, avec notamment deux Caracal et un Puma. Ce « Plot Resco » est destiné à récupérer des pilotes en zone de combat au cas où leur appareil serait abattu ou serait accidentellement perdu. Le GAE intervient en même temps que les unités de l'armée de l'Air. Celle-ci mobilise actuellement, sur le théâtre libyen, 6 Rafale Air et 3 Mirage F1 CR sur la base corse de Solenzara, ainsi que 3 Mirage 2000-5, 6 Mirage 2000D et 6 Mirage 2000N qui interviennent depuis La Sude, en Crète. A cela s'ajoutent des avions radar E-3 F Awac et avions ravitailleurs C135 qui décollent des bases d'Avord et d'Istres. Depuis le début des opérations au large de la Libye, les avions du Charles de Gaulle totalisent 1100 sorties, ce qui donne une bonne idée du rythme très soutenu du GAE, bien qu'il ne soit composé que de 18 avions. Totalement polyvalents depuis la mise en service du standard F3 fin 2009 et l'introduction de nouveaux équipements l'an dernier, les Rafale de l'aéronautique navale mènent des missions d'attaque air-sol (bombes GBU 12, Armement Air-Sol Modulaire - AASM, missile de croisière Scalp EG), de défense aérienne (missiles air-air Mica), de reconnaissance grâce à l'emport de la nouvelle nacelle Reco NG, ainsi que de ravitaillement en vol au profit d'autres aéronefs. En tout, les avions de la marine réaliseraient, en moyenne, environ la moitié des sorties françaises d'attaque au sol.

Pas de montée en puissance prévue du GAE

Si, mercredi soir, l'OTAN a appelé à un renforcement des moyens mis en oeuvre en Libye, le Charles de Gaulle, capable d'embarquer une trentaine d'avions, ne devrait pas voir son groupe aérien monter en puissance. « Nous nous inscrivons déjà dans un effort global qui est très important. Il n'est pas prévu d'augmenter le groupe aérien embarqué, qui est parfaitement taillé pour l'opération en cours », affirme l'amiral Coindreau. Le porte-avions n'étant pas engagé dans un conflit de haute intensité, l'utilisation au maximum de ses capacité n'est pas jugé nécessaire. Le recours à un GAE réduit permet, en outre, de faciliter le travail à bord et, surtout, de ménager le potentiel du parc aéronautique, en conservant des appareils en métropole pour effectuer des relèves, assurer l'entretien et poursuivre les missions d'entrainement et de formation.

Les hélicoptères du Tonnerre interviennent et sont accrochés

En plus du Charles de Gaulle, la Marine nationale compte, sur place, le bâtiment de projection et de commandement Tonnerre, qui a quitté Toulon le 17 mai avec, à son bord, une petite vingtaine d'hélicoptères de l'ALAT. Il y a là des Tigre, des Gazelle et des Puma. Dans la nuit du 3 au 4 juin, ces machines sont intervenues pour la première fois contre les forces pro-Kadhafi. Pour m'amiral Coindreau, il s'agit d'une capacité complémentaire. « Nos avions ont une visibilité verticale. L'arme aérienne sait traiter un objectif dès lors qu'il est visible. Car, pour éviter les dommages collatéraux, le pilote doit avoir la cible en visuel et mesurer les risques de dommages. Or, nous avons un adversaire qui se cache désormais dans les zones urbaines ou sous la végétation. Il utilise tous les moyens pour s'imbriquer dans la population civile et e fondre dans la nature. Depuis un avion, il est très difficile de distinguer sous un bois ou une forêt des armes lourdes. C'est pourquoi l'hélicoptère est très intéressant, car il vole bas et offre une vue différente, horizontale ou oblique. Il peut donc mieux détecter l'adversaire ». Avions et hélicoptères peuvent, de plus, agir de concert, l'intervention de l'ALAT pouvant forcer l'ennemi à sortir de sa cachette et, ainsi, s'exposer aux coups de l'aviation.
Intervenant conjointement avec les Apache britannique embarqués sur le porte-hélicoptères HMS Ocean, les Tigre et Gazelle français ont, depuis le week-end dernier, lancé de nouvelles attaques contre les forces de Kadhafi. Pour des questions de sécurité et d'efficacité, les miliaires demeurent très discrets sur ces opérations. « Nous cherchons à recueillir le maximum de renseignements tactiques sur le théâtre pour engager nos hélicoptères de manière efficace et avec le maximum de sécurité. Il faut utiliser cet outil à bon escient et à coup sûr car nous sommes face à un adversaire dangereux ». Les troupes fidèles au régime de Tripoli ne restent en effet pas les bras croisés et l'amiral Coindreau nous a confirmé que les hélicoptères français avaient fait l'objet de tirs à l'arme légère et même au missile sol-air. Aucun dommage n'était cependant à signaler en date d'hier.

La force navale utilisée dans l'ensemble du spectre des missions

En plus du Charles de Gaulle et du groupe aéromobile, constitué du Tonnerre et de ses hélicoptères, la Marine nationale compte sur zone d'autres bâtiments. Le groupe aéronaval compte, en effet, un sous-marin nucléaire d'attaque, la frégate antiaérienne Jean Bart, la frégate anti-sous-marine Jean de Vienne, la frégate Guépratte, l'aviso Lieutenant de Vaisseau Le Hénaff, ainsi qu'un pétrolier-ravitailleur. Ce dernier, assurant le soutien logistique de la flotte (carburant, munitions, pièces détachées, vivres...) fait actuellement l'objet d'une relève. Après avoir été remplacée par la Marne, la Meuse a quitté Toulon mercredi pour relever sa cadette au large de la Libye. On notera aussi que le Guépratte a remplacé le Courbet, qui a mis le cap sur l'océan Indien.
Les frégates, dont l'action est souvent méconnue, jouent dans le cadre de l'opération Harmattan un rôle fondamental. D'abord, elles assurent l'escorte des bâtiments porte-aéronefs et le contrôle aérien de la zone, mais elles se chargent également de faire respecter l'embargo maritime et de protéger les convois d'aide humanitaire acheminée par bateaux. La flotte a même été confrontée à des attaques asymétriques, avec l'emploi de commandos et d'embarcations bourrées d'explosifs. Ainsi, les frégates ont repoussé, le mois dernier, des raids nautiques lancés par les forces libyennes contre le port de Misrata, où arrive l'aide humanitaire. A cette occasion, un semi-rigide transportant une tonne d'explosif a été intercepté. Il s'agissait, notamment, d'empêcher le minage du port, qui avait été entrepris. Et elles ont même utilisé leur artillerie principale pour faire taire des batteries côtières. « Avec la Libye, nous avons une force navale utilisée dans l'ensemble du spectre des missions. C'est la projection de puissance avec le groupe aéronaval et le groupe aéromobile, le soutien et l'appui contre terre par nos frégates, le déminage, l'interception de raids nautiques, le contrôle du trafic maritime ou encore le renseignement », souligne le pacha de la TF 473.


Opération interarmées et interalliés

Première contributrice de l'opération Unified Protector, qui est passée le 30 mars sous le commandement de l'OTAN, la France agit actuellement dans un contexte totalement interarmées. Depuis le début, la Marine nationale et l'armée de l'Air coordonne leurs actions et, avec l'ALAT sur le Tonnerre, l'armé de Terre est aussi engagée. L'ensemble est, de plus, déployé dans un environnement interalliés, une petite dizaine de membres de l'Alliance (qui regroupe 28 pays) participant à l'opération. Aux côtés des groupes aéronavals français et britannique (la Royal Navy a 8 bâtiments sur zone), il y a également la force navale de l'OTAN (une quinzaine de bâtiments), conduite par un amiral italien à bord du porte-aéronefs Garibaldi. L'action de cette armada doit être coordonnée avec les différentes forces aériennes intervenant depuis des bases européennes et réalisant la majorité des 100 à 150 sorties de combat menées chaque jour par l'Alliance. « La coopération entre les forces est quotidienne et, chaque jour, je suis en contact avec le commodore embarqué sur le HMS Ocean et la force de l'OTAN dans le golfe de Syrte », précise Philippe Coindreau.

« Un adversaire professionnel, tenace, réactif et agressif »

Sur le terrain, les forces de la coalition portent indéniablement des coups sévères au régime de Tripoli. Mais, pour le moment, l'action de l'OTAN n'a pas permis aux insurgés, qu'il convient désormais d'appeler « forces de l'opposition », de prendre l'ascendant sur le colonel Kadhafi dont les troupes semblent néanmoins avoir perdu l'initiative. Selon Philippe Coindreau : « Toutes les initiatives des forces de Kadhafi ont cessé, dont les opérations commando pour bloquer le port de Misrata. L'avancée vers Bengazi a été stoppée et le front est stabilisé entre Brega et Ajdabya. A Misrata, les forces de l'opposition n'ont cessé de regagner du terrain et je rappelle que Misrata serait tombée si la coalition n'était pas intervenue ». Toutefois, même si les troupes pro-Kadhafi ont subi de lourdes pertes (70 objectifs, dont une quarantaine de véhicules, ont encore été neutralisés cette semaine par les seuls appareils français), le régime résiste. « Nous sommes face à un adversaire excessivement professionnel, tenace, réactif et agressif. Ce sont des militaires expérimentés et entrainés qui n'hésitent pas à être violents et ne se soucient pas de la population. Ils n'hésitent pas, non plus, à tirer sur les appareils de l'OTAN ».
Dans quelle proportion l'ordre de bataille libyen a-t-il été amoindri ? Difficile à dire. Reste que, de semaine en semaine, le potentiel militaire du régime de Tripoli s'amenuise, la coalition menant une véritable campagne d'usure de l'adversaire. « Nous ne constatons pas de reconstitution des forces. A Brega, les forces de Kadhafi sont en position défensive. Elles ont une capacité de résistance certaine mais pas excessivement puissante. Chaque jour, nous constatons l'attrition des moyens de Kadhafi et la composante hélicoptère apporte une plus value et une accélération dans ce domaine ».

« Bluffé par le comportement de nos équipages »

Hier, l'amiral a également tenu à rendre hommage à ses hommes. Car ce sont plus de 2000 marins français qui sont engagés depuis près de trois mois en Libye, une opération qui s'ajoutent, pour l'équipage du Charles de Gaulle et du groupe aérien embarqué, à un long déploiement déjà mené en début d'année. « Je suis bluffé par le comportement de nos équipages, que nous devons à la qualité des hommes, de l'entrainement et de la formation. Depuis que je suis ici, je n'ai pas vu l'ombre d'une erreur. Nous avons vraiment des personnels motivés et compétents ». Le pacha de la TF 473 se dit également très satisfait des performances militaires tricolores. « Je constate l'efficacité de nos moyens sur zone, qu'il s'agisse des forces maritimes, de l'ALAT et de l'armée de l'Air. Et je suis extrêmement fier de ce que fait la France sur le territoire libyen ».

 

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0

PARTICIPEZ A HORTILLONAGE 2011

Publié le par Patrick Kaczmarek

La Maison de la Culture d'Amiens, dans le droit fil de « Imaginez maintenant » qui avait permis à des jeunes artistes plasticiens, architectes, paysagistes, musiciens, circassiens d'exprimer leurs talents au sein du site des Hortillonnages en 2010 – reprend cette année HORTILLONNAGES 2011 qui va pendant le dernier we de juin et le premier de juillet (voir programme en pièce jointe) pérenniser cette belle action culturelle,.

 

Notre Association des jardins paysagers des hortillonnages est très impliquée en cette manifestation et vous invite à y venir très nombreux,

Renseignements sur la brochure jointe et sur le site de la Maison de la Culture d'Amiens.

Je vous retrouverai bien volontiers sur place à la buvette (que je tiens- pour être clair, pour les amis, pas de gratuits, pas de remises mais au contraire les prix multipliés par deux - c'est pour la Culture!!!)

Espérant avoir le plaisir de vous voir très nombreux.

Publié dans CULTURE

Partager cet article

Repost 0

Collectif du 2 avril : notre santé en danger, rendez-vous le 2 juillet

Publié le par Patrick Kaczmarek

Bonjour
Le collectif du 2 avril «Notre santé en danger» (107 signataires nationaux) se réunit le 2 juillet
La Coordination nationale, lors de son Assemblée générale statutaire a confirmé à l'unanimité son engagement dans ce collectif, et y sera officiellement représentée et active pour promouvoir la poursuite de l'action unitaire.
Vous trouverez un texte issu de ces Rencontres sur notre site
http://www.coordination-nationale.org/assemblee/Ivry/16%20rencontre/Ivry2011Prolongements2Avril.pdf
Amicale solidarité  - Michel Pour la Coordination

Bonjour à toutes et à tous,
Le 2 avril, notre mouvement, rassemblant 107 organisations nationales et plus de 120 collectifs régionaux et locaux, appelait à une journée de mobilisation pour défendre, promouvoir et construire démocratiquement un système de santé public, solidaire, pour toutes et tous, partout sur les territoires, et contre la politique gouvernementale mise en place par les Agences Régionales de Santé. Pour la première fois en France, un large mouvement unitaire de défense de la santé a mené une mobilisation nationale remarquée.

Les décisions prises autoritairement par les ARS n’épargnent aujourd’hui aucun secteur de la santé et du médico-social : suppression de postes, restructurations, fusions, privatisation se poursuivent et s’accélèrent sous couvert de réduction des dépenses publiques et de rentabilité.
Les directeurs d’ARS affichent de plus en plus ouvertement leur mission unique « rester dans les enveloppes budgétaires… » très loin des besoins de santé, de lutte contre les inégalités sociales, d’égalité d’accès pour toutes et tous à une organisation publique de soins de qualité et de proximité.

Au nom des déficits publics et sociaux, le gouvernement s’apprête à de nouvelles remises en cause, en particulier avec la réforme de la "dépendance-perte d’autonomie".

Il nous faut, d’une part prendre la mesure de la nature et de l’ampleur de la casse et du remodelage social engagé et, d’autre part, apprécier les reculs voire les succès partiels obtenus, face au gouvernement et aux ARS, dans la période récente (chirurgie cardiaque à Mondor, radiothérapie, chirurgie cardiaque interventionnelle à Argenteuil, Centre IVG Tenon, maternité à Decazeville et Saint-Affrique, radiothérapie à Guéret, centre de santé à Paris…).

Dés lors, la poursuite de la mobilisation unitaire s’impose, comme nous l’avons décidé ensemble lors des réunions de bilan qui ont suivi la journée du 2 avril.

Dans l’immédiat, elle est à l’ordre du jour partout où des attaques se font jour.

Elle l’est pour mettre en échec le projet de réforme de la dépendance et exiger pour toutes et tous, handicapés, invalides et personnes âgées en perte d’autonomie, la garantie d’un droit universel assuré à 100% par la Sécurité Sociale et des services publics offrant l’égalité de traitement et d’accès sur tout le territoire.

D’octobre à décembre, le projet de loi de financement de la Sécurité Sociale sera discuté. Le gouvernement aura pour objectif de faire passer de nouvelles restrictions budgétaires, poursuivant la destruction progressive de notre sécurité sociale.

Nous devons en faire un moment fort de débats et de mobilisationsautour de notre plate-forme commune du 2 avril, à actualiser ensemble, en mettant l’accent sur l’urgence de réorienter l’argent pour des dépenses socialement utiles.

Il faut reprendre l’initiative et en finir :

-avec les franchises, forfaits, déremboursements et autres reste-à-charge,

-avec les limitations de l’accès aux soins pour toutes et tous

-avec le démantèlement des hôpitaux publics, des maternités et centres d’IVG, de la psychiatrie, des centres de santé, de la médecine du travail, de la médecine scolaire, du secteur médico-social…

-avec la destruction progressive de notre sécurité sociale

Pour construire ensemble les mobilisations nécessaires, nous vous attendons le samedi 2 juillet 2011 de 11H00 à 16H00 à la bourse du travail 3 rue du Château d’eau Paris, métro République, salle Jean Jaurès.

Publié dans SANTE

Partager cet article

Repost 0

Compte rendu de la Coordination nationale suite aux Rencontres d'Ivry des 18-19 juin 2011

Publié le par Patrick Kaczmarek

Communiqué Bilan des 16° Rencontres d'Ivry-sur-Seine

           

Les 16èmes Rencontres de la Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité des 18 et 19 juin à Ivry sur Seineont accueilli plus de 30 délégations de comités et une quinzaine d'organisations nationales.

            Elles ont bénéficié de l'appui chaleureux et solidaire de la Municipalité d'Ivry (ville particulièrement touchée, qui a connu la fermeture de l'hôpital Jean Rostand et qui aujourd'hui subit des difficultés pour maintenir l'hôpital Charles Foix).

            Les Rencontres ont d’abord été consacrées à la formation des membres et invités (nos Journées sont toujours ouvertes), avec le concours d’intervenants extérieurs.

            Le premier atelier a porté sur l’organisation actuelle des dispositifs de diagnostic, d’accueil, d’hébergement et de soins des personnes âgées, puis sur les objectifs, les artifices de présentation, l’impact sur les personnes âgées et sur les personnels de santé des évolutions de cette organisation.

            Le deuxième atelier s’est penché sur l’analyse des propositions avancées par le gouvernement dans la perspective d’une loi sur le financement de la dépendance/perte d'autonomie.

 

            Les débats qui leurs ont fait suite, ont permis à la Coordination de définir ses positions sur ces deux sujets, condamnant une politique de santé de plus en plus soumise au marché et à la finance, et de moins en moins humaniste. Elle a rappelé que le nécessaire maintien de structures sanitaires polyvalentes de proximité garantissait à toutes et tous, et notamment aux plus démunis et aux plus fragiles, un accès aux soins plus efficace et plus humain.

 

            La suite des travaux, avec la participation d’une vingtaine de représentants d’associations invitées, a été consacrée à l’action militante. Elle a permis d’enregistrer la volonté collective de prolonger l’action du 2 avril intitulée « NOTRE SANTE EN DANGER », et d'insister sur les positions pluralistes et solidaires de la Coordination.

            Nos représentants ont été mandatés :

- pour les proposer lors de la réunion du 2 juillet 2011 à la bourse du Travail de Paris (rue du Château d'eau - de 10h à 16h)

- pour tenter d’obtenir une mobilisation la plus unitaire possible contre le projet de loi sur la dépendance.

 

            Notre Assemblée générale, vu l'ampleur que prennent les problèmes de santé dans notre pays, et l'importance acquise par  notre Coordination, a décidé à l'unanimité d'étoffer son CA et de reconduire son président et sa vice présidente.

            Notre comité de Decazeville, qui vient après une forte mobilisation de conserver son hôpital, a proposé de recevoir à la mi-novembre 2011 nos 17° Rencontres nationales.

 

            Merci à toutes et tous, et surtout à la dynamique équipe d'Ivry qui a su proposer un accueil efficace et fort convivial.

 

Pour une santé solidaire, égalitaire et de proximité

Ivry le 19 juin 2011 - Michel ANTONY

 

PS: vous trouverez sur notre site à propos des 16° Rencontres :

 http://www.coordination-nationale.org/assemblee/Ivry/16%20rencontre/16%20rencontre-2011.htm

- nos réflexions sur la gériatrie

- notre analyse du mouvement du «2 avril Notre Santé en Danger»

- nos propositions sur la dépendance-perte d'autonomie

- les 4 interventions (fichier ou diaporama) des conférenciers invités que nous remercions encore une fois pour la disponibilité et la qualité de leur participation

- la liste des présents et autres informations…

Publié dans SANTE

Partager cet article

Repost 0

Obama et l'ONU s'alarment de l'intensification des combats au Soudan

Publié le par Patrick Kaczmarek

Les Nations Unies et les Etats-Unis se sont alarmés mercredi de l'intensification des combats au Soudan qui menacent les accords de paix ayant mis fin à la guerre civile, à trois semaines de l'indépendance du Sud semi-autonome.

      votez réagissez      

photo : Stuart Price, AFP

Des combats meurtriers ont éclaté ces dernières semaines entre les troupes du chef de l'Etat, le nordiste Omar el-Béchir, et des forces sudistes de l'Armée populaire de libération du Soudan (ex-rebelles) dans plusieurs régions du Soudan: la ville d'Abyei, l'Etat du Kordofan-Sud et celui d'Unité.

"L'heure est venue pour les dirigeants soudanais, du Nord comme du Sud, de choisir la paix" car "il n'y a pas de solution militaire", a déclaré le président américain Barack Obama dans un message enregistré pour la radio publique américaine à destination de l'étranger, Voice of America (VOA).

"Les leaders du Soudan et du Sud-Soudan doivent assumer leurs responsabilités. Le gouvernement doit prévenir toute nouvelle escalade en cessant immédiatement ses actions militaires, y compris les raids aériens, les déplacements forcés (de populations) et les mesures d'intimidation", selon lui.

Mardi, Washington avait déjà menacé le gouvernement Béchir d'interrompre le processus de "normalisation" si "l'escalade" se poursuivait au Kordofan-Sud, qui avait été un champ de bataille pendant la guerre civile sanglante entre le Nord arabo-musulman et le Sud africano-chrétien (1983-2005).

Cet Etat, le seul pétrolier du nord du pays, est en proie depuis le 5 juin à des affrontements entre les forces armées (SAF, nordistes) du pouvoir central à Khartoum aidées de milices, et des forces liées à la SPLA.

Selon les Nations unies, les combats dans cet Etat affectent "un grand nombre" des quelque 1,4 million d'habitants présents dans onze secteurs de conflit.

"Un sentiment de panique gagne de plus en plus certaines populations déplacées, qui se retrouvent piégées par la violence et les lignes de clivage ethniques", indique le bureau des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA) dans son dernier rapport.

Caritas, l'organisation caritative du Saint-Siège, a fait état de plus de 60.000 personnes ayant fui leurs foyers en raison des combats et bombardements dans le Kordofan-Sud, un chiffre également cité par l'ONU.

La situation y reste "extrêmement instable et tendue", après une vague d'attaques aériennes visant des positions rebelles dans les monts Nuba, selon la Mission de l'ONU au Soudan (Minus).

Nordistes et Sudistes se disputent par ailleurs militairement l'enclave d'Abyei, à la lisière du Sud et du Nord, où plus de 100.000 personnes ont fui les combats survenus ces dernières semaines.

Les affrontements ont repris mercredi entre les SAF et la SPLA, deux jours après la conclusion d'un accord provisoire pour démilitariser cette ville disputée, selon les sudistes et l'ONU.

L'Etat sudiste d'Unité, situé à la lisière Nord et l'une des principales régions pétrolifères du Soudan, a été au début du mois la cible de plusieurs frappes aériennes des SAF contre des positions sudistes.

A presque trois semaines de la déclaration formelle d'indépendance du Sud-Soudan, attendue le 9 juillet, ces violences font craindre une reprise de la guerre à grande échelle, après la signature d'un accord de paix en 2005.

Sur le plan économique, Khartoum a menacé de priver le Sud-Soudan de l'utilisation de ses infrastructures pétrolières si un accord sur la question pétrolière n'était pas conclu avant la sécession.

Le Sud-Soudan produit environ les trois quarts des 470.000 barils par jour du Soudan, mais cette industrie a toujours été gérée par le Nord où se trouvent toutes les infrastructures importantes.

Des responsables sud-soudanais ont par ailleurs fait état de près d'une centaine de personnes tuées durant la semaine écoulée au Sud-Soudan, dans des heurts entre voleurs de bétail et des attaques rebelles.

Selon l'ONU, plus de 1.500 personnes ont péri dans les violences à travers le Sud-Soudan depuis le référendum pour l'indépendance en janvier.

      votez réagissez      

Publié dans PAIX

Partager cet article

Repost 0

Communiqué Patrick Kaczmarek et les présidentielles

Publié le par Patrick Kaczmarek

1)    Les présidentielles ne doivent pas contribuer à couler le Parti Communiste. Nous sommes contre le présidentialisme et pour une VI République.

2)    Ce qui compte ce sont les législatives qui suivent et qui peuvent réellement influer les politiques à mettre en place sous contrôle de la nation. Mélanchon nous doit tout.

3)    Le pôle anticapitaliste est plus que jamais nationalement, sur le plan européen et mondialement une force dynamique d’avenir, la solution à mettre en place dans des formes neuves mais radicales. Il faut lui donner corps.

 

Je voterai à la consultation du PCF pour Mélanchon dans le cadre de notre stratégie de Front de Gauche. Cette consultation n’a rien à voir avec une primaire et heureusement. J'ajoute que je n'approuve pas le déroulement  de la consultation et de la désignation mais c'est une autre histoire !

Publié dans POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0

LETTRE AUX DEPUTES EUROPEENS

Publié le par Patrick Kaczmarek

 Suite de la Visite  de la délégation des migrants tunisiens au Parlement Européen à Strasbourg,    Mercredi 8 Juin 2011

- médiatiques RFI : http://www.france-info.com/monde-europe-2011-06-08-le-paradis-europeen-tourne-au-cauchemar-pour-les-migrants-tunisiens-542216-14-15.html

- parlementaires: http://europeecologie.eu/Conseil-JAI-Lettre-ouverte-de?var_mode=calcul

 

 

 

CONSEIL JAI : LETTRE OUVERTE DE DÉPUTÉS EUROPÉENS AUX MINISTRES DE L’INTÉRIEUR DE L’UE SUR LE CAS DES MIGRANTS TUNISIENS

COMMUNIQUÉ DE PRESSE - Strasbourg, le 9 juin 2011

9 juin 2011 par Hélène Flautre

Hélène Flautre, députée européenne du Groupe Verts/ALE ainsi que plusieurs eurodéputés de différents Groupes politiques du PE, ont adressé une lettre ouverte à l’attention des Ministres de l’Intérieur des Etats membres de l’UE en vue de leur réunion du Conseil JAI des 9 et 10 juin.

Suite à la visite au Parlement européen d’une délégation de migrants tunisiens arrivés sur le sol de l’Union européenne par l’île de Lampedusa, les députés demandent solennellement de bien vouloir mettre fin à la situation précaire et humiliante de ces personnes en décidant, lors de la réunion de Conseil JAI, d’activer la directive 55/2001 octroyant une protection temporaire en cas d’afflux massif.

Lettre ouverte de députés européens aux Ministres des Etats membres de l’UE en charge des Affaires Intérieures en vue de la réunion du Conseil JAI des 9 et 10 juin.

Ce mercredi 8 juin, nous avons reçu au Parlement européen une délégation de Tunisiens arrivés sur le sol de l’Union européenne par l’île de Lampedusa depuis le 14 janvier. Ils plaident au nom des 25 000 tunisiens qui ont quitté la Tunisie suite à la chute du régime de Ben Ali, en faveur de l’activation de la directive 55/2001 qui permet l’octroi d’une protection temporaire en cas d’afflux massif.

Les témoignages que nous avons recueillis motivent l’octroi d’un tel droit temporaire au séjour et au travail pour ces personnes tunisiennes, notamment issues du sud Est de la Tunisie. Cette région historiquement déshéritée souffre durement de la baisse drastique des activités touristiques et transfrontalières, directement impactée par les conséquences humaines et sociales dramatiques de la guerre en Lybie.

Ces circonstances exceptionnelles rendent le retour à court terme en Tunisie particulièrement difficile. Au contraire, l’accueil temporaire dans l’UE permettrait une issue positive pour tous ceux qui après avoir conquis leur liberté veulent tout simplement voir leur dignité respectée. C’est essentiel pour eux-mêmes, pour leurs proches et pour le soutien effectif au processus de démocratisation en cours.

C’est pourquoi, considérant que les conditions de mise en œuvre sont aujourd’hui réunies, nous vous demandons solennellement de bien vouloir mettre fin à la situation précaire et humiliante de ces personnes en décidant, lors de la réunion de Conseil JAI des 9 et 10 Juin prochains, d’activer la directive 55/2001.

Veuillez agréer, Messieurs les Ministres, nos salutations respectueuses.

Kader Arif (France, S&D)

Jean-Luc Bennahmias (France, ALDE)

José Bové (France, Verts/ALE)

Rosario Crocetta (Italie, S&D)

Karima Delli (France, Verts/ALE)

Hélène Flautre (France, Verts/ALE)

Nathalie Griesbeck (France, ALDE)

Sylvie Guillaume (France, S&D)

Eva Joly (France, Verts/ALE)

Nicole Kiil-Nielsen (France, Verts/ALE)

Patrick Le Hyaric (France, GUE/NGL)

Catherine Trautmann (France, S&D)

Marie-Christine Vergiat (France, GUE/NGL)

Bernadettte Vergnaud (France, S&D)

Publié dans POLITIQUE

Partager cet article

Repost 0

CENSURE SCIENTIFIQUE EST CE CONCEVABLE ?

Publié le par Patrick Kaczmarek

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Rédaction médicale et scientifique

News des journaux                                6 mai  2011
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Chers Collègues,

 

l'actualité des publications scientifiques est dense et je trie parmi les informations. En mai, quelques news m'ont beaucoup surpris....  

 

La censure de la HAS : est-ce un début ? COPE bafoué ? 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

La Haute Autorité de Santé (HAS) est une bonne agence qui aide beaucoup les professionnels et qui a eu quelques années de production intense... peut-être au détriment de la qualité... J'ai été surpris de découvrir la suppression de documents en ligne.. Il s'agit des recommandations abrogées par le Conseil d'état car des déclarations de liens d'intérêts manquaient...  Il est fréquent que des publications soient abrogées, et des guides d'éthique ont été développés pour aider les organisations qui publient journaux et livres (COPE).
Faire disparaître des documents n'est pas acceptable : ces documents existent ailleurs, notamment sous forme papier, et sous pdf archivés sur de nombreux disques durs.....  La HAS veut favoriser les séries dites 'Collectors' qui vont prendre de la valeur.. Je ne crois pas non plus que le code HON soit en faveur du bidouillage du contenu des sites... Il faut laisser en ligne les documents, mettre en rouge la mention 'abrogée' sur toutes les pages, et donner les raisons de l'abrogation.
Il existe
un site dédié aux rétractations de publications, et celui-ci dénonce régulièrement les mauvaises pratiques dans ce domaine...  Souhaitons que Ivan Oransky, journaliste américain, ne voit pas ce que fait la HAS... Et citons notre ami G Lundberg qui a poussé un coup de gueule sur ces mauvaises pratiques...  
Restons confiants et supportons la HAS : le respect des codes d'éthique est une question d'apprentissage, et de confiance dans son nouveau directeur qui est sur une excellente trajectoire après quelques semaines.... La science est de retour BRAVO.  

 

Mettre mon article en bon anglais 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Notre anglais écrit mérite amélioration avant de soumettre un article. N'utilisez pas google translate SVP. Le meilleur est de se faire aider par un rédacteur professionnel. Une autre solution qui peut convenir est d'utiliser un des nombreux services par internet. Certains sont recommandés par des journaux (par ex PLoS), des maisons d'éditions (par ex Elsevier), voire des sociétés savantes (par ex ASCO). Dans le billet du 26 mai, j'ai listé 27 sites que j'ai consultés, sans en recommander certains.
J'ai aussi présenté un
réseau destiné à  aider les auteurs des pays en voie de développement pour mieux écrire... Où se situe la France en matière de développement de la rédaction ? 

 

Un nouveau journal par jour ? Est-ce un besoin ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Les nouvelles technologies, l'open access, la facilité de faire payer les auteurs plutôt que les lecteurs conduisent à la création de nouveaux journaux, et aux sollicitations permanentes d'auteurs poussés au plagiat... et le système s'emballe.  

Parmi les nouveaux nés du mois, deux initiatives sont originales : Flavour avec des chefs de cuisine dans la rédaction (mais sans Bocuse), et Systematic Reviews... Combien de ces journaux disparaissent ensuite ? 

 

Le plagiat sera éternel : équipons nos universités et journaux de logiciels

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Certains  défendent l'auto-plagiat, mais je ne suis pas d'accord... Quand institutions et maisons d'éditions s'équipent à juste raison de logiciels antiplagiats..  Un beau rapport de Turnitin nous confirme que Wikipedia est la première sous de documents plagiés par les étudiants... 

 

 

Les news du mois 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Le nouveau rédacteur en chef du JAMA a été choisi : Howard Bauchner sera en poste le 1 juillet 2011 ; sa photo fait croire qu'il sort d'Alcatraz... En juin 2012, EASE organise de bons ateliers sur la rédaction et le fonctionnement des journaux, avec son congrès annuel à Tallin. Ayant aimé le poème "Père Lachaise" dans le CMAJ, j'ai repris les recommandations pour écrire des poèmes...  Les diapos du congrès du Council of Science Editors ont été mises en ligne. Le rapport Gaillard revient sur les critères bibliométiques pour évaluer des carrières. Et j'ai trouvé un camembert qui m'a interpellé.... 

 

Merci de faire suivre cet email à vos collègues,

  

Hervé Maisonneuve

Publié dans SANTE

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>