Communiqué de presse démission de CH. Taubira

Publié le par Patrick Kaczmarek

Fédération de la Somme du PCF

18 rue du faubourg de Hem 80 000 Amiens

03.22.69.24.40

Communiqué de presse

Démission de Christiane Taubira

«Lorsque la gauche refuse de trahir la République...»

Bertolt Brecht écrivait «Le fascisme n'est pas le contraire de la démocratie mais son évolution par temps de crise ...».

Aussi, les communistes de la Somme, ses militant-e-s et élu-e-s saluent l'acte responsable de Mme Taubira qui en démissionnant, nous alerte sur les graves dérives autoritaires et sécuritaires du gouvernement.

En projetant le durcissement de l’état d'urgence et en invoquant l’imminence de la déchéance de la nationalité, le Président de la République, son gouvernement et sa majorité ont tourné le dos aux valeurs de la gauche.

Aujourd'hui, un seul et même courant libéral reste au pouvoir, courtisan les droites et les extrêmes.

Les communistes de la Somme n'oublient pas les valeurs Républicaines qui ont animé la Ministre pour porter avec force et conviction le débat pour l'adoption du mariage pour tous.

Nous relevons son courage pour avoir apporté réparation auprès des mineurs réprimés en 1948 par le Ministre socialiste Jules Moch qui envoya l'armée et les chars d'assauts occuper les corons et tirer sur les « Rouges » qui furent en masse révoqués, réprimés, portés sur « listes noires », licenciés…

Nous la remercions pour la mise en place de la mission Norbert Gilmez portant la mémoire de cette période et pour réhabiliter tous ces hommes et ces femmes injustement punis, humiliés, détruits et oubliés.

Nous n'oublions pas non plus qu'en 1981, François Mitterrand, un autre socialiste, oublia de les rétablir dans

leurs droits alors que dans le même temps il n'oublia pas de rétablir dans leur grade, avec rattrapage de

promotions, les généraux factieux de l'OAS qui avaient tenté de renverser la République à la fin de la guerre

d'Algérie.

A croire que l'histoire balbutie et se répète tristement … au point de donner raison au propos de Bertolt Brecht.

Comme le dit Mme Taubira « Parfois résister c'est rester, parfois résister c'est parti... »

Au nom de l'éthique, des valeurs de la République, les communistes appellent toutes et tous à mettre en échec

les sinistres projets gouvernementaux sécuritaires.

Et comme le disait Lucie Aubrac « le verbe résister doit toujours se conjuguer au présent »

Rassemblement pour refuser la déchéance de la nationalité et la constitutionnalisation de

l'état d'urgence samedi 30 janvier à 14h30 place Gambetta à Amiens

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article