Ils divisent, on rassemble.

Publié le par Patrick Kaczmarek

À l'heure où les positions du gouvernement se radicalisent à travers l'utilisation du 49.3, nous sommes confronté·e·s à une répression policière inquiétante.

Après plusieurs manifestations pacifiques et sans débordements malgré les différentes provocations policières (tribunal pour simple jets d'oeufs, intimidations de militant·e·s), les forces de l'ordre sortent l'artillerie lourde : une occupation pacifiste de la mairie d'Amiens le 28 avril a été violemment interrompue par les CRS qui prétendaient faire usage de "courtoisie et pédagogie", les conséquences physiques pour certain·e·s camarades démentent la formule.

Depuis le début de la semaine ce sont plusieurs camarades qui se retrouvent en garde à vue, deux sont déjà passés en comparution immédiate et écopent de quatre mois de prison avec sursis sans parler du montant des amendes pour quelques tags.

Notre secrétaire de secteur UEC est actuellement en garde à vue avec pour seul tord de s'être défendue et d'avoir essayé de protéger des camarades lors de l'assaut de la mairie.

En muselant l'assemblée nationale et la rue, le gouvernement s'embourbe dans une dérive autoritaire qui n'a pour seul objectif que de briser la voix du peuple.


Ils divisent, on rassemble.

Commenter cet article