Communiqué commun : Halte à la répression/ action les 17 et 19 mai 2016

Publié le par Patrick Kaczmarek

 Halte à la répression,
Oui à l'action pour le retrait de la loi travail


Depuis maintenant plus de deux mois, les salariés, les privés d'emploi, les retraités et la jeunesse agissent, en phase avec l'opinion publique, pour le retrait de la loi travail et pour obtenir des droits de haut niveau pour tous.

Cela s'est traduit par des manifestations, des rassemblements, des grèves et des actions très diverses.

Toutes avaient pour ambition, dans un esprit pacifique, de mettre sur le devant de la scène l'aspiration légitime à pourvoir intervenir sur l'ensemble des choix qui vont impacter le monde du travail.

Cette citoyenneté active n'est assurément pas du goût du pouvoir politique et économique.

Pis, le gouvernement, pour tenter de faire taire toute contestation, utilise la répression sans modération.

Des manifestants, soucieux d'être des acteurs de leur propre vie, ont ainsi subi des provocations et ont été victimes d'agressions policières.

L'utilisation par le gouvernement de l'article 49 alinéa 3 de la Constitution française limitant la discussion démocratique a libéré les esprits revanchards et réactionnaires.

Cet acte autoritaire a été perçu par ceux qui haïssent les progressistes comme un signal encourageant leurs tentatives de criminaliser l'activité syndicale.

Après la condamnation des Goodyear à de la prison ferme pour avoir défendu leur outil de travail et leur emploi, le procureur de la République a préconisé 5 ans de prison ferme envers deux jeunes de notre département mobilisés contre la loi El Khomry.

Les syndicats CGT, FSU, Solidaires, UNEF et UNL de la Somme condamnent les multiples gardes à vues, la criminalisation de l'activité syndicale et exigent l'arrêt des procédures contre les citoyen(e)s engagés contre la loi travail.

L'intersyndicale s'engage à apporter le soutien nécessaire à ces jeunes militants et réaffirme, avec force, que cette répression n'est pas de nature à nous intimider.

Dans les prochains jours, les actions se poursuivront afin que nos exigences soient satisfaites.

C'est la raison pour laquelle les syndicats CGT, FSU, Solidaires, UNEF et UNL de la Somme appellent la jeunesse, le monde du travail à exercer son droit de grève et plus largement à manifester :

les mardi 17 et jeudi 19 mai 2016

sur l'ensemble du département et notamment

à Amiens, à 14 h 30, à la maison de la culture.

Amiens, le 16 mai 2016.

Commenter cet article