Comparution en correctionnelle de militants contre l'arme nucléaire

Publié le par Patrick Kaczmarek

Ce matin du 7 novembre 2016 s’est tenue l’audience du tribunal correctionnel de Paris et la comparution de Sophie et Rémi accusés d’avoir commis des « dégradations graves » sur la vitrine des bureaux des « Républicains » rue de Vaugirard à Paris le 6 août dernier, jour de la commémoration de Hiroshima. En fait de dégradations, il s'agissait d'autocollants pour  l'élimination de l'armement nucléaire et d'un graffiti à la craie, tout ayant disparu 10 minutes après.

Nous étions environ 60 militants sur place, représentant plus de 10 organisations, dont 5 du Mouvement. Seule la moitié a pu entrer dans la salle faute de place.

Les Républicains n'étaient pas présents et ne s’étaient pas constitué partie civile. La plainte émanait donc du seul Parquet. L’acte d’accusation était laborieux car vide ! 500 € d’amende ont été demandés pour chaque inculpé. L’avocat de Sophie et Rémi a demandé le non-lieu pour cause de dossier vide et d’erreurs de procédure. Devant la juge, une pile importante des courriers qui lui avaient été adressé comme nous l'avions demandé.

Le jugement est mis en délibéré au 21 novembre. Il est difficile de faire des pronostics sur le contenu du jugement et nous nous retrouverons ensuite pour faire le point.

Commenter cet article