Armes nucléaires versus autocollants : Une amende avec sursis pour les deux militants

Publié le par Patrick Kaczmarek

Lundi 21 novembre: Communiqué de presse des Désobéissants.

Ce lundi 21 novembre, le Tribunal Correctionnel de Paris a rendu son verdict concernant les deux militants contre le nucléaire militaire: l’amende est fixée à 350 euros chacun, avec un sursis de cinq ans. Mais en resteront-ils là ?


Rappel des faits : Le 6 août dernier, lors du jeûne-action annuel organisé par le collectif « Armes nucléaires STOP » à l’occasion de la commémoration du bombardement d’Hiroshima et de Nagasaki, plusieurs militants avaient entrepris de se coucher symboliquement devant le siège du Parti des Républicains pour protester contre le soutien au financement du nucléaire par les candidats du PR à l’élection Présidentielle, sans aucun débat citoyen. La plupart des candidats souhaitent même porter progressivement ce budget à 6 milliards d’euros pour la modernisation de l’arsenal.

Pour interpeller les candidats du parti Les Républicains, Rémi et Sophie avaient collé quelques stickers et écrit à la craie sur leur vitrine : « stop au nucléaire militaire, 4 milliards d’euros à économiser ». Vite interpellés, ils sont retenus 28h30 et accusés de « dégradation ayant entraîné des dommages graves ».

Convoqués par le tribunal le 7 novembre, en l’absence de tout représentant des Républicains, il leur a été interdit d’évoquer la question nucléaire, sommés d’en rester aux faits reprochés. La Présidente a admis dans ce verdict que leur garde à vue était bien illégale pour de tels faits et refusé la qualification de « dommage grave ». Elle n’a donc pas suivi l’avis du procureur qui demandait 500 euros d’amende chacun. En revanche, elle a considéré qu’il y avait eu délit de  « tag » et fixé la condamnation en conséquence.
Les 2 militants et leurs soutiens n’auront toujours pas réussi à faire entendre leurs arguments sur le danger avéré du nucléaire militaire, son maintien inutile ou son coût exorbitant. Pourtant, la France continue à bloquer au sein des Nations Unies les négociations d’un traité d’interdiction des armes nucléaires.

Des actions ont eu lieu dans plusieurs villes de France le samedi 5 novembre, en solidarité avec les militants poursuivis.

Les militants pacifistes antinucléaires chercheront dès demain matin, mardi 22 novembre, à faire valoir la nécessité d’un débat national sur cette question en se rassemblant devant l’Assemblée Nationale (RDV à 10h30, entrée du jardin des Tuileries, côté Concorde). On peut les soutenir en les y rejoignant, ou en interpellant les deux candidats républicains en lice.

Ce collage d’autocollant eu lieu à l’occasion du jeûne-action contre l’arme nucléaire, organisé comme chaque année par le collectif « Armes nucléaires stop » et soutenu par le Réseau Sortir du nucléaire, le Mouvement de la Paix, le collectif des Désobéissants, le Mouvement pour une Alternative Non-violente et la Maison de vigilance.

Les militants poursuivis remercient chaleureusement les donateurs; grâce à leur générosité non seulement tous les frais de justice seront payés, mais nous pourrons également envisager d’autres actions à l’avenir, pour promouvoir la paix et le désarmement nucléaire. On peut encore contribuer sur jusqu’au 31 décembre.


On ne lâche rien !

Pacifiquement,
Les Désobéissants
www.desobeir.net

Commenter cet article