Procès des autocollants : soutien à Sophie & Rémi

Publié le par Patrick Kaczmarek

Objet : Procès du 07.11.2016 - Pose d'autocollants et inscription à la craie sur la vitrine du parti LR

Monsieur le Président du tribunal,

 

                      Nous avons appris la convocation de Sophie Jallier et Rémi Filliau le 7 novembre    prochain devant la 29è chambre correctionnelle de Paris.

Le motif de la plainte invoqué par le parti Les Républicains est "dommage grave" et "dégradation" pour le collage d'autocollants et une inscription à la craie sur la vitrine de son siège parisien ; cette qualification est abusive et ne correspond pas à la réalité des faits. Nous avons pu constater, sur les photos diffusées, qu'aucune dégradation n'en a résulté.

Cette action de protestation non-violente contre l'armement nucléaire a été réalisée le 6 août 2016, jour anniversaire du lancement sur Hiroshima d'une bombe nucléaire qui a fait des centaines de milliers de victimes.

Le fait que la vitrine soit celle d'un parti politique, qui devrait pourtant défendre la liberté d'expression démocratique, accentue l'idée d'un procès politique sans appui factuel : le lieu est sans doute politiquement "sensible", mais l'acte incriminé n'a causé aucun dommage matériel.

En conséquence je vous demande, Monsieur le Président du tribunal, de refuser l'instrumentalisation de la justice et vous demande la relaxe des deux inculpés.

 

Veuillez recevoir, Monsieur le Président, l'expression de nos sincères salutations.

À Paris, le 27 octobre 2016

Roland Nivet, Porte-parole du Mouvement de la Paix
Edith Boulanger, Membre du Bureau national du Mouvement de la Paix
Yves-Jean Gallas, Président du Conseil francilien du Mouvement de la Paix

Commenter cet article