Article publié depuis Overblog

Publié le par Patrick Kaczmarek

Nous avons rendu cette semaine un vibrant et chaleureux hommage à Georges Séguy au siège de la CGT à Montreuil. Philippe Martinez et Pierre Laurent y ont pris la parole de manière magistrale, chacun retraçant la vie d’un secrétaire général de la CGT proche des salariés, celui qui a été le négociateur des avancées sociales de mai 1968 et les combats d’un membre du bureau politique du parti communiste audacieux, indépendant d’esprit et modernisateur. Tout deux ont montré le courage de cet homme entré tout jeune dans la résistance au nazisme et déporté pour ses activités militantes. Sa famille, ses enfants, petits enfants, comme sa sœur nous ont fait découvrir des facettes de Georges Séguy inconnues de nous mais le rendant encore plus humain, plus simple et plus proche. Le patio du siège de la CGT portera son nom. Souhaitons que de nombreuses bourses du travail, de rues, de places portent son nom. (Vous pouvez retrouver ici l'article de l’Humanité consacré à cette cérémonie ainsi que l'hommage de P.Martinez et P.Laurent )

 

De notre côté nous avons rendu compte des résultats de la fête de l’Humanité au cours d’une réception jeudi au siège du journal. Nous y avons montré les réussites de cette fête dans un contexte difficile qui nous a considérablement handicapé et a causé un recul de la participation alors que des surplus de coûts engendrés par la sécurité s’élèvent à plus de 400000 euros. Nous appelons les militants et les organisations qui n’ont pas encore réglé à l’Humanité tous les bons d’entrée vendus à les retourner à la trésorerie du journal. Je ne parle pas ici d’une question marginale car au moins 35000 bons d’entrée n’ont toujours pas été restitués au journal qui doit payer maintenant les prestataires de la fête.

 

La semaine a été dominée dans les médias par le débat à droite dans le cadre de leurs primaires. Il y a plusieurs candidats mais c’est le même programme de régression économique et sociale. La différence que tente d’impulser M. Sarkozy porte sur des enjeux de politique fondamentale ayant trait avec la constitution de la République Française tentant de briser une à une les valeurs fondamentales qui font que la France est la France. On aurait grand tort de sous estimer ou de ne pas prêter attention à ce qui se dit. On ne peut pas non plus le traiter par des ricanements. Il faut élaborer la contre offensive idéologique qui ne se limite pas à notre pays. La contre révolution politique et idéologique est mondial. Elle secoue les Etats-Unis en ce moment, l’Amérique Latine, le continent Américain, elle prend d’autres formes dans le monde Arabe sous une impulsion venue des Etats-Unis. Elle met en difficulté les mouvements et les forces progressistes. Elle risque d’enfermer les peuples dans une cage dès lors qu’on tente de les convaincre qu’il n'y aurait plus d’alternative et que la division serait organisée entre les citoyens. (Je travaille sur ces enjeux pour y revenir.)

 

En tout état de cause ces débats nauséabonds font oublier le sort d'Alstom à Belfort, le racket des compagnies d’autoroutes, les licenciements chez Vivarte ou chez SFR dont personne ne parle. C’est le sens de mon éditorial de l’Humanité Dimanche cette semaine «  Reprendre le pouvoir sur l’argent ! » que je mets à votre disposition dans cette lettre.

 

Je suis intervenu avec d’autres députés européens contre la fusion de Bayer et de Monsanto. (Retrouvez dans cette lettre le texte de notre courrier à la commissaire européenne Mme Vestager.)

 

Je suis aussi intervenu contre le scandale que représente la détention par une ancienne commissaire européenne d’un fond financier aux Bahamas. (Retrouvez dans cette lettre ma déclaration et la question écrite que nous avons déposée avec des parlementaires de notre groupe)

 

On voit à quel point le combat est rude sur tous les fronts. Raison de plus de ne pas diviser le mouvement transformateur par delà les options, les rythmes que choisissent les uns ou les autres. L’adversaire est uni, il agit et il frappe. Nous devons tout faire pour chercher les chemins de l’unité dans le dialogue, la confrontation argumentée parfois. Pas la posture ! Pas les caricatures et les propos blessants ! Et il faut éviter de confondre les petits plaisirs dans de petits cercles militants, l’entre soi et la masse qui recherchent les voies et les moyens d’un changement véritable. Ils n’ont que faire de nos vaines polémiques. Ce n’est pas la posture qui les convaincra. Les divisions encore moins. Je crois au débat, à l’enrichissement mutuel pas aux sommations, pas aux insultes dans le camp de notre gauche de transformation. L’heure est à la recherche et la production de "commun" avec un seul objectif : le service du peuple et de l’avenir de notre planète.

 

Restant à votre disposition, j’adresse à chacune et chacun mes vœux d’une bonne semaine.

 

Patrick Le Hyaric

 

Pour me contacter : 

L'Humanité-Secrétariat du directeur, 5 rue Pleyel, Immeuble Calliope, 93200 Saint-Denis
contact.patricklehyaric@gmail.com / 01 49 22 72 01

Commenter cet article