La lettre de Patrick Le Hyaric

Publié le par Patrick Kaczmarek

Cette semaine a été marquée à la fois par l’élargissement du refus de loi de précarisation du travail, et par le coup de force du gouvernement Valls pour faire adopter ce projet de loi sans vote.

Dès le début de l’examen des articles de la loi, le ton avait été donné avec le refus de permettre un vote du Parlement. Ce choix du premier ministre vise à fracturer encore plus la gauche, à changer profondément sa nature avec une rupture historique de ce qu’a été la gauche et ses conquêtes sociales au fil de l’histoire, à donner satisfactions au grand patronat, jusqu’à revenir sur la petite promesse d’une légère transaction des contrats à durée déterminée.

Bras de fer sur un enjeu fondamental, il est important de poursuivre l’action dans le cadre populaire  le plus rassemblé possible. Maintenant la loi va aller au Sénat. La majorité de droite de cette assemblée va tenter d’aggraver encore les contenus de cette loi, qui reviendra devant l’assemblée nationale. Nous y reviendrons.

Mais il faut se préparer : participer, dimanche et la semaine prochaine aux journées d’actions prévues.

 

J’ai consacré mon éditorial de l’Humanité Dimanche, « Le PDG, le droit et l’intérêt général ! », à ce scandale de la rémunération des dirigeants de grandes entreprises. J'ai tenté de poser une question plus large, celle du système qui permet ces inégalités et de la nécessité non seulement de légiférer mais également de poser avec plus de force la question de la propriété des moyens de production dès lors qu’on se placerait du point de vue de l’intérêt général. Je mets mon éditorial à votre disposition dans cette lettre.

 

Une bonne partie de ma semaine aura été consacrée à la réunion plénière du Parlement européen. J’en donnerai un compte-rendu dans quelques jours. Vous pouvez d’ores et déjà retrouver mes deux interventions pendant les débats sur les démolitions de maisons et d’infrastructures en Cisjordanie, et sur les moyens de lutter contre les inégalités pour stimuler une croissance économique durable et inclusive dans l’Union européenne. 

 

Je veux ici m’élever contre une attaque insupportable que subit mon ami et Maire de Stains Azzédine Taïbi. Parce qu’il a pris avec son conseil municipal la décision de faire du Député palestinien Marwan Barghouti un citoyen d’honneur de sa ville, il fait l’objet de multiples tracas et de poursuites judiciaires : il est accusé « d’apologie publique d’un acte terroriste ». Un ignoble amalgame et une calomnie sans nom au moment où la France s’apprête à lancer une initiative nouvelle pour un processus de reconnaissance de deux Etats, dont l’Etat de Palestine.

La solidarité doit se développer avec la ville de Stains et son Maire. C’est ici la liberté d’expression, et la liberté pour un conseil municipal de délibérer qui est en jeu.

Ce sont les mêmes sans doutes qui aujourd’hui encensent le combat de Mandela et qui autrefois étaient de ceux qui nous accusaient de « soutenir des terroristes ».

 

Bonne semaine de débats et d’actions pour la justice et l’émancipation.

 

Restant à votre disposition

Fraternellement,

Patrick Le Hyaric

 

Pour me contacter

L'Humanité-Secrétariat du directeur, 5 rue Pleyel, Immeuble Calliope, 93200 Saint-Denis
contact.patricklehyaric@gmail.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article