Non aux accords de la honte entre l’UE et l’Etat fasciste turc !

Publié le par Patrick Kaczmarek

Au cours des derniers jours, les représentants de l’Union européenne ont rencontré le Premier Ministre turc, A. Davutoglu, pour engager une négociation honteuse sur la crise des réfugiés. L’Etat turc utilise les personnes fuyant les atrocités de la guerre comme un élément de chantage contre l’Union européenne. En donnant à la Turquie la possibilité même d’utiliser ces migrants comme monnaie d’échange pour quelconques revendications financières ou politiques, les pays européens ont clairement négligé les principes fondamentaux de démocratie, des droits humains et du droit à la jouissance d’une vie libre et digne qui sont à la base de cette unité européenne.

 

Nous constatons avec beaucoup de regrets que les Etats membres de l’UE ont choisi de se taire concernant la complicité de l’AKP avec Daesh d’une part et les massacres commis par l’Etat turc contre sa population kurde d’autre part. Ces mêmes kurdes combattent pour l’Humanité, la liberté et la démocratie, contre l’obscurantisme de Daesch.

Au cours des six derniers mois, les autorités turques ont bombardé des villes, tuant de nombreux civils sans défense. Ces crimes atroces contre l’humanité sont commis sous les yeux du monde entier. Le temps est venu d’obliger la Turquie à arrêter cette barbarie sanglante.

 

Rappel des comportements criminels de la Turquie au cours des six derniers mois:

 

* L’utilisation de la crise des migrants à des fins politiques et économiques : demande accrue d’aide financière aux organes de l’Union européenne, sans pour autant venir en aide aux réfugiés;

 

* Faciliter le passage des réfugiés à travers ses frontières délibérément laissées poreuses, dans le but de pousser l’Europe dans une crise des réfugiés;

 

* L’utilisation des milliards d’euros d’aides de l’Union européenne destinés aux réfugiés syriens, pour combattre les kurdes et soutenir Daech;

 

* Le non-respect de l’accord de cessez-le-feu en Syrie résultant de la poursuite des bombardements quotidiens sur les cantons kurdes de Kobanê et Efrîn en Syrie;

 

* Les massacres de civils dans des villes à majorité kurde: au cours des six derniers mois,  plus de 700 civils, parmi lesquels des bébés, des enfants, des personnes âgées, des femmes enceintes, ont été sauvagement massacrés dans les villes de Cizre, Silopi, Idil, Nusaybin, Sur et Gever;

 

*Le massacre de 150 kurdes, brulés vifs dans le sous-sol des maisons qui ont pris feu sous les bombardements des forces armées turques. .

 

* L’arrestation de centaines de militants politiques, maires, intellectuels et journalistes qui avaient osé dénoncer ces atrocités.

 

L’objectif principal de l’Union européenne n’est-il pas la défense des droits fondamentaux indivisibles et universels, la préservation de la paix et, finalement, le respect des valeurs démocratiques ?

 

Si cela est effectivement le cas, nous vous appelons à:

 

  • Condamner les actions de l’Etat turc
  • Tenir une position ferme et digne contre le chantage et les menaces de l’Etat turc
  • Poursuivre la Turquie devant vos juridictions pour les crimes de guerre qu’elle a commis
  • Adopter des sanctions économiques, politiques et militaires contre les autorités turques

 

 

Conseil Démocratique Kurde en France (CDKF)
16, rue d'Enghien - 75010 Paris
Tel: 09.52.51.09.34

Commenter cet article