Dénucléarisation du Moyen-Orient ?

Publié le par Patrick Kaczmarek

Michael Warschawski

Dénuclearisation du Moyen Orient?
Pas pour demain

Tous les cinq ans se deroule "la Conference de suivi de la convention internationale contre la diffusion de l'armement nucleaire". Comme son nom semble l'indiquer cette rencontre est sensee limitee le developpement du nucleaire militaire sur la planete; en fait, elle est controlee par ceux qui possedent des bombes atomiques et vise surtout a empecher l'elargissement de ce club relativement ferme. 
A chaque rencontre, les representants des Etats sont confrontes a la question du nucleaire israelien. 
Meme apres les revelations du technicien de la centrale de Dimona, Mordechai Vaanounou, Israel continue a ne pas reconnaitre qu'elle a en sa possession plus de 200 tetes nucleaires, ni d'ailleurs a le nier. C'est la politique du "flou" concoctee des les annees soixante par le père du nucleaire israelien Shimon Peres. D'ailleurs selon la loi, en tant que citoyen israelien je n'ai pas le droit d'affimer la presence d'armes nucleaires dans l'arsenal israelien sans ajouter "selon des sources internationales", ce que je m'empresse de faire.
Contrairement a ce qui s'etait passé il y a cinq ans, Israel peut se frotter les mains en ce qui concerne les resultats de la dite conference. Grace aux Etats-Unis, aidee par la Grande Bretagne et le Canada, la motion proposee par l'Egypte et soutenue par la Russie, sur le nucleaire israelien a été repousee. En 2010, une motion était adoptee qui appelait a une conference extraordinaire dans les deux ans, sur la denuclearisation du Moyen Orient, c'est-à-dire la denuclearisation du seul Etat a posseder un armement nucleaire, et si l'on en croit les sources internationales, il s'agissait bien de l'Etat d'Israel. 2010 – c'est l'epoque d'une grave tension entre Barak Obama et Benjamin Netanyahou, et le President Americain n'avait pas utilise son pouvoir de veto sur l'adoption de la resolution egyptienne d'alors. 
Rien de tel cette fois: la delegation etats-unienne a fait echouer une proposition soumise par les Egyptiens, les Russes et les Espagnol exigeait la reunion, dans les deux ans, d'une conference sur la denuclearisation de la region, sous l'egide du Secretaire General des Nations Unies (c'est-à-dire sans que les Etats Unis puissent s'y opposer), et que cette conference adopte une resolution contraignante. Selon un haut fonctionnaire israelien cite par Haaretz (25 Mai 2015): "Si la proposition avait été adoptee, la consequence aurait pu etre, a terme, des sanctions internationales contre le projet nucleaire israelien."
Netanyahou a remercie Barak Obama pour s'etre mouille pour Israel. C'était la moindre des choses, apres les nombreuses giffles recus par le President de la part du Premier Ministre israelien. Decidement, et contrairement a ce qu'on pretend souvent, Obama n'est pas quelqu'un de rancunier, et ce n'est pas de l'autre cote de l'Atlantique que s'annoncent des pressions contre un programme qui va pousser d'autres acteurs qu'Israel a se doter de l'armement nucleaire. Quand l'Etat Islamique aura des bombes atomiques a sa disposition, Israel et Washington en porteront l'entiere responsabilite.

publie dans Sine Mensuel de Juin 2015

Commenter cet article