Cisjordanie. L’OLP dénonce les activités d’Orange

Publié le par Patrick Kaczmarek

Israël

PIerre Barbancey

Vendredi, 15 Mai, 2015

L'Humanité

orange_israel.jpg

La filiale israélienne d’Orange a fourni une aide matérielle directe à l’armée lors de l’attaque contre Gaza de l’été 2014.

DR

Dans une lettre à Laurent Fabius, le dirigeant palestinien Saëb Erekat demande à la France d’intervenir pour faire cesser ces activités. Orange « est devenue un partenaire de l’occupation », écrit-il.

Depuis plusieurs années maintenant, de nombreuses associations dénoncent l’attitude de l’opérateur français Orange dont l’État est le principal actionnaire. Il a ainsi renouvelé en 2011 un accord de licence de marque avec l’opérateur israélien Partner Communications-Orange Israël. Or Partner Communications tire profit, comme les autres opérateurs israéliens, de la colonisation. Il disposait en 2011 de 176 antennes et installations de communication en Cisjordanie et dans les hauteurs du Golan occupées militairement. Il a des boutiques dans plusieurs colonies de Cisjordanie. Pis, Partner soutient maintenant directement l’armée israélienne et parraine des bataillons de tanks qui ont participé à l’agression contre Gaza en juillet 2014. L’affaire est grave. À tel point que Saëb Erekat, principal négociateur palestinien et membre du comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), vient d’écrire au ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius. Relevant dans sa lettre que par l’accord avec Partner Communications, « la compagnie française est devenue un partenaire de l’occupation par Israël de l’État de Palestine et se rend complice des activités illégales de colonisation menées par Israël », le dirigeant palestinien note : « Par ailleurs Orange ne paye pas d’impôts à l’Autorité palestinienne pour aucune de ses activités commerciales sur le marché palestinien et la terre de Palestine. Selon un rapport de la Banque mondiale publié en janvier 2008, il en découlait une perte de 60 millions de dollars (52 millions d’euros) de taxes dues au gouvernement palestinien. » Pour Erekat, « il s’agit là de la contribution d’Orange à la mise en œuvre de la politique délibérée d’Israël pour créer “des faits accomplis sur le terrain” ». Il enjoint la France, de « prendre d’urgence » des mesures pour remplir ses obligations de respecter et de faire respecter la convention de Genève, en demandant instamment à Orange de rompre son accord avec Orange Israël. « Je vous encourage aussi vivement à publier une recommandation à toutes les entreprises françaises, leur conseillant de ne pas travailler avec, de ne pas avoir d’activités ou de fournir quelque service que ce soit aux colonies illégales ni aux infrastructures qui leur sont associées », écrit-il enfin.

Commenter cet article