Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mobilisation pour la paix, solidarité

Publié le par Patrick Kaczmarek

Quelles mobilisations pour la paix?

 

       J’ai participé à une table ronde avec Patrice Bouveret, directeur de l’Observatoire des armements et Roland Nivet, vice-président du Mouvement de la paix. Débats publiés dans L’Humanité du 15 septembre.

       Questions:

     - Un regain des tensions internationales peut être observé depuis l'arrivée au pouvoir du nouveau président des États-Unis. Cette situation est-elle irréversible ?

     - L’ONU a voté un traité d’interdiction de l’arme nucléaire le 7 juillet dernier. Comment sortir de l'ère de la terreur nucléaire?

     - Quel peut être le rôle des mobilisations populaires dans l'imposition de la paix comme finalité des relations internationales ?

 

LIRE mes réponses

 

 

 

 

Solidarité

         

 

La commune de Cordes sur Ciel solidaire des habitants de Saint-Martin et Saint- Barthélémy.

LIRE

Partager cet article

Repost 0

Palestine et Commerce des armes...Nouveaux textes sur mon blog

Publié le par Patrick Kaczmarek

 

*Palestine: comment l'occupation et la colonisation

détruisent l'économie…

 

Rapport sur l’assistance de la CNUCED au peuple palestinien :

évolution de l’économie du Territoire palestinien occupé.

Genève, 11-22 septembre 2017  (texte intégral)

 

           

 

*Commerce des armes: un traité,

mais à quand des transferts responsables ?

13 Septembre 2017

 

Publié sur Groupe de Recherche et d’Information sur la Paix et la Sécurité

(http://www.grip.org) Stiernon Christophe

 

 

 

Sur mon blog:

https://jacquesfathinternational.wordpress.com

 

Avec mes cordiales salutations

Jacques Fath

Partager cet article

Repost 0

Mobilisation pour la Paix samedi 23 septembre à 14h30 à Calais

Publié le par Patrick Kaczmarek

Samedi 23 septembre 2017

 

CALAIS 14h30 place d'Armes

 

 

Comme dans plusieurs villes de France, suite à l'appel national

du Mouvement de la Paix signé par plus de 115 organisations

 

MOBILISONS-NOUS !

 

Pour réclamer un monde de solidarité, de justice, de liberté, d'égalité, de fraternité et de paix.

Nous sommes conscient-es que la guerre est toujours un échec, qu'elle conduit au chaos,

qu'elle n'enfante que des monstruosités dont sont victimes les populations civiles jetées sur le chemin de l'exil.

 

 

 

QUELLE PAIX A CALAIS ?

 

Des grilles, des murs, des barbelés défigurent notre horizon.

Des technologies de guerre sont utilisées contre des civils : drones et scanners au tunnel, gaz et grenades de

désencerclement en ville, harcèlements psychologiques jour et nuit contre les exilé-es bloqué-es à Calais.

Des violences policières dénoncées par Human Right Watch et le Défenseur des Droits.

Des contrôles au faciès abusifs et illégaux dans les gares de Calais et de la région (notamment Hazebrouck et Dunkerque, Lille),

53 mort-es recensé-es depuis 2015 à la frontières franco-anglaise, la plupart écrasé-es par des camions.

Une maire qui refuse d'appliquer des décisions de justice prises par le tribunal administratif de Lille et le Conseil d'État sur la nécessité de donner le minimum vital aux personnes survivant dehors (nourriture, accès à l'eau, à des toilettes, à des douches).

Des bénévoles et militant-es criminalisé-es, harcelé-es et violenté-es (comme dans la vallée de la ROJA).

 

A QUI PROFITE LE CRIME ?

 

Pas de crise pour les fabricants de matériel et technologie sécuritaires qui profitent du juteux marché de la fermeture des frontières.

Les entreprises de services de sécurité se multiplient avec leurs emplois précaires.

Le système de demande d'asile est une machine à fabriquer des sans-papiers qui peuvent être exploité-es par des entreprises mais n'ont pas accès aux droits sociaux.

Les discours politiques opposant les populations entraînent une montée du racisme et du fascisme à des fins purement électoralistes.

 

QUELLES SOLUTIONS ?

 

Respect des règles internationales sur l'accueil des réfugié-es.

Utilisation des budgets alloués au tout sécuritaire, à la répression et à la fermeture de la frontière franco-anglaise pour une politique d'accueil digne offrant accès à un toit, à l'hygiène et la santé, à de la nourriture, à des informations sur les droits.

Respect de l'article 13 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme : “ Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un Etat, toute personne a le droit de quitter tout pays y compris le sien et de revenir dans son pays. “

 

 

Signataires locaux :

l'Auberge de migrants, Salam, le Réveil Voyageur, RoR Calais, la LDH, le PCF, EELV de Calais, le MRAP, l'association WISE, le groupe

non violent Louis Lecoin, Emmaüs de Dunkerque, Arras Solidarité Réfugiés collectif, Terre d'Errance de Norrent Fontes, Société St Vincent de Paul de Guines, FSU 59-62, Utopia 56, ATTAC Flandre, Association France Palestine Solidarité.

Partager cet article

Repost 0

Halte au massacre des Rohingyas

Publié le par Patrick Kaczmarek

 

Depuis deux semaines, l’armée du Myanmar a intensifié sa répression contre les civils Rohingyas, une minorité de confession musulmane.

Une nouvelle étape a été franchie dans les violences qui frappent depuis des décennies les Rohingyas.

Les persécutions qu'ils subissent aujourd’hui sont d’une ampleur sans précédent : exécutions de civils par les forces armées, torture, villages réduits en cendres, mines anti-personnel positionnées sur les routes empruntés par les déplacés et réfugiés.

En 15 jours, 370 000 Rohingyas ont fui vers le Bangladesh au prix de marches de plusieurs jours.

Ne laissons pas ces crimes se commettre en toute impunité !

Interpellez le commandant en chef des forces armées, Min Aung Hlaing.

 

 

JE SIGNE

 

 

Le 25 août, un groupe armé rohingya a attaqué des postes des forces de sécurité. La réponse militaire du gouvernement du Myanmar a été disproportionnée et brutale, traitant une population entière comme un ennemi. Des crimes contre l’humanité sont commis et l’armée bénéficie d’une impunité totale.

Les autorités ont également mis fin à l’approvisionnement vital en nourriture, eau et médicaments à des milliers de personnes. De plus, ils empêchent l’accès des enquêteurs de l’ONU, des organisations humanitaires et des observateurs au terrain.

Aidez-nous à mettre fin aux violences commises contre les Rohingyas au Myanmar.

Merci de votre soutien.

 

 

 

sylvie

 

Sylvie Brigot-Vilain
Directrice Générale d'Amnesty International
France
signature

Partager cet article

Repost 0

CRISE CORÉENNE : DÉCLARATION DU CONSEIL NATIONAL

Publié le par Patrick Kaczmarek

Déclaration du Conseil National du Mouvement de la Paix

La France peut et doit jouer un rôle pour la résolution politique et pacifique de la « crise coréenne »

 

Le Mouvement de la Paix a condamné sans équivoque dès le 19 juillet 2017, la volonté de la Corée du Nord à travers différents tirs de missiles ou essais nucléaires de se doter d’un potentiel d’armes nucléaires et de missiles intercontinentaux. Le dernier essai en date du 3 septembre est un nouveau pas dans l’irresponsabilité.

Pour le Mouvement de la Paix, l’urgence est de trouver une solution politique. Pour cela il faut que cessent les provocations réciproques des Usa et de la République populaire de Corée.

S’il faut que le gouvernement nord-coréen mette fin immédiatement à tous les essais nucléaires et aux lancements de missiles, il est aussi nécessaire que toutes les parties concernées arrêtent tout acte de provocation, que ce soit à travers des exercices militaires ou la volonté affirmée de création de nouvelles bases militaires (ex USA près d’Okinawa) et que soit mis sur la table des négociations la mise en place pour cette région d’une Zone Exempte d’Armes Nucléaires (ZEAN).

La crise Iranienne a été résolue politiquement. Il doit en être de même de la crise actuelle.

Le Mouvement de la Paix estime que la France, en tant que puissance nucléaire, peut contribuer à cette solution politique en :

  • agissant au plan diplomatique avec les Nations Unies pour que tous les Etats dotés d’armes nucléaires, dont la France, s’engagent à ratifier le Traité d’interdiction des armes nucléaires adopté aux Nations Unies le 7 juillet 2017 et soumis à ratification à l’ONU dès le 20 septembre 2017.
  • En gelant immédiatement les programmes de modernisation de ses armes nucléaires pour lesquels est prévu un doublement des dotations budgétaires à l’horizon 2020. En effet, ces programmes constituent une violation du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) signé par la France, lequel prévoit en son article 6 que « Chacune des parties au Traité s’engage à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire ».

            Nous attendons du Président de la République Française et du Gouvernement qu’ils donnent un signal fort de leur volonté de respecter et de faire respecter le droit international pour que cesse cette situation aberrante qui aboutit à ce que 9 Etats, au nom de la dissuasion et en violation du droit international, ont accumulé près de 17 000 bombes nucléaires (8000 détenues par les USA, 7300 par la Russie, 300 par la France, 250 par la Chine, 200 en GB, 110 par le Pakistan, 100 par l’Inde, 80 par Israël, et 3 ou 4 par la Corée du Nord).

Il n’est pas possible que des Etats violent constamment les règles qu’ils entendent voir respectées par tous les autres Etats. La solution à cette crise est dans l’application stricte du droit international qui établit l’illégalité des armes de destruction massive dont les armes nucléaires et à travers la résolution négociée des conflits préconisée par la Charte des Nations Unies.

Les marches pour la paix qui se dérouleront dans de nombreuses localités en France le samedi 23 septembre 2017, dans le cadre de la journée internationale de la paix, seront un outil à disposition de tous pour exiger que cesse cette logique mortifère dangereuse pour la paix et qui menace la survie de l’humanité.

Ces marches seront un moyen pour tous, de dire notre aspiration commune à vivre dans un monde de justice, solidarité, de fraternité  et de paix.

A Paris, Le 13 septembre 2017,
Le Mouvement de la Paix
(Conseil National du 10 Septembre 2017 à Créteil)

Partager cet article

Repost 0

G. Le Puill, suite à sa participation à la Fête des anti-mille vaches

Publié le par Patrick Kaczmarek

Quand la crise climatique  conforte les opposants   à l’élevage industriel 

Créée en 2011 pour  s’opposer au projet étable des 1.000 vaches à proximité de la baie de Somme, l’association  Novissen(1) ne lâche toujours rien. Elle tient  désormais  une fête annuelle pour  sensibiliser les citoyens, tant au niveau local que national,  sur la nécessité d’avoir une agriculture durable et respectueuses  de l’environnement. Ce fut encore le cas ce 10 septembre  2017. 

Il n’a pas plu ce dimanche 10 septembre sur les hauteurs du village de Ducrat-Le-Plessiel ,  où se tenait  la fête champêtre organisés par  Novissen, l’association pour s’opposer  à l’étable des 1.000 vaches  sur un site qui se trouve à cheval sur cette commune rurale et celle de Bugny-Saint-Maclou , proche de la baie de Somme.  Après une manifestation matinale à proximité de l’usine à lait de  Michel Ramery  - ancien entrepreneur du bâtiment  lui-même décédé de maladie en mai  2016- les centaines militants associatifs et sympathisants  se sont retrouvés autour des stands  de produits  locaux et  pour la présentation par Francis Chastagner, président de Novissen ,  du livre de dessins  réalisés par « Bernard », lequel  a croqué les vaches en personnages  humoristiques  évoquant leurs conditions de vie.

Il y avait ensuite le traditionnel apéritif suivi d’un repas composé de produits  issus de l’agriculture biologique. Il  connu un tel succès que l’on manqua  de victuailles pour les derniers arrivants.  Nouveau  député de la circonscription élu sous l’étiquette de la France Insoumise,  François Ruffin était là  avec ses jeunes enfants. Etaient également présentes la députée  Barbara Pompili , passée d’Europe Ecologie Les Verts  à La République en Marche d’Emmanuel Macron , ainsi que Karima Delli,  députée d’Europe  Ecologie Les Verts au  Parlement  européen.

Sur une suggestion de Michel  Guillochon, militant communiste local, très impliqué dès le départ dans l’association Novissen  avec son épouse, les organisateurs   m’avaient invité voilà quelques mois  pour donner ce  dimanche,  ma vision  de journaliste  et d’auteur sur ce que doit être l’agriculture du XXIème siècle dans un monde confronté aux conséquences  du réchauffement climatique.  Les ouragans, les  moussons et  les incendies de ces dernières semaines  ont mis ces questions  au cœur de l’actualité  et le débat qui se tenait  dans une salle attenante au site de plein air  s’est déroulé dans une ambiance à la fois studieuse et détendue, deux heures durant en présence d’une bonne centaine de personnes.

Une volonté d’agir toujours intacte 

Au delà de la  qualité de l’écoute  lors de mon intervention liminaire, il y avait dans les échanges qui ont suivi  une volonté d’agir toujours intacte,  exprimée par une quinzaine d’intervenants , chacun à son niveau , pour mettre en place  dans ce pays  une agriculture tournée vers  la satisfaction des besoins  en jouant la carte de la proximité comme celle de l’agro-écologie qui utilise  d’abord les ressources locales  pour réduire  le bilan  carbone de notre assiette sur fond de bonnes pratiques agronomiques .  Les  conversations  individuelles  qui se sont poursuivies  ensuite, lors  la vente dédicace  de mon dernier livre (2),   ont permis  de prolonger les échanges.

 Il faut dire  que  la manière  dont fonctionne cette étable des  1.000 vaches  est à l’exact opposé de ce qu’il convient de faire  pour lutter  contre le réchauffement climatique. Sur ce site, il a fallu couler des milliers de tonnes de béton  pour  loger les vaches, pour  stocker la nourriture  et contenir le lisier  dans une structure qui fonctionne sans paille  et ne produit donc pas de fumier, lequel demeure le meilleur des fertilisant pour les sols. En revanche  coulage d’une tonne de béton émet 900 kilos de CO2 .

Il faut ensuite savoir que ces vaches ne vont jamais au pré. Or parce que les prairies pâturées stockent du carbone, il  vaut toujours mieux que les vaches  sortent  pour cueillir elle-même la majeure partie de leur nourriture du début du printemps au milieu de l’automne. A l’étable des 1.000 vaches, la nourriture du bétail est essentiellement composée    de maïs ensilé, donc fermenté, et de tourteaux de soja.  La culture du maïs nécessite des labours  annuels et des engrais azotés. Les labours libèrent du carbone, la production d’engrais azotés nécessite une importante consommation de gaz naturel   et leur épandage émet  du protoxyde  d’azote. A  l’inverse, une prairie semée de graminées et de légumineuse  n’a pas besoin d’engrais azotés puisque les variétés de trèfles et la  luzerne ont la particularité de  transformer l’azote contenu dans l’air en engrais  sans émission  de CO2. Les tourteaux de soja importés en Europe pour nourrir un trop grand nombre d’élevages qui n’ont pas été conçus  pour être autonomes en fourrages contribuent à l’accélération  de la  déforestation et  au retournement des prairies  au Brésil et en Argentine.

Enfin, le projet de Michel Ramery avait été  conçu  pour entrer de plein pied en production au moment de la sortie des quotas laitiers que l’Europe avait fixée pour avril 2015.  Mais, comme d’autres  investisseurs pensaient aussi profiter  de » cette «aubaine» dans d’autres pays européens, il a suffit que la production laitière  européenne progresse de 3% entre 2013 et 2015 pour que les entreprises de collecte-  elles mêmes sous la pression des grandes surfaces pour obtenir  des baisses de prix sur les produits frais et les fromages-  décident de baisser autoritairement le prix du lait  de 20 à 30% selon les  pays. 

Un prix du lait toujours trop bas  en France et en Europe  

D’un prix moyen de 370€ les 1.000 litres de lait en 2013 on est souvent passe  à 250 à 270€ en 2015 et en 2016. Un tel prix ne couvre pas les coûts de production, pas plus dans l’étable des 1.000 vaches qu’ailleurs. Voilà pourquoi  les projets comme celui de Michel Ramery  mis en place dans plusieurs pays européens ont été des catastrophes  économiques  et écologiques. En cette année   2017, alors que la sécheresse  estivale a souvent  augmenté le prix de revient de chaque litre de lait, son prix de vente  plafonne encore sous les 330€ les 1.000 litres  et la multinationales Lactalis de paie que  310€.

Quand il y a trop de lait  au regard de la demande solvable en  produits laitiers  frais en fromages, les laiteries  écrèment plus de lait pour produire des denrées stockables  que sont le beurre à partir de la crème et la poudre  maigre à partir du lait écrémé .C’est ce qui s’est passé entre 2014 et 2016. Le  beurre se vend bien depuis  un an au point d’avoir vu son prix progresser   de 170% pour les pâtissiers ces derniers mois.  Mais  comme le stock de poudre maigre  reste important, les laiteries en  prennent prétexte  pour  continuer  de payer un prix du lait qui, quand il couvre les coûts de production, ne laisse guère de rémunération à l’éleveur pour son travail.

C’est aussi  pour dénoncer ce genre d’injustice  que les membres et les sympathisants de Novissen   étaient mobilisés le dimanche 10 septembre.

Gérard Le Puill

(1)Nos Villages  Se Soucient de l’Environnement (NOVISSEN)

(2) Gérard Le Puill dédicacera  son  dernier ouvrage  intitulé « Devant l’urgence climatique, bousculons  les politiques » (éditions du Croquant) au village du livre de la fête de l’Humanité    

Partager cet article

Repost 0

Action du 12 septembre dans la Somme

Publié le par Patrick Kaczmarek

La vérité vient de jaillir.

Oui, comme la CGT l'affirme depuis de nombreuses semaines, le Président Macron et son gouvernement ont pour objectif de détruire nos acquis gagnés par les luttes des salariés.


Le contenu des ordonnances, dévoilés le jeudi 31 août, poursuit la casse du code du travail en aggravant la loi El Khomri. 


La primauté de l'accord d'entreprise sur la loi et la convention collective, la plus grande facilité de licenciement, la fusion des Institutions Représentatives du Personnel (DP, CE, CHSCT), la régression de leurs droits, le développement de la précarité avec le CDI de chantier visent à réduire le poids des salariés et de leurs représentants pour faire prévaloir le talon de fer du patronat. 

Les prises de parole du MEDEF, teintées de satisfactions, sont bien la preuve de cette attaque contre le monde du travail.


La mobilisation devient donc urgente et indispensable. 

La CGT, rejoint par d'autres, a décidé d'une première étape en faisant du 12 septembre une journée d'action nationale interprofessionnelle.

Nous sommes tous concernés. 

Que l'on soit jeune, salarié du privé ou du public, retraité ou privé d'emploi nous devons nous mobiliser. 

En effet, ce pouvoir politique illégitime veut poursuivre son œuvre de destruction sur l'assurance
-
chômage, les retraites, les services publics et les pensions pour engraisser les plus fortunés.

Le travail de conviction pour réussir la mobilisation doit se faire dans la proximité, au plus des lieux de travail.

Partager nos analyses pour éclaircir, faire connaître nos propositions pour que naisse l'espoir, doit être notre principale activité. 

La réunion de syndiqués, les assemblées générales (A.G.) de personnel pour décider ensemble des actions du 12 septembre sont des moyens appropriés pour élargir la participation.

Pour vous aider des tracts et des argumentaires sont disponibles sur le site de l'UD CGT Somme :
http://cgt80.com/ et sur celui de la confédération : http://www.cgt.fr/

C'est par ce travail que nous obtiendrons satisfaction. 

Le mardi 12 septembre, Tous en grève, Tous en action sur le lieux de travail, Tous dans la rue pour crier notre colère et imposer nos exigences à :

Amiens, 14 h 30, devant l'Hôtel de Ville,
Abbeville, à 17 h 00, devant l'entreprise des Verreries de la Somme,
Dans le Vimeu, à 15 h 30, au rond point de la Zone des trois F. 


Des distributions de tracts sont prévues à Albert et à Doullens avant de rejoindre le cortège amiénois.
Pour plus d'information contacter les ULs concernées. 

Des camarades de l'U.L. Zone d'Amiens rejoindront quand à eux le cortège parisien.

Pour l'UD CGT Somme
Christophe Saguez
Secrétaire général

 

Partager cet article

Repost 0

LA LIBRE PENSEE VOUS CONVIT LE SAMEDI 30 SEPTEMBRE 2017

Publié le par Patrick Kaczmarek

PARTICIPATION 10E

PARTICIPATION 10E

Partager cet article

Repost 0

Déclaration - Le Mouvement de la Paix condamne les "ordonnances Macron" - 11/09/2017

Publié le par Patrick Kaczmarek

 

DÉCLARATION

 
 

Le Mouvement de la Paix condamne les "ordonnances Macron"

 

 

Le Mouvement de la Paix condamne les "ordonnances Macron" sur la modification du code du travail tant sur la forme que sur le fond.

Sur la forme, la Culture de la paix telle que définie par les Nations unies à travers plusieurs résolutions est un des fondements de l'action du Mouvement de la Paix.

Or le cinquième domaine d'action de la culture de la paix est le développement d'une démocratie participative associant les citoyens et leurs organisations représentatives à la vie politique et sociale.

En n'associant ni les citoyens, ni, sinon de manière formelle, les syndicats qui sont les organisations représentatives des salariés, ni les représentants du peuple au Parlement, les ordonnances constituent une procédure antidémocratique qu'aucune urgence ne peut justifier.

Sur le fond, en proposant l'inversion de la hiérarchie des normes en droit du travail, les « ordonnances Macron » ne peuvent s'analyser que comme une dérégulation du droit social ayant pour objectif de redonner la main aux plus puissants, à savoir essentiellement les grandes entreprises dans une logique néolibérale dont on a vu les dégâts sociaux dans d'autres pays.

Le Mouvement de la Paix constate aujourd'hui la même logique de dérégulation du droit international au niveau des relations internationales et de la politique de la France en la matière. Dans une logique de puissance contraire à la Charte des Nations Unies, cette dérégulation conduit les puissants, comme par exemple les puissances nucléaires dont la France, à violer en permanence le droit international en matière de désarmement nucléaire et à refuser pour le moment de ratifier le traité d'interdiction des armes nucléaires qui vient d'être adopté aux Nations Unies le 7 juillet 2017 par 120 États.

Le Mouvement de la Paix regrette que le gouvernement envisage un doublement des crédits consacrés à l'arme nucléaire et propose une augmentation considérable du budget militaire alors que, pour la sécurité de la France mais aussi du monde, la solution est de contribuer à un monde de paix à travers la promotion des droits humains et des droits sociaux de l'ensemble des peuples de la planète.

Comme l'indiquent les statuts de l'Organisation Internationale du Travail (OIT) il n'y a pas de paix possible sans progrès social, car le progrès social est un des éléments fondateurs d'un monde de paix.

L'argent et le droit doivent donc à aller vers la satisfaction des besoins sociaux en termes de santé, de résorption du chômage, d'éducation de protection des populations.

Œuvrer pour la Paix, c'est aussi œuvrer pour la création de richesses et de services utiles aux hommes et aux femmes. Or ce qui est produit est-il toujours utile ? La transition écologique a-t-elle avancé ?...Donc l'intervention des salariés, des usagers est décisive pour reconsidérer l'utilité sociale du travail. Or les projets d' « ordonnance Macron », renforcent les pouvoirs des actionnaires, et réduisent les possibilités d'intervention des salariés.


Pour toutes ces raisons le Mouvement de la Paix désapprouve les « ordonnances Macron ». Il soutient les actions engagées pour enrichir les acquis sociaux et pour un code du travail qui protège et donne toute sa place à l'intervention des salariés et de leurs organisations au lieu de supprimer des structures protectrices comme les CHSCT qui disparaissent de fait en étant regroupées avec les autres instances de représentation du personnel dont les prérogatives sont également mises en cause.

Le Mouvement de la paix appelle à participer aux actions et mobilisations populaires initiées pour s'opposer à ces ordonnances.

Le Conseil National du Mouvement de la Paix, le 10 Septembre 2017

 

Partager cet article

Repost 0

BILAN de la conférence de presse en soutien aux jeunes sans papiers et AGENDA militant du RESF80 pour la semaine du 11 septembre 2017

Publié le par Patrick Kaczmarek

Réseau* Education Sans Frontières de la Somme

  

Bilan de la conférence de presse en soutien aux jeunes sans papiers et agenda militant du RESF80 pour la semaine du 11 septembre

 

  1. Bilan de la conférence de presse en soutien aux jeunes sans papiers du 6/09/2017
     
    Avec les journalistes du quotidien « Courrier Picard » et de FR3 Picardie, présents, le RESF a mis en avant le constat que le Président du Conseil départemental de la Somme porte la lourde responsabilité dans l’abandon des jeunes étrangers tout cet été 2017, mais déjà au cours de l’année scolaire 2016-2017, en niant leur minorité pour certains ou en refusant de les prendre en charge en « contrat-Jeunes-Majeurs » (voir en pj l’article du Courrier Picard avec (malheureusement) une ancienne photo pour sa présentation).

 Cette conférence de presse du RESF a néanmoins permis que la Préfecture héberge finalement 6 d’entre eux (Hamidou, Manjit, Joao, Ibrahim, Mahama et Bamory) de manière pérenne pour les W.E et les courtes vacances scolaires de l’année 2017-2018, les internats des lycées amiènois et Abbevillois continuant de les prendre en charge en semaine dès cette rentrée…

Le 115 assure l’hébergement (une fois sur deux) pour une partie des 10 autres jeunes (Germana, Rony, Rossy, Moussa, Merphy, Ailton, Christophe, Boubacar, Baïdi, Gezim), Christophe, par exemple est resté à la rue faute de place, le vendredi 15 septembre !

Et il reste à scolariser Emmanuel, Adama, Abdoulaye, Abou, Muhammad, sachant que d’autres jeunes sont également en attente...

S’il est évident que la mobilisation du RESF de cet été, vos signatures sur la pétition, l’intervention des élus, cette conférence de presse… ont permis ce « petit » résultat, il reste beaucoup à faire.

C’est pourquoi, dans un premier temps, RESF se joint à la démarche protestataire menée conjointement par les syndicats Solidaires des Collectivités Territoriales du Conseil Départemental de la Somme, d’Amiens Métropole, de l’Education, la Coordination des Intermittents et Précaires de Picardie, l’association « Boite Sans projet » qui aura lieu le jeudi 14 septembre (voir agenda militant, ci-après) contre la politique de casse sociale menée par le Président de cette institution, Mr Laurent SOMON

 

  1. Agenda militant du RESF80:
     
  1. retenons la date du jeudi 14 septembre pour interpeller le Président du Conseil Départemental, à propos de l’abandon des jeunes étrangers, mais aussi comme le soulignent les autres structures syndicales et associatives sus-nommées, la fermeture de plus la moitié des centres médicaux sociaux dans le département, la non reconduction de contrats de travail d’agents, la non écoute des travailleurs sociaux en colère... Un tract (voir en pj) va être distribué à une partie de la population samarienne.
    Différents R.V sont prévus, l’un à 8h devant le Centre Administratif du Conseil Départemental, Rond-Point du Bd du Port à Amiens, l’autre à partir de 9h, ce jeudi 14 septembre, chez Bertille et Marcel, 33 rue Barbier à Boves pour un départ en co-voiturage, retour à 13H, pour une action non violente, mais nous n’en dirons pas plus… 
     
  2. reenos également la date du mardi 12 septembre pour interpeller intersyndicalement (CGT, Solidaires, FSU, UNEF, UNL) le gouvernement contre le nouveau code du travail qui précarisera aussi davantage les personnes étrangères régularisées, celles-ci étant, RESF80 le constate maintes fois, presque toujours en CDD, à temps partiel imposé !! .Rassemblement et manifestation à Amiens à l’Hôtel de ville à 14h30, à Abbeville, à 17h devant les verreries de la Somme…, (voir tract en pj)
     
    Ensemble, ne lâchons rien !

 

Contacts RESF: tel 07 88 99 64 67, E-mail: resfsomme@gmail.com,Site:www.educationsansfrontieres.org,  Permanences: tous les mercredis, salle Dewailly à Amiens

Adresse postale: RESF Somme, c/o chez Martine Tekaya, appt B332, 51 rue du tour de ville, 80000 Amiens

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>